Thursday, January 24, 2008

Professor Faurisson in police custody for questioning and a search of his house


Retired university professor Robert Faurisson lives in the central French town of Vichy. At 9 AM on January 24 he answered a summons to appear at the local police station. No sooner had he arrived there than he was notified by three senior officers, sent from Paris the day before, that he was now in their custody for questioning and that a search of his house would also be carried out.

In December 2006 then French President Jacques Chirac had publicly called for an investigation into Faurisson’s participation in the conference in Tehran on the Holocaust (December 11th and 12th of that year). That conference was open to all, including revisionists. A British subject before being a French citizen, it was in English that the Professor, a specialist in “the appraisal of texts and documents (literature, history, media)”, briefly spelled out the results of his research on “the Holocaust”. His paper bore the title “The Victories of Revisionism”. In it he didn’t hide his belief that the more revisionism gained ground, particularly on the Internet, the more revisionists would face repression, first in the media, then at the hands of the police and the law courts.

The Minister of Justice then put a Paris prosecutor in charge of the investigation demanded by one who, dubbed “Superliar” by French television, was now anxious to come to the aid of an imperilled “Superlie”. On April 16, 2007 police lieutenant Séverine Besse and a colleague of hers were sent to Vichy to question the professor. But to each of their queries he was to reply stubbornly: “No answer”, and he had them put down the following statement in their official record: “I refuse to collaborate with the French police and justice system in the repression of historical revisionism”.

Nine months later, on January 24, 2008, the thought police re-offended. In the meantime an examining magistrate, Marc Sommerer, was assigned to the case. And he sent the same Séverine Besse to Vichy, accompanied this time by two other officers of the Police Judiciaire (OPJ). She made it known to the professor that he was henceforth in custody for questioning and that after a session with them in a room in the station his house would be searched. There then followed a bodily search, confiscation of wallet and change purse, pen, watch and… belt (whereas the chances are nil of a man of nearly 79 hanging himself in a police station office in the presence of three officers). In fact, it was all probably just his interrogators’ way of trying to intimidate a notorious recalcitrant, whose wife, as the police are aware, is for serious medical reasons in need of his constant presence. However, with the stubbornness of a Scottish mother’s son, R. Faurisson persisted in replying “No answer” to every question put. He reiterated his refusal to collaborate with the police and the justice system against revisionism. Then he was told that he was the target not of one but of three penal actions that had led to the issuing of as many warrants by examining magistrate Sommerer. The first two cited the professor directly for his participation in the Tehran conference; whilst one of these, originating both from the prosecution service and from a slew of pious organisations, attacked him for “disputing crimes against humanity” (under the Fabius-Gayssot law of 1990), the other, from the LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), charged him with “defamation”. The third action, tortuously worded, was brought “against persons unknown” by the daily Libération for the “pirating” of one of its pieces in the review Dubitando where, the police officers said, twenty of the professor’s articles had appeared.

Faurisson was then taken to his house. The three “OPJ’s” and a Vichy policewoman proceeded with the search. They drew a blank. They discovered neither the coveted computer nor, in a mountain of documents, the papers sought. At the end, towards 3 PM, the professor, making careful note of the three officers’ names, affirmed to them, as he’d had occasion to do before judges in court: “It may turn out that your existence will be noted in history only insofar as I’ll have mentioned your names and according to how I’ll have mentioned you”.

The day after this six-hour arrest for interrogation and search, that is, the 25th of January, the professor would celebrate his 79th birthday, not without a thought for those revisionist friends of his who were already in prison or who risked finding themselves there before long. He’d have a special thought for the heroic Vincent Reynouard, today a father of seven: ten years ago this maths teacher, adored by his pupils, was kicked out of the state school system in France for the crime of revisionism; at present his living conditions are more precarious than ever but he nonetheless keeps on doing copious research and producing revisionist material regularly; he stands up in person to the courts where the judges, noting his resolve, deny him the right to make a defence grounded in the substance of the case as he sees it, and sentence him with increasing severity; prison awaits him.

Faurisson would also be thinking of his fellow revisionists imprisoned in either Austria or Germany, for example Ernst Zündel, Germar Rudolf, Wolfgang Fröhlich, Gerd Honsik and indeed Sylvia Stolz, “the German Joan of Arc”.

Over the past nearly sixty years, long has grown the list of revisionists who have paid with their tranquillity, their health, their freedom and, sometimes, their lives for an attachment to the freedom of thought, the freedom of research (which, in history, should not see itself assigned any limits) and, finally, the freedom of expression.

January 24, 2008

Pour le professeur Faurisson : garde à vue et perquisition

Professeur à la retraite, Robert Faurisson habite Vichy. Le 24 janvier 2008, il a été convoqué au commissariat de police de sa ville à 9h du matin. A peine rendu sur place, il s’est vu notifier par trois officiers de la police judiciaire (OPJ), venus, la veille, de Paris, qu’il était mis en garde à vue et qu’une perquisition aurait lieu à son domicile.

En décembre 2006, Jacques Chirac, alors président de la République, avait publiquement demandé l’ouverture d’une enquête judiciaire au sujet de la participation de Faurisson à la conférence de Téhéran sur l’Holocauste (11-12 décembre 2006). Cette conférence était ouverte à tous, y compris aux révisionnistes. Sujet britannique avant d’être citoyen français, c’est en anglais que le professeur, spécialiste de « critique de textes et documents (littérature, histoire, médias) », avait brièvement exposé les résultats de ses recherches sur « l’Holocauste ». Sa communication avait porté pour titre « The Victories of Revisionism ». Il n’y cachait pas que, plus le révisionnisme gagnerait de terrain, en particulier sur l’Internet, plus les révisionnistes seraient en butte à la répression d’abord médiatique, puis policière et judiciaire.

Le ministre de la Justice chargeait alors un procureur de Paris de diligenter l’enquête réclamée par « Supermenteur » soucieux de se porter au secours d’un « Supermensonge » en péril. Le 16 avril 2007, le lieutenant Séverine Besse et l’une de ses collègues étaient envoyées à Vichy pour y interroger le professeur. Mais à toute question posée ce dernier allait obstinément répondre : « Pas de réponse » et il faisait inscrire au procès-verbal la déclaration suivante : « Je refuse de collaborer avec la police et la justice françaises dans la répression du révisionnisme historique. »

Le 24 janvier 2008, soit neuf mois plus tard, la police de la pensée récidive. Entre-temps, un juge d’instruction a été nommé, Marc Sommerer. Ce dernier envoie de Paris à Vichy la même Séverine Besse accompagnée, cette fois-ci, de deux OPJ. Elle annonce au professeur qu’il est illico mis en garde à vue et qu’après son audition dans une pièce du commissariat son domicile va être perquisitionné. S’ensuivent fouille au corps, confiscation du portefeuille, du porte-monnaie, du stylo, de la montre et… de la ceinture (alors que sont nuls les risques de voir, dans un bureau, un homme de près de 79 ans se pendre en la présence de trois policiers). En fait, il s’agit probablement, pour ses interrogateurs, d’intimider un récalcitrant notoire, dont la police sait, par ailleurs, que, pour une grave raison d’ordre médical, l’épouse a besoin de la présence constante de son mari. Or, avec l’obstination d’un fils d’Ecossaise, à toute question posée R. Faurisson persiste à répondre : « Pas de réponse ». Il réitère son refus de collaboration avec la police et la justice contre le révisionnisme. On lui révèle qu’il fait l’objet non pas d’une mais de trois plaintes ayant donné lieu à la délivrance par le juge d’instruction Sommerer d’autant de commissions rogatoires. Les deux premières plaintes visent nommément le professeur pour sa participation à la conférence de Téhéran ; tandis que l’une, émanant à la fois du ministère public et d’une série de pieuses associations, lui fait grief de « contestation de crimes contre l’humanité » (loi Fabius-Gayssot de 1990), l’autre, provenant de la LICRA, le poursuit pour « diffamation ». La troisième plainte, biscornue, est portée « contre X » par le quotidien Libération pour « contrefaçon » de l’un de ses articles dans la revue Dubitando, où sont parus, disent les policiers, vingt textes du professeur.

Faurisson est alors conduit à son domicile. Les trois OPJ et une policière de Vichy procèdent à la perquisition. Ils font chou blanc. Ils ne découvrent ni l’ordinateur tant convoité ni, dans une montagne de documents, les pièces recherchées. Pour finir, vers 15h, prenant bonne note des prénoms et des noms des trois OPJ, le professeur leur déclare comme il lui est déjà arrivé de le faire devant des juges : « Peut-être ne passerez-vous à l’histoire que pour autant que je vous aurai nommés et comme je vous aurai nommés ».

Le lendemain de cette garde à vue de six heures, soit le 25 janvier, le professeur fêtera son 79e anniversaire, non sans une pensée pour ceux de ses amis révisionnistes qui sont déjà en prison ou qui risquent de s’y trouver sous peu. Il aura une pensée particulière pour l’héroïque Vincent Reynouard, aujourd’hui père de sept enfants ; il y a dix ans, ce dernier, un enseignant de mathématiques adoré de ses élèves, avait été chassé de l’Education nationale pour délit de révisionnisme ; actuellement ses conditions de vie sont plus précaires que jamais mais il multiplie néanmoins les enquêtes et les publications révisionnistes ; il affronte en personne les tribunaux dont les juges, constatant sa détermination, lui dénient le droit de présenter sa défense sur le fond et le condamnent avec une sévérité accrue ; la prison l’attend.

Faurisson songera également à ses confrères emprisonnés soit en Autriche, soit en Allemagne, qu’il s’agisse, par exemple, d’Ernst Zündel, de Germar Rudolf, de Wolfgang Fröhlich, de Gerd Honsik ou encore de Sylvia Stolz, « la Jeanne d’Arc allemande ».

Depuis près de soixante ans, longue est la liste des révisionnistes qui ont payé de leur tranquillité, de leur santé, de leur liberté et, parfois, de leur vie leur attachement à la liberté de pensée, à la liberté de recherche (qui, en histoire, ne devrait pas se voir assigner de limites) et, enfin, à la liberté d’expression.

24 janvier 2008

Friday, January 18, 2008

Mise en garde à propos de l’affaire Badinter

La maison d’édition Fayard (Claude Durand) annonce la sortie pour ce 23 janvier 2008 d’un ouvrage de 320 pages intitulé La Justice et l’Histoire face au négationnisme. Elle le fait dans les termes suivants:
Les 12 mars et 12, [sic, pour le 2] avril [2007] ont eu lieu devant la 17e Chambre du tribunal correctionnel de Paris les débats de ce qui aura probablement été le tout dernier grand procès du négationnisme. – À l’origine, une plainte de Robert Faurisson contre Robert Badinter et la chaîne Arte. Motif: sur cette chaîne, Robert Badinter a déclaré: «Le dernier procès que j’aurai plaidé dans ma vie avant de devenir ministre, c’est le procès contre Faurisson. J’ai fait condamner Faurisson pour être un faussaire de l’Histoire.» Ce sont ces derniers mots qui sont invoqués par Faurisson pour intenter sa plainte en diffamation. – Le jugement, rendu le 21 mai, a débouté Faurisson de sa plainte. Il n’a pas fait appel. – Ce dossier restera dans l’histoire de la justice et pour l’Histoire tout court le verdict de condamnation définitive du négationnisme en France.
Cette présentation est fallacieuse. Elle donne à entendre que R. Badinter m’aurait effectivement fait condamner [en 1981] pour être un faussaire de l’histoire, ce qui n’a nullement été le cas; en outre, elle insinue que le même R. Badinter ne m’aurait pas diffamé lorsque, le 11 novembre 2006, il a osé affirmer, mensongèrement, qu’il m’avait fait condamner en qualité de faussaire.

En réalité, dans le jugement qu’il a rendu le 21 mai 2007, le tribunal a jugé que R. Badinter m’avait bel et bien diffamé mais … de bonne foi. J’ai été condamné à verser 5000 euros au titre des frais d’avocat. Je me suis exécuté et je n’ai pas interjeté appel. R. Badinter, défendeur, avait voulu apporter la preuve de son assertion; or, a prononcé le tribunal, il convient de «constater que le défendeur a échoué en son offre de preuve» (p. 13 du jugement).

Je n’ai jamais été condamné par une juridiction, française ou étrangère, pour une falsification quelconque. Aucun des huit témoins venus me charger n’a été en mesure de démontrer l’existence dans mes écrits d’une seule falsification. Interrogés par mon conseil, Eric Delcroix, ils se sont tous révélés incapables de citer une décision de justice autorisant R. Badinter à dire ce qu’il avait dit. A telle enseigne que, lorsque l’un de ces témoins, Nadine Fresco, s’est vu demander si elle connaissait une décision de justice me condamnant pour être un faussaire de l’histoire, Bernard Jouanneau, avocat de R. Badinter, entendant la malheureuse bredouiller: «Je ne sais pas», s’est précipité à son secours et a lancé: «Je vous dis qu’il n’y en a pas et pourtant nous avons tous, au terme de votre déposition, la conviction que Robert Faurisson est bien un faussaire de l’histoire» (Transcription due à la sténotypiste de R. Badinter, fascicule 2, p. 34; souligné par moi). Par la suite, le même B. Jouanneau a plusieurs fois reconnu qu’aucun jugement, aucun arrêt ne m’avait condamné en tant que tel.

Pour commencer, R. Badinter lui-même, lors de sa déposition, a plaidé la bonne foi. Il a fait valoir piteusement qu’il n’était «même pas sûr d’avoir lu le jugement» en 1981 quand il avait été soudainement nommé ministre de la Justice. Il a expliqué que, le 11 novembre 2006, s’exprimant à la télévision, il avait «improvisé» sur le compte de Faurisson; il a précisé: «A question imprévue réponse improvisée» (en réalité, on ne lui avait pas posé de question sur Faurisson et il s’était, de lui-même, aventuré sur un terrain où il croyait pouvoir se vanter d’un exploit). Il a admis que, vu les circonstances, il n’avait bien sûr pas vérifié ses sources; il a ajouté que, s’il avait à parler de Faurisson dans d’éventuels mémoires, il en irait tout autrement: «J’aurais […] obligation de vérifier mes sources». Il a ajouté mot pour mot: «Vous êtes sur un plateau de télévision, une question vous est posée, vous répondez en fonction de vos souvenirs et vous dites ‘faussaire de l’histoire’. Ceci correspond très exactement à la réalité pour moi que j’en avais conservée» (Ibid., fascicule 1, p. 18-19).

Je tiens à la disposition de tout journaliste qui souhaiterait en prendre connaissance les documents suivants:

- La transcription due à la sténotypiste de R. Badinter;
- Le texte du jugement rendu le 21 mai 2007;
- Cinq articles que j’ai consacrés, en 2007, à cette affaire: «Robert Badinter en a menti: ni lui ni personne d’autre ne m’a ‘fait condamner en justice pour être un faussaire de l’histoire’!» (16 février, 6 p.); «Les témoins de Robert Badinter» (12 mars, 12 p.); «Dernière audience du procès contre Robert Badinter» (2 avril, 4 p.); «Avertissement à Robert Badinter et à ses amis et conseils pour le cas où ils persisteraient à me diffamer» (10 et 17 octobre, 3 p.); «Robert Badinter, mon diffamateur …» (29 octobre, 8 p.).
Ce dernier texte a été envoyé par mes soins, les 31 octobre et 2 novembre 2007, à Robert Badinter, Bernard Jouanneau, Claude Durand, Christian Charrière-Bournazel, à l’Agence France-Presse et à l’Associated Press ainsi qu’aux publications suivantes: Le Monde (et, en particulier, à Henri Tincq, Pascale Robert-Diard, Robert Solé), Le Monde des lettres, Libération, Le Figaro, La Montagne (Clermont-Ferrand), La Montagne (Vichy), Ouest-France, Le Nouvel Observateur, L’Express, Le Point sans compter quelques autres personnes et publications.

Je mets en garde contre la tentation d’escamoter le fait que, pour le tribunal, R. Badinter a été incapable de prouver son assertion et m’a bel et bien diffamé, fût-ce «de bonne foi». L’auteur ou les auteurs du livre en ont été prévenus: telle une allumette, «la bonne foi ne peut servir qu’une fois».