Monday, January 31, 2011

A propos de « Graphiques et photos de Dachau » (mon article du 1er août 1990)



Les graphiques et les photos en question concernent directement Dachau et, indirectement, toute l’histoire de tous les camps de concentration allemands.

Je rappelle que les Allemands n’ont jamais possédé de « camps d’extermination ». Cette expression n’est que la traduction de l’anglais « extermination camps ».

« Extermination camps » est un terme apparu en novembre 1944 dans un « Report of the War Refugee Board » (rapport du bureau des réfugiés de guerre), officine essentiellement juive directement rattachée à la Présidence du gouvernement des Etats-Unis (Franklin D. Roosevelt) et sise à Washington.

Ce « rapport » contient essentiellement deux pièces qui sont dues à deux jeunes juifs slovaques et à un major polonais, tous trois évadés d’Auschwitz. Il est mensonger ainsi qu’on peut le constater au premier regard en examinant les prétendus plans des crématoires censés contenir des « chambres à gaz ». En 1985, à Toronto, au premier grand procès d’Ernst Zündel nous avons confondu l’un des deux ex-détenus slovaques, Rudolf Vrba, qui avait commis l’imprudence de venir témoigner sous serment (voy. l’index de mes Ecrits révisionnistes (1974-1998) au mot « Vrba »).

La traduction en allemand d’« extermination camps » a donné « Vernichtungslagern ». Au procès de Nuremberg (1945-1946), l’ancien lieutenant-colonel SS Wilhelm Höttl (à ne pas confondre avec Rudolf Höss, le premier des trois commandants successifs d’Auschwitz) a collaboré dans la coulisse avec l’accusation. Dans un affidavit (déclaration écrite sous serment) il a osé prétendre qu’en août 1944, à Budapest, son collègue Adolf Eichmann lui avait révélé que l’Allemagne avait déjà tué quatre millions de juifs dans des « Vernichtungslagern » et que deux autres millions de juifs avaient été tués ailleurs, notamment du fait des Einsatzgruppen. On observera ici que le total de six millions aurait été atteint dès août 1944 !

En 1987, je suis allé rendre visite à W. Höttl en Autriche avec un témoin. Tout de go je lui ai dit tout que sa déclaration contenait un anachronisme (le mot de « Vernichtungslagern ») et que, pour l’historien, l’anachronisme était le signe du faux. C’est alors que, battant en retraite, il m’a dit en substance : « Pourquoi accordez-vous tant d’importance à cette déclaration d’Eichmann ? Eichmann était ivre et il souffrait à mon égard d’un complexe d’infériorité qui l’amenait à grossir les faits et les chiffres. »

Je reviendrai là-dessus plus en détail dans une étude que je prépare sur le mythe des six millions.
31 janvier 2011

Thursday, January 20, 2011

The Morgenthau Plan for deliberate deindustrialization and starvation of Germany. Especially: document JCS 1067




Results from 1945 till the end of 1947: a humanitarian disaster


See also “The Morgenthau Plan in the Holocaust Myth / How the Psychological Warfare Department promoted German deindustrialization with a ‘factory of death’ motif” by Dean Hierbud (maker of the video One Third of the Holocaust) in Smith’s Report N° 178 [January 2011, http://www.codoh.com/newsite/sr/online/sr_178.pdf], p. 1-2, 7-11. 
JCS 1067: The Joint Chiefs of Staff [JCS] Directive 106, issued to Eisenhower in the spring of 1945. It remained secret until October 17, 1945. 

Extract from
http://en.wikipedia.org/wiki/Morgenthau_Plan#JCS_1067 [Warning! One must be cautious with Wikipedia’s publications]: 

A Handbook for Military Government in Germany was ready in August 1944, it was an occupation document which advocated a quick restoration of normal life for the German people and reconstruction of Germany. Henry Morgenthau, Jr. brought it to the attention of President Franklin D. Roosevelt who after reading it rejected it with the words:
    Too many people here and in England hold the view that the German people as a whole are not responsible for what has taken place – that only a few Nazis are responsible. That unfortunately is not based on fact. The German people must have it driven home to them that the whole nation has been engaged in a lawless conspiracy against the decencies of modern civilization. 
A new document was drafted, the Joint Chiefs of Staff directive 1067 (JCS 1067). Here the US military government of occupation in Germany was ordered to “…take no steps looking toward the economic rehabilitation of Germany [or] designed to maintain or strengthen the German economy” and it was also ordered that starvation, disease and civil unrest were to be kept below such levels where they would pose a danger to the troops of occupation. [my emphasis – RF]
The directive was formally issued to Eisenhower in the spring of 1945, and it applied only to the US zone (although attempts had been made to get the other Allies to accept it). The occupation directive remained secret until October 17, 1945. It was made known to the public two months after the US had succeeded in incorporating much of it into the Potsdam Agreement.[43]
On March 20, 1945 President Roosevelt was warned that the JCS 1067 was not workable: it would let the Germans “stew in their own juice”. Roosevelt's response was “Let them have soup kitchens! Let their economy sink!” Asked if he wanted the German people to starve, he replied, “Why not?” [44]
On May 10, 1945 Truman signed the JCS 1067.[45] Morgenthau told his staff that it was a big day for the Treasury, and that he hoped that “someone doesn't recognize it as the Morgenthau Plan.” [6]
In occupied Germany Morgenthau left a direct legacy through what in OMGUS commonly were called “Morgenthau boys”. These were U.S. Treasury officials whom Dwight D. Eisenhower has “loaned” in to the Army of occupation. These people ensured that the JCS 1067 was interpreted as strictly as possible. They were most active in the first crucial months of the occupation, but continued their activities for almost two years following the resignation of Morgenthau in mid 1945 and some time later also of their leader Colonel Bernard Bernstein, who was “the repository of the Morgenthau spirit in the army of occupation”.[46]
Morgenthau had been able to wield considerable influence over Joint Chiefs of Staff Directive 1067. JCS 1067 was a basis for U.S. occupation policy until July 1947, and like the Morgenthau Plan, was intended to reduce German living standards. The production of oilrubber, merchant ships, and aircraft were prohibited. Occupation forces were not to assist with economic development apart from the agricultural sector.
In his 1950 book Decision in Germany, [General Lucius] Clay wrote, “It seemed obvious to us even then that Germany would starve unless it could produce for export and that immediate steps would have to be taken to revive industrial production”.[47] Lewis Douglas, chief adviser to General Lucius Clay, U.S. High Commissioner, denounced JCS Directive 1067 saying, “This thing was assembled by economic idiots. It makes no sense to forbid the most skilled workers in Europe from producing as much as they can in a continent that is desperately short of everything”. [48] Douglas went to Washington in the hopes of having the directive revised but was unable to do so.
The U.S. Senate Judiciary Committee asserted: “During the first two years of the Allied occupation the Treasury program of industrial dismantlement was vigorously pursued by American officials.” [49]
In July 1947 JCS 1067, which had directed the U.S. forces of occupation in Germany to “... take no steps looking toward the economic rehabilitation of Germany [or] designed to maintain or strengthen the German economy”, was replaced by JCS 1779 which instead stated that “An orderly, prosperous Europe requires the economic contributions of a stable and productive Germany.” [11]
It took over two months for General Clay to overcome continued resistance to the new directive JCS 1779, but on July 10, 1947, it was finally approved at a meeting of the SWNCC (State-War-Navy Coordinating Committee). The final version of the document “was purged of the most important elements of the Morgenthau plan.” [50]
Vladimir Petrov, an expert on the financial aspects of the occupation, wrote: “By forbidding the American Army to maintain price, wage, and market controls, it (JCS 1067) literally decreed, as a State Department official put it, economic chaos.” [51]
In 1947 the U.S. Congress warned that the continuation of the present policies
... can only mean one of two things, (a) That a considerable part of the German population must be “liquidated” through diseases, malnutrition, and slow starvation for a period of years to come, with the resultant dangers to the rest of Europe from pestilence and the spread of plagues that know no boundaries; or (b) the continuation both of large occupying forces to hold down “unrest” and the affording of relief mainly drawn from the United States to prevent actual starvation. [52]
Conditions in Germany reached their lowest point in 1947. Living conditions were considered worse in 1947 than in 1945 or 1946. At an average ration of 1040 calories a day, malnutrition was at its worst stage in post-war Germany. Herbert Hoover asserted that this amount of rations was hardly more than the amount which caused thousands in the Nazi concentration camps to die from starvation. [53]
Vladimir Petrov concluded: “The victorious Allies... delayed by several years the economic reconstruction of the war torn continent, a reconstruction which subsequently cost the U.S. billions of dollars.” [54]
In view of increased concerns by General Lucius D. Clay and the Joint Chiefs of Staff over communist influence in Germany, as well as of the failure of the rest of the European economy to recover without the German industrial base on which it was dependent, in the summer of 1947, Secretary of State George Marshall, citing “national security grounds,” was finally able to convince President Harry S. Truman to remove JCS 1067, and replace it with JCS 1779.[55] JCS 1067 had then been in effect for over two years.
The Morgenthau boys resigned en masse when the JCS 1779 was approved, but before they went the Morgenthau followers in the decartelization division of OMGUS accomplished one last task in the spring of 1947, the destruction of the old German banking system. [56] By breaking the relationships between German banks they cut off the flow of credit between them, limiting them to short-term financing only, thus preventing the rehabilitation of German industry and with immediate adverse effects on the economy in the U.S. occupation zone. [56]
With the change of occupation policy, most significantly thanks to the currency reform of 1948, Germany eventually made an impressive recovery, later known as the Wirtschaftswunder (“economic miracle”).
[End of extract]  

Notes
6 Michael R. Beschloss, The Conquerors: Roosevelt, Truman and the Destruction of Hitler's Germany, 1941-1945, p. 233.
11 “Pas de Pagaille!” Time Magazine, July 28, 1947.
43 James P. Warburg, Germany: Bridge or Battleground? (New York: Harcourt, Brace and Company, 1946), p. 279.
44 Michael R. Beschloss, The Conquerors: Roosevelt, Truman and the Destruction of Hitler's Germany, 1941-1945, p. 196.
45 text in Department of State Bulletin, October 21, 1945, p. 596-607.
46 Vladimir Petrov, Money and conquest; allied occupation currencies in World War II. Baltimore, Johns Hopkins Press (1967) p. 228–229.
47 Ibid. p. 18.
48 Robert Murphy, Diplomat Among Warriors (London: 1964, p. 251).
49 John Dietrich. The Morgenthau Plan: Soviet Influence on American Postwar Policy (2002) p. 85.
50 Vladimir Petrov, Money and conquest; allied occupation currencies in World War II. Baltimore, Johns Hopkins Press (1967) p. 236 (Petrov footnotes Hammond, American Civil-Military Decisions, p. 443).
51 John Dietrich, p. 85.
52 John Dietrich, p. 99.
53 John Dietrich, p. 108.
54 John Dietrich, p. 88.
56 Vladimir Petrov, Money and conquest; allied occupation currencies in World War II, Baltimore, Johns Hopkins Press (1967) p. 237.

Tuesday, January 18, 2011

A Barcelone, récidive policière contre le libraire-éditeur Pedro Varela

A Barcelone, nouvelle perquisition et nouvelle saisie de livres, d’ordinateurs et de dossiers à la Librería Europa de Pedro Varela, en prison depuis le 12 décembre 2010 pour diffusion de quelques ouvrages. Il a été condamné à une peine de quinze mois de prison ferme. Son adresse : 

Celda 216 MRO 
Centro Penitenciario Brians
Ap. de C. 1000 
E - 08760 Martorell (BCN)
Espagne



Mardi 18 janvier 2011 2 18 /01 /Jan /2011 19:22



Esta mañana Pedro Varela ha sido trasladado por la policía a la Librería Europa para presenciar  el secuestro de los ejemplares del libro “Mi Lucha” que aún permanecían en la misma y de los que había un total de doce ejemplares. La orden provenía de la fiscalía “reactivada” por el estado alemán de Baviera que posee todos los derechos de edición y distribución del libro de Adolf Hitler hasta el año 2015. Pobre excusa teniendo en cuenta que ese libro lleva desde hace 86 años publicándose  siendo su primera edición en España en 1937. Hasta ahora nadie había reclamado derecho alguno. Que casualidad !!

Han sido secuestrados también todos los ordenadores de la librería donde se encontraban archivos correspondientes a facturación, listado de clientes y maquetaciones de libros de todo tipo preparados para su impresión.

Después de hora y media de registro Pedro Varela ha sido introducido en un coche policial y devuelto a su celda.

Como podemos apreciar no es suficiente el encarcelamiento de un librero sino que se trata de impedir a toda costa la continuación de Librería Europa, sea como sea.

La desolación de los colaboradores de la librería es total pues sin los ordenadores todo el trabajo queda colapsado por lo que os pedimos toda la colaboración y ánimos posibles a los que aún creemos en la libertad de expresión.

Nuestra indignación debe transformarse en solidaridad y valentía para sobrellevar con dignidad estos ataques que intentan minar nuestra moral.

De momento, que nadie nos hable de democracia.

Gracias a todos por anticipado.


4 Voir le commentaire Bas du formulairBas du formulairTraduction rapide

Ce matin (18 janvier 2011), Pedro Varela a été transféré par la police à la Librería Europa pour y assister à la mise sous séquestre des exemplaires du livre Mein Kampf qui s'y trouvent encore et dont il resterait un total de douze exemplaires. L'ordre émanait du bureau du procureur "relancé" par l'Etat de Bavière qui possède jusqu'en 2015 tous les droits d'édition et de distribution du livre d'Adolf Hitler.Piètre excuse si l'on considère que ce livre est publié depuis 86 ans, la première édition en Espagne remontant à 1937. Jusqu'à présent personne n'avait réclamé le moindre droit. Quelle coïncidence !!



Ont été également saisis tous les ordinateurs de la librairie qui contenaient des dossiers relatifs à la facturation, aux fichiers de clients et à des maquettes de livres de tous types en cours de préparation en vue d'impression.

Après une heure et demie de perquisition Pedro Varela a été reconduit par une voiture de police dans sa cellule.

Comme on peut s'en rendre compte, l'emprisonnement d'un libraire n'est pas suffisant, mais ce dont il s'agit c'est d'empêcher à tout prix la Librería Europa de poursuivre son activité, de quelque manière que ce soit.

Les collaborateurs de la librairie sont totalement désemparés car, sans les ordinateurs, tout le travail est paralysé, raison pour laquelle nous vous demandons toute la coopération et tous les encouragements possibles, pour nous qui croyons encore à la liberté d'expression.

Notre indignation doit se transformer en solidarité et en courage afin de supporter avec dignité ces attaques qui tentent de saper notre moral.

Pour le moment, que personne ne vienne nous parler de démocratie.

D'avance, merci à tous.
18 janvier 2011

Wednesday, January 12, 2011

Philippe Bilger en apôtre de la Shoah


Né le 31 août 1943 à Metz, Philippe Bilger est le fils de Joseph Bilger, condamné au moment de la « Libération » à dix ans de travaux forcés pour crime d’intelligence avec l’ennemi. Avocat général, il a été admis à la retraite le 1er septembre 2009 mais, s’il faut en croire Wikipedia, il a été maintenu en activité comme substitut général et ce jusqu’au 1er septembre 2012. Il vient de publier un livre sur le procès de Robert Brasillach : Vingt minutes pour la mort (Editions du Rocher, 160 p.). Le 7 janvier 2011, il a accordé un entretien à « Enquête et débat » (extrait à http://blanrue.blogspot.com/2011/01/philippe-bilger-sur-la-petition-blanrue.html). Il y déclare qu’au début il a été très défavorable à la loi Gayssot (en fait, la loi Fabius-Gayssot). Selon lui, imposer le silence au « mensonge », c’est assurer l’impunité à ces menteurs que sont les révisionnistes. A ces menteurs il préfère qu’on impose « un affrontement démocratique ». Il affirme qu’à chaque fois qu’un tel affrontement a eu lieu « les fous ont perdu ». Ces défenseurs du « mensonge » et ces « fous », il les appelle aussi « les ignorants », « les malfaisants » ou « ces malades ». Il répète qu’à chaque fois ils « ont perdu ». Déjà en 2007, en une demi-page, il dénonçait « le négationnisme », sa « malfaisance intellectuelle et historique », son « mensonge », « son œuvre de pourrissement », et à nouveau son « mensonge », son « absurdité intellectuelle et historique » qui mérite que « la société tout entière » renvoie « l’imposteur dans son ridicule [sic] »  (J’ai le droit de tout dire !, Editions du Rocher, 2007, p. 45).

A Robert Ménard qui était sur le point de signer la pétition lancée par Paul-Eric Blanrue contre la loi Gayssot et pour la libération de Vincent Reynouard il avait lancé en guise d’avertissement : « Vous allez vous engager dans des combats où vous allez en prendre plein la tête ». R. Ménard a néanmoins signé. « Je suis encore en activité », précise Ph. Bilger, ajoutant qu’en conséquence il ne peut pas signer cette pétition. Mais, même s’il n’était plus en activité, je pense qu’il refuserait sa signature. Il déclare : « Ma liberté de blogueur est plus protégée par ma solitude » ou « Je ne veux pas m’enfermer ». Il insiste sur le fait qu’il tient à ce qu’il appelle « mon autonomie de singulier [sic] ». Aujourd’hui, il n’est plus contre la loi Gayssot : « elle fait partie du corpus [législatif]. Elle est là. » A propos de la condamnation de V. Reynouard à une année d’emprisonnement ferme (« sans amende », ajoute-t-il) il tient des propos qui paraissent signifier que la peine était très lourde pour un écrit délictueux quand on songe à la difficulté parfoisd’obtenir une peine de prison ferme pour les auteurs de délits ou  crimes matériels. Celui qui l’interroge rectifie, ajoutant que V. Reynouard s’est bien vu infliger « une peine d’amende importante en plus ». « Ah bon ! » a dit Ph. Bilger.

Je me permettrai les remarques suivantes :

– Les peines financières auxquelles V. Reynouard a été condamné s’élèvent à près de 70 000 €. Père de huit enfants, chassé de l’enseignement, dépourvu de ressources, vivant, lorsqu’il était en liberté, à Bruxelles dans des conditions précaires, il a été mis en prison en Belgique à la demande de l’Etat français usant, pour la circonstance, du « mandat d’arrêt européen » qui, à l’origine, était prévu pour combattre la grande délinquance à l’échelle internationale. Puis, il a été livré à la France. Il est en prison à Valenciennes. Il a récemment demandé, comme il en avait le droit, d’être remis en liberté avec le port imposé du bracelet électronique. La juge d’application des peines lui a signifié son refus parce que, depuis qu’il est en prison, où il observe une conduite irréprochable, il n’a montré aucun signe de repentir.

– Ph. Bilger parle d’« affrontements démocratiques » entre révisionnistes et antirévisionnistes mais, en France, il n’y en a pas eu un seul ! Les révisionnistes ne cessent de réclamer « un débat public » mais on le leur refuse car «  on peut discuter du révisionnisme mais non avec les révisionnistes ». En guise d’affrontements, les révisionnistes n’ont connu que des procès et des attaques physiques qui, parfois, ont entraîné hospitalisations et opérations chirurgicales. Ils n’ont commis aucune agression contre leurs adversaires.

– En 2004, Ph. Bilger avait publié chez Flammarion, avec Bruno Gaccio, un ouvrage intitulé Le Guignol et le Magistrat sur la liberté d’expression. Les deux auteurs s’y déclarent en faveur de la liberté d’expression mais dénient cette liberté aux révisionnistes ou  négationnistes. B. Gaccio raconte l’anecdote suivante : à Paris, il a un jour rencontré au café de Flore Robert Faurisson, avec lequel il a eu une conversation qui a duré trois minutes et au cours de laquelle il a parlé au « vieux bonhomme » de ses « inepties » et de son « idiotie ». Lui qui pourtant ne veut « pas faire du mal à qui que ce soit » (p. 288), il a notifié au « vieux bonhomme » qu’il allait le frapper « dans cinq secondes » si celui-ci ne quittait pas immédiatement les lieux [voy. ]. Sur ce, il est allé rejoindre à leur table deux amis : Danièle Thompson et Jorge Semprun. « Je leur ai raconté ce qui était arrivé et on a ri, tellement c’était énorme… ». Par la suite, B. Gaccio a rapporté l’anecdote à Ph. Bilger qui lui a déclaré : « […] je comprends que vous ayez pu rire tous les trois ce jour-là au Flore » (p. 259-260). Sur les révisionnistes le magistrat résume son opinion en ces termes : « Pour ce qui concerne le révisionnisme, c’est plus simple [qu’avec d’autres, qui, eux, peuvent être intelligents]. Vous sortez deux photos, trois films, et on n’en parle plus. Je n’ai pas peur des révisionnistes. A leur propos, je me demande plutôt quel est leur but, pourquoi ils parlent. Dans quel fol espoir faire oublier la Shoah ? A la limite, ils m’amusent, dans le sens où je hausse les épaules, j’aurais plutôt tendance à dire qu’ils ne méritent pas le débat parce qu’ils sont trop cons, trop obsédés. Leur cas relève de l’aliénation, de la psychiatrie » (p. 342).

– Dans l’intérêt supérieur de la Shoah, Ph. Bilger devrait accepter, malgré tout, mon offre d’un débat public : Matamore me terrasserait. A défaut, il se doit de nous révéler quels sont ses « deux photos » et ses « trois films » aux pouvoirs miraculeux : Tranche-montagne l’emporterait ainsi sur les historiens orthodoxes qui, au terme de soixante ans de vains efforts pour répondre aux redoutables arguments du révisionnisme sur le plan historique et scientifique, ont capitulé (voy. http://robertfaurisson.blogspot.com/2010/12/comment-initier-des-profanes-au.html). Ph. Bilger apparaîtrait alors en sauveur de la Shoah. Il apporterait la solution finale de la double question que se posent avec de plus en plus d’angoisse tant de chercheurs antirévisionnistes : « Et si les révisionnistes avaient raison ? Et si la boîte noire de l’Holocauste, avec sa magique chambre à gaz et avec les charniers jamais ouverts du Père Desbois, ne contenait que de la poudre aux yeux ? »

Mon expérience de la justice française m’a enseigné que, dans tous les procès intentés aux révisionnistes, le siège du ministère public a été occupé par des hommes ou des femmes comparables à Ph. Bilger. Pendant plus de trente ans, j’ai partout noté la même suffisance, la même promptitude à trancher d’un point d’histoire, la même dévotion à la vérité officielle, la même ignorance crasse du sujet en cause (ils ignorent les arguments et les découvertes des révisionnistes mais aussi la série  de concessions ou de capitulations auxquelles les exterminationnistes ont été contraints) et surtout j’ai noté le même recours systématique à l’insulte, à l’injure, à l’outrage. Tel a été, dans le prétoire, le comportement de ces magistrats français. Tel est, comme on peut le constater aujourd’hui, le comportement de Ph. Bilger à l’écrit et à l’image. L’histoire retiendra ces pièces à conviction contre la justice française.


12 janvier 2011

Tuesday, January 4, 2011

Sur Fred Leuchter


Michael Hoffman vient de m’envoyer la nouvelle édition, enrichie, du livre qu’il avait consacré en 1985 au premier grand procès d’Ernst Zündel, à Toronto. (Le second grand procès allait avoir lieu en 1988.) Le présent ouvrage porte pour titre The Great Holocaust Trial et l’auteur l’appelle l’« édition du vingt-cinquième anniversaire ».

Il y a quelques jours, feuilletant le livre pour me faire une première idée de son contenu, je suis tombé en arrêt, aux pages 147-158, devant un texte daté de 1992 et signé de Fred Leuchter (auteur du fameux « Leuchter Report » de 1988 sur les prétendues chambres à gaz d’Auschwitz, de Birkenau et de Majdanek, et auteur également, en 1989, d’autres rapports sur les prétendues chambres à gaz de Dachau, de Mauthausen et du Château de Hartheim).

Je conservais un vif souvenir de ce texte qu’à l’époque j’avais trouvé bouleversant et qui, en 2010, soit dix-huit ans plus tard, m’est apparu, à la lumière de bien d’autres épreuves qui, par la suite, allaient accabler F. Leuchter, encore plus bouleversant. Ce texte portait pour titre « Is There Life After Persecution ? » (Y a-t-il une vie après la persécution ?) et, pour sous-titre, « The Botched Execution of Fred Leuchter » (L’exécution bâclée de Fred Leuchter) (http://www.ihr.org/jhr/v12/v12p429_Leuchter.html). Il s’agissait d’une communication faite par l’intéressé en octobre 1992 aux Etats-Unis à la XIe conférence de l’Institute for Historical Review et reproduite dans The Journal of Historical Review, Winter 1992-1993, p. 429-444.

Je souhaite que F. Leuchter, malgré l’état où il se trouve maintenant réduit, ait le temps et la force d’ajouter à ce pathétique récit la suite qu’on est en droit d’attendre de lui et qui porterait sur la vie de son auteur de 1993 à nos jours. Le tout, c’est-à-dire le texte de 1992 et cette suite qui resterait à écrire, ne manquerait pas d’être traduit au moins en français et en allemand.

F. Leuchter est l’un des hommes les plus attachants que j’aie rencontrés de ma vie : son intelligence, sa probité, sa bonté et son courage m’ont frappé. Ses tribulations sont allées bien plus loin encore que ce qu’il a pu nous en dire jusqu’ici. Les Klarsfeld, la Sabina Citron et toute la clique des holocausticiens de choc, le prenant pour cible, ont ruiné sa vie et sa réputation. Tombé à terre, il a vu jusqu’à des révisionnistes ou des semi-révisionnistes le traiter avec mépris ou condescendance. En novembre 1991, à Londres, lorsque ses épreuves et ses humiliations ne faisaient guère que commencer, le semi-révisionniste David Irving l’avait abandonné à son sort de façon indigne, avant de le traiter plus tard de « simpleton » (nigaud). Quant au révisionniste Carlo Mattogno, il a dénigré le « Leuchter Report » non sans reprendre à son compte les arguments débiles d’un Jean-Claude Pressac qui pourtant, des années plus tard, allait se rendre compte qu’il avait, pour sa part, défendu avec l’aide et l’argent des Klarsfeld un dossier « pourri » et tout juste bon pour les « poubelles de l’histoire » (sic). Je pourrais donner les noms de quelques autres personnes qui ne se sont guère mieux comportées ; je m’en abstiendrai.

Je préfère, pour finir, donner la parole à F. Leuchter lui-même. Ecoutons ce qu’il lançait en 1992 à son auditoire. Dix-huit ans plus tard, sa déclaration, dont le temps est venu confirmer la teneur, prend aujourd’hui un relief saisissant :

A la grande consternation de ceux qui ont voulu m’exécuter, mon exécution a été si bien bâclée que je suis capable de me tenir là, debout devant vous, pour dire la vérité et pour annoncer au monde que ce n’est pas moi qui suis mort mais l’histoire de l’Holocauste. Je le répète publiquement : j’ai été [moralement] condamné pour avoir soutenu qu’il n’y avait pas eu de chambres à gaz d’exécution à Auschwitz, Birkenau, Majdanek, Dachau, Mauthausen ou au Château de Hartheim. Du côté de l’accusation il n’y a pas de preuves mais seulement des insinuations, des mensonges et des demi-vérités. Robert Faurisson, Ernst Zündel et d’autres ont été les premiers à le dire. Eux aussi, ils sont en vie, victimes  d’exécutions bâclées, mais capables néanmoins de proclamer la vérité d’une voix de plus en plus forte qui va répétant : No gas chambers, no gas chambers, no damn gas chambers ! (Pas de chambres à gaz, pas de chambres à gaz, [il n’y a pas eu de] vos fichues chambres à gaz !).

Aujourd’hui, il ne se trouve plus une personne pour venir nous assurer qu’elle a, pour sa part, enfin découvert une preuve de l’existence de ces « fichues chambres à gaz ». Qu’on se le dise ! La magique chambre à gaz n’est plus, avec « l’Holocauste » tout entier, qu’un produit frelaté de l’industrie, du commerce et de la religion de la Shoah, et cela même si certains historiens, par conformisme ou par peur, persistent, dans leurs écrits, à nous en mentionner rituellement l’existence mais sans en apporter la preuve.

A l’aube de l’année 2011, nous pouvons le déclarer avec encore plus de certitude que par le passé : sur le strict plan de la science et de l’histoire, le prétendu Holocauste des juifs avec ses millions de survivants et de miraculés et avec ses magiques chambres à gaz nazies est mort et bien mort. La survie médiatique de l’immonde bobard de guerre et du plus phénoménal bidon des temps modernes n’a pas plus de sens que la survie artificielle d’Ariel Sharon, plongé par ses médecins dans un coma artificiel depuis le 4 janvier 2006, c’est-à-dire depuis cinq ans, jour pour jour, sans espoir de retour à la vie. Le dernier des Mohicans juifs qui se soit hasardé à vouloir trouver des preuves à Auschwitz y a renoncé publiquement le 27 décembre 2009 : il  s’agissait du professeur Robert Jan van Pelt. Aux historiens qui nous abreuvaient de prétendus témoignages ou confessions, j’avais demandé « une preuve, une seule preuve » de la réalité d’une extermination physique des juifs par Hitler ou les siens. Me faisant ensuite plus précis, j’avais lancé : « Montrez-moi ou dessinez-moi une chambre à gaz nazie ! » A la fin, allant encore plus loin dans la précision, j’avais en quelque sorte invité les chercheurs à se rendre dans la capitale de « l’Holocauste », c’est-à-dire à Auschwitz, puis, au cœur même de ce camp, devant les ruines, si parlantes, du grand crématoire II ; je les avais mis au défi de nous trouver la moindre trace, sur et sous le toit de la prétendue chambre à gaz, de ce qu’ils appelaient des orifices et des conduits de déversement des granulés de Zyklon B. Pour ma part, j’avais en quatre mots résumé mon constat et ses conséquences : « No holes, no Holocaust ! » (Pas d’orifices, pas d’Holocauste !). Bien avant cela, j’avais, par ailleurs, publié le plan de construction de ce crématoire, un plan qu’avec bien d’autres documents j’avais découvert le 19 mars 1976 dans les archives du Musée d’Etat d’Auschwitz et qui avait été tenu caché depuis la guerre. Ce plan nous montrait, là où l’on nous affirmait l’existence d’une chambre à gaz homicide, un simple dépositoire aux dimensions et aux dispositions caractéristiques pour la conservation des cadavres en attente de leur crémation.

A la fin de l’année 2011, un livre paraîtra en France qui vaudra « dépôt de fleurs et couronnes » sur la tombe de ce que l’Américain Arthur Robert Butz, dans un ouvrage magistral publié en 1976, appelait déjà The Hoax of the Twentieth Century (La mystification – ou le canular – du vingtième siècle). Justice sera ainsi rendue à la mémoire de Maurice Bardèche, de Paul Rassinier, de Louis-Ferdinand Céline et de toute une cohorte d’hommes et de femmes qui, de par le monde, ont préféré l’exactitude au mensonge. Au premier rang de cette cohorte, je vois figurer Ernst Zündel et Fred Leuchter. Cent autres vrais révisionnistes les accompagnent ou les suivent.
4 janvier 2011

Über Fred Leuchter


Michael Hoffmann hat mir soeben die neue erweiterte Ausgabe des Buches zugesandt, das er 1985 dem ersten großen Prozeß von Ernst Zündel, in Toronto, gewidmet hatte. (Der zweite große Prozeß sollte 1988 stattfinden.) Das hier vorliegende Werk nennt sich The Great Holocaust Trial [Der Große Holocaust Prozeß] und der Autor bezeichnet es die „Auflage zum fünfundzwanzigsten Geburtstag“.

Vor einigen Tagen, als ich durch das Buch durchblätterte, um mir eine Vorstellung seines Inhaltes zu machen, bin ich auf den Seiten 147-158 an einem Text datiert von 1992 und gezeichnet Fred Leuchter (Autor des berühmten „Leuchter-Berichtes“ von 1988 über die angeblichen Gaskammern von Auschwitz, Birkenau und Majdanek, und ebenfalls Autor, 1989, anderer Berichte über die angeblichen Gaskammern von Dachau, Mauthausen und des Hartheimer Schlosses) stehengeblieben.

Ich hatte eine lebhafte Erinnerung an diesen Text behalten, den ich zur damaligen Zeit als sehr bewegend empfunden hatte, und der, 2010, also achtzehn Jahre später, mir noch bewegender vorkam im Lichte vieler anderer Prüfungen, die im weiteren Nachgang Fred Leuchter heimsuchen würden. Dieser Text trug den Titel „Is There Life After Persecution?“ [Gibt es Leben nach der Verfolgung?] und als Untertitel „The Botched Execution of Fred Leuchter“ [Die verpfuschte Hinrichtung von Fred Leuchter] (http://www.ihr.org/jhr/v12/v12p429_Leuchter.html). Es handelte sich um eine vom Betroffenen gemachte Mitteilung im Oktober 1992 in den Vereinigten Staaten auf der XI. Konferenz des Institute for Historical Review [Instituts für Historische Überprüfung] und wiedergegeben im The Journal of Historical Review [Das Journal für Historische Überprüfung], Winter 1992-1993, S. 429-444.

Ich wünsche mir, daß Fred Leuchter, trotz des Zustandes, in dem er sich nun befindet, die Zeit und die Kraft findet, die Fortsetzung an diesen pathetischen Bericht anzufügen, die man von ihm erwarten kann, und die über das Leben des Autors von 1993 bis zur heutigen Zeit handeln würde. Das Ganze, also der Text von 1992 und dessen Folge, die noch geschrieben werden muß, müßte zumindest ins Französische und ins Deutsche übersetzt werden.

Fred Leuchter ist einer der liebenswürdigsten Menschen, die ich in meinem Leben getroffen habe. Seine Intelligenz, seine Redlichkeit, seine Güte und sein Mut haben mich erstaunt. Seine Leiden sind weitaus weiter gegangen, als daß er uns dies bis jetzt hat sagen können. Die Klarsfelds, die Sabina Citron und die ganze Clique der Holocausttruppe haben, ihn als Zielscheibe nehmend, sein Leben und seine Reputation ruiniert. Zu Boden gefallen hat er gesehen, daß bis zu Revisionisten oder Halbrevisionisten ihn mit Verachtung oder Herablassung behandelt haben. November 1991, in London, als seine Prüfungen und seine Erniedrigungen gerade am Anfang standen, hat ihn der Halbrevisionist David Irving auf verabscheuungswürdiger Art und Weise seinem Schicksal überlassen, bevor er ihn später als „simpleton“ [Einfaltspinsel] titulierte. Und was den Revisionisten Carlo Mattogno anbelangt, so hat er über den „Leuchter-Bericht“ abfällig geurteilt, nicht ohne auf sein Konto die debilen Argumente eines Jean-Claude Pressac zu übernehmen, der doch, Jahre später, sich darüber bewußt wurde, daß er, was ihn betraf, mit der Hilfe und des Geld der Klarsfeld eine „verfaulte“ Akte vertreten hatte, gerade mal gut genug für den „Müllhaufen der Geschichte“ (sic). Ich könnte die Namen einiger andere nennen, die sich kaum besser verhalten haben. Ich werde dies unterlassen.

Ich ziehe es vor, um zu enden, an Fred Leuchter selbst das Wort zu erteilen. Hören wir, was er 1992 an sein Auditorium ausrief. Achtzehn Jahre später stellt seine Erklärung, dessen Gehalt die Zeit bestätigt hat, heute ein ergreifendes Monument dar:

Zur großen Bestürzung derjenigen, die mich hinrichten wollten, ist meine Hinrichtung dermaßen verpfuscht worden, daß ich in der Lage bin hier, vor Ihnen, zu stehen, um die Wahrheit zu sagen und der Welt zu verkünden, daß nicht ich es bin, der gestorben ist, sondern die Geschichte des Holocaust. Ich wiederhole es öffentlich: ich bin [moralisch] verurteilt worden wegen der Behauptung, es habe keine Gaskammern zur Menschentötung in Auschwitz, Birkenau, Majdanek, Dachau, Mauthausen oder im Hartheimer Schloß gegeben. Auf der Seite der Anklage gibt es keine Beweise, sondern nur Unterstellungen, Lügen und Halbwahrheiten. Robert Faurisson, Ernst Zündel und andere waren die ersten, die es gesagt haben. Auch sie, sie sind am Leben, Opfer von verpfuschten Hinrichtungen, aber dennoch in der Lage, die Wahrheit mit zunehmend starker Stimme zu verkünden, die wiederholend sagt: No gas chambers, no gas chambers, no damn gas chambers! [Keine Gaskammern, keine Gaskammern, keine verdammten Gaskammern!]

Heutzutage gibt es nicht mehr eine Person, die zu uns kommen würde, um uns zu versichern, daß sie ihrerseits endlich einen Beweis für die Existenz dieser „verdammten Gaskammer“ entdeckt habe. Daß man es sich sage! Die magische Gaskammer ist nur noch, mit „dem Holocaust“ insgesamt, ein gefälschtes Produkt der Industrie, des Kommerzes und der Religion der Schoah, und das selbst wenn einige Historiker, aus Angepaßtheit oder aus Angst, in ihren Schriften darauf beharren, uns gebetsmühlenartig ihre Existenz zu erklären, jedoch ohne den Beweis dazu zu erbringen.

Zu Beginn des Jahres 2011 können wir es noch mit größerer Gewißheit verkünden als in der Vergangenheit: auf dem alleinigen Gebiet der Wissenschaft und der Geschichte ist der angebliche Holocaust der Juden mit seinen Millionen Überlebenden und wundersam Überlebten und mit seinen magischen Nazi-Gaskammern tot und nochmals tot. Das mediale Überleben der riesenhaften Kriegsschwindels und der phänomenalsten Ente moderner Zeiten hat nicht mehr Sinn als das künstliche Überleben von Ariel Sharon, der seit dem 4. Januar 2006 von seinen Ärzten in einem künstlichen Koma versetzt worden ist, also seit fünf Jahren, Tag für Tag, ohne Hoffnung auf Rückkehr zum Leben. Der letzte jüdische Mohikaner, der versucht hatte, in Auschwitz Beweise zu finden, hat darauf öffentlich am 27. Dezember 2009 verzichtet: es handelte sich um den Professor Robert Jan van Pelt. Den Historikern, die uns mit angeblichen Zeugenaussagen oder Geständnissen überhäuften, hatte ich nach „einem Beweis, einem einzigen Beweis“ über die Wirklichkeit der physischen Vernichtung der Juden durch Hitler oder der seinigen gefragt. Mich danach genauer ausdrückend hatte ich ausgerufen: „Zeigen Sie mir oder zeichnen Sie mir eine Gaskammer!“ Zum Schluß, in der Genauigkeit noch weitergehend, hatte ich in gewisser Weise die Forscher gebeten, sich in die Hauptstadt des „Holocaust“ zu begeben, also nach Auschwitz, dann, im Herzen dieses Lagers, vor die Ruinen, so aussagende, des großen Krematoriums II. Ich hatte sie herausgefordert, uns die geringste Spur, auf und unter dem Dach der angeblichen Gaskammer, der Öffnungen und der Vorrichtungen zum Einschütten des Granulats Zyklon B zu finden. Ich hatte, meinerseits, meine Beobachtung und dessen Folgen in vier Worten zusammengefaßt: „No holes, no Holocaust!“ [Keine Löcher, kein Holocaust!] Weitaus früher hatte ich die Baupläne dieses Krematoriums veröffentlicht, eines Planes, den ich mit vielen anderen in den Archiven des Staatlichen Museums von Auschwitz den 19. März 1976 entdeckt hatte und der seit dem Krieg versteckt gehalten worden war. Dieser Plan zeigte uns an der Stelle, wo man uns die Existenz einer Gaskammer zur Menschentötung weismachte, eine einfache Leichenhalle mit Ausmaßen und charakteristischen Vorrichtungen für die Aufbewahrung von Leichen vor ihrer Kremierung.

Am Ende des Jahres 2011 wird in Frankreich ein Buch erscheinen, der die „Niederlegung von Blumen und Kränzen“ auf der Grabplatte dessen wert sein wird, was der US-Amerikaner Arthur Robert Butz in einem 1976 veröffentlichten meisterhaften Werk bereits The Hoax of the Twentieth Century [Die Mystifikation – oder der Schwindel – des Zwanzigsten Jahrhunderts] nannte. Der Erinnerung an Maurice Bardèche, Paul Rassinier, Louis-Ferdinand Céline und der ganzen Kohorte von Männern und Frauen wird so Gerechtigkeit widerfahren, die, wo auch immer in der Welt, die Genauigkeit der Lüge vorgezogen haben. In der ersten Reihe dieser Kohorte sehe ich Ernst Zündel und Fred Leuchter stehen. Hundert andere echte Revisionisten begleiten sie oder folgen ihnen.
4. Januar 2011