Thursday, October 15, 2009

I have a dream... (version française)

A chacun ses rêves !

Au nombre de mes rêves, celui-ci : un jour viendra où, dans une vaste galerie de photographies, un révisionniste exposera librement, une à une, les sinistres bobines des mille personnes, hommes ou femmes, qui, depuis les années 1940, se sont signalées par leur défense du mensonge de « l’Holocauste » et des « chambres à gaz ».

Dans la salle principale trôneront en vedettes Elie Wiesel, Simon Wiesenthal, Otto Heinrich Frank (le père d’Anne Frank), Simone Veil ainsi qu’une kyrielle de chefs d’Etat (en particulier tous les présidents successifs des Etats-Unis), sans oublier les intellectuels de haut vol comme Jean-Paul Sartre ou de prestigieux historiens comme Fernand Braudel. Les photographies des gens de basoche, tel Robert Badinter, et celles des échotiers, tels Madeleine Jacob et Edwy Plenel, seront reléguées dans une annexe à vocation de dépotoir.

Les photographies seront connectées à des ordinateurs où l’on pourra lire, voir ou entendre ce que ces personnages ainsi que des milliers d’autres menteurs ou bonimenteurs ont accumulé de mensonges, d’inventions, de malhonnêtetés, de tricheries, de calomnies, d’insultes, d’appels à la haine, à la violence, à la censure et à la répression contre les révisionnistes.

Mais j’aurais bien d’autres suggestions muséographiques à faire, qui rendraient cette galerie vivante, active et même, comme on dit, « interactive ».

D’ores et déjà, les chacals ou les vautours qui, encore aujourd’hui, courent ou volent au secours du Grand Mensonge sont prévenus qu’ils trouveront leur place dans cette galerie. Si jamais un jour, à vent tournant, l’envie devait soudain leur prendre de se faire oublier, de s’éclipser, de plaider l’erreur commise de « bonne foi » ou encore de donner le change sur leur passé, l’exposition photographique serait là pour leur rafraîchir la mémoire et leur rappeler leurs turpitudes. Il n’y aura pas de Grand Pardon pour les apôtres ou les fidèles du Grand Mensonge.

15 octobre 2009

I have a dream... (English version)

To each his own dreams!


Amongst mine is this: there will come a day when, in a vast gallery of photographs, a revisionist freely displays, one by one, the dismal mugs of the thousand or so people, men and women, who since the 1940s have made a mark for themselves in upholding the lies of “the Holocaust” and the “gas chambers”.


In the main room will hang, in pride of place, Elie Wiesel, Simon Wiesenthal, Otto Heinrich Frank (Anne Frank’s father) and Simone Veil, as well as an array of heads of State (in particular, all the successive presidents of the United States), not forgetting the top-flight intellectuals like Jean-Paul Sartre or prestigious historians like Fernand Braudel. The photos of members of the lawyer tribe, such as Robert Badinter, and of gossip hacks, like Madeleine Jacob and Edwy Plenel, will be relegated to an annex for refuse storage.


The photos will all be connected to computers on which visitors can read, see and hear what those figures and thousands of other liars or smooth-talk peddlers have accumulated in the way of “Holocaust” lies, inventions, dishonesty, fraud, slander and insults along with calls for hatred, violence, censorship and repression against the revisionists.


But I shall have quite a few other museographic ideas to suggest, which will make the place a living, active and even, as they say, “interactive” gallery.


The jackals and vultures who, still today, are running or flying to the aid of the Great Lie are hereby warned that a place awaits them in that gallery. If ever some day, on a change of wind, they should feel a sudden urge to be forgotten, to give us the slip or plead that their “errors” were committed “in good faith”, or even attempt somehow to cover their tracks, the photographic exhibition will be there to refresh their memory and remind them of their wickedness. There will be no Great Atonement for the apostles or devotees of the Great Lie.

October 15, 2009

Sunday, October 11, 2009

At the European Parliament, during a conference against “Denial”, Lady Renouf asks for proof, one single proof, of “the Holocaust”


From London, where she lives, Lady Michèle Renouf has recently been to Brussels and there, equipped with the necessary authorisations, on October 6, 2009 she was able to take part, inside the very building housing the European Parliament, in a conference on “Denial and Democracy in Europe”. Devoted to the preparation of a pan-European law criminalising revisionism (in the current jargon, “Holocaust denial”), the conference attracted about two hundred people, amongst whom a few members of the European Parliament; it was held under the patronage of the German Elmar Brok, a former journalist now himself an MEP. In a lengthy account in English, Lady Renouf has summed up the content of the various talks, naturally all antirevisionist, each one more pitiful than the rest.

Amongst the photos she includes in her account are a few of one Gilles Karmazyn; hitherto, in his long-running efforts on the Internet to track down revisionists and their writings, this petty Torquemada had succeeded in hiding his face, no image of which is to be found even with Google or Wikipedia.

But the most surprising thing is that, by luck, Lady Renouf, unknown to the person presiding over the conference, obtained permission to speak after the scheduled participants and she – who is neither a revisionist nor an antirevisionist – proceeded to deliver an out-and-out plea for a free debate on “the Holocaust”; she went so far as to ask that, in order to set off that debate, one proof, one single proof of the existence of the Nazi gas chambers be supplied.

In any case, the present days seem to bear out the impression that the exterminationist argument is, as the Americans say, running out of gas. One may indeed ask whether the lie of the alleged Nazi gas chambers is now in more or less the same state as Ariel Sharon. And, if it’s dead, isn’t it about time it was buried?

A brief and forceful address

Here is the text of Lady Renouf’s brief and forceful address. In it, the letters “WMD” designate the “weapons of mass destruction” attributed to Adolf Hitler, that is, those “gas chambers” and those “gas vans” allegedly conceived and used for killing the Jews of Europe, but of which no trace has ever been found and which, for obvious physical and technical reasons, are quite simply inconceivable.


Thank you, Madam Chairman,

Ladies and Gentlemen,




This conference is entitled “Denial and Democracy”. There is surely only one way to combat “denial” in a “democratic” context – by not instituting debate-denial across Europe but instead by providing documentary evidence to disprove the deniers’ case. Two weeks ago Benjamin Netanyahu based his address to the United Nations on evidence – so-called industrial WMD construction blueprints – which had been rejected as spurious by Jewish experts such as Prof. Van Pelt, who went so far as to say “the deniers are having great fun because it shows how people are gullible”. These same documents held up as proofs by Netanyahu were in fact first discovered and published in 1976 (as proof of the normality of gas chambers [*] thus labelled for disinfecting clothing) by the veteran revisionist Professor Robert Faurisson!



Can this expert conference succeed where Netanyahu failed? Can this conference send us away with one – just one – clear item of documentary proof which confounds source-critical Holocaust revisionists? Or must we merely silence such sceptical voices with threats, fines and prison sentences and teach our school children debate-denial of normal historical source criticism? Have you seen the “Guidelines for Teaching about the Holocaust”? [holding up the Handbook cover] If I may I’ll quote from it: “Care must be taken not to give a platform for deniers ... or seek to disprove the deniers’ position through normal historical debate and rational argument.”



As a former lecturer at a university (**) I ask, please: Can the EU do what the UN did not and give us today one document upon which school children and their teachers can rely? For even the denial law does not define what is the unique industrial WMD for which denial of proof condemns citizens of Europe and beyond to sit for years in prison.



October 11, 2009

-------------------------

(*) Note by RF: Here there is some slight confusion. It was indeed on March 19, 1976 that I discovered the building plans of the Auschwitz and Birkenau crematoria; it was precisely in the Archives section of the Auschwitz State Museum, which had been keeping them hidden since the war, that I’d had the chance to make that discovery. But only nearly three years later was it that, after considerable difficulties, I finally found the way to show copies of a few of my 116 Auschwitz documents to the press, in this case a reporter and a photographer from the Spanish magazine Interviu. In issue n° 145 of that weekly (February 22-28, 1979, p. 64-66), I am seen pointing at a part of Krematorium II; I’m showing the plan of a vast room which, given the layout of the area and the room’s situation, dimensions, structure, ventilation system and other physical features, cannot have been an execution gas chamber but indeed was, as was clearly written on the plan, a simple “basement depository” (Leichenkeller) meant to hold corpses awaiting cremation. Besides, there were other drawings indicating, in plain lettering, the existence here or there of one or several small “gas chambers” for “delousing” (Gaskammer / Entlausung).


(**) Note by RF: In reply to one conference speaker who, in a tone of disdain, had asked her: “What subject did you lecture in and where?”, Lady Renouf, Australian by birth, said: “I lectured in Fine Arts and pioneered Media Studies at the Queensland University of Technology, because I took a professional interest in source scepticism versus mirage advertising. I am now an independent documentary film-maker from London.”





Au Parlement européen, lors d’une conférence contre le «négationnisme», Lady Renouf demande une preuve, une seule preuve, de « l’Holocauste »



De Londres où elle habite Lady Michèle Renouf s’est rendue à Bruxelles et là, munie des autorisations nécessaires, elle a pu, le 6 octobre 2009, participer, au sein même du Parlement européen, à une conférence sur « Négationnisme et Démocratie en Europe ». Consacrée à la préparation d’une loi paneuropéenne de pénalisation du révisionnisme (dans le jargon en vigueur, du « négationnisme »), cette conférence a réuni environ deux cents personnes, dont quelques députés européens, sous l’égide d’un Allemand, Elmar Brok, ancien journaliste devenu député européen. Dans un long compte rendu
en anglais, Lady Renouf a résumé le contenu des différentes interventions, qui, toutes, ont été naturellement antirévisionnistes, et toutes plus pitoyables les unes que les autres.



Parmi les photos dont elle a accompagné son compte rendu il en figure plusieurs de Gilles Karmazyn ; jusqu’ici, dans sa longue traque sur Internet à la recherche des révisionnistes et de leurs écrits, ce Torquemada au petit pied avait réussi à cacher son visage, qu’on ne trouve pas même sur Google ou Wikipedia.


Mais le plus étonnant de l’affaire est que, par chance, Lady Renouf, inconnue de la personne qui présidait la conférence, a obtenu la permission de prendre la parole et s’est lancée, elle qui n’est ni révisionniste ni antirévisionniste, dans un plaidoyer en faveur d’un libre débat sur « l’Holocauste » ; elle est allée jusqu’à demander que, pour amorcer ce débat, on fournisse une preuve, une seule preuve de l’existence des chambres à gaz.



C’est égal : par les temps qui courent l’impression se confirme que, pour la thèse exterminationniste, il y a décidément de l’eau dans le gaz. Aujourd’hui le mensonge des prétendues chambres à gaz nazies serait-il peu ou prou dans le même état que celui du corps d’Ariel Sharon ? S’il est mort, ne serait-il pas temps de l’enterrer ?



Une brève et percutante intervention


Voici, dans sa traduction en français, le texte de la brève et percutante intervention de Lady Renouf. Le sigle « ADM » y désigne les « armes de destruction massive » attribuées à Adolf Hitler, c’est-à-dire ces « chambres à gaz » et ces « camions à gaz » prétendument conçus et utilisés pour tuer les juifs d’Europe, mais dont on n’a jamais retrouvé la trace et qui, pour d’évidentes raisons physiques et techniques, sont tout simplement inconcevables.



Merci, Madame la Présidente.

Mesdames, Messieurs,


Cette conférence s'intitule « Négationnisme et Démocratie ». Il existe certainement une seule manière de combattre « le négationnisme » dans un contexte « démocratique » –non pas en instituant un refus de débat à travers l’Europe mais plutôt en fournissant des preuves documentaires pour réfuter l’argumentation des négationnistes. Il y a deux semaines [exactement le 24 septembre 2009] Benjamin Netanyahu a fondé son intervention aux Nations unies sur des preuves – des plans de construction de ce qu’on appelle des ADM industrielles – qui [par la suite] ont été rejetées comme fallacieuses par des experts juifs, tel le professeur Van Pelt, qui est allé jusqu’à dire que « les négationnistes sont en train de bien s’amuser parce que cela montre comme les gens sont crédules ». Ces mêmes documents brandis par Netanyahu comme preuves avaient été en fait découverts et publiés en 1976 par le vétéran du révisionnisme, le professeur Robert Faurisson (afin de prouver le caractère normal de « chambres à gaz pour la désinfection des vêtements » désignées comme telles sur les plans) ! (*)


Cette conférence entre experts va-t-elle réussir là où Netanyahu a échoué ?


Allons-nous pouvoir quitter cette conférence avec un seul – juste un seul – élément de preuve documentaire propre à confondre les révisionnistes de l’Holocauste attachés à l’étude critique des sources? Ou nous faut-il simplement faire taire ces voix sceptiques à l’aide de menaces, d’amendes et de condamnations à la prison, puis enseigner aux enfants de nos écoles le refus de tout débat et de toute critique normale des sources historiques ? Avez-vous pris connaissance des Guidelines for teaching about the Holocaust ? [Là, Lady Renouf a brandi la couverture du dossier en question appelé « ITF » (« International Task Force » pour l’enseignement de « l’Holocauste »)]. Permettez-moi d’en lire un passage que voici : « Il faut veiller à ne pas donner une tribune aux négationnistes [...] ni essayer de réfuter leur thèse par le biais d’un débat historique normal et des arguments rationnels ».


En tant qu’ancienne universitaire (**), je vous le demande, s’il vous plaît, l’Union européenne peut-elle faire ce que n’a pas fait l’ONU et nous fournir aujourd'hui ne fût-ce qu’un document auquel pourront se fier les écoliers et leurs enseignants ? Car même la loi contre le négationnisme ne définit pas ce que sont ces ADM industrielles et uniques qui valent aux citoyens d’Europe et d’ailleurs de se retrouver pour des années en prison parce qu’ils contestent les preuves qu’on leur en a fournies. »



11 octobre 2009

(*) Note RF : Lady Renouf commet ici une légère confusion. C’est bien le 19 mars 1976 que j’ai découvert les plans des crématoires d’Auschwitz et de Birkenau ; c’est précisément au service des Archives du Musée d’Etat d’Auschwitz, qui les tenaient cachés depuis la guerre, qu’il m’a été donné de faire cette découverte. Mais c’est seulement près de trois ans plus tard qu’au terme de considérables difficultés j’ai enfin trouvé le moyen de montrer des copies de quelques-uns de mes 116 documents à un journaliste et à un photographe du magazine espagnol Interviu. Dans la livraison n° 145 (22-28 février 1979, p. 64-66) de cet hebdomadaire, on me voit en train de pointer du doigt une partie du Krematorium II ; je montre le plan d’une vaste salle qui, vu la disposition des lieux, son emplacement, ses dimensions, sa structure, son système de ventilation et d’autres détails physiques, ne peut avoir été une chambre à gaz d’exécution mais bien, comme cela est indiqué en toutes lettres, un simple « dépositoire enterré » (Leichenkeller) destiné aux cadavres en attente de crémation. D’autres plans indiquaient par ailleurs, çà ou là, en toutes lettres, l’existence d’une ou de plusieurs petites « chambres à gaz » pour « épouillage » (Gaskammer / Entlausung).



(**) Note RF : à un intervenant qui, de haut, lui demandait, : « Quelle matière avez-vous enseignée et où ? » Lady Renouf, Australienne de naissance, a répondu : « J’ai enseigné les Beaux Arts et j’ai été parmi les premiers à lancer l’étude des médias à l’Université de technologie du Queensland parce qu’à titre professionnel j’avais appris l’intérêt du scepticisme face aux mirages de la publicité. Actuellement je tourne à Londres des documentaires pour mon propre compte. »

Thursday, October 1, 2009

Baudelaire, le constance, l’opium et le nuits (avec addition du 1er octobre 2009)

Dans un article portant sur le constance, vin d’Afrique du Sud cher à Napoléon, Frédéric Chambon, cherchant à citer et à expliquer deux vers de Baudelaire, se trouve commettre non seulement des négligences de simple transcription mais aussi des contresens sur la signification du texte (« Résurrection à Constantia », Le Monde, 13-14 août 2000, p. 8). Il écrit en effet :


Charles Baudelaire, dans Les Fleurs du mal, compare les charmes de l’être aimé aux plaisirs de la nuit et du vin de Constance : « Je préfère au Constance, à l’opium, aux nuits, l’élixir de ta bouche où l’amour se pavane. » [Noter charmes, puis, dans le premier vers : Constance et aux nuits.]


L’auteur de l’article aurait dû, à tout le moins, écrire :


Charles Baudelaire, dans Les Fleurs du mal, compare l’élixir des baisers de l’être aimé aux délices du constance et du nuits : « Je préfère au constance, à l’opium, au nuits / L’élixir de ta bouche où l’amour se pavane. » [Noter baisers, puis, dans le premier vers : constance et au nuits.]


Des négligences de transcription


La principale négligence de transcription a consisté à écrire « aux nuits » avec l’article au pluriel comme s’il s’était agi des nuits par opposition aux jours : en fait, Baudelaire avait écrit « au nuits » avec l’article au singulier car il s’agissait d’un bourgogne comme, par exemple, le nuits-saint-georges. En pareil cas, les noms de vins s’écrivent avec une minuscule, ce que savait le poète mais que semble ignorer l’auteur de l’article, lequel a commis une autre négligence de transcription en mettant, dans le corps de la citation, une majuscule à « Constance ». (On pourrait lui reprocher deux autres négligences de moindre importance : il ne fallait pas de virgule après « nuits » et il convenait, comme le requiert le bon usage observé d’habitude par Le Monde, de marquer la séparation des alexandrins au moyen d’une barre transversale suivie, pour la première lettre, d’une majuscule).


Des contresens. Retour au sens précis et cru


S’ensuit un grave contresens sur la signification du texte. Baudelaire n’a donc pas évoqué les « plaisirs de la nuit » mais la volupté ou l’ivresse que lui procuraient, d’une part, ces deux vins précieux que sont, pour lui, le constance et le nuits et, d’autre part, l’opium (sous la forme d’un vin opiacé ?). Le journaliste commet un second contresens, qui est de moindre gravité, quand il affirme que le poète évoque « les charmes de l’être aimé », ce qui est vague et prête à confusion. En réalité, le poète se montre d’une précision qui va jusqu’à la crudité, mais une crudité voilée. Il se cantonne à des ivresses qui, toutes, lui sont procurées par un élément liquide. Ici, il s’agit de la salive de sa belle, non dans le baiser mais dans la fellation. Car c’est alors que cette salive, véritable philtre, vous transforme magiquement un homme et permet à « l’amour » de ce dernier de prendre sa pleine expression, de se brandir et de « se pavaner ». La magicienne au philtre enivrant, exaltant et libératoire est décrite, dans le titre du poème d’où sont extraits ces deux vers, comme une amante parfois lasse de l’amour mais jamais assouvie (« Sed non satiata »).



N.B. : On articulera « o-pi-um » ; faute de respecter la diérèse, le vers est faux.




Addition du 19 juillet 2009



Retrouvant cette explication qui date de neuf ans, je m’avise de ce que j’aurais dû reproduire l’intégralité du sonnet. Voici donc, dans sa totalité, le poème XXVII des Fleurs du mal.



Sed non satiata


Bizarre déité, brune comme les nuits,

Au parfum mélangé de musc et de havane,

Œuvre de quelque obi, le Faust de la savane,

Sorcière au flanc d’ébène, enfant des noirs minuits,


Je préfère au constance, à l’opium, au nuits,

L’élixir de ta bouche où l’amour se pavane ;

Quand vers toi mes désirs partent en caravane,

Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.


Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,

Ô démon sans pitié ! verse-moi moins de flamme ;

Je ne suis pas le Styx pour t’embrasser neuf fois,


Hélas ! et je ne puis, Mégère libertine,

Pour briser ton courage et te mettre aux abois

Dans l’enfer de ton lit devenir Proserpine !



« Et lassata viris necdum satiata recessit » (Et, épuisée d’hommes mais non assouvie, elle avait l’habitude de se retirer [au petit matin, de ses lieux de débauche nocturne] », écrit Juvénal à propos de Messaline, épouse de l’empereur Claude. Baudelaire, quant à lui, ne peut « embrasser » sa noire Messaline autant de fois qu’il le faudrait pour qu’elle s’en trouve rassasiée. Le sonnet où il évoque tant d’ardeurs prend fin sur un calembour familier aux oreilles françaises ; Proserpine, la sage épouse de Pluton, en fait ici les frais. Un carabin, par exemple, ne manquera pas de se rappeler à cette occasion « la salade mythologique » où, bien après Baudelaire, se lit entre autres joyeusetés : « J’en Tircis. C’est Baucis. Mais je ne puis qu’Alexis car Télémaque. Que Cérès si Japhet Proserpine ! Ménélas Junon Neptune ! ». –Le malheureux Ernest Pinard, substitut du procureur impérial, est connu pour avoir requis contre Flaubert, Baudelaire, Sue et Rochefort. En un sobre réquisitoire contre l’auteur des Fleurs du mal (http://fr.wikisource.org/wiki/Réquisitoire_d’Ernest_Pinard), il avait refusé de retenir le délit d’outrage à la religion et retenu seulement celui d’offense à la morale publique. A ce titre il avait notamment cité « La mégère libertine qui verse trop de flammes et qu’on ne peut, comme le Styx, embrasser neuf fois ». Sa réputation est aujourd’hui exécrable, mais E. Pinard était plus fin lettré et peut-être plus indépendant du pouvoir que ne le sont aujourd’hui, dans l’ensemble, les représentants, à Paris et en province, du ministère public. Les derniers mots qu’en la circonstance il adressait aux juges tendent à prouver que l’homme était en tout cas moins obtus qu’on ne se plaît à le dire : « Soyez indulgents pour Baudelaire, qui est une nature inquiète et sans équilibre. Soyez-le pour les imprimeurs, qui se mettent à couvert derrière l’auteur. Mais donnez, en condamnant au moins certaines pièces du livre, un avertissement devenu nécessaire. » Aujourd’hui, procureurs et substituts, qui sont en charge des affaires dites de presse, fulminent l’anathème dès lors, par exemple, qu’un auteur leur semble porter ombrage à notre religion officielle, celle, pour ne pas la nommer, de la Shoah.



Addition du 1er octobre 2009


Nadar (1820-1910) et Baudelaire (1821-1867) étaient amis. Nadar nous assure qu’en dépit de la réputation qui lui a été faite (et de ce qu’on croit savoir de sa relation avec Jeanne Duval), Baudelaire est resté vierge jusqu’à la fin de ses jours. Dans un récit détaillé intitulé « Charles Baudelaire Intime : le poète vierge » Nadar nous révèle que, « farouche comme l’Hippolyte de Phèdre », son ami Baudelaire, au souvenir duquel il est resté attaché, se complaisait parfois à de ces gravelures qui ne sauraient surprendre chez un homme cruellement privé du réel commerce des femmes. A ce titre il attribue au poète un texte intitulé « Clergeon aux Enfers ».


De son vrai nom, nous explique-t-il, Clergeon s’appelait Songeon. Fils du baron Songeon, qui fut général du premier Empire, le personnage, nous dit-il, est « mort président du conseil municipal de Paris et même sénateur dans le fauteuil de Victor Hugo ». Vérification faite, il a existé un Jacques Songeon [1818-1889] qui correspond trait pour trait à ce qu’en rapporte Nadar.



Dans ses jeunes années, collé aux basques de ses compagnons, l’homme était un bavard impénitent. Le prenant pour cible, Baudelaire avait imaginé une facétie où l’on retrouvait « Clergeon » en train de pérorer aux Enfers, puis d’éborgner Proserpine avec sa p... C’est, bien sûr, en latin que, bravant l’honnêteté, Nadar nous rapporte le fait : « il se jette sur elle et ejus in oculum penem suum inpingit ». Quittant précipitamment l’épouse de Pluton, Clergeon est convaincu de l’avoir foutue.


Pour plus de détails sur « Clergeon aux Enfers » il suffit aujourd’hui de consulter la page http://baudelaire.litteratura.com/?rub=regards&srub=ctp&id=3.



Notes : Dans Mon cœur mis à nu, Baudelaire tient sur le compte des femmes ou des jeunes filles des propos qui semblent inspirés par le refoulement et la fixation sexuels. Il écrit « La femme est le contraire du Dandy. Donc elle doit faire horreur. […] Elle est en rut et elle veut être foutue. [… Elle est] naturelle et donc abominable. Toujours vulgaire ». Il ajoute : « Il y a dans la jeune fille toute l’abjection du voyou et du collégien » (Baudelaire, Œuvres complètes, tome I, édition Claude Pichois, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1997, p. 677, 698). Par contraste, son ami Félix Tournachon, dit Nadar, l’étonnait par une virilité qui le rendait jaloux : « Nadar, c’est la plus étonnante expression de vitalité. Adrien me disait que son frère Félix avait tous les viscères en double. J’ai été jaloux de lui à le voir si bien réussir dans tout ce qui n’est pas l’abstrait » (p. 698). Par ailleurs, on notera que, dans ses Aphorismes, il écrit : « La pédérastie est le seul lien qui rattache la magistrature à l’humanité » (p. 710).


Deux curiosités en passant : 1) Pierre Guillain de Bénouville (1914-2001) a publié chez Grasset, en 1936,
Baudelaire le trop chrétien
; l’auteur deviendra « grand résistant », général de brigade et administrateur de la société [Bloch-] Dassault-Bréguet ; 2) Claude Pichois, quant à lui, avant de devenir professeur à la Sorbonne et spécialiste, reconnu dans le monde entier, de la vie et de l’œuvre de Charles Baudelaire, aurait, à la fin de la guerre, combattu sur le front de l’Est aux côtés des Allemands ; je tiens le renseignement de J.-J. P…, son ancien condisciple du Lycée Carnot de Paris et lui-même ancien Waffen-SS, toujours en vie. Les deux jeunes gens auraient été condamnés par la justice épuratoire de Paris à des peines relativement légères.

13 août 2000 (+ 19 juillet 2009 + 1er octobre 2009)