Friday, June 23, 2017

Les Le Pen : tel père, telle fille, bien plus qu’on ne pense ?

En 1987, lors de l’affaire du « détail », Jean-Marie Le Pen a malheureusement très vite battu en retraite et il a finalement admis l’existence et le fonctionnement des mythiques « chambres à gaz [nazies] ».
Tout récemment, « Hannibal », alias Martin Peltier, vient de nous faire une remarque en ce sens dans Rivarol et hier « Bocage » a été bien inspiré d’appeler notre attention sur son article (bulletin 5989, « Rivarol : Si seulement Le Pen avait osé … ») :
Il faut toujours lire l’hebdomadaire Rivarol (19 avenue d’Italie, 75013 Paris, www.rivarol.com) si l’on ne veut pas passer à côté d’une belle perle.
Dans le Rivarol n° 3287 du 15 juin, Hannibal – toujours lui ! – dans un article intitulé « De l’imposture de Zorro à l’assassinat de Jeanne d’Arc » (en page 12), s’interroge sur celui ou celle qu’il aurait fallu choisir pour défendre la nation française et il écrit :

A vrai dire, Le Pen lui-même n’avait pas tout à fait le profil. C’était Du Guesclin, ce qui n’est déjà pas si mal. Il lui manquait les voix, celles d’en haut, pas celles des électeurs, sainte Catherine, sainte Marguerite. Il lui manquait, pour réussir une pleine rupture avec le système, une volonté de sacrifice christique, qui lui aurait fait prononcer certaines vérités en direct au vingt heures, amenant sa mort politique pour libérer l’Euramérique de son mensonge originel. Mais il n’est pas facile de se laisser tuer en direct sur le Golgotha médiatique. Ne pleurons pas sur le passé, voyons l’avenir. Pour que les peuples continuent à espérer en Jeanne d’Arc, il y a sacrément intérêt à ce qu’elle se ramène fissa. La foi flageole.
Rappelons-nous la mémorable interview (http://www.ina.fr/video/CAB87032378) où, il y a trente ans, le 15 septembre 1987, interrogé sur les chambres à gaz nazies, Le Pen avait répondu : « Je ne dis pas que les chambres à gaz n’ont pas existé ». Il avait ajouté que, personnellement, il n’avait pas pu en voir. Et, vivement pris à partie, il avait vite cédé concluant que, de toute manière, ces chambres à gaz n’étaient en somme qu’un moyen parmi d’autres pour les Nazis de massacrer les juifs ; celles-ci ne constituaient donc qu’un détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.
Le 18 septembre 1987 il a tenu à se justifier dans une longue déclaration à la salle de conférences de l’Assemblée nationale, publiée par Le Quotidien de Paris dans son édition des 19-20 septembre, p. 2, dont voici un extrait :
Les camps de concentration où moururent par millions juifs, tziganes, chrétiens et patriotes de toute l’Europe et les méthodes employées pour mettre à mort les détenus : pendaisons, fusillades, piqûres, chambres à gaz, traitements inhumains, privations, constituèrent un chapitre, une partie, un détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, comme en témoignent d’ailleurs tous les ouvrages généraux qui y furent consacrés.
Il est dommage qu’à ses agresseurs il n’ait pas dit qu’il comptait sur eux pour lui faire voir ce qu’il n’avait pas pu voir et que personne d’autre que lui n’avait pu voir et décrire devant un tribunal de façon convaincante : il n’existe, en effet, aucune expertise médico-légale attestant de ce qu’en tel camp, à tel endroit, il a réellement fonctionné une telle « arme de destruction massive ». En 1945-1946, au cours de leur grand procès-spectacle de Nuremberg, les accusateurs de l’Allemagne n’en ont pas fourni la moindre description. Les plans de construction des cinq crématoires d’Auschwitz, que j’ai découverts le 19 mars 1976 et qu’on tenait soigneusement cachés, montrent au contraire que ces crématoires n’ont jamais contenu que des locaux inoffensifs et radicalement impropres à un quelconque gazage homicide.
Il vaut la peine d’écouter Le Pen trois jours après le soir du « détail » (http://www.ina.fr/video/CAB87032637), puis quatre mois plus tard, en janvier 1988 (http://www.ina.fr/video/I00005274).
Dans son récent programme électoral on l’a vu réclamer en principe l’abrogation de la loi anti-révisionniste dite « loi Gayssot » mais, à moins que je ne me trompe, il n’est jamais intervenu en faveur d’un révisionniste aux prises avec la police de la pensée. Encore en 2017, il n’a élevé aucune protestation en faveur du libraire Benoît Loeuillet, responsable du Front national à Nice, chassé du jour au lendemain de son parti par les soins de Marine Le Pen en personne (à ce sujet voyez mon bref article du 18 mars 2017 : Marine Le Pen entre en campagne contre le révisionnisme historique. Que va décider Jean-Marie Le Pen ?).
 Les Le Pen : tel père, telle fille, bien plus qu’on ne pense ?  
                                                                                                                        23 juin 2017