Thursday, November 17, 2005

The UN Decides a Universal Ban on Revisionism

On November 1st, unanimously and without a vote, the representatives of the 191 nations making up the UN adopted – or let be adopted – an Israeli-drafted resolution proclaiming January 27th “International Day of Commemoration in memory of the victims of the Holocaust”. Moreover, the resolution “Rejects any denial of the Holocaust as an historical event, either in full or in part”. Historical revisionism thus sees its existence acknowledged by the whole world, a fact proving that it has some life in it, but, at the same time, this decision means that the revisionists find themselves struck with the reprobation of all the countries of the world. As for the “State” of the Vatican, which has no seat at the UN, it had, as early as in 1992, declared: “There is no historical revisionism that can call into question the inhuman abyss of the Holocaust” («Non c’è revisionismo storico che possa rimettere in discussione l’abisso disumano dell’Olocausto») (L’Osservatore Romano, 7 November 1992).

The history of human societies and religions is rich in prohibitions, bannings, excommunications but, whereas, up to a recent past, the victims could, at least in principle, hope to find a refuge outside of their land or group of origin, here the condemnation is, for the first time ever, of universal character. It is thus confirmed that historical revisionism is a phenomenon of exceptional nature and also that the Jews, yet once more, have been able to obtain exorbitant privileges.

A sleight of hand by the Jews

It was through a sleight of hand that the Israeli delegation succeeded in getting this resolution passed. It proceeded in a manner like that of certain associations which, in France, under cover of a campaign against paedophilia, have obtained a law prohibiting, on the Internet, communication relating to paedophilia and to revisionism! To begin, they asked: “Is paedophilia not a horror in itself?” The response was “yes”. Their second step was to add: “Is paedophilia on the Internet not to be banned by a specific law?” The response, there again, was “yes”. As a third step the associations concluded: “Let’s fight, accordingly, to obtain a law against paedophilia and revisionism [which they called ’negationism’]". For his part, the President of the General Assembly, the Swede Jan Ellasion, had the deftness on November 1st to ask orally whether anyone was opposed to the resolution aimed at commemorating the “Holocaust”. No hands being raised, he declared, without prior recourse to a vote of any kind, that the resolution was thereby adopted, the text of which contained in one of its provisions the condemnation of any form of “Holocaust” revisionism. The draft was approved by the United States in utter disregard of the guarantees of freedom of opinion provided by the first amendment to its constitution. And, most remarkably, this Israeli text was accepted by the Arabo-Moslem countries, including Iran. All those present approved, or let pass with soft verbal restrictions, a resolution originating from the Jews that goes so far as to condemn the right of free research on a historical subject. The UN act assumes only a political and not a juridical character. Still, since it provides that the Secretary General will have to report on the measures subsequently taken within the framework of the resolution, the revisionists will have reason to fear consequences for themselves of a judicial or administrative nature, for instance, as regards border and airport police, authorisation to enter and stay in certain countries or the issuing of visas. The resolution will serve morally to justify and facilitate extradition measures taken against revisionists. Precedents are not lacking, what with 1) the European arrest warrant; 2) the virtual handing over of revisionist René-Louis Berclaz by Serbia to Switzerland; 3) the handing over of revisionist Ernst Zündel by the United States to Canada, then by Canada to Germany; 4) the handing over of Belgian revisionist Siegfried Verbeke by the Netherlands to Germany; 5) the handing over of revisionist Germar Rudolf to Germany by the United States. In Austria, on November 11, the semi-revisionist David Irving, a British citizen, was arrested by traffic police on a motorway and is now in detention in Vienna. For any noted revisionist it is already risky to leave the confines of his home country. In doing so, he exposes himself to a request for extradition made to the country of transit by either Israel or Germany. There is at present a bill in committee at the Knesset that will authorise Israel to demand the handing over of any revisionist in order to bring him before a court, sitting in Jerusalem, that will apply the 1986 Jewish antirevisionist law against him.

The Jewish State’s Offensive

A fortnight ago, Philippe Bolopion, United Nations correspondent for Le Monde, wrote a particularly informative article on the successes achieved at the UN by the Jewish State since June 2004 (“L’offensive de charme d’Israël à l’ONU rencontre un certain succès”, Le Monde, 4 November 2005, p. 3). He listed six recent accomplishments of that State: 1) in June 2004, Kofi Annan called for an acknowledgement “that the United Nations’ record on anti-Semitism has at times fallen short of our ideals”; 2) in October of the same year, a resolution including a condemnation of antisemitism was adopted; 3) in January 2005, a special session of the General Assembly marked the 60th anniversary of “the liberation of the death camps”; 4) in June, an Israeli ambassador was elected vice-president of the General Assembly – the first Israeli in fifty-three years; 5) in September, on a visit to the UN for a gathering of heads of state and government, Ariel Sharon shook hands with Pakistani president Pervez Musharraf, while the Israeli delegation made numerous new contacts; 6) in October, the Security Council was quick to condemn the Iranian calls, which were nothing new, for the Jewish State to be erased from the map.

The Jewish State’s incomparable gall

These successes are all the more striking as no nation in the world has made fun of the UN like “Israel”, a state that, however, owes its creation to the UN. The Jewish State, with an incomparable gall (in Jewish parlance: chutzpah), has thrown a record number of United Nations “resolutions” straight into the bin. In violation of international law, this State, founded on the colossal lie of the “Holocaust”, practises colonialism, racism, apartheid, military occupation and torture. We may add that it possesses an arsenal of atomic weapons and on this score has, for example, in the last few years been supplied by Germany, free of charge, in the name of the said “Holocaust”, with three ultra-modern submarines fitted out for nuclear armament. The collusion between, on the one hand, the Jewish State and armed forces and, on the other hand, the German State and armed forces has become such that the German mail service has just released a stamp, for the most regular rate of postage, depicting, on the left, the Israeli flag, then, on the right, the German flag and, finally, linking the two, a strand of barbed wire, symbol of the perpetual “Holocaust”. Germany is becoming the Jewish State’s “Guantanamo”.

On October 5, 2003, Israeli ambassador to the UN Dan Gillerman had warned the Security Council members that the God of the Jews was “watching” them and, on July 16 2004, annoyed at the behaviour of some Arab states, flung the remark at his colleagues in the General Assembly that things had “reached a point where the inmates are running the asylum”. On the other hand, on October 31 of this year, he said that he was “moved" when presenting the “Holocaust Day” text, his country’s first successful draft resolution ever. He declared: “I feel moved and privileged to present this historic resolution today, as an Israeli, a Jew, a human being and a child of a family of Holocaust victims”. That is understandable. The next day, the “adoption” of his resolution marked the triumph of the “Holocaust” sham. For the occasion, one may say that as far as gall, dishonest procedure, spirit of domination and intolerance are concerned, the Jewish State has outdone itself.

This extraordinary UN resolution also constitutes proof that historical revisionism is a reality that can no longer be bypassed, denied or played down. Its notoriety has become global. Still, let us take care to recognise that the revisionist researchers who remain active are now but a handful and, with each passing year, their future grows darker.

L’ONU met les révisionnistes au ban de l’humanité


Ce 1
er novembre, à l’unanimité et sans vote, les représentants des 191 nations constituant l’ONU ont adopté – ou laissé adopter – un projet de résolution israélien qui proclame le 27 janvier « Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste ». En outre, ce projet « Rejette tout déni de l’Holocauste en tant qu’événement historique, que ce déni soit total ou partiel » (« Rejects any denial of the Holocaust as an historical event, either in full or part »). L’existence du révisionnisme historique se voit ainsi reconnue par le monde entier, ce qui prouve sa force de vie, mais, en même temps, cette décision fait que les révisionnistes se trouvent frappés d’interdiction morale par tous les pays du monde. Quant à l’Etat du Vatican, qui, lui, ne possède pas de siège à l’ONU, il avait, dès 1992, déclaré : « Il n’y a pas révisionnisme historique qui puisse remettre en cause l’abîme d’inhumanité de l’Holocauste » (« Non c’è revisionismo storico che possa rimettere in discussione l’abisso disumano dell’Olocausto », L’Osservatore Romano, 7 novembre 1992).
L’histoire des sociétés et des religions est riche de prohibitions, de proscriptions, d’excommunications mais, tandis que, jusque dans un récent passé, les victimes pouvaient, du moins en principe, espérer trouver un refuge en dehors de leur pays ou de leur groupe d’origine, ici la condamnation est, pour la première fois au monde, de caractère universel. Par là il se confirme que le révisionnisme historique est de nature exceptionnelle et aussi que les juifs, une fois de plus, sont capables d’obtenir d’exorbitants privilèges.

Un tour de passe-passe de l’Etat juif

C’est par un tour de passe-passe que la délégation israélienne est parvenue à faire adopter son projet de résolution. Elle a procédé à la manière de ces associations qui, en France, sous couvert d’une campagne contre la pédophilie, ont obtenu l’interdiction légale, sur Internet, de la pédophilie et… du révisionnisme. En un premier temps, elles ont demandé : « La pédophilie n’est-elle pas une horreur en soi ? » La réponse a été oui. En un deuxième temps, elles ont ajouté : « La pédophilie sur Internet n’est-elle pas à proscrire par une loi spécifique ? » La réponse, là encore, a été oui. En un troisième temps, ces associations ont alors conclu : « Battons-nous, en conséquence, pour obtenir une loi contre la pédophilie et… le [appelé « négationnisme »] ». Pour sa part, le 1er novembre 2005, le président en exercice de l’Assemblée des nations unies, le Suédois Jan Ellasion, a fait preuve d’habileté en demandant qui était opposé au projet de résolution en vue de rappeler la mémoire de l’ « Holocauste ». Aucun bras ne s’étant levé, il a déclaré, sans recours préalable à un vote quelconque, que la résolution était adoptée, une résolution qui contenait en l’une de ses dispositions la condamnation de toute forme de révisionnisme. Le texte a été approuvé par les Etats-Unis envers et contre les garanties de liberté d’opinion prévues par le Premier amendement de leur constitution. Et surtout ce projet israélien a été adopté par les pays arabo-musulmans, y compris l’Iran. Tous ont approuvé ou laissé passer avec de molles restrictions verbales un projet d’origine juive condamnant jusqu’au droit à la libre recherche sur un sujet historique. Cette résolution ne revêt qu’un caractère politique et non juridique. Cependant, comme il est prévu que le Secrétaire général devra régulièrement rendre compte des mesures prises dans le cadre de cette décision, les révisionnistes auront des raisons de craindre pour eux des suites d’ordre judiciaire ou administratif, par exemple, en ce qui concerne la police des frontières et des aéroports ou les autorisations de séjour en certains pays ou les délivrances de visas. Cette résolution justifiera moralement et facilitera les mesures d’extradition prises à l’encontre des révisionnistes. Les précédents ne manquent pas avec 1) le mandat d’arrêt européen ; 2) la quasi-livraison du révisionniste René-Louis Berclaz par la Serbie à la Suisse ; 3) la livraison du révisionniste Ernst Zündel par les Etats-Unis au Canada, puis par le Canada à l’Allemagne ; 4) la livraison du révisionniste belge Siegfried Verbeke par les Pays-Bas à l’Allemagne ; 5) la livraison du révisionniste Germar Rudolf par les Etats-Unis à l’Allemagne. En Autriche, ce 11 novembre, le semi-révisionniste David Irving, citoyen britannique, a été arrêté par la police et se trouverait en prison à Vienne. Pour tout révisionniste notoire il est déjà périlleux de sortir des frontières de son pays d’origine. En pareil cas, soit l’Etat d’Israël, soit l’Allemagne peuvent réclamer au pays de transit l’extradition du voyageur. Est actuellement en préparation à la Knesset une loi qui permettra à Israël d’exiger (« to demand ») la livraison de tout révisionniste aux fins de jugement par une cour, siégeant à Jérusalem, qui appliquerait au délinquant la loi juive antirévisionniste de 1986. Si, par hasard, un révisionniste n’est visé ni par un mandat d’arrêt européen ni par un mandat d’arrêt international, il n’en est pas pour autant prémuni contre les risques d’interpellation, d’emprisonnement ou d’extradition. En effet, les Etats-Unis et le Canada ont mis au point en la matière un système, apparenté à celui de la maffia, qui leur permet de contourner toutes les lois et toutes les garanties normales. Des officines proches des services d’immigration procèdent à des arrestations en plein jour sous un prétexte quelconque ; puis, par une procédure qui prend de vitesse les juridictions normales, elles livrent la victime à un pays qui use de lois spéciales ou de la torture. Au besoin, comme on le fait au Canada, un tribunal spécial, dit « de la Commission des droits de l’homme » (puisque, précisément, on y bafoue les droits de l’homme) préparera le terrain à une mesure d’extradition.

L’offensive de l’Etat juif

Philippe Bolopion, correspondant du Monde auprès des Nations unies, a publié un article particulièrement dense sur les succès remportés par l’Etat juif à l’ONU depuis juin 2004 (« L’offensive de charme d’Israël à l’ONU rencontre un certain succès », Le Monde, 4 novembre 2005, p. 3). Il énumère six succès récents de cet Etat : 1) en juin 2004, Kofi Annan reconnaît que « le bilan des Nations unies sur l’antisémitisme n’a pas toujours été à la hauteur de nos idéaux » ; 2) en octobre 2004, une résolution incluant une condamnation de l’antisémitisme est adoptée ; 3) en janvier 2005, une session spéciale de l’Assemblée générale marque le 60e anniversaire de « la libération des camps de la mort » ; 4) en juin 2005, un ambassadeur israélien est élu vice-président de l’Assemblée générale – le premier en cinquante-trois ans ; 5) en septembre 2005, à New York, Ariel Sharon serre la main du président pakistanais, Pervez Musharraf, cependant que la délégation israélienne multiplie les contacts sur place ; 6) en octobre 2005, le Conseil de sécurité de l’ONU condamne avec célérité les appels iraniens, qui n’avaient rien de nouveau, à rayer l’Etat juif de la carte du monde.
L’incomparable aplomb de l’Etat juif
Ces succès sont d’autant plus frappants qu’aucune nation au monde ne s’est moquée de l’ONU comme l’a fait « Israël », état qui doit pourtant sa création à… l’ONU. L’Etat juif, avec un incomparable aplomb (en juif : chutzpah), a jeté au panier un nombre record de «résolutions» des Nations unies. A l’encontre de la loi internationale, cet Etat, fondé sur la religion de l’« Holocauste », pratique le colonialisme, le racisme, l’apartheid, l’occupation militaire et la torture. Ajoutons qu’il possède un arsenal d’armes nucléaires et qu’à ce titre, par exemple, dans ces dernières années il s’est fait gratuitement livrer par l’Allemagne, au nom dudit « Holocauste », trois sous-marins ultra-modernes prévus pour recevoir un armement nucléaire. La collusion entre, d’une part, l’Etat juif et l’Armée juive et, d’autre part, l’Etat allemand et l’armée allemande est devenue telle que la Poste allemande vient de publier, pour son tarif le plus usuel, un timbre portant, à gauche, le drapeau israélien, puis, à droite, le drapeau allemand et, enfin, liant les deux drapeaux, un fil barbelé, symbole du perpétuel «Holocauste». L’Allemagne devient le «Guantanamo» de l’Etat juif.
Le 5 octobre 2003, l’ambassadeur Dan Gillerman, représentant permanent de l’Etat juif à l’ONU, avait prévenu les membres du Conseil de sécurité que le Dieu des juifs les observait et, le16 juillet 2004, il avait lancé à ses confrères de l’ONU que leur maison était un asile « où les internés ont pris le contrôle ». En revanche, le 31 octobre 2005, il s’est dit «ému» en présentant le premier projet de résolution de son pays à l’Assemblée générale. Il a déclaré: « Je me sens ému et privilégié de présenter aujourd’hui cette résolution historique et de le faire en Israélien, en juif, en être humain et en enfant d’une famille victime de l’Holocauste. » On le comprend. Le lendemain, l’« adoption » de son projet de résolution a marqué le triomphe de la religion de l’« Holocauste ». Pour la circonstance, on peut dire qu’en matière d’aplomb, de procédés malhonnêtes, d’esprit de domination et d’intolérance, l’Etat juif s’est alors surpassé.
Cette extraordinaire résolution de l’ONU constitue également la preuve que le révisionnisme historique est une réalité que personne ne peut plus nier ou minimiser. Sa notoriété est devenue mondiale. Toutefois, sachons l’admettre : les chercheurs révisionnistes qui restent en activité ne sont plus qu’une poignée et, chaque année, leur avenir devient plus sombre.
Additifs :
1) Lu dans Faits et documents (Emmanuel Ratier), 1er au 15 novembre 2005, p. 8 :
Fin septembre [2005], lors de l’assemblée générale d’Interpol-Europe à Berlin, Israël a obtenu le statut d’observateur au sein de cet organisme policier régional. L’Etat hébreu, qui s’est toujours refusé à extrader des juifs réfugiés en Israël quelle que soit la cause (notamment criminelle), va donc disposer d’un accès direct à la base de données centrales de toutes les polices européennes. En mai 2006, c’est-à-dire dans moins d’un an (selon la procédure classique), Israël devrait devenir membre à part entière d’Interpol. 
    2) Lu sur le site israélien Memri (The Middle East Media                                                             Reseach Institute)
http://www.crif.org/index02.php?type=Commentaires&id=5726&menu=52&sm9=commentaire:
Le 13 novembre 2005, sur Al Ikhbariya TV, Ahmad bin Rashed, professeur de sciences politiques saoudien, a estimé que "l'Holocauste est un mythe" et il a dénoncé la "légitimité internationale" de la résolution de l'ONU qui fait du 27 janvier une journée spéciale de commémoration des victimes de la Shoah
3) Lu dans Le Monde (22 novembre 2005, p. 3) :
[A la suite de la déclaration du nouveau président sur la nécessité de rayer Israël de la carte du monde] La Bourse [de Téhéran], qui avait perdu 40% […] chute ; des centaines de milliards de dollars de capitaux iraniens sont partis vers le Koweït et les Emirats, les investisseurs étrangers prennent le large et les candidats à l’émigration ont doublé. 
Si ces informations sont exactes, on imagine le cataclysme qu’entraînerait pour n’importe quelle nation arabe ou musulmane une déclaration en faveur du révisionnisme historique venant des plus hautes autorités de l’Etat. De ce point de vue ces nations-là sont logées à la même enseigne que toutes les autres nations du monde : il leur faut subir la loi d’airain des juifs et de la religion, dominatrice et sûre d’elle-même, de « l'Holocauste ».

17 novembre 2005

Wednesday, November 9, 2005

On the UN's “Holocaust Day” -- Interview published in the "Tehran Times" (English and French)


Robert Faurisson on “International Holocaust Day”
:


“Zionist* power stems from the West’s belief in the ‘Holocaust’ myth”

From the Tehran Times Political Desk


Q: As you know the UN General Assembly on Tuesday (November 1) passed a resolution designating January 27 as an international day of commemoration of the Jewish and other victims of the Holocaust. What are your thoughts on this measure at this time?

Faurisson: For many years now I have been telling my acquaintances in the Moslem world that the Jews and the Zionists want to impose the religion of the alleged "Holocaust" of the Jews on the whole world. It is normal that Jews and Zionists should seek to foist such an imposture on us, for it is the sword and the shield of the Jews in general and of the Jewish State in particular. It is also normal that the Jews and the Zionists should have got the UN to submit to their will to power and so decree that every year the six billion people who inhabit the Earth shall be reminded of the "Holocaust". The Moslem world has been awakening from its too long torpor for only a few years. It ought to have listened to the revisionists long ago and denounced out loud the sham of an alleged German project to exterminate the Jews, the alleged Nazi gas chambers and the alleged six million Jewish victims.

Q: The Holocaust is alleged to have occurred in Europe; why then is its commemoration being set by an international body like the UN?

Faurisson: Allow me to tell you that your question tends to prove that you haven't understood the warnings given by the revisionists. Whenever I, for my part, told Moslems: "Be revisionists! Support the revisionists! Try to understand that it's in your interest to do so", they would respond saying: "All that doesn't concern us. It's a matter between Europeans or Westerners, Jews or Christians. It happened in Europe." For me, such an answer was discouraging but I would come charging back saying: "Open your eyes! What makes for the strength of the Jewish State is the political support, rooted in supposedly ethical grounds, that it enjoys in the entire Western world, where people feel sorry for the Jews because they believe that, during the Second World War, the Germans sought to exterminate them physically, in particular in the alleged gas chambers (not to be confused with the cremation ovens, which did actually exist and about which there was positively nothing criminal).” If the whole world – in particular, Germany and the United States – lays out so much money to the Jewish State and if the media of all the Western countries overwhelm us with propaganda about the "Holocaust", it's because the citizens of all those Western countries, swamped with Jewish propaganda as they are, believe the "Holocaust" lie and, as long as they believe it, will feel bound to support the Jews and to supply the Jewish State and the Jewish Army with ever more money and arms. The more those in the West believe in the "Holocaust", the more Moslems they will kill and cause to be killed in Palestine, in Afghanistan, in Iraq or elsewhere.

Q: The resolution was first proposed by Australia, Canada, Israel, Russia and the United States, but it was also supported by former US ambassador to the United Nations John C. Danforth and Congressman Tom Lantos, a Democrat from California, who belongs to the Jewish lobby; in view of these facts, how do you assess Jewish power on the international scene with regard to the issue?

Faurisson: The Jews' power stems directly from the Western world's near-total belief in the phenomenal lie of the "Holocaust". You needn't look any further.

Q: Mr Faurisson, I know that like some other revisionists, such as Ernest Zundel, you have been attacked and beaten by Jewish militia for saying that the Holocaust is “the hoax of the twentieth century” and asking “Show me or draw me a Nazi gas chamber! Stop giving me just words”. If the Holocaust story is true, why don’t the Jews tolerate other points of view on this issue?

Faurisson: The Jews do not tolerate any questioning of the "Holocaust". Against the revisionists they use physical violence and judicial repression because, on the level of historical and scientific argumentation, they have been defeated hands down by the revisionists. We have been able to expose their lies, one by one. Therefore Jews and Zionists seek refuge in violence and intimidation. They treat revisionists like Palestinians.

Q: What has to be done on the international scene by Islamic countries to oppose such practices?

Faurisson: My answer is simple: Islamic countries need to destroy the Jews' and Zionists' veritable "atomic weapon", that is, the appalling and gigantic imposture of the "Holocaust" that up to now has been poisoning the Western world and is henceforth imposed on us by the UN in the entire world. In your public demonstrations and talks, repeat after the revisionists: "The 'Holocaust' is a lie". Have the courage to proclaim this salutary truth.


*Faurisson’s note: Hossein Amiri of the Mehr News Agency conducted the foregoing interview, which was published in Farsi (Persian) and English. In its headline the Tehran Times had me saying: “Zionist power stems from the West’s belief in the ‘Holocaust’ myth”. In fact, as may be seen in the text, my words were: “The Jews’ power stems directly from the Western world’s near-total belief in the phenomenal lie of the ‘Holocaust’.”


***


Original en français

[Cette interview a été accordée à Hossein Amiri, de l’agence iranienne Mehr News. Elle a été publiée en farsi (persan) et, par le Tehran Times, en anglais, le 9 novembre 2005]

Q : Comme vous le savez, ce mardi, 1er novembre, l’Assemblée générale des Nations unies a voté une résolution faisant du 27 janvier la journée internationale de la commémoration des victimes juives et autres de l’Holocauste. Quelles réflexions une telle mesure vous inspire-t-elle?

Faurisson : Voilà des années que je dis à mes relations du monde musulman que les juifs et les sionistes veulent imposer au monde entier la religion du prétendu "Holocauste" des juifs. Il est normal que juifs et sionistes cherchent à nous imposer une telle imposture car celle-ci est l'épée et le bouclier des juifs en général et de l'Etat juif en particulier. Il est également normal que les juifs et les sionistes aient obtenu de l'ONU qu’elle se plie à leur volonté de puissance et décrète que chaque année l'"Holocauste" sera rappelé à la mémoire des six milliards d'hommes qui peuplent la terre. Le monde musulman se réveille seulement depuis quelques années de sa trop longue torpeur. Il y a longtemps qu'il aurait dû écouter les révisionnistes et dénoncer à haute voix l'imposture du prétendu plan d'extermination des juifs par les Allemands, des prétendues chambres à gaz nazies et des prétendus six millions de victimes juives.

Q : C’est en Europe que l’Holocauste passe pour avoir eu lieu ; alors pourquoi cette commémoration a-t-elle été instituée par l’ONU qui est un organisme international?

Faurisson : Permettez-moi de vous dire que votre question tend à prouver que vous n'avez pas compris les avertissements donnés par les révisionnistes. A chaque fois que, pour ma part, je disais aux musulmans: "Soyez révisionnistes! Soutenez les révisionnistes! Essayez de comprendre que c'est là votre propre intérêt", mes interlocuteurs musulmans me répondaient: "Tout cela ne nous regarde pas. C'est une affaire entre Européens ou Occidentaux, juifs ou chrétiens. Cela s'est passé en Europe." Pour moi, ce type de réponse était décourageant, mais je revenais à l'assaut et je disais : "Ouvrez les yeux ! Ce qui fait la force de l'Etat juif, c'est l'appui moral qu'il trouve dans le monde occidental tout entier où les gens plaignent les juifs parce qu'ils croient que, pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands ont cherché à exterminer physiquement les juifs, en particulier dans de prétendues chambres à gaz (à ne pas confondre avec les fours crématoires qui, eux, ont réellement existé et qui ne sont nullement criminels) ». Si le monde entier et, en particulier, l'Allemagne et les Etats-Unis versent tant d'argent à l'Etat juif et si les médias du monde occidental nous assomment de propagande autour de l' "Holocauste", c'est parce que les citoyens de tous ces pays-là, abreuvés de propagande juive, croient au mensonge de l' "Holocauste" et, aussi longtemps qu'ils y croiront, ils s'estimeront obligés de soutenir les juifs et de fournir toujours plus d'argent et toujours plus d'armes à l'Etat juif et à l’Armée juive. Plus les Occidentaux croiront à l' "Holocauste", plus ils tueront ou feront tuer de musulmans en Palestine, en Afghanistan, en Irak ou ailleurs.

Q : La résolution a d’abord été proposée par l’Australie, le Canada, Israël, la Russie et les Etats-Unis mais elle a aussi reçu l’appui de John C. Danforth, ancien ambassadeur des Etats-Unis près les Nations unies, et celui de Tom Lantos, représentant démocrate de Californie, qui appartient au lobby juif ; compte tenu de ces faits comment évaluez-vous l’importance du pouvoir juif sur la scène internationale en ce qui concerne le sujet en question ?

Faurisson : Le pouvoir des juifs tient directement à la croyance quasi générale dans le monde occidental au phénoménal mensonge de l' "Holocauste". Ne cherchez pas plus loin.

Q : Monsieur Faurisson, je sais que, comme d’autres révisionnistes, tel Ernst Zündel, vous avez été attaqué et frappé par des milices juives pour avoir dit que l’Holocauste est « la mystification du vingtième siècle » et pour avoir demandé : « Montrez-moi ou dessinez-moi une chambre à gaz nazie ! Cessez de vous payer de mots ». Si l’histoire de l’Holocauste est vraie, pourquoi les juifs ne tolèrent-ils pas d’autres points de vue sur le sujet ?

Faurisson : Les juifs ne tolèrent pas que l'on conteste l' "Holocauste". Contre les révisionnistes ils utilisent la violence physique et la répression judiciaire parce que, sur le plan de l'argumentation historique et scientifique, ils ont été battus à plate couture par les révisionnistes. Nous avons pu démonter leurs mensonges un à un. Alors juifs et sionistes cherchent refuge dans la violence et dans l'intimidation. Ils traitent les révisionnistes comme des Palestiniens.

Q : Que doivent faire les nations islamiques sur le plan international pour s’opposer à de telles pratiques ?

Faurisson : Ma réponse est simple : il faut que les pays islamiques détruisent la véritable arme atomique des juifs et des sionistes, c'est-à-dire l'affreuse et gigantesque imposture de l' "Holocauste" qui empoisonnait jusqu'ici le monde occidental et qui maintenant nous est imposé par l'ONU dans le monde entier. Dans les manifestations publiques et dans les discours publics répétez après les révisionnistes : L' "Holocauste est un mensonge". Ayez le courage de proclamer cette vérité salutaire.


*N. B. : Là où j’avais dit : « Le pouvoir des juifs tient directement à la croyance quasi générale dans le monde occidental au phénoménal mensonge de l’ ‘Holocauste’ », le Tehran Times, dans son titre, me fait dire : « Le pouvoir sioniste tient à la croyance occidentale dans le mythe de l’ ‘Holocauste’ ». Toutefois la phrase authentique se retrouve dans le corps de l’interview.

9 novembre 2005