Tuesday, March 12, 2013

The death of a distinguished lawyer, Doug Christie, “the Battling Barrister”


As “Bocage” announced earlier today in French, Douglas (Doug) Christie has died.
For its part, the Canadian English-language press has put out the news in terms which, unfortunately, can be easily imagined when one knows that D. Christie had especially made himself known for his uncompromising defence of a major figure of historical revisionism, Ernst Zündel. But – a happy surprise – at least one newspaper, the Times Colonist of Victoria, British Colombia, where D. Christie lived, has reminded its readers that it was this extraordinary barrister who, in 1992, finally enabled E. Zündel to gain an unhoped-for victory against the religionists of “the Holocaust”.
At the end of a nine-year struggle in the face of various representatives of the Crown and a coalition of Jewish and allied organisations, E. Zündel, aided by D. Christie, the “Battling Barrister”, was to get the Canadian Supreme Court to strike down the very section of the criminal code that had been the grounds for his prosecution and conviction, a section itself grounded in an obsolete article of an ancient English law (namely, chapter 34 of the 1275 Statute of Westminster). Section 181 forbade the publication of “news that [one] knows is false and causes or is likely to cause injury or mischief to a public interest” (in the words of the judge during Zündel’s 1985 trial for having published the brochure Did Six Million Really Die?, his activities had a “cancerous effect … upon society’s interest in the maintenance of racial and religious harmony in Canada”). However, on August 27, 1992, the Court finally decided that the law was incompatible with Canada’s Charter of Rights and Freedoms.
A Frenchman accustomed to seeing his country’s justice system settle the fate of a revisionist in the space of one or two afternoons, in the 17th chamber of the Paris criminal court, might be astonished to learn that at Toronto, in 1985, the first Zündel trial lasted seven weeks and the second, in 1988, over four months. One may add that, in English-law (or common-law) countries, the contents of any trial are the subject of a full transcript, whilst in France, in “our” 17th chamber, generally, the clerk simply makes a few notes in the “plumitif”, the name given to the ledger in which he or she mentions merely the main facts of the hearing. The result is as follows: when a person receives the text of a judgment regarding himself or herself and wants to know the terms in which the judges have recorded and appreciated what he or she personally said at the bar, there will usually be NOTHING or almost NOTHING! At most that person will have the satisfaction of coming upon an “aside” of the type “Mr X having been heard presenting his arguments”. A reader of this decision will thus learn that the person in question had orally put forth “arguments”, but will not know which ones! Nor will it be possible to know anything about the worth or non-worth that the judges have assigned to each of those “arguments”. The judges will perhaps do the reader the favour of expounding on (in their way) and judging the written pleadings filed by counsel at the start of the session, but they will hardly go any further. Curiously, French judges and most lawyers seem very comfortable indeed with these pretences, this veritable sham. Between good pals, settled in their habits, they agree in relegating the person on trial to the least important rank. He or she is treated as a nuisance who, in any case, does not understand much of the cup-and-ball game going on in which the lawyers, prosecutors and three judges are enjoying themselves, using the jargon that they share. As for the jury, they are conspicuous by their absence. The historian who, years later, will want to know what was actually said in the courtroom during such or such case, whether famous or obscure, can spare himself the trouble of looking.
Nothing of the kind in the English legal system, far more serious and severe, where one can know, word for word, what was said all throughout any past trial, be it that of the humblest citizen. And at least the latter will have been able to benefit from the presence of a jury. D. Christie was skilled in making this system actually provide the guarantees of fairness that it promised. He cared rather little for the judge whom, if necessary, he let know that his role ought to be more like that of a referee. For the real barrister that he was, the only things that must count, at one end of the chain of procedure, were such sacred principles as that of full freedom of expression and the refusal to be intimidated and, at the other end, the jurors, always allowed, when the time came, to put questions and seek clarification. He shunned legal quibbling and, turning to the laymen, spoke to them in a language that was robust, direct and precise. He was captivating in his ability to provide a definition, or examples. He was impassive. He would have none of any showing-off. He liked the simple and concrete. He struck with his bold way of going straight to the burning heart of the matter to be dealt with. In common-law justice, chatter and theorising are prohibited, there is no speech-giving and nearly everything is done by way of pointed and precise questions to be followed by answers as brief as possible. Lawyers and judges like facts and abhor the “emotional” (i.e. words or behaviour liable to arouse emotion in one’s favour). As for the court-appointed expert, he is not, as is the case in France, recruited from a list of persons certified to be such but is rather one who, on the spot, after examination, cross-examination and re-examination before the judge and the jury, will have been able to demonstrate his experience, mastery of the subject and ability to make himself understood by the layman. I personally assisted D. Christie throughout the entire 1985 trial, and again for such part of the trial in 1988 as my health allowed. Our collaboration proved so successful that we managed, in 1985, to crush, in succession Raul Hilberg, Number One historian of the “Destruction of the European Jews”, and Rudolf Vrba, Number One witness of the alleged homicidal gassings at Auschwitz. The press at the time showed its surprise at the defence team’s high degree of preparation. Then, at the 1988 trial, the “Leuchter Report” on the alleged homicidal gas chambers at Majdanek, Auschwitz and Birkenau dealt the coup de grâce to the exterminationist case. On the strict level of science and history we had won all the victories that could be won but, of course, the mainstream media strengthened their Holocaust propaganda all the more. On the legal level, E. Zündel was provisionally guilty.
I forged a friendship with D. Christie, who was of Scottish descent, and his wife Keltie Zubko, of Ukrainian origin. At the Zündel House in Toronto we used to call them, respectively, “the Devil” and “the Angel”. In itself, the atmosphere that reigned at the expansive residence of E. Zündel was an exceptional success at organisation, allocation of tasks, keenness in work, enthusiasm and warmth, with inevitable episodes of tension and, at some moments, fear for our safety. E. Zündel has no match when it comes to inspiring dedication to the just cause of revisionism, and rarely in my long life have I seen a gathering of disinterested spirits of such high quality. Many names come to mind: I shall not mention any of them for fear of forgetting just one of those men and women who, together, wrote a fine page of the human experience. I shall allow myself one sole exception and mention Barbara Kulaszka, herself a barrister, daughter of a Scottish lady, whose name will go down in history for the monumental work Did Six Million Really Die? / Report of the Evidence in the Canadian “False News” Trial of Ernst Zündel - 1988, published in 1992, VIII-564 double-column pages.
For the rest of their lives, Keltie and her children should hold, in their memory of Doug Christie, reasons for pride, an example of courage and a source of energy.
March 12, 2013

La mort d’un grand avocat, Doug Christie, « the Battling Barrister »


« Bocage » nous l’annonce aujourd’hui en français, Douglas (Doug) Christie est mort.
De son côté, la presse canadienne anglophone a diffusé la nouvelle en des termes qu’on imagine malheureusement sans peine quand on sait que D. Christie s’était surtout fait remarquer par sa défense sans concession d’une grande figure du révisionnisme historique, Ernst Zündel. Mais – heureuse surprise – il s’est trouvé au moins un organe de cette presse, le Times Colonist, de Victoria (province de la Colombie Britannique) où vivait D. Christie, pour rappeler que cet extraordinaire avocat avait finalement permis à E. Zündel de remporter en 1992 une victoire inespérée contre les religionnaires de « l’Holocauste ».
Au terme d’un combat de neuf années, face à différents représentants du ministère public et à une coalition d’organisations juives ou assimilées, E. Zündel, aidé de D. Christie, le « Battling Barrister », allait obtenir de la Cour Suprême de Canada la suppression de la section du code pénal (no. 181) sur le fondement de laquelle il avait été poursuivi et condamné (elle-même basée sur une clause caduque d’une très vieille loi anglaise – à savoir le chapitre 34 du Statut de Westminster de 1275). La section 181 réprimait la publication d’une « déclaration, une histoire ou une nouvelle que [l’on] sait fausse et qui cause, ou est de nature à causer, une atteinte ou du tort à quelque intérêt public » (ici, dans les termes mêmes du juge lors du premier procès en 1985 pour la publication de la brochure Did Six Million Really Die? (éditée en français sous le titre Six millions de morts le sont-ils réellement ?), un « effet cancéreux … sur l’intérêt qu’a la société à ce que l’harmonie raciale et religieuse règne au Canada »). Or, le 27 août 1992, la Cour a finalement décidé que cette section 181 était incompatible avec la Charte canadienne des droits et libertés. 
Un Français habitué à voir la justice de son pays régler le sort d’un révisionniste en une ou deux après-midi à la XVIIème chambre du Tribunal correctionnel de Paris, serait stupéfait d’apprendre qu’à Toronto, en 1985, le premier procès Zündel a duré sept semaines et le deuxième procès, en 1988, plus de quatre mois. Ajoutons à cela que, dans les pays de droit anglo-saxon, le contenu de tout procès fait l’objet d’une transcription intégrale tandis qu’en France, dans « notre » XVIIème chambre, en règle générale, le greffier ou la greffière se contentent de quelques notes portées au plumitif, nom donné au registre où le greffier ne mentionne que les principaux faits de l’audience. Le résultat est le suivant : lorsque un justiciable français reçoit le texte d’un jugement ou d’un arrêt le concernant et qu’il veut savoir en quels termes les magistrats ont rapporté et apprécié ce qu’il a personnellement dit à la barre, il ne trouvera généralement RIEN ou presque RIEN ! Tout au plus aura-t-il la satisfaction de tomber sur une incise du type de « M. X... (ou Mme X...) ayant été entendu(e) en ses arguments ». Un lecteur de cette décision apprendra ainsi que le justiciable en question avait donc oralement exposé des « arguments » mais il ne saura pas lesquels ! Il ignorera également la valeur ou la non-valeur que les magistrats ont attribué à chacun de ces « arguments »-là. Les magistrats lui feront peut-être la grâce d’exposer (à leur manière) et de juger les « conclusions écrites » déposées par l’avocat du justiciable à l’ouverture de l’audience mais ils n’iront guère plus loin. Curieusement, les magistrats français et la plupart des avocats semblent fort bien s’accommoder de ces faux-semblants et de cette véritable fumisterie. Entre compères, installés dans leurs habitudes, ils s’entendent à reléguer le justiciable au dernier rang de l’action judiciaire. Le justiciable se voit traiter en gêneur qui, de toute façon, ne comprend pas grand-chose au jeu de bilboquet où, dans leur commun jargon, se complaisent à la fois les avocats, le ministère public et les trois juges. Quant aux jurés populaires, ils brillent par leur absence. L’historien qui, des années plus tard, voudra savoir ce qui s’est vraiment dit dans le prétoire lors de telle affaire célèbre ou obscure en sera pour ses frais. 
Rien de tel dans le système judiciaire anglo-saxon, bien plus sérieux et sévère, où l’on peut savoir, à la virgule près, ce qui s’est dit durant tout un procès, fût-ce le procès du plus humble des citoyens. Et au moins ce dernier aura-t-il pu bénéficier de la présence de jurés. D. Christie jouait à fond des possibilités que lui offrait ce système. Il se souciait assez peu du juge à qui, s’il le fallait, il faisait sentir que son rôle devait plutôt s’apparenter à celui d’un arbitre. Pour le véritable avocat qu’il était, seuls devaient compter, à un bout de la chaîne, des principes sacrés comme celui de la pleine liberté d’expression et le refus de se laisser intimider et, à l’autre bout de la chaîne, les jurés, toujours admis, le moment venu, à poser des questions et à réclamer des éclaircissements. Il fuyait l’argutie juridique et, tourné vers les profanes, s’adressait à ces derniers en un langage dru, direct et précis. Il subjuguait par son aisance à fournir une définition ou des exemples. Il était impavide. Il se refusait à l’esbroufe. Il affectionnait ce qui était simple et concret. Il frappait par sa façon hardie d’aller immédiatement au cœur brûlant du sujet à traiter. En justice anglo-saxonne, le bavardage et la théorie sont proscrits, on ne tient pas de discours et quasiment tout se fait par questions aiguës et précises suivies de réponses aussi brèves que possible. On y aime les faits et on y a horreur de ce qui est « emotional » (propre à susciter une émotion qui vous est favorable). Quant à l’expert, il n’est pas recruté, comme c’est le cas en France, sur une liste de prétendus experts certifiés tels mais il est une personne qui, hic et nunc, au terme d’un interrogatoire, d’un contre-interrogatoire et d’un ré-interrogatoire devant le juge et le jury, aura su faire la preuve de son expérience, de la maîtrise de son sujet et de son aptitude à se faire comprendre du profane. J’ai personnellement assisté D. Christie pendant toute la durée du procès de 1985 et, pour des raisons de santé, seulement pendant une partie du procès de 1988. Notre collaboration s’est révélée si fructueuse que nous sommes parvenus, en 1985, à écraser successivement Raul Hilberg, l’historien Number One de « la Destruction des juifs d’Europe », et Rudolf Vrba, le témoin Number One des prétendus gazages homicides d’Auschwitz. La presse de l’époque avait manifesté sa surprise devant le haut degré de préparation de la défense. Puis, au procès de 1988, le « Rapport Leuchter » sur les prétendues chambres à gaz homicides de Majdanek, d’Auschwitz et de Birkenau avait porté le coup de grâce à la thèse exterminationniste. Sur le strict plan de la science et de l’histoire nous avions remporté toutes les victoires possibles mais, bien sûr, les grands médias avaient d’autant plus renforcé leur propagande holocaustique. Sur le plan judiciaire, E. Zündel avait été provisoirement condamné.
J’avais noué des liens d’amitié avec D. Christie, qui était d’origine écossaise, et avec son épouse, Keltie Zubko, d’origine ukrainienne. A la maison Zündel, nous les appelions respectivement « the Devil » et « the Angel » (le Diable et l’Ange). A elle seule, l’atmosphère qui régnait dans la vaste demeure d’E. Zündel constituait une exceptionnelle réussite d’organisation, de répartition des tâches, d’ardeur au travail, de cordialité et d’enthousiasme avec d’inévitables épisodes de tension quand ce n’était pas de crainte pour notre sécurité. E. Zündel n’a pas son pareil pour susciter le dévouement à la juste cause du révisionnisme. Rarement aurai-je vu dans ma longue vie un tel rassemblement d’esprits désintéressés et de si haute qualité. Bien des noms me reviennent en mémoire : je n’en citerai aucun de crainte d’oublier un seul de ces hommes, une seule de ces femmes qui ont écrit ensemble une aussi belle page de l’aventure humaine. Je ne me permettrai qu’une exception pour mentionner Barbara Kulaszka, une avocate, fille d’Ecossaise, dont le nom passera à la postérité pour son monumental ouvrage, Did Six Million Really Die? / Report of the Evidence in the Canadian "False News" Trial of Ernst Zündel – 1988, publié en 1992, VIII-564 pages sur double colonne.
Pour le restant de leurs jours, Keltie et ses enfants devraient puiser dans leur souvenir de Doug Christie des motifs de fierté, un exemple de courage et une source d’énergie.  
12 mars 2013