Tuesday, September 14, 2010

A look back at my discovery, on March 19, 1976, of the building plans for the Auschwitz and Birkenau crematoria


On March 19, 1976, I discovered the building plans for the Auschwitz crematoria in the Auschwitz State Museum archives. Plans that had been kept carefully hidden since 1945. And for good reason: they refuted the case for “the Holocaust”!

Two of these drawings confirmed that the Auschwitz camp itself had, at the start (until August 1943), possessed a Krematorium, a building with two main rooms: first, a mortuary called a Leichenhalle or “corpse hall”, then, a room housing cremation ovens as well as a reserve of coke and funerary urns. Afterwards (from January 1944), the interior of the room containing the ovens, coke and urns was dismantled, the whole building being transformed into a Luftschutzbunker für SS Revier mit einem Operationsraum, or concrete air-raid shelter for an SS infirmary with operating room.

Still other drawings showed that in 1943 a total of four crematoria had been built at Auschwitz-Birkenau; the first two, Krematorium II and Krematorium III, were equipped with Leichenkeller or “corpse cellars” and, at ground level, a room with cremation ovens; the other two crematoria, Krematorium IV and Krematorium V, also contained spaces for the keeping of corpses, either for cremation or other purposes. For photographs of those crematoria and those plans, one may refer to the extracts below from Serge Thion’s book Vérité historique ou vérité politique ? Le dossier de l’affaire Faurisson. La question des chambres à gaz (p. 317, 320), Paris, Editions la Vieille Taupe, 1980 (available for purchase from Editions Akribeia, 45/3, Route de Vourles, 69230 St Genis-Laval, France; €28).

All of these building plans made nonsense of the claims that the structures in question had housed vast chemical slaughterhouses for human beings.

At bottom, it was at Auschwitz itself that I had the fortune of finding important proof of the “Auschwitz lie”. And, as Auschwitz happens to be the capital of “the Holocaust”, it follows that, by uncovering “the Auschwitz lie”, I uncovered at the same stroke “the lie of ‘the Holocaust’”.

On July 13, 2009, I sent Lady Michèle Renouf a message in English in which I recalled that discovery and its consequences; see <http://robertfaurisson.blogspot.com/2009/07/letter-on-discovery-of-auschwitz.html>.

Today, for the French translation of that letter, see <http://robertfaurisson.blogspot.com/2009/07/lettre-sur-ma-decouverte-en-1976-des.html>.
September 14, 2010









Robert FAURISSON July 13, 2009


Letter on my discovery of the Auschwitz crematoria building plans


to Lady Michèle Renouf

Dear Michèle,
Yes, I am the one who discovered the plans of the Auschwitz crematoria. It was in 1976 on my second visit to the camp; my first visit was in 1975.
I haven’t the time to explain to you how I managed to find, on March 19, 1976, all those plans and many other items at the Auschwitz archives centre, where I met Tadeusz Iwaszko, chief archivist at the Auschwitz State Museum.
For years I tried to publish the plans in question. Impossible. One day a friend told me he knew a Spanish journalist who perhaps would agree to publish an interview with me, along with some photos. The newspaper was the Spanish magazine Interviu. The journalist was Vicente Ortuno and the photographer was Jean Marie Pulm. They came to Vichy. They promised me and my friend not to publish any photo of my face, and that an agreement would be signed before any publication. In fact they lied. They quickly published what you can see in Interviu (22-28 February 1979, p. 64-66; please see the reproductions below). In the article I am described as a sadistic Nazi. I have the French translation of that article but it is of no interest. I filed a lawsuit in Paris. I won my case but the amount of damages was ridiculous (the presiding judge was a Jewess by the name of Simone Rozès).
So it was that the Holo Believers had been sitting on those plans for over 30 years after the war. Question: "How is it that the Jews and the Communists decided to hide the plans showing the alleged crime weapon?" The answer is that those plans showed clearly that the alleged homicidal gas chambers were rooms designed and used as mortuaries (or places to keep bodies before their incineration), exactly as, for example, in the Sachsenhausen camp near Berlin (there, the big Leichenkeller was made up of three different rooms: one for bodies in coffins, one for bodies not in coffins and another, equipped with a special isolation system, for contaminated bodies). This kind of place was called a Leichenhalle ("corpse hall") or Leichenkeller ("corpse cellar").
Isn't it odd that the man who had discovered and tried to publish such things was a revisionist, i.e. a non-believer?
In the large photo in Interviu I am seen showingLeichenkeller 1 of crematorium II in Auschwitz-Birkenau; that crematorium was situated near the football field (Sportplatz) where the inmates played soccer matches; sometimes the ball fell into the courtyard of the crematorium and had to be retrieved from there.
In the same photo, behind me can be seen two other plans.
On March 19, 1976 I ordered and paid for 116 photos (I still have the bill) but afterwards I had some serious trouble getting them sent from Poland to Vichy. I had to ask the French Consulate in Cracow to intervene. Of course, to none of those people in Communist Poland had I disclosed that I was a revisionist.
In the smaller photo I am showing Serge Klarsfeld’s book, Mémorial de la déportation des juifs de France (1978), and explaining some of the tricks played by that fraudster in his book.
As soon as they learnt of the Interviu article, the Holo Believers began publishing the same drawings but not without explaining to readers that they had to understand that the German terms were code words which, consequently, needed decoding. Jean-Claude Pressac harboured a predilection for that sort of job, particularly in his enormous book entitled Auschwitz: Technique and Operation of the gas chambers, published in 1989 by the Beate Klarsfeld foundation in New York. But, as you probably know, Pressac ended up recanting his views and, on June 15, 1995 (a month after I had made him testify in a case brought against me [for my Réponse à Jean-Claude Pressac (1994)], signed a paper in which he finally said that the official version of Nazi concentration camp history was "rotten" (pourri) and good only for the "rubbish bins of history" (poubelles de l’histoire). That recantation of his was kept hidden for five years and made public only in March 2000 by a conventional historian, Valérie Igounet, at the very end of her book, Histoire du négationnisme en France, Seuil (Paris), p. 651-652.
Best wishes,
Robert Faurisson
Vichy, July 13, 2009





Retour sur ma découverte, le 19 mars 1976, des plans des crématoires d’Auschwitz et de Birkenau


Le 19 mars 1976, je découvrais dans les archives du Musée d’Etat d’Auschwitz les plans des crématoires d’Auschwitz. Des plans qu’on avait soigneusement tenus cachés depuis 1945. Et pour cause : ils démentaient la thèse de « l’Holocauste » !

Deux de ces plans confirmaient que le camp même d’Auschwitz avait, en un premier temps (jusqu’en août 1943), possédé un Krematorium, bâtiment doté de deux pièces principales : d’abord, un dépositoire appelé Leichenhalle ou hall à cadavres, puis une salle abritant des fours de crémation ainsi qu’une réserve de coke et des urnes funéraires. En un second temps (à partir de janvier 1944), l’intérieur de la salle contenant fours, coke et urnes avait été démantelé et l’ensemble du bâtiment avait été transformé en un Luftschutzbunker für SS Revier mit einem Operationsraum ou abri bétonné antiaérien pour infirmerie SS avec salle d’opération.

D’autres plans encore montraient qu’en 1943 quatre crématoires avaient été construits à Auschwitz-Birkenau ; les deux premiers, le Krematorium II et le Krematorium III, étaient dotés en sous-sol de Leichenkeller ou celliers à cadavres et, en surface, d’une salle de fours de crémation ; les deux autres crématoires, le Krematorium IV et le Krematorium V, possédaient également des espaces destinés soit à l’entreposement des cadavres, soit à la crémation, soit à d’autres usages. Pour des photos de ces crématoires et de ces plans, on pourra se reporter aux images reproduites ci-dessous, extraites de Serge Thion, Vérité historique ou vérité politique ? Le dossier de l’affaire Faurisson. La question des chambres à gaz (p. 317, 320), Paris, Editions la Vieille Taupe, 1980 (à commander aux Editions Akribeia, 45/3, Route de Vourles, 69230 St Genis Laval, 28 €).

Tous ces plans de construction frappaient d’inanité la thèse selon laquelle ces bâtiments auraient contenu de vastes abattoirs chimiques pour l’exécution d’êtres humains.

Au fond, c’est à Auschwitz même qu’il m’a été donné de trouver ainsi une preuve importante du « mensonge d’Auschwitz ». Et, comme Auschwitz se trouve être la capitale de « l’Holocauste », il s’ensuit qu’en découvrant « le mensonge d’Auschwitz », je découvrais du même coup « le mensonge de ‘l’Holocauste’ ».

Le 13 juillet 2009, j’ai adressé à Lady Michèle Renouf un message en anglais où j’ai évoqué cette découverte et ses suites ; voyez http://robertfaurisson.blogspot.com/2009/07/letter-on-discovery-of-auschwitz.html .

Aujourd’hui, pour la traduction de cette lettre en français, voyez http://robertfaurisson.blogspot.com/2009/07/lettre-sur-ma-decouverte-en-1976-des.html.

14 septembre 2010









Robert FAURISSON                                      13 juillet 2009



Lettre sur ma découverte, en 1976, des plans des crématoires d’Auschwitz


A Lady Michèle Renouf

Chère Michèle,

Oui, je suis celui qui a découvert les plans des crématoires d’Auschwitz. Cela s’est fait en 1976 lors de ma seconde visite du camp ; ma première visite avait eu lieu en 1975.

Je n’ai pas le temps de vous expliquer comment j’ai trouvé le moyen de découvrir, le 19 mars 1976, tous ces plans, et bien d’autres documents, au centre des archives d’Auschwitz, où j’ai rencontré Tadeusz Iwaszko, le responsable en chef des Archives du Musée d’Etat d’Auschwitz.

Pendant des années j’ai essayé de publier les plans en question. Impossible. Un jour, un ami m’a dit qu’il connaissait un journaliste espagnol qui accepterait peut-être de publier une interview de moi avec quelques photos. Le journal était le magazine espagnol Interviu. Le journaliste était Vicente Ortuno et le photographe, Jean Marie Pulm. Ils sont venus à Vichy. Ils m’ont promis ainsi qu’à mon ami de ne publier aucune photo de ma figure et qu’un accord serait signé avant toute publication. En fait, ils me mentaient. Ils ont rapidement publié ce que vous pouvez voir dans Interviu du 22-28 février 1979, p. 64-66 (voyez ci-dessous). L’article me décrivait comme un Nazi sadique. J’en possède la traduction en français mais c’est sans intérêt. J’ai déposé plainte à Paris. J’ai gagné mon procès mais le montant des dommages et intérêts était ridicule (la présidente du tribunal était une juive du nom de Simone Rozès).

Ainsi donc les Croyants en « l’Holocauste » étaient restés assis sur ces plans pendant plus de trente ans après la guerre. Question : « D’où vient que les juifs et les communistes aient décidé de cacher les plans qui nous montraient la prétendue arme du crime ? » La réponse est que ces plans montraient clairement que les prétendues chambres à gaz homicides étaient des pièces conçues et utilisées comme dépositoires (ou espaces pour entreposer les cadavres en attendant leur incinération), exactement comme, par exemple, dans le camp de concentration de Sachsenhausen près de Berlin (là, le grand Leichenkeller était composé de trois pièces différentes : l’une pour les cadavres en bières, l’autre pour les cadavres non en bières et un autre encore était, lui, doté d’un système spécial d’isolation pour les cadavres contaminés). Ce genre d’emplacement était appelé « Leichenhalle » (hall à cadavres) ou «Leichenkeller » (cave à cadavres).

N’est-il pas étrange que l’homme qui avait découvert et cherché à publier un tel matériau ait été un révisionniste, c’est-à-dire un non croyant ?

Dans la grande photo d’Interviu on me voit désigner le Leichenkeller 1 du crématoire II à Auschwitz-Birkenau ; ce crématoire était situé près du terrain de football (Sportplatz) où les détenus disputaient les matchs ; parfois le ballon tombait dans la cour du crématoire, où il fallait aller le rechercher.

Dans la même photo, on peut apercevoir derrière moi deux autres plans.

Le 19 mars 1976, j’ai commandé et payé 116 photos (je possède encore la facture) mais, par la suite, j’ai rencontré de sérieuses difficultés à me les faire envoyer de Pologne à Vichy. Il m’a fallu demander l’intervention du Consulat de France à Cracovie. Bien entendu, je n’avais révélé à aucune de ces personnes d’une Pologne communiste que j’étais un révisionniste.

Dans la petite photo je montre le livre de Serge Klarsfeld, Mémorial de la déportation des juifs de France (1978) et j’explique quelques-unes des tricheries auxquelles le fraudeur s’est livré dans son livre.

Sitôt qu’ils ont eu connaissance de l’article d’Interviu, les Croyants en « l’Holocauste » ont commencé à publier les mêmes plans mais non sans expliquer aux lecteurs qu’il leur fallait comprendre que les termes allemands étaient des mots « codés » qui, par conséquent, demandaient à être « décodés ». Jean-Claude Pressac a nourri une prédilection pour ce genre de besogne, en particulier dans son énorme ouvrage intitulé Auschwitz : Technique and Operation of the gas chambers, publié à New York, en 1989, par la Fondation Beate Klarsfeld. Mais, vous le savez sans doute, Pressac a fini par se rétracter et, le 15 juin 1995 (un mois après sa comparution à ma demande dans un procès qui m’avait été intenté [pour ma Réponse à Jean-Claude Pressac (1994)]), il a signé un texte dans lequel il a fini par dire que le dossier officiel de l’histoire des camps de concentration nazis était « pourri » et seulement bon pour les « poubelles de l’histoire ». Sa rétractation est restée cachée pendant cinq ans et n’a été révélée qu’en mars 2000 par une historienne conventionnelle, Valérie Igounet, à la toute fin de son livre Histoire du négationnisme en France, Paris, Editions du Seuil, p. 651-652.

Bien à vous. RF











Wednesday, September 8, 2010

Commentaire sur un communiqué de Jean Bricmont et Paul-Eric Blanrue


Peut-on mettre un homme en prison pour un an et le condamner à verser 60 000 € au Trésor public essentiellement parce que cet homme dit et écrit que les prétendues chambres à gaz nazies n'ont jamais existé ni même pu exister ?

La réponse est oui.

Même en France, patrie des droits de l'homme ?

La réponse est encore oui.

Même si cet homme est père de huit enfants et que sa femme et ses enfants se retrouvent ainsi quasiment sans ressources ?

La réponse est encore oui.

Se peut-il que, d'un commun accord et sans qu'il soit besoin d'une concertation ou d'un complot, les grands médias du monde occidental (presse, radio, télévision) se soient spontanément entendus pour passer sous silence ce crime contre la liberté d'opinion, de recherche et d'expression ?

La réponse est désespérément oui.

Cependant voici qu'un homme se lève, qui s'appelle Paul-Eric Blanrue. Il a le courage et l'énergie d'élever une protestation publique en faveur de Vincent Reynouard mais les médias, eux, persistent dans leur silence ainsi que les intellectuels en place et les universitaires. Tout ce monde-là semble approuver ou consentir mais, plus probablement, il a peur ; il n'ose contrarier les puissants, qui tiennent la bourse et le fouet.

Nous risquons alors de perdre tout espoir dans les capacités de nos contemporains à venir au secours d'une victime de la tyrannie.

Mais, peu à peu, souterrainement, le temps a fait son œuvre. Et Internet a donné l'éveil. Jusqu'à ce jour enfin du 8 septembre 2010 où l'historien Paul-Eric Blanrue est en mesure de nous annoncer que deux intellectuels prestigieux, Jean Bricmont et Noam Chomsky, joignant leurs voix à celles de centaines de protestataires dont l'intrépide Dieudonné, clament leur désaccord avec une loi inique (la loi Fabius-Gayssot) et avec ceux qui, dans le cas de Vincent Reynouard, ont osé appliquer cette loi comme l'ont successivement fait, en première instance, les trois magistrats de Saverne, puis, en appel, les trois magistrats de Colmar.

Vincent Reynouard et sa famille résidaient à Bruxelles. Quand les autorités françaises ont décidé de l'interner, elles ont eu l'aplomb d'user du "mandat d'arrêt européen" pour obtenir son incarcération suivie de son extradition vers la France. Il sera intéressant de connaître un jour les noms de ces hauts fonctionnaires belges ou français des ministères de la Justice, des Affaires étrangères et de l'Intérieur qui ont prêté la main à cette opération.

Les révisionnistes ne cessent depuis toujours et, avec une particulière insistance, depuis 1978-1980, de proposer un débat public sur le résultat de leurs travaux. Ce débat, tôt ou tard, ils l'obtiendront.

8 septembre 2010

Thursday, September 2, 2010

En prison pour un an parce qu'il ne croit pas à la magique chambre à gaz


En France, un père de huit enfants, Vincent Reynouard, vient d'être mis en prison à Valenciennes pour un an, sur décision de la cour d'appel de Colmar, parce qu'il a fait savoir, après une longue enquête sur le sujet, qu'il était obligé de donner raison à ceux qui, de leur côté, en France et à l'étranger, ont conclu de leurs propres recherches que, pour des raisons d'ordre physique, chimique, architectural, topographique et documentaire, les chambres à gaz nazies n'ont ni existé ni même pu exister.

La loi qui autorise une telle répression est la "loi Gayssot" (en réalité, loi Fabius) du 13 juillet 1990, qui a été publiée au Journal officiel de la République française le 14 juillet 1990, jour anniversaire de la prise de la prison de la Bastille. Cette loi est assortie d'amendes, de dommages-intérêts, de publications judiciaires forcées. Sa mise en application est souvent accompagnée au préalable de perquisitions domiciliaires, de saisies de documents ou d'ordinateurs, d'interpellations, de gardes à vue accompagnées de fouilles et suppression d'objets personnels, sans compter les interventions d'huissiers et les saisies de comptes bancaires.

Cette loi interdit de facto la liberté de recherche. Elle n'interdit pas au chercheur de chercher mais elle lui dicte ce qu'il doit trouver. Par exemple, un chercheur qui travaille sur "le problème des chambres à gaz" (l'expression est d'Olga Wormser-Migot) et qui veut publier le résultat de ses recherches devra trouver et conclure qu'en fin de compte lesdites chambres à gaz ont pu exister et même ont existé.

En 1633, Galilée avait appris d'un tribunal qu'il avait et qu'il aurait à l'avenir le droit de chercher mais à la condition de trouver ce que dictait le sens commun ; ce sens commun, confirmé par des écritures de caractère sacré, faisait foi de ce qu'à chacun il suffit de ses yeux pour constater que le soleil tourne autour de la terre.

Les magistrats de Colmar ont dû estimer que V. Reynouard bravait, d'une part, le sens commun et, d'autre part, le caractère sacré de la loi Fabius-Gayssot.

Dès que j'aurai le nom de ces magistrats, je me ferai un devoir de leur envoyer une lettre ouverte.