Monday, August 24, 2009

Fiesta et Shoah : une ravissante idiote à Auschwitz


Une vidéo d’environ neuf minutes nous conte l’histoire d’une brunette en cheveux qui se rend par avion de Grande-Bretagne en Pologne pour y visiter le camp d’Auschwitz. (http://www.youtube.com/watch?v=Ahb8Maem5bg&NR=1)
A Auschwitz, on nous montre l’extérieur du bâtiment qui, situé à 20 mètres de l’hôpital SS, est appelé « Krematorium ». A l’origine, ce crématoire était composé d’une salle de fours et d’un dépositoire pour y entreposer les cadavres en attente de crémation. A partir d’août 1943, ce dépositoire a été transformé en un abri anti-aérien avec une salle d’opération chirurgicale. Les travaux de transformation ont été achevés en janvier 1944. En janvier 1945, le camp est tombé aux mains des Soviétiques. Vers 1948, les Polonais ont maquillé le local pour le présenter aux visiteurs comme une « chambre à gaz » homicide.

Le film ne nous montre RIEN de l’intérieur. Et pour cause : « Tout y est faux [...]. Robert Faurisson exploita d’autant mieux ces falsifications que les responsables du musée rechignaient alors à les reconnaître » (Eric Conan, « Auschwitz : la mémoire du mal », L’Express, 19-25 janvier 1995, p. 54-69 ; p. 68). Voyez R. Faurisson, « Les falsifications d’Auschwitz d’après un dossier de l’Express » dans Ecrits révisionnistes (1974-1998), p. 1641-1645. Passant à Birkenau, on n’y voit également RIEN en fait de chambres à gaz. On nous parle de cheveux de gazés servant à faire des uniformes pour les soldats allemands.

Et maintenant rectifions. Le révisionniste américain Arthur R. Butz l’a fort bien dit, « pendant la guerre, il y avait une guerre ». Pendant la seconde guerre mondiale la disette a régné partout et il a fallu procéder à la récupération ou au recyclage de toutes sortes d’objets et matériaux (vêtements, chaussures, lunettes, montres, papier, métaux non ferreux et jusqu’aux bouts de ficelle). C’est ainsi qu’en France, par exemple, les coiffeurs avaient l’obligation de livrer au service du ramassage collectif, deux fois par semaine, les cheveux de leurs salons de coiffure, et cela pour les besoins de l’industrie textile. Aux « Actualités françaises », l’annonce de cette mesure avait été accompagnée d’un commentaire amusé : on montrait le buste d’un homme portant chandail et la voix du commentateur annonçait que désormais tout amoureux pourrait porter sur lui les cheveux de sa belle.

Diffusée par ENDEMOL, réseau mondial de grandes sociétés de spectacles, la vidéo en question caractérise assez bien le tournant pris vers 1995 par la propagande shoatique. Jusqu’alors, en matière de Shoah, on avait essayé, au moins par moments, de montrer des éléments de preuves et de susciter la réflexion. Par la suite, face à l’échec, la décision avait été prise de distraire et d’en appeler à la rêverie plutôt qu’à la raison. Et c’est ainsi qu’en la circonstance l’on en arrive comme ici au spectacle d’une jolie fille, miaulant telle une chatte, aimant à faire la fête et partant en voyage. Voici musique, beuverie, sourire, jeunesse, rencontres et, soudain, par l’effet d’un contraste pathétique, la jeune personne présente les traits d’un visage ému et bouleversé devant des ruines face auxquelles il n’est pas question pour la belle de s’interroger (ce serait fatigant) mais qui la font soupirer ; en même temps elle nous débite la courte leçon, à répéter partout, sur les crimes du nazisme qui, on le sait, passent l’entendement au point d’en être indescriptibles.

Nous voilà donc avec cette vidéo en plein dans le mensonge et l’arnaque grâce aux procédés de la pub et de l’entertainment. « There’s no business like Shoa-business ».
24 août 2009

Monday, August 3, 2009

Aktion Reinhardt [1986] (English version)



The article below, written in March 1986, has never been published before now. It demolishes the substitution argument adopted by certain exterminationists as well as by the semi-revisionist David Irving, an argument according to which, for want of a henceforth dubious “Holocaust” in the alleged “gas chambers” of Auschwitz, Birkenau and Majdanek there existed, further East, an undisputable “Holocaust” in the “gas chambers” of the three camps at Sobibor, Belzec and Treblinka, called “the Reinhardt sites” by D. Irving.

At this very moment, John Demjanjuk, 89 years of age, is paying the cost of that lie. After having been falsely accused of gassing Jews at Treblinka, then sentenced to death by an Israeli court, and after having lived for five years waiting to be hanged, he was finally found innocent and released. Some Jews then had the gall to claim that, if he had not been at Treblinka, he must have been at Sobibor! As a consequence, the American authorities have again extradited him, this time handing him over to the German, not the Israeli, justice system. Despite his state of health, which is alarming, J. Demjanjuk is today incarcerated in a German prison.
Legend has it that the purported extermination of the Jews at Sobibor, Belzec and Treblinka was done within the framework of an “Aktion Reinhard”. However, as R. Faurisson already demonstrated twenty-three years ago, the operation in question, which in fact bore the surname of the 3rd Reich’s Secretary of State for Finances, Fritz Reinhardt (with a “t”) and not the Christian name of Heydrich, that is, Reinhard (without “t”), had nothing to do with any extermination whatever: it dealt essentially with the economic and financial effects of the displacements, in Poland, of Polish and Jewish populations in the years 1942-1943. An attentive study of one of the documents concerning the “Aktion Reinhardt” will go so far as to prove that the man in charge of it, General Odilo Globocnik, did indeed have in mind the idea that the displaced Jews passing through the transit camps of Sobibor, Belzec and Treblinka would, after the war, be installed somewhere outside Europe. At the Nuremberg trial (1945-1946), by an extraordinarily dishonest sleight of hand, the British prosecution succeeded in hiding that idea of O. Globocnik’s which, besides, only reiterated thoughts expressed by Hitler or Himmler: so true is it that the authorities of the 3rd Reich sought, like the Zionists, “a TERRITORIAL final solution” (eine territoriale Endlösung) of the Jewish question. Expressions such as “solution” or “final solution” of the Jewish question are but abbreviations of “territorial final solution” of the Jewish question. As early as June 24, 1940, Heydrich himself spoke of “eine territoriale Endlösung” and, at his end, a high-ranking official named Martin Luther, head of the “Germany” section at the Foreign ministry, recalled in a long memorandum of August 21, 1942 that that phrase remained in force and that, when the war was over, the Jews, as a whole, would have to leave Europe (Aufzeichnung, p. 4, 13; alias Nuremberg trial document NG-2586).
In the recent Dictionnaire de la Shoah (made under the direction of Georges Bensoussan, Jean-Marc Dreyfus, Edouard Husson and Joël Kotek, Paris, Larousse 2009), an article not to be missed is “Opération Reinhard [sic]” by the Belgian Daniel Bovy; the author seems a man of crass ignorance: on the subject he has apparently read neither Raul Hilberg, nor Uwe Dietrich Adam, nor the indispensable Nuremberg document PS-4024. He does nothing but speculate in the void.
August 3, 2009

***

The Aktion Reinhardt – and not Reinhard – (March 1942 - October 1943) was never an operation of extermination of the Jews of Poland but rather an operation whose fourfold purpose was:
- the transfer of certain Polish or Jewish populations;
- the utilisation of Polish or Jewish manpower (sometimes in camps);
- the exploitation of property confiscated from Poles or Jews;
- the seizure of hidden valuables and money, as well as of landed property.
The head of this operation was Odilo Globocnik, holder of a degree in engineering who, having become an SS General, was based with his division at Lublin. O. Globocnik probably committed suicide in prison on May 31, 1945.
If the Aktion Reinhardt had been a project of extermination of the Jews, it would, as such, have produced documents attesting to the existence of an order, along with directives and instructions, to that effect. Moreover, to take but these three oft-mentioned examples, the camps of Treblinka, Sobibor and Belzec, used, among a number of others, in the framework of that operation, would not have proved to be transit camps but would have been equipped to exterminate masses of human beings.
To lend substance to the extermination argument, some writers often spell the operation’s name “Reinhard” (without the “t”). It is claimed that a vast undertaking of mass murder had been so christened in homage to the Protector of Bohemia-Moravia, Reinhard Heydrich, assassinated in Prague by British-armed Czech terrorists. That act was perpetrated on May 27, with the victim dying on the 4th of June. As the Aktion Reinhardt began towards mid-May 1942, it pre-dates that assassination. Also, it is hard to imagine the German bureaucracy deciding to give that kind of enterprise the Christian name of one of the highest State officials: it was not its policy to call Hitler, Göring, Himmler or Heydrich by their forenames of Adolf, Hermann, Heinrich or Reinhard.
Historian Uwe Dietrich Adam’s admission
Uwe Dietrich Adam was the author of Judenpolitik im Dritten Reich (Düsseldorf, Droste, 1972). He took part in the historians’ symposium at the Sorbonne, held, in camera, from June 29 to July 2, 1982; a book published three years later, L’Allemagne nazie et le génocide juif (Gallimard/Le Seuil, 1985), supposedly reproduces the various conference papers. In his own contribution on “Les chambres à gaz” (p. 236-261), U. D. Adam carried out some interesting revisions of the commonly accepted theory concerning the Aktion Reinhardt. For example, he happened to write:
On this subject, certain enigmas subsist. Thus, contrary to what the majority of historians think, it is not sure that the name of this operation was given to it in memory of Heydrich, who died on July 5, 1942 [error for: June 4, 1942], following an assassination attempt. Likewise, it is difficult to explain the separation in time of the [respective] building works: at Belzec they began in November 1941, at Sobibor in March 1942 and at Treblinka in late May and early June 1942 (p. 246).
In a note, he pointed out:
To use the name of the deceased head of the RSHA [Central Office of Reich Security] would have been not only an inappropriate choice but also an irreverent one: besides, what connection could there have been between the killing of Polish Jews and the Czech perpetrators of the attack? It is surely more likely that the name evokes that of Secretary of State for Finances Fritz Reinhardt, a spelling in fact found in some documents from the Reinhardt operation, about which this writer is currently preparing a monograph (p. 259, n. 70).
Unhappily, U. D. Adam was to die before he could finish that monograph.
At the Nuremberg trial
At the Nuremberg trial, the prosecution used the selection of documents grouped under classification mark PS-4024 (published in Trial of the Major War Criminals [IMT] vol. XXXIV, p. 58-92), which concerns the economic part of Aktion Reinhardt. The matter was brought up during the hearings of August 5, 6 and 16, 1946. For its treatment in the August 5 session, pages 318-327 in volume XX of the English IMT are to be consulted (German version: p. 349-359). In the same volume XX, pages 422-424 contain its handling on August 6 (German version: p. 460-462). The relevant transcript from August 16 is to be found on pages 239-241 of volume XXI (German version: p. 268-270).
An “omission” by the British junior counsel
At the Nuremberg trial, Major Elwyn Jones, junior counsel for the United Kingdom, sought to make “PS-4024” the main issue against the defendant Walther Funk, minister of the Economy, and against two German witnesses: Friedrich Karl, baron von Eberstein, an SS division General as well as police commissioner of Munich, and the SS judge Gunther Reinecke. In all three instances, E. Jones showed himself to be less than convincing. Moreover, he knowingly committed a grave omission. In a document from his office contained in “PS-4024” and dated February 27, 1943, O. Globocnik foresaw seven measures meant to calm the apprehensions of groups of people being transferred or relocated. The British junior counsel omitted the most significant of those measures, of which the following translation may be offered:
7/. The office is considering giving to relocated persons a certificate of what they will have left behind in the way of houses, farms, livestock and belongings of which inventory may be made, without, however, making any commitment for an obligatory compensation thereof. The future will decide whether such compensation must ensue some day in Brazil or in the Far East. It is only necessary to give transferred persons the feeling that there will ensue, later on, an indemnity for possessions left behind (IMT and IMG, XXXIV, p. 66).
And it is after those words that the signature of O. Globocnik appears. One cannot see the signature without seeing point 7. There, in point 7, may be noted the trace of the idea, dear to Adolf Hitler, Reinhard Heydrich and a good many other National-Socialists according to which the Jewish question would find its solution, after the war, in the creation of a sort of Jewish State that might be situated in Madagascar, Africa, South America or the Far East. Neither O. Globocnik nor any other National-Socialist envisaged the solution of such a problem by the physical extermination of the Jewish people.
As for the policy consisting in the displacement of whole populations and despoiling them more or less brutally of some or all of their possessions, it has, unfortunately, been employed constantly throughout history. The Allies practised it on a grand scale with regard to about 12 million Germans at the war’s end. As for the Jews, they themselves follow no other policy with regard to the Arabs of Palestine.*
March 1986 [August 3, 2009]


* Note (April 1986): Mark Weber, of the Institute for Historical Review, to whom I have sent an English summary of this text, informs me that, curiously, in the translation of German documents produced by the American prosecution at Nuremberg, the same omission of point 7 is to be noted (Nazi Conspiracy and Aggression, Washington, G.P.O., 1946-1948; Supplement A, p. 744-770 for document PS-4024).

Aktion Reinhardt [1986] (version française)



Daté de mars 1986, l’article ci-dessous n’a, jusqu’ici, jamais été publié. Il démolit la thèse de substitution adoptée par certains exterminationnistes ainsi que par le semi-révisionniste David Irving, thèse selon laquelle, à défaut d’un « Holocauste », devenu aujourd’hui douteux, dans les prétendues « chambres à gaz » d’Auschwitz, de Birkenau et de Majdanek, il aurait existé, plus à l’Est, un incontestable « Holocauste » dans les « chambres à gaz » des trois camps de Sobibor, de Belzec et de Treblinka, appelés par D. Irving « les sites Reinhardt ».

En ce moment même, John Demjanjuk, qui est âgé de 89 ans, fait les frais de ce mensonge. Après avoir été faussement accusé d’avoir gazé des juifs à Treblinka, puis condamné à mort par un tribunal israélien et après avoir vécu cinq ans dans l’attente d’être pendu, il a été reconnu innocent et libéré. Des juifs ont alors eu l’aplomb de prétendre que, s’il n’avait pas été à Treblinka, il avait dû être à Sobibor ! En conséquence, les autorités américaines l’ont à nouveau extradé et livré, cette fois-ci, à la justice allemande et non à la justice israélienne. Malgré son état de santé qui est alarmant, J. Demjanjuk est aujourd’hui incarcéré dans une prison allemande.
La légende veut que la prétendue extermination des juifs à Sobibor, Belzec et Treblinka se soit produite dans le cadre d’une « Aktion Reinhard ». Or, ainsi que le démontrait R. Faurisson il y a déjà vingt-trois ans, cette opération, qui porte en fait le nom d’un secrétaire d’Etat aux finances du IIIe Reich, Fritz Reinhardt (avec un « t ») et non pas le prénom de Heydrich, soit Reinhard (sans «t»), n’a rien eu à voir avec une extermination quelconque ; elle a essentiellement porté sur les retombées économiques et financières des déplacements en Pologne de populations polonaises et juives dans les années 1942-1943. Une étude attentive de l’un des documents concernant l’ « Aktion Reinhardt » va jusqu’à prouver que le responsable de cette opération, le général Odilo Globocnik, avait bien présente à l’esprit l’idée que les juifs ainsi déplacés et passant par les camps de transit de Sobibor, de Belzec et de Treblinka, seraient installés, après la guerre, hors d’Europe. Au procès de Nuremberg (1945-1946), par un tour de passe-passe d’une insigne malhonnêteté, l’accusation britannique a réussi à cacher cette idée d’O. Globocnik, laquelle, d’ailleurs, ne fait que reproduire des pensées exprimées par Hitler ou Himmler. Tant il est vrai que les autorités du IIIe Reich recherchaient, comme les sionistes, « une solution finale TERRITORIALE » (eine territoriale Endlösung) de la question juive. Des expressions telles que « solution » ou « solution finale » de la question juive ne sont que l’abréviation de « solution finale territoriale » de la question juive. Dès le 24 juin 1940, Heydrich parlait de « eine territoriale Endlösung » et, de son côté, un haut fonctionnaire, Martin Luther, chef de la division « Allemagne » au sein du ministère des Affaires étrangères, rappelait dans un long mémorandum en date du 21 août 1942 que cette formule restait en vigueur et qu’à la fin de la guerre les juifs, dans leur ensemble, devraient avoir à quitter l’Europe (Aufzeichnung, p. 4, 13 ; alias document du procès de Nuremberg NG-2586).
Dans le récent Dictionnaire de la Shoah (sous la direction de Georges Bensoussan, Jean-Marc Dreyfus, Edouard Husson et Joël Kotek, Larousse 2009), on ne manquera pas de lire l’article « Opération Reinhard [sic] » du Belge Daniel Bovy; l’auteur semble d’une ignorance crasse ; sur le sujet il n’a apparemment lu ni Raul Hilberg, ni Uwe Dietrich Adam, ni l’indispensable document de Nuremberg PS-4024. Il ne fait que spéculer dans le vide.
3 août 2009
***

L’Aktion Reinhardt – et non Reinhard – (mars 1942-octobre 1943) n’a jamais été une opération d’extermination des juifs de Pologne mais une opération dont les quatre objectifs étaient :
- le transfert de certaines populations polonaises ou juives ;
- l’utilisation de la main-d’œuvre polonaise ou juive (parfois dans des camps) ;
- l’exploitation de biens confisqués aux Polonais ou aux juifs ;
- la collecte de valeurs dissimulées ou encore la saisie d’immeubles.
Le responsable de cette opération fut Odilo Globocnik, ingénieur diplômé devenu général de division SS et siégeant à Lublin. O. Globocnik s’est probablement suicidé en prison le 31 mai 1945.
Si l’Aktion Reinhardt avait été une opération d’extermination des juifs, elle aurait produit, en tant que telle, des documents qui auraient attesté de l’existence d’un ordre ainsi que de directives et d’instructions en ce sens. De plus, pour ne prendre que ces trois exemples souvent cités, les camps de Treblinka, de Sobibor et de Belzec, utilisés, parmi bien d’autres, dans le cadre de cette opération, ne se seraient pas révélés être des camps de transit mais auraient été équipés pour exterminer des masses humaines.
Pour donner corps à la thèse de l’extermination, on écrit souvent Aktion Reinhard (sans « t »). On prétend qu’une vaste opération d’assassinats collectifs aurait été ainsi baptisée en hommage au Protecteur de Bohême-Moravie, Reinhard Heydrich, assassiné à Prague par des terroristes tchèques armés par la Grande-Brétagne. L’attentat a été perpétré le 27 mai 1942 et la victime est morte le 4 juin. Comme l’Aktion Reinhardt a débuté vers la mi-mai 1942, elle est antérieure à cet assassinat. Et puis, on imagine difficilement la bureaucratie allemande décidant de donner à une entreprise de ce genre le prénom de l’un des plus hauts dirigeants de l’Etat: il n’était pas dans ses usages d’appeler Hitler, Göring, Himmler ou Heydrich par leurs seuls prénoms d’Adolf, de Hermann, de Heinrich ou de Reinhard.
L’admission de l’historien Uwe Dietrich Adam
Uwe Dietrich Adam est l’auteur de Judenpolitik im Dritten Reich (Düsseldorf, Droste, 1972). Il a participé au colloque d’historiens qui, du 29 juin au 2 juillet 1982, s’est tenu, à huis clos, à la Sorbonne. Paru trois ans plus tard, un ouvrage est supposé reproduire le texte des communications de ce colloque (L’Allemagne nazie et le génocide juif, Gallimard/Le Seuil, 1985). Dans sa propre contribution sur « Les chambres à gaz » (p. 236-261), U.D. Adam procède à d’intéressantes révisions de la thèse communément admise au sujet de l’Aktion Reinhardt. Par exemple, il en vient à écrire :
A ce sujet, certaines énigmes subsistent. Ainsi, au contraire de ce que pensent la majorité des historiens, il n’est pas certain que le nom de cette opération ait été attribué au souvenir de Heydrich, disparu le 5 juillet 1942 [erreur pour : le 4 juin 1942], à la suite d’un attentat. De même on explique mal le décalage dans le temps des travaux de construction : le chantier de Belzec débuta en novembre 1941, celui de Sobibor en mars 1942 et celui de Treblinka fin mai et début juin 1942 (p. 246).
Dans une note, il précise :
Utiliser le nom du chef du RSHA [Office central de sûreté du Reich] disparu aurait été un choix non seulement impropre mais irrévérencieux : quel rapport aurait-il pu y avoir par ailleurs entre l’assassinat de Juifs polonais et les Tchèques auteurs de l’attentat ? Le nom évoque sans doute plus vraisemblablement celui du secrétaire d’Etat aux Finances Fritz Reinhardt, orthographe que l’on retrouve précisément dans certains documents de l’opération Reinhardt. Sur cette dernière, l’auteur de ces lignes prépare une monographie (p. 259, n. 70).
Malheureusement, U.D. Adam devait mourir avant de pouvoir achever cette monographie.
Au procès de Nuremberg
Au procès de Nuremberg, l’accusation a utilisé le choix de documents réunis sous la cote PS-4024 (TMI XXXIV, p. 58-92), qui concerne la partie économique de l’Aktion Reinhardt. Le sujet à été évoqué, au cours des débats, les 5, 6 et 16 août 1946. Pour la version française, on se reportera, dans le volume XX, aux pages 341-350 mais en prenant soin de confronter cette version à la version allemande des pages 349-359, tant la version française peut induire en erreur, par exemple quand elle donne à croire qu’un document allemand contenait le mot de « Sklavenlager » (camp d’esclaves) alors que cette expression provient sous sa forme anglaise du major Elwyn Jones, substitut du procureur général britannique (texte français fautif, p. 348; texte allemand correct, p. 357). Dans le même volume XX, on consultera, pour la version française, les pages 451-453 et, pour la version allemande, les pages 460-462. Dans le volume XXI, on se reportera, pour la version française, aux pages 257-258 et, pour la version allemande, aux pages 268-270.
Une « omission » du substitut britannique
Au procès de Nuremberg, le substitut Elwyn Jones a voulu faire du recueil de documents PS-4024 son cheval de bataille contre l’accusé allemand Walther Funk, ministre de l’Economie, et contre deux témoins allemands qui furent, d’une part, Friedrich Karl, baron von Eberstein, général de division SS et préfet de police à Munich, et, d’autre part, le juge SS Gunther Reinecke. Dans les trois cas, E. Jones s’est montré peu convaincant. Par ailleurs, il s’est rendu coupable d’une grave omission. Dans un document en date du 27 février 1943, O. Globocnik envisageait sept mesures destinées à calmer les appréhensions des populations à transférer ou à transplanter. Le substitut britannique a omis la dernière et la plus significative de ces mesures dont on peut proposer la traduction suivante :
7/. On envisage de donner aux transplantés une attestation de ce qu’ils auront laissé en tant que maison, ferme, bétail et biens à inventorier, sans prendre pour autant l’engagement d’une compensation obligatoire. Que cette compensation doive s’ensuivre un jour au Brésil ou en Extrême-Orient, l’avenir en décidera. Il faut seulement donner aux transférés le sentiment qu’il s’ensuivra plus tard une indemnisation des biens laissés derrière eux (TMI et IMG, XXXIV, p. 66).
Et c’est après ces mots qu’apparaît la signature d’O. Globocnik. On ne peut voir la signature sans voir le point 7. On relève, dans ce point 7, la trace de l’idée, chère à Adolf Hitler, Reinhard Heydrich et à bien d’autres nationaux-socialistes selon laquelle la question juive trouvera sa solution, après la guerre, dans la création d’une sorte d’Etat juif qui pourra se situer à Madagascar, en Afrique, en Amérique du Sud ou en Extrême-Orient. Ni O. Globocnik, ni aucun autre national-socialiste n’a envisagé la solution d’un tel problème par l’extermination physique du peuple juif.
Quant à la politique qui consiste à déplacer des populations entières et à les spolier plus ou moins brutalement d’une partie ou de la totalité de leurs biens, elle est d’un emploi malheureusement constant tout au long de l’histoire. Les Alliés l’ont pratiquée à grande échelle à l’égard d’environ 12 millions d’Allemands à la fin de la guerre. Quant aux juifs, ils ne suivent pas d’autre politique à l’égard des Arabes de Palestine.*

mars 1986 [3 août 2009]


* Note (avril 1986) : Mark Weber, de l’Institute for Historical Review, auquel j’ai envoyé une version anglaise de ce texte, me fait savoir que, curieusement, dans la traduction des documents allemands mise au point par le ministère public américain, on note la même omission du point 7 (Nazi Conspiracy and Aggression, Washington, G.P.O., 1946-1948. Supplément A, p. 744-770 pour le document PS-4024).