Sunday, April 9, 2006

Grave Error by Robert Fisk on the Subject of Victor Klemperer's Diary

Robert Fisk is the journalist of The Independent (London) who has made rather a name for himself with his many reports on the current situation of the Palestinians, whom he bravely describes as victims of their country’s invasion and occupation by the Jewish Army. His courage has earned him enemies. Is it in order to disarm those enemies that, from time to time, he stridently takes up the cause of the religion of the “Jewish Holocaust” and heads off to war against the revisionists?

Just recently, on April 4, he wrote an article entitled “A lesson from the Holocaust for us all. This account fills one with rage that anyone could deny the reality of the Jewish genocide” (Independent, p. 35).

The “account” in question is the book compiled from the testimony of the German Jew Victor Klemperer on the period from 1933 to 1945. V. Klemperer (1881–1960) was the cousin of orchestral conductor Otto Klemperer. He lived in Dresden until the atrocious bombing raids of February 1945, and then in Western Germany. After the war, he went back to Dresden where he resumed his teaching of Romance languages and enrolled in the Communist Party, perhaps out of opportunism or necessity. As far as political convictions were concerned, he, like many Jews of his time, rejected Zionism and held Hitler to be a promoter of that Jewish ideology. What has been published of his 5,000 pages of diary, with, unhappily, many cuts, is gripping. Actually, his testimony is a black mark on those who assiduously tend the “Holocaust” myth.

Robert Fisk portrays V. Klemperer as an “infinitely heroic” man, up against the cruelty of the Dresden Gestapo. However, V. Klemperer never showed any heroism. If, in 1941, he spent 192 hours in a cell at Dresden police headquarters, it was merely for his failure to respect the blackout ordered by the civil defence authorities! Besides, according to his own words, the personnel there showed themselves on the whole to be kind, polite and good-humoured and, when the prisoner complained of being bored, he was supplied with pencil and paper as requested. On returning to his rooms at the “Jews House” of Dresden, he was, he wrote, “feted a little as a kind of martyr”. Till the end the National Socialist State kept on disbursing his university professor’s pension. Fisk evokes his hero’s “compassion”, in a certain set of circumstances, for three German soldiers lost in a forest towards the very end of the war. However, if there are aspects of his diary that the reader will find striking, these are, on the contrary, V. Klemperer’s egocentrism, judeocentrism, callousness at times, his desire for vengeance against the Jews’ enemies and his disgust at seeing the German people decidedly set to go on fighting to the end, even after the bombing of Dresden. Nonetheless he is indeed obliged to admit that, on the whole, the German population showed a capacity for consideration towards the wearer of the yellow star, on many occasions with the most touching thoughtfulness. To such a degree that his memoirs, published in German in 1995, English in 1998 and French in 2000, bluntly refute the argument maintained by American author Daniel Jonah Goldhagen in his Hitler’s Willing Executioners. Ordinary Germans and the Holocaust (1996), which aims to confirm the German people’s intrinsically perverse and anti-Jewish character. Even Martin Chalmers, who prefaced the Klemperer book’s English edition, took it upon himself to make that remark. Klemperer wrote: “There is no doubt that the people feel the persecution of the Jews to be a sin” (“Fraglos empfindet das Volk die Judenverfolgung als Sünde”, note of October 4, 1941). He related an abundance of anecdotes or “real little facts” along the same lines, all in the everyday life of a Jew in the midst of Hitler’s Germany.

As regards the “Jewish genocide”, Fisk offers us the “Six Million murdered Jews” as an established truth. On the subject of Auschwitz, he specifies that Klemperer had heard about it “as early as March 1942, although he did not realise the scale of the mass murders there until the closing months of the war”. In reality, Klemperer, like many others, had taken note of rumours about Auschwitz at various times during the war but it was only after the end of the conflict and under the Soviet occupation that a certain “Doctor Kussy” was to tell him “appalling things about Auschwitz” and, notably, the gassing of “all those without strength” and of “all wearers of eyeglasses” (note of September 24, 1945; the English version goes no further than June 1945). Concerning “gassings”, Klemperer had, during the war, noted only the following remark: “People have long been saying that many of the evacuees don’t even arrive in Poland alive. They were being gassed in cattle trucks during the journey, and the truck then stopped on the line by an already-dug mass grave (note of February 27, 1943), a piece of “information” that was only one amidst so many other inventions of the war propaganda coming from anti-German quarters.

No revisionist disputes the fact that many hardships were inflicted on the Jews by National Socialist Germany and her allies. Those hardships grew heavier as the conflict itself grew heavier. But since “to judge is to compare”, it is important to compare the measures taken against the Jews with those that the Allies, during and after the war, inflicted on their opponents, their prisoners, on the defeated populations, on the minorities that they deemed hostile or dangerous. From this point of view, the assessment remains to be drawn. In any case, the V. Klemperer’s lot was enviable when seen against what tens of millions of civilians and soldiers of both sides had to endure, at least from 1939 to 1950.

Robert Fisk has wanted to show us his faith in “the Holocaust” and, for that purpose, has chosen to invoke the testimony of Victor Klemperer. In doing so, he has committed a grave historical error, for the diary kept by the German Jew V. Klemperer throughout the entire Nazi period proves most plainly that the Third Reich never followed a policy of extermination of the Jews. The National Socialists treated the Jews first as an undesirable minority, then as a hostile and dangerous group in wartime. They planned a “territorial final solution of the Jewish question”. They never stopped offering to hand over all of their own Jews to the Allies. With the coming of war, they took a great number of police, surveillance, prohibition or confiscation measures. They put many Jews to forced labour. They deported others and interned them in concentration camps. Still other Jews were, in a way, treated like prisoners on probation. Such was the case of V. Klemperer, who was free to move about, in and around Dresden, amidst the German population, but only within the strict conditions decreed by the regulations in force.

In Los Angeles in 2002, at a conference of the Institute for Historical Review, I had the occasion to give a talk on the proceedings and punishment carried out by the authorities of the Third Reich, particularly the military ones, in the cases of crimes committed against Jews. During that talk, I brought up, in passing, V. Klemperer’s diary. Upon getting wind of the matter, R. Fisk strongly protested against what seemed to him an invention on my part and I recall having had to substantiate what I had said. Today, I note that he wants to show us that he has read V. Klemperer’s diary. I am afraid he may have gone over it hastily and suggest therefore that he reread closely the whole of the work, either in its German version in eight little volumes (Berlin, Aufbau Taschenbuch, 1999), or in its English version in two big volumes and 1,120 pages (London, Weidenfeld & Nicholson Paperback, 1998). He will thus learn much about the myth of the “Holocaust” and be better informed about the revisionists, including President Ahmadinejad, whom he sharply – and altogether wrongly – attacks in his article.

***

Just for the period from September 12, 1931 to July 17, 1945, the typed manuscript of notes taken by Victor Klemperer amounts to 5,000 pages, according to the Sächsische Landesbibliothek (Saxonian State Library) in Dresden.

German edition: Tagebücher, herausgegeben von Walter Nowojski unter Mitarbeit von Hadwig Klemperer, Berlin, Aufbau-Verlag, 1995. Edition consulted: that published in 8 paperback volumes (1,800 pages) by ATV, 1999, covering the period from June 14, 1933 to June 10, 1945.

English edition: A Diary of the Nazi Years, translated by Martin Chalmers, Weidenfeld & Nicholson, London & Random House, New York, 1998. Edition consulted: that published in 2 volumes (1,120 pages in small print), by The Modern Library, New York, 1999, covering the same period as the German edition.

French edition: Journal, translated by Ghislain Riccardi, Paris, Seuil, 2000. In two volumes (1,851 pages) covering the same period as the aforementioned editions as well as that from June 17 to December 31, 1945, and containing, in an appendix, a letter dated January 6, 1947. Translated by Michèle Küntz-Tailleur and Jean Tailleur, this supplement is interesting for the light that it throws both on the period in question and on the author.

Thursday, April 6, 2006

Grave erreur de Robert Fisk sur le journal de Victor Klemperer

Robert Fisk est ce journaliste de l’Independent de Londres qui s’est signalé par de nombreux reportages sur la situation actuelle des Palestiniens, qu’il décrit courageusement en victimes de l’invasion et de l’occupation de leur pays par l’Armée juive. Sa hardiesse lui a valu des ennemis. Est-ce pour désarmer ces ennemis-là que, de temps à autre, il prend bruyamment fait et cause pour la religion de « l’Holocauste des juifs » et part en guerre contre les révisionnistes ?

Le 1er avril 2006, il vient encore de signer un article intitulé : « Une leçon de l’Holocauste pour tous. Un compte rendu à vous emplir de rage à la pensée qu’on puisse nier la réalité du génocide juif. »

Le « compte rendu » en question est le livre qu’on a tiré du témoignage du juif allemand Victor Klemperer sur la période allant de 1933 à 1945. V. Klemperer (1881-1960) était le cousin du chef d’orchestre Otto Klemperer. Il a vécu à Dresde jusqu’à l’atroce bombardement de février 1945, puis en Allemagne occidentale. Après la guerre, il a regagné Dresde où il a repris son enseignement des langues romanes et il s’est inscrit au Parti communiste, peut-être par opportunisme ou nécessité. En matière de convictions politiques, comme beaucoup de juifs de son époque, il récusait le sionisme et tenait Hitler pour un promoteur de cette idéologie juive. Ce qu’on a publié des 5 000 pages de ses carnets, malheureusement avec de nombreuses coupures, est passionnant. A vrai dire, son témoignage est comme une pierre dans le jardin de ceux qui cultivent soigneusement le mythe de « l’Holocauste ». Aussi est-on surpris que R. Fisk ait pu voir dans ce témoignage comme une preuve dudit « Holocauste ».

R. Fisk décrit V. Klemperer sous les traits d’un homme « infiniment héroïque » et en butte à la cruauté de la Gestapo de Dresde. Or, V. Klemperer n’a jamais fait montre d’héroïsme. Si, en 1941, il a passé 192 heures dans une cellule de la prison de la préfecture de police de Dresde, c’est seulement pour… n’avoir pas respecté le black-out ordonné par la défense passive ! En outre, d’après ses propres dires, le personnel de la prison s’est, dans son ensemble, montré aimable à son égard, poli et bon enfant et, comme le prisonnier se plaignait de s’ennuyer, on lui avait fourni, sur sa demande, crayon et papier. Rentré chez lui, à la « Maison des juifs » de Dresde, V. Klemperer avait été, dit-il, « fêté un peu comme une sorte de martyr ». Jusqu’au bout l’Etat national-socialiste a continué de lui verser sa pension de professeur d’université. R. Fisk évoque la « compassion » de son héros en une certaine circonstance pour trois soldats allemands perdus en forêt vers la fin de la guerre. Or, s’il est des traits qui frappent à la lecture de son journal, c’est, au contraire, l’égocentrisme de V. Klemperer, son judéocentrisme, sa dureté parfois, son désir de vengeance contre les ennemis des juifs et son dégoût de voir le peuple allemand décidé à se battre jusqu’au bout, même après le bombardement de Dresde. Pourtant il est bien obligé d’admettre que, dans son ensemble, la population allemande se montre capable de prévenance à l’égard du porteur d’étoile et multiplie les attentions les plus touchantes. A telle enseigne que ses mémoires, parus en 1995 (en allemand), en 1998 (en anglais) et en 2000 (en français), infligent un démenti à la thèse soutenue par Daniel Jonah Goldhagen dans Hitler’s Willing Executioners. Ordinary Germans and the Holocaust (1996) sur le caractère intrinsèquement pervers et antijuif du peuple allemand. Même Martin Chalmers, qui préface l’édition anglaise du livre de V. Klemperer, s’en permet la remarque. V. Klemperer écrit : « Il ne fait pas de doute que le peuple [allemand] ressent la persécution des juifs comme un péché » (« Fraglos empfindet das Volk die Judenverfolgung als Sünde », note du 4 octobre 1941). Il rapporte en ce sens une abondance d’anecdotes ou de « petits faits vrais » de la vie quotidienne d’un juif en pleine Allemagne hitlérienne.

En ce qui concerne le « génocide des juifs », R. Fisk nous présente comme une vérité établie « le meurtre de six millions de juifs » (« Six Million murdered Jews »). A propos d’Auschwitz, il précise que V. Klemperer en a entendu parler dès mars 1942 « bien qu’il n’ait pas su l’échelle de ces meurtres de masse avant les derniers mois de la guerre ». En réalité, V. Klemperer a, comme beaucoup, recueilli des rumeurs sur Auschwitz à différents moments de la guerre mais c’est seulement après la fin du conflit et sous l’occupation soviétique qu’un certain « Docteur Kussy » lui rapportera « des choses effrayantes d’Auschwitz » et, notamment, les gazages de « tous les gens sans force » et de « tous les porteurs de lunettes » (note du 24 septembre 1945 ; la version anglaise ne va pas au-delà de juin 1945). En matière de « gazages », V. Klemperer n’avait, pendant la guerre, noté que la remarque suivante : « On dit que [les juifs] sont gazés dans des wagons à bestiaux pendant le transport, que le wagon s’arrête pendant le trajet près de fosses communes creusées à l’avance » (note du 27 février 1943), ce qui n’était qu’une invention parmi tant d’autres de la propagande de guerre en provenance des milieux hostiles à l’Allemagne.

Aucun révisionniste ne conteste que de multiples épreuves ont été infligées aux juifs par l’Allemagne nationale-socialiste et ses alliés. Ces épreuves se sont aggravées avec l’aggravation même du conflit. Mais puisque « juger, c’est comparer », il importe de comparer les mesures prises contre les juifs avec celles que les Alliés, pendant et après la guerre, ont infligées à leurs adversaires, à leurs prisonniers, aux populations civiles, aux minorités qu’ils jugeaient hostiles ou dangereuses. De ce point de vue, le bilan reste à établir. De toute façon, le sort de V. Klemperer a été enviable par rapport à ce que des dizaines de millions de civils et de militaires des deux camps ont eu à subir, au moins de 1939 à 1950.

R. Fisk a voulu nous dire sa foi en « l’Holocauste » et, pour cela, il a choisi d’invoquer le témoignage de V. Klemperer. Ce faisant, il a commis une grave erreur historique, car le journal tenu par le juif allemand V. Klemperer durant toute l’époque nazie prouve à l’évidence que jamais le IIIe Reich n’a suivi une politique d’extermination des juifs. Les nationaux-socialistes ont traité les juifs d’abord en minorité indésirable, puis en groupe hostile et dangereux en temps de guerre. Ils ont envisagé une « solution finale territoriale de la question juive ». Ils n’ont cessé de proposer aux Alliés de leur céder tous leurs propres juifs. La guerre venant, ils ont multiplié les mesures de police, de sûreté, d’interdiction ou de confiscation. Ils ont mis beaucoup de juifs au travail forcé. Ils en ont déporté d’autres et les ont internés dans des camps de concentration. D’autres juifs encore ont été en quelque sorte traités comme des prisonniers en liberté surveillée. Tel a été le cas de V. Klemperer, qui pouvait aller et venir, dans et autour de Dresde, au milieu de la population allemande, mais seulement dans les strictes conditions édictées par la réglementation en vigueur.

En 2002, à Los Angeles, lors d’un congrès de l’Institute for Historical Review, j’avais eu à prononcer une conférence sur la répression exercée par les autorités, notamment militaires, du IIIe Reich, dans les cas de crimes commis contre les juifs. Lors de cette conférence, j’avais aussi évoqué, en passant, le journal de V. Klemperer. Ayant eu vent de l’affaire, R. Fisk avait vivement protesté contre ce qui lui paraissait une invention de ma part et je me souviens d’avoir eu à me justifier. Aujourd’hui, je constate qu’il a voulu nous montrer qu’il avait lu le journal de V. Klemperer. Je crains qu’il ne l’ait hâtivement parcouru et je l’invite donc à en relire de près l’intégralité, soit dans la version allemande en huit petits volumes et 1 800 pages (Berlin, Aufbau Taschenbuch, 1999), soit dans la version anglaise en deux gros volumes et 1 120 pages (Londres, Weidenfeld & Nicholson Paperback, 1998). Il en apprendra beaucoup sur le mythe de « l’Holocauste » et sur les révisionnistes, le président Ahmadinejad compris, auquel, dans son article, il s’en est pris si vertement et tout à fait à tort.

Pour la seule période du 12 septembre 1931 au 17 juillet 1945, le tapuscrit des notes prises par Victor Klemperer comporterait 5 000 pages (Bibliothèque régionale de Saxe, à Dresde).

Edition allemande : Tagebücher, herausgegeben von Walter Nowojski unter Mitarbeit von Hadwig Klemperer, Berlin, Aufbau-Verlag, 1995. Edition consultée : en 8 volumes (1 800 pages) du livre de poche ATV, 1999, qui couvrent la période du 14 juin 1933 au 10 juin 1945.

Edition en anglais : A Diary of the Nazi Years, translated by Martin Chalmers, Weidenfeld & Nicholson, London & Random House, New York, 1998. Edition consultée : en 2 volumes (1 120 pages en petit caractère), The Modern Library, New York, 1999, qui couvrent la même période que l’édition allemande.

Edition en français : Journal, traduit par Ghislain Riccardi, Paris, Seuil, 2000. En 2 volumes (1 851 pages) qui couvrent la même période que les éditions susmentionnées ainsi que la période du 17 juin au 31 décembre 1945, sans compter, en annexe, une lettre du 6 janvier 1947. Traduit par Michèle Küntz-Tailleur et Jean Tailleur, ce supplément est intéressant par l’éclairage qu’il apporte à la fois sur la période en question et sur l’auteur.

6 avril 2006