Wednesday, April 26, 2017

Donald Trump sur Israël, les juifs, l’Holocauste et le révisionnisme historique, à partir de quatre pièces en ligne


1 – Transcription du discours de Trump devant l’AIPAC, principal organisme du lobby sioniste américain – site de Time magazine, 21 mars 2016 http://time.com/4267058/donald-trump-aipac-speech-transcript
...
Je vous parle aujourd’hui [21 mars 2016] en tant que partisan et véritable ami d’Israël de toute ma vie.
...
Au printemps 2004, au plus fort de la violence dans la bande de Gaza, j’ai été grand maréchal du 40e défilé « Salute to Israel », le plus grand rassemblement à l’appui de l’Etat hébreu.

C’était un moment très dangereux pour Israël et, franchement, pour quiconque soutenait Israël. Beaucoup ont refusé cet honneur. Moi, non. J’ai pris le risque et je suis content de l’avoir fait.

Je suis venu ici pour vous parler de ma position sur l’avenir des relations entre l’Amérique et notre allié stratégique, de notre amitié indissoluble avec notre frère culturel, la seule démocratie au Moyen-Orient, l’Etat d’Israël.
...
Quand je serai président, croyez-m’en, je vais opposer un veto à toute tentative de la part de l’ONU d’imposer sa volonté à l’État hébreu. Telle tentative se verra opposé un veto à 100 pour cent.
...
Quand je deviendrai président, les jours où l’on traite Israël comme un citoyen de seconde classe se termineront au jour numéro un.
...
Nous transférerons l’ambassade américaine à la capitale éternelle du peuple juif, Jérusalem.
Et nous enverrons un signal clair qu’il n’y a pas de jour entre l’Amérique et notre allié le plus digne de foi, l’Etat d’Israël.

Les Palestiniens doivent venir à la table [des négociations] en sachant que le lien entre les États-Unis et Israël est absolument, totalement indissoluble. Ils doivent faire cela.

Et ils doivent venir à la table prêts à accepter qu’Israël est un Etat juif et qu’il existera pour toujours en tant qu’Etat juif.

J’aime les gens dans cette salle. J’aime Israël. J’aime Israël. Je suis avec Israël depuis si longtemps, dans ce sens que j’ai reçu certains de mes plus grands honneurs d’Israël, mon père avant moi, incroyables. Ma fille, Ivanka, est sur le point d’avoir un très beau bébé juif.
[...]

2 – “Asked about anti-Semitism, Trump promises ‘a lot of love’” (Interrogé au sujet de l’antisémitisme, Trump promet “beaucoup d’amour”) – Times of Israel, 16 février 2017 http://www.timesofisrael.com/asked-about-anti-semitism-trump-promises-a-lot-of-love
...
« En ce qui concerne les personnes, les personnes juives – tant d’amis, une fille qui se trouve être ici en ce moment, un gendre et trois très beaux petits-enfants », a-t-il déclaré.
...
Le président a poursuivi : « Je pense que vous allez voir une Amérique bien différente au cours des trois, quatre ou huit prochaines années. Je pense que beaucoup de bonnes choses sont en train de se passer et que vous allez voir beaucoup d’amour ».

3 Trump said [to be] bidding to defeat new anti-Israel UNESCO resolution” Times of Israel (Trump se serait engagé pour faire battre une nouvelle résolution anti-israélienne de l’UNESCO) – Times of Israel, 24 avril 2017 http://www.timesofisrael.com/trump-said-bidding-to-defeat-new-anti-israel-unesco-resolution

Le gouvernement Trump aurait ordonné aux ambassadeurs des E.U. auprès les Etats membres de l’UNESCO d’engager des réunions avec les ministères des affaires étrangères de leurs pays hôtes visant à battre une résolution anti-israélienne qui doit être discutée par l’organisation culturelle de l’ONU la semaine prochaine.

[...]

4 – “‘We’ll confront anti-Semitism,’ Trump vows at Holocaust event (Nous affronterons l’antisémitisme, promet Trump lors d’un événement commémorant l’Holocauste [sous la coupole du Capitole à Washington]), Times of Israel, 25 avril 2017 http://www.timesofisrael.com/trump-at-holocaust-event-vows-we-will-confront-anti-semitism

WASHINGTON - Le président des États-Unis, Donald Trump, a prononcé mardi [25 avril] sa plus forte dénonciation de l’antisémitisme, qualifiant les négateurs de l’Holocauste de « complices de cet horrible mal » et promettant d’user de son pouvoir pour « affronter l’antisémitisme ».

Dans son discours pour la commémoration annuelle des Journées du Souvenir tenue par le Musée Mémorial de l’Holocauste, allocution donnée dans l’intérieur hautement orné de la rotonde du Capitole des Etats-Unis, Trump semblait répondre aux préoccupations exprimées pendant les premiers mois de son gouvernement par des dirigeants juifs, selon lesquels il aurait été réticent à attaquer l’antisémitisme de front.

« Ceci est mon engagement envers vous : nous affronterons l’antisémitisme », a dit Trump. « Nous éradiquerons les préjugés, nous condamnerons la haine, nous rendrons témoignage et nous agirons. En tant que président des États-Unis, je me tiendrai toujours aux côtés du peuple juif – et je me tiendrai toujours aux côtés de notre grand ami et partenaire, l’Etat d’Israël ».

La commémoration de cette année a été la première depuis la mort l’an dernier d’Elie Wiesel, et Trump a rendu hommage à l’écrivain de renom et survivant de l’Holocauste, disant que les leçons de la vie de Wiesel le guideraient dans ses décisions pour empêcher des atrocités comme l’Holocauste de se répéter lorsque lui serait de quart.

« Je crois au célèbre plaidoyer d’Elie selon lequel “pour les morts et les vivants, nous devons rendre témoignage” », a-t-il déclaré. « C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui, pour rendre témoignage. Pour assurer que l’humanité n’oublie jamais, jamais que les nazis ont massacré six millions de Juifs. Deux tiers des Juifs d’Europe ont été assassinés dans le génocide ».

Le président a également stigmatisé les négateurs de l’Holocauste, en des termes plus véhéments que ceux qu’il a utilisés par le passé.

« Ceux qui nient l’Holocauste sont complices de ce mal horrible. Et nous ne nous tairons jamais – nous ne le ferons tout simplement pas –, nous ne nous tairons plus jamais, jamais, face au mal », a-t-il dit, une grande statue d’Abraham Lincoln le surplombant.

La négation de l’Holocauste, Trump a ajouté, est « seulement l’une de maintes dangereuses formes d’antisémitisme, qui se prolonge partout dans le monde ».

Il a clôturé son discours en disant : « Aujourd’hui, nous faisons deuil, nous nous souvenons, nous prions, et nous nous engageons – plus jamais cela ».
L’événement a d’abord été organisé en 1979 [sous Jimmy Carter]. L’année suivante, le Congrès a établi, au nom de la nation, la semaine annuelle du souvenir en tant que commémoration officielle de la Shoah.


Donald Trump on Israel, the Jews, the Holocaust and historical revisionism: extracts from four online pieces


1 – Transcript of Trump's Speech to AIPAC, Time website, March 21, 2016 http://time.com/4267058/donald-trump-aipac-speech-transcript
...
I speak to you today [March 21, 2016] as a lifelong supporter and true friend of Israel. 
In spring of 2004 at the height of the violence in the Gaza Strip, I was the grand marshal of the 40th Salute to Israel Parade, the largest-single gathering in support of the Jewish state.

It was a very dangerous time for Israel and frankly for anyone supporting Israel. Many people turned down this honor. I did not. I took the risk and I'm glad I did.

I came here to speak to you about where I stand on the future of American relations with our strategic ally, our unbreakable friendship and our cultural brother, the only democracy in the Middle East, the state of Israel.
...
When I'm president, believe me, I will veto any attempt by the U.N. to impose its will on the Jewish state. It will be vetoed 100 percent.
...
When I become president, the days of treating Israel like a second-class citizen will end on day one.
...
We will move the American embassy to the eternal capital of the Jewish people, Jerusalem. And we will send a clear signal that there is no daylight between America and our most reliable ally, the state of Israel.

The Palestinians must come to the table knowing that the bond between the United States and Israel is absolutely, totally unbreakable. They must do that.

And they must come to the table willing to accept that Israel is a Jewish state and it will forever exist as a Jewish state.

I love the people in this room. I love Israel. I love Israel. I've been with Israel so long in terms of I've received some of my greatest honors from Israel, my father before me, incredible. My daughter, Ivanka, is about to have a beautiful Jewish baby.

[…]

2 – “Asked about anti-Semitism, Trump promises ‘a lot of love’”, Times of Israel, February 16, 2017 http://www.timesofisrael.com/asked-about-anti-semitism-trump-promises-a-lot-of-love/ 
“As far as people, Jewish people — so many friends, a daughter who happens to be here right now, a son-in-law, and three beautiful grandchildren,” he said.
The president continued: “I think that you’re going to see a lot different United States of America over the next three, four or eight years. I think a lot of good things are happening and you’re going to see a lot of love.”
[…]

3 – “Trump said [to be] bidding to defeat new anti-Israel UNESCO resolution” Times of Israel, April 24, 2017 http://www.timesofisrael.com/trump-said-bidding-to-defeat-new-anti-israel-unesco-resolution
The Trump administration has reportedly ordered US ambassadors in UNESCO member states to initiate meetings with their host countries’ foreign ministries in a bid to defeat an anti-Israel resolution that is to be debated at the UN cultural organization next week.
[…]

4 – “‘We’ll confront anti-Semitism,’ Trump vows at Holocaust event [under the US Capitol cupola]” – Times of Israel, April 25, 2017 http://www.timesofisrael.com/trump-at-holocaust-event-vows-we-will-confront-anti-semitism/ 
WASHINGTON — US President Donald Trump delivered his strongest denunciation of anti-Semitism to date on Tuesday, calling Holocaust deniers “an accomplice to this horrible evil” and vowing to use his office to “confront anti-Semitism.”
In an address inside the US Capitol’s ornate rotunda at the US Holocaust Memorial Museum’s annual National Commemoration of the Days of Remembrance, Trump seemed to respond to concerns voiced by Jewish leaders in the early months of his administration that he was reluctant to tackle anti-Semitism head on.
“This is my pledge to you: We will confront anti-Semitism,” Trump said. “We will stamp out prejudice, we will condemn hatred, we will bear witness and we will act. As president of the United States, I will always stand with the Jewish people — and I will always stand with our great friend and partner, the State of Israel.”
This year’s memorial was the first since the death last year of Elie Wiesel, and Trump paid tribute to the renowned writer and Holocaust survivor, saying the lessons of his life would guide his decisions to prevent atrocities like the Holocaust from recurring on his watch.
“I believe in Elie’s famous plea that ‘for the dead and the living we must bear witness,'” he said. “That is why we are here today, to bear witness. To make sure that humanity never, ever forgets that the Nazis massacred six million Jews. Two out of every three Jews in Europe were murdered in the genocide.”
The president also castigated Holocaust deniers, in terms more strident than he has used in the past.
“Those who deny the Holocaust are an accomplice to this horrible evil. And we’ll never be silent —we just won’t — we will never, ever be silent in the face of evil again,” he said, a statue of Abraham Lincoln towering over him.
Holocaust denial, Trump added, is “only one of many forms of dangerous anti-Semitism that continues all around the world.”
He closed the speech by saying, “Today we mourn, we remember, we pray, and we pledge — never again.”
The event was first organized in 1979 [under Jimmy Carter]. The following year, Congress established the annual Week of Remembrance as the nation’s official commemoration of the Shoah.
[…]

Thursday, April 20, 2017

Naïf bidouillage holocaustique

Holocauste : les Alliés auraient su dès 1942, Le Progrès (Lyon), 20 avril 2017

Exercice pour débutants en révisionnisme : Montrez que cet article n’est que le résultat d’un naïf bidouillage.

Corrigé de cet exercice : Aucune preuve n’est fournie ; jusque dans le titre, les affirmations ne sont généralement rapportées qu’au conditionnel ou en utilisant la préposition « selon » :

« auraient su » ; « certains documents révéleraient » ; « selon le quotidien  [The Guardian, 18 avril] prouveraient », « auraient préparé », « selon Dan Plesch ».
Le titre est alléchant ; quant à la première phrase, elle est affirmative, prometteuse et fracassante. Du coup on s’attend à une démonstration. On se dit que vont nous être fournies des preuves, des sources précises et des références complètes. En réalité, on ne récolte que ... du vent, du vague et du gaz. Sur le sujet en question, tel est invariablement le cas.

Quant à l’article du quotidien The Guardian, il est brumeux comme un jour de smog à Manchester [1]. Sans en préciser la source (qui est le document PS-3311 du procès du Tribunal Militaire International (TMI) de Nuremberg, 1945-1946), on y cite un fragment concernant les « chambres à vapeur » (steam chambers) (sic) de Treblinka. Or, ce document a valeur de « preuve authentique » en vertu de l’article 21 du Statut du TMI. Nous avons donc, en principe, l’obligation de croire qu’à Treblinka les Allemands ébouillantaient les juifs (comme des écrevisses ?) dans des « chambres à vapeur ». Le journaliste britannique a soigneusement escamoté ces embarrassantes « chambres à vapeur » pour ne parler que d’un certain sol « en terre cuite » qui était « très glissant ». Il a jeté un voile pudique sur la loufoquerie de l’ébouillantement pour préserver le tabou du gazage. Comme disait le Tartuffe de Molière, 

                                            […] Couvrez ce sein que je ne saurais voir.
                                            Par de pareils objets les âmes sont blessées.
                                            Et cela fait venir de coupables pensées. 

Ici, au vu de pareilles élucubrations, les « coupables pensées » ne manqueraient pas d’être révisionnistes. Dans le même ordre d’idées, rappelons que, pour Elie Wiesel, dans La Nuit, à Auschwitz, les diaboliques Nazis exterminaient par le feu (celui de fournaises en plein air) et non par le gaz  tandis que, pour la Pravda du 2 février 1945, « les fascistes allemands » pratiquaient l’extermination à l’électricité. Eau, gaz, électricité, feu, sans compter quelques autres moyens comme la chaux vive ou les pompes à faire le vide, les bobardeurs de la Seconde Guerre mondiale ont fait preuve d’autant d’imagination que les bobardeurs de la Première Guerre mondiale.

20 avril 2017

[1] Le mot smog provient d’une combinaison de smoke (fumée) et de fog (brouillard).

Wednesday, April 19, 2017

Marine Le Pen confirme qu'elle est en faveur du maintien de la loi anti-révisionniste


Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV ce mercredi 19 avril 2017, Marine Le Pen s’est franchement déclarée contre la suppression de la loi Gayssot, c’est-à-dire pour le maintien de cette loi. « Non, non », a-t-elle répondu au journaliste qui lui demandait si elle revenait sur sa condamnation du révisionnisme. Elle a ajouté (à partir de 36'15") :

Quand on me traite de révisionniste, de négationniste, permettez-moi de vous dire que, non seulement ça me touche, ça me blesse. Je trouve ça honteux, voilà, honteux.

Portant le nom d’un sénateur communiste, Jean-Claude Gayssot, et parfois appelée « loi Fabius-Gayssot » ou « loi Faurisson », cette loi date du 13 juillet 1990. Elle réprime la contestation de l’existence d’un ou plusieurs « crimes contre l’humanité » tels que définis et punis en 1945-1946 par le « Tribunal militaire international » de Nuremberg. 
Marine Le Pen nous révèle donc enfin clairement qu’elle est en faveur d’une loi qui prévoit contre les révisionnistes, prison, amendes et autres peines encore.
A moins d'une erreur de ma part, Jean-Marie Le Pen n'a pas encore expliqué pourquoi, hostile en principe à la loi Gayssot, il s'est, dans la pratique, abstenu de manifester sa réprobation des poursuites ou des initiatives récemment engagées contre un certain nombre de révisionnistes jusqu'au sein du Front national. Seul Bruno Gollnisch a fait entendre sa protestation dans les cas de Vincent Reynouard, d'Alain Soral, de Bernard Loeuillet et dans mon propre cas.
19 avril 2017

Sunday, April 9, 2017

Contre la tyrannie holocaustique, deux caricatures à savourer


SERVILITÉ



SOUMISSION


Ci-dessus, ces deux caricatures illustrent la tyrannie qu’exerce la religion de ce  prétendu « Holocauste » des juifs, parfois également appelé « Shoah ». La première caricature, sous-titrée « SERVILITÉ », nous montre Benyamin Nétanyahou qui, avec le sourire d’un homme sûr de son fait, glisse à Angela Merkel : « Il me faut plus de sous-marins d’attaque Dolphin … ». A quoi la chancelière d’Allemagne s’empresse de répondre : « Oui, mon Maître ». La seconde caricature, sous-titrée « SOUMISSION », montre une jument (?), représentant « La France » ; attachée à une chaise en plastique, la bête pourrait d’une simple ruade se libérer de son entrave, mais elle est comme paralysée par une inscription entourée d’étoiles juives et portant les mots de « Loi Gayssot ». Trop d’êtres humains se comportent comme cette malheureuse bête. Ils ignorent que « Souvent, les limites et les “lois” qui nous sont imposées sont plus mentales que (réelles et) physiques ». Ils devraient se rebiffer.
 Parue au Journal officiel de la République française du 14 juillet 1990, jour anniversaire d’une célèbre proclamation de la Liberté d’opinion et d’expression pour tous les Français, la « loi Gayssot » punit d’une année d’emprisonnement et d’une amende allant jusqu’à 45 000 euros (sans compter bien d’autres peines) celui qui conteste l’existence d’un ou plusieurs « crimes contre l’humanité » tels que définis et châtiés en 1945-1946 par le Tribunal militaire international (TMI), où les vainqueurs se sont arrogé le droit de juger leurs vaincus dans des conditions totalement contraires aux exigences normales de la justice (voyez Nouveau retour sur Katyn à Nuremberg, 17 septembre 2012).
« Gayssot » est le nom d’un député du Parti communiste français. En réalité, les véritables auteurs d’une telle loi ont plutôt été le rabbin René-Samuel Sirat et surtout Laurent Fabius, un député socialiste d’origine juive et riche à millions. Cette loi a été exigée pour forcer les magistrats de France à condamner mes écrits sur les chambres à gaz « nazies ». En effet, par un arrêt du 26 avril 1983, la Première chambre de la Cour d’appel de Paris, tout en me condamnant, avait rendu un hommage appuyé à la qualité de mes travaux sur le sujet.

      Pour en revenir à la première caricature, il suffira de chercher « Dolphin » sur Internet pour découvrir qu’il s’agit là du nom d’un type allemand de sous-marin d’attaque pour armes conventionnelles. L’Etat hébreu s’en est fait livrer cinq qui ont été adaptés pour recevoir, en Israël, des ogives nucléaires. Les deux premiers « Dolphin » ont été livrés gratuitement (!) et les suivants ont été facturés soit avec une remise de 50%, soit au prix réel. L’Allemagne a ainsi accordé aux Israéliens un double droit qu’elle se refuse à elle-même : celui de se protéger avec une arme nucléaire et de tuer avec cette « arme de destruction massive ».

      Par l’aide scandaleuse qu’elle a ainsi apportée à l’Etat d’Israël, A. Merkel a contribué à l’accroissement d’un risque nucléaire dont son visage porte le stigmate.

NB : Je dois ces deux caricatures à Ahmed Rami qui, résidant à Stockholm, y déploie, en particulier, une intense activité révisionniste en de multiples langues, dont le français, à http://abbc.net/islam/french/french.htm.
9 avril 2017