Thursday, July 23, 2009

"A stirrer"? Or, rather, "a searcher who finds what wasn’t supposed to be found"?


To a brother-in-law who suspects me of being, with my revisionism, just “a stirrer”, I have recently sent a letter that ended as follows:

[…] About that little talk of ours over a drink, I recall how you, alluding to my revisionist struggle, told me, kindly and with a smile, that I was a “stirrer” (sic), and how there instantly there came to my lips a question that in the end, what with Michel A. being present, I preferred to hold back. That question was: “Like Galileo…?”.

The scientist you are must know that, if science has gone forward, it’s thanks to a plethora of “stirrers” who have “denied the obvious”, “tried to see from closer up”, “wanted to go over it again”, all at the risk of annoying wife, children, family, in-laws, distant relations, the lecturers in morality and others still, along with the real clever ones who know there’s nothing like honours, cosiness, a good reputation.

I do hope that one day, at my funeral or soon afterwards, you’ll be telling people: “I knew Robert Faurisson. He was my brother-in-law. His misfortune can be summed up in a few words: he was a searcher; better – or worse – he was a searcher who found; even better – or even worse – he found what wasn’t supposed to be found.” So be it! – All the best. RF

In that end of my letter, the comparison I made of my own case with that of Galileo bothers me a bit and reminds me of Céline’s first words in Bagatelles pour un massacre: “I am, after all, a little troubled by my refinement… What will people say? Assert?... Insinuate?...”. In my defence, I’ll invoke the customary practice, in this type of comparison, of turning to stereotyped examples and historical figures.

As for giving an example of what was above all not supposed be found, I would cite, among a good many other discoveries, the one that on March 19, 1976 allowed me access, in the archives of the Auschwitz State Museum, to the plans of the Auschwitz and Birkenau crematoria. The official historians had steered well clear of reproducing them in their works. And for good reason! The said plans revealed that the crematoria possessed, in the way of “homicidal gas chambers”, only some quite ordinary depositories (“Leichenhalle” or “Leichenkeller”), or else other rooms just as banal as might be found in any cremation building; consequently, those plans also proved that the mass murder imputed to the Germans was technically impossible. After that it took me three years of struggle to get the first of the drawings published: this happened in a Spanish weekly that felt obliged to headline its article “Robert Faurrisson, el abogado póstumo de Hitler, ‘Las cámaras de gas son mentira’” (Robert Faurrisson, Hitler’s posthumous defender: ‘The gas chambers are a lie’, Interviu, February 22-28, 1979, p. 64-66). The reply that, at the time, was to come from thirty-four recognised historians, beginning with Fernand Braudel, is known: “It must not be asked how, technically, such mass murder was possible. It was technically possible, since it happened (Le Monde, February 21, 1979, p. 23). Since that academic asininity, which goes back thirty years, I have, as of today, received no other answer worthy of the name, either from a Jean-Claude Pressac, a Robert Jan van Pelt or anyone else.

July 23, 2009

« Un fouille-merde » ? Ou, plutôt, «un chercheur qui trouve ce qu’il ne fallait pas trouver» ?


A un beau-frère qui me suspecte de n’être, avec mon révisionnisme, qu’ « un fouille-merde » je viens d’adresser une lettre dont voici la fin :

[…] A propos de cette rencontre autour d’un verre, je me souviens que, faisant allusion à mon combat révisionniste, tu m’as dit, gentiment et avec le sourire, que j’étais un « fouille-merde » (sic). Instantanément il m’est venu aux lèvres une question qu’en fin de compte, à cause de la présence de Michel A.…, j’ai préféré rengainer. Cette question était : « Comme Galilée… ? ».

Le scientifique que tu es doit savoir que, si la science est allée de l’avant, c’est grâce à pléthore de « fouille-merde » qui ont « nié l’évidence », « cherché à y voir de plus près », « voulu revoir », quitte à contrarier femme, enfants, famille, belle-famille, le ban et l’arrière-ban, les donneurs de leçons morales et autres ainsi que les gros malins qui savent, eux, que rien ne vaut les charentaises, les honneurs, la bonne réputation.

J’ose espérer qu’un jour, à mon enterrement ou peu après, tu iras disant : « J’ai connu Robert Faurisson. Il était mon beau-frère. Son malheur tient en quelques mots : il était un chercheur ; mieux ou pis, il était un chercheur qui trouvait ; encore mieux ou encore pis, il trouvait ce qu’il ne fallait pas trouver. » Ainsi soit-il ! – Bien à toi. RF

Dans cette fin de lettre, la comparaison que je fais de mon cas avec celui de Galilée m’embarrasse quelque peu et me rappelle les premiers mots de Céline dans Bagatelles pour un massacre : « Je suis tout de même un peu gêné par mon raffinement… Que va-t-on dire ? Prétendre ?... Insinuer ?... ». A ma décharge j’invoquerai ici l’usage qui veut que, dans ce type de comparaison, on en appelle à des exemples stéréotypés et à des personnages historiques.

Quant à produire un exemple de ce qu’il ne fallait surtout pas trouver, je citerais, parmi bien d’autres découvertes, celle qui m’a permis d’accéder, dans les archives du Musée d’Etat d’Auschwitz, le 19 mars 1976, aux plans des crématoires d’Auschwitz et de Birkenau. Les historiens officiels s’étaient bien gardés de les reproduire dans leurs ouvrages. Et pour cause ! Lesdits plans révélaient que ces crématoires n’avaient, en fait de prétendues chambres à gaz d’exécution, possédé que de très ordinaires dépositoires (« Leichenhalle » ou «Leichenkeller») ou encore d’autres pièces tout aussi banales qui peuvent se rencontrer dans un bâtiment de crémation ; par voie de conséquence, ces plans prouvaient aussi que le meurtre de masse imputé aux Allemands était techniquement impossible. Par la suite, il m’a fallu un combat de trois ans pour obtenir la publication du premier de ces plans ; cela s’est fait dans un hebdomadaire espagnol qui s’est cru obligé de titrer « Robert Faurrisson, el abogado póstumo de Hitler, ‘Las cámaras de gas son mentira’ » (Interviu, 22-28 février 1979, p. 64-66). On connaît la réplique qu’à la même époque allaient me faire trente-quatre historiens patentés, à commencer par Fernand Braudel : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu » (Le Monde, 21 février 1979, p. 23). Depuis cette ânerie universitaire, qui remonte à trente ans, je n’ai, à ce jour, obtenu aucune autre réponse digne de ce nom, y compris d’un Jean-Claude Pressac ou d’un Robert Jan van Pelt.

23 juillet 2009

Monday, July 13, 2009

Letter on my discovery of the Auschwitz crematoria building plans


to Lady Michèle Renouf

Dear Michèle,
Yes, I am the one who discovered the plans of the Auschwitz crematoria. It was in 1976 on my second visit to the camp; my first visit was in 1975.
I haven’t the time to explain to you how I managed to find, on March 19, 1976, all those plans and many other items at the Auschwitz archives centre, where I met Tadeusz Iwaszko, chief archivist at the Auschwitz State Museum.
For years I tried to publish the plans in question. Impossible. One day a friend told me he knew a Spanish journalist who perhaps would agree to publish an interview with me, along with some photos. The newspaper was the Spanish magazine Interviu. The journalist was Vicente Ortuno and the photographer was Jean Marie Pulm. They came to Vichy. They promised me and my friend not to publish any photo of my face, and that an agreement would be signed before any publication. In fact they lied. They quickly published what you can see in Interviu (22-28 February 1979, p. 64-66; please see the reproductions below). In the article I am described as a sadistic Nazi. I have the French translation of that article but it is of no interest. I filed a lawsuit in Paris. I won my case but the amount of damages was ridiculous (the presiding judge was a Jewess by the name of Simone Rozès).
So it was that the Holo Believers had been sitting on those plans for over 30 years after the war. Question: "How is it that the Jews and the Communists decided to hide the plans showing the alleged crime weapon?" The answer is that those plans showed clearly that the alleged homicidal gas chambers were rooms designed and used as mortuaries (or places to keep bodies before their incineration), exactly as, for example, in the Sachsenhausen camp near Berlin (there, the big Leichenkeller was made up of three different rooms: one for bodies in coffins, one for bodies not in coffins and another, equipped with a special isolation system, for contaminated bodies). This kind of place was called a Leichenhalle ("corpse hall") or Leichenkeller ("corpse cellar").
Isn't it odd that the man who had discovered and tried to publish such things was a revisionist, i.e. a non-believer?
In the large photo in Interviu I am seen showing Leichenkeller 1 of crematorium II in Auschwitz-Birkenau; that crematorium was situated near the football field (Sportplatz) where the inmates played soccer matches; sometimes the ball fell into the courtyard of the crematorium and had to be retrieved from there.
In the same photo, behind me can be seen two other plans.
On March 19, 1976 I ordered and paid for 116 photos (I still have the bill) but afterwards I had some serious trouble getting them sent from Poland to Vichy. I had to ask the French Consulate in Cracow to intervene. Of course, to none of those people in Communist Poland had I disclosed that I was a revisionist.
In the smaller photo I am showing Serge Klarsfeld’s book, Mémorial de la déportation des juifs de France (1978), and explaining some of the tricks played by that fraudster in his book.
As soon as they learnt of the Interviu article, the Holo Believers began publishing the same drawings but not without explaining to readers that they had to understand that the German terms were code words which, consequently, needed decoding. Jean-Claude Pressac harboured a predilection for that sort of job, particularly in his enormous book entitled Auschwitz: Technique and Operation of the gas chambers, published in 1989 by the Beate Klarsfeld foundation in New York. But, as you probably know, Pressac ended up recanting his views and, on June 15, 1995 (a month after I had made him testify in a case brought against me [for my Réponse à Jean-Claude Pressac (1994)], signed a paper in which he finally said that the official version of Nazi concentration camp history was "rotten" (pourri) and good only for the "rubbish bins of history" (poubelles de l’histoire). That recantation of his was kept hidden for five years and made public only in March 2000 by a conventional historian, Valérie Igounet, at the very end of her book, Histoire du négationnisme en France, Seuil (Paris), p. 651-652.
Best wishes,
Robert Faurisson
Vichy, July 13, 2009







Lettre sur ma découverte, en 1976, des plans des crématoires d’Auschwitz


A Lady Michèle Renouf

Chère Michèle,
Oui, je suis celui qui a découvert les plans des crématoires d’Auschwitz. Cela s’est fait en 1976 lors de ma seconde visite du camp ; ma première visite avait eu lieu en 1975.
Je n’ai pas le temps de vous expliquer comment j’ai trouvé le moyen de découvrir, le 19 mars 1976, tous ces plans, et bien d’autres documents, au centre des archives d’Auschwitz, où j’ai rencontré Tadeusz Iwaszko, le responsable en chef des Archives du Musée d’Etat d’Auschwitz.
Pendant des années j’ai essayé de publier les plans en question. Impossible. Un jour, un ami m’a dit qu’il connaissait un journaliste espagnol qui accepterait peut-être de publier une interview de moi avec quelques photos. Le journal était le magazine espagnol Interviu. Le journaliste était Vicente Ortuno et le photographe, Jean Marie Pulm. Ils sont venus à Vichy. Ils m’ont promis ainsi qu’à mon ami de ne publier aucune photo de ma figure et qu’un accord serait signé avant toute publication. En fait, ils me mentaient. Ils ont rapidement publié ce que vous pouvez voir dans Interviu du 22-28 février 1979, p. 64-66 (voyez ci-dessous). L’article me décrivait comme un Nazi sadique. J’en possède la traduction en français mais c’est sans intérêt. J’ai déposé plainte à Paris. J’ai gagné mon procès mais le montant des dommages et intérêts était ridicule (la présidente du tribunal était une juive du nom de Simone Rozès).
Ainsi donc les Croyants en « l’Holocauste » étaient restés assis sur ces plans pendant plus de trente ans après la guerre. Question : « D’où vient que les juifs et les communistes aient décidé de cacher les plans qui nous montraient la prétendue arme du crime ? » La réponse est que ces plans montraient clairement que les prétendues chambres à gaz homicides étaient des pièces conçues et utilisées comme dépositoires (ou espaces pour entreposer les cadavres en attendant leur incinération), exactement comme, par exemple, dans le camp de concentration de Sachsenhausen près de Berlin (là, le grand Leichenkeller était composé de trois pièces différentes : l’une pour les cadavres en bières, l’autre pour les cadavres non en bières et un autre encore était, lui, doté d’un système spécial d’isolation pour les cadavres contaminés). Ce genre d’emplacement était appelé « Leichenhalle » (hall à cadavres) ou « Leichenkeller » (cave à cadavres).
N’est-il pas étrange que l’homme qui avait découvert et cherché à publier un tel matériau ait été un révisionniste, c’est-à-dire un non croyant ?
Dans la grande photo d’Interviu on me voit désigner le Leichenkeller 1 du crématoire II à Auschwitz-Birkenau ; ce crématoire était situé près du terrain de football (Sportplatz) où les détenus disputaient les matchs ; parfois le ballon tombait dans la cour du crématoire, où il fallait aller le rechercher.
Dans la même photo, on peut apercevoir derrière moi deux autres plans.
Le 19 mars 1976, j’ai commandé et payé 116 photos (je possède encore la facture) mais, par la suite, j’ai rencontré de sérieuses difficultés à me les faire envoyer de Pologne à Vichy. Il m’a fallu demander l’intervention du Consulat de France à Cracovie. Bien entendu, je n’avais révélé à aucune de ces personnes d’une Pologne communiste que j’étais un révisionniste.
Dans la petite photo je montre le livre de Serge Klarsfeld, Mémorial de la déportation des juifs de France (1978) et j’explique quelques-unes des tricheries auxquelles le fraudeur s’est livré dans son livre.
Sitôt qu’ils ont eu connaissance de l’article d’Interviu, les Croyants en « l’Holocauste » ont commencé à publier les mêmes plans mais non sans expliquer aux lecteurs qu’il leur fallait comprendre que les termes allemands étaient des mots « codés » qui, par conséquent, demandaient à être « décodés ». Jean-Claude Pressac a nourri une prédilection pour ce genre de besogne, en particulier dans son énorme ouvrage intitulé Auschwitz : Technique and Operation of the gas chambers, publié à New York, en 1989, par la Fondation Beate Klarsfeld. Mais, vous le savez sans doute, Pressac a fini par se rétracter et, le 15 juin 1995 (un mois après sa comparution à ma demande dans un procès qui m’avait été intenté [pour ma Réponse à Jean-Claude Pressac (1994)]), il a signé un texte dans lequel il a fini par dire que le dossier officiel de l’histoire des camps de concentration nazis était « pourri » et seulement bon pour les « poubelles de l’histoire ». Sa rétractation est restée cachée pendant cinq ans et n’a été révélée qu’en mars 2000 par une historienne conventionnelle, Valérie Igounet, à la toute fin de son livre Histoire du négationnisme en France, Paris, Editions du Seuil, p. 651-652.
Bien à vous. RF

13 juillet 2009