Tuesday, November 23, 2004

Romania yields to the blackmail of Jewish organizations

The press of the whole world has reverberated with the news: Romania, after persistently saying that it had incurred no personal responsibility in what is conventionally called “the extermination of the Jews” (or “the Holocaust” or “the Shoah”), has at last seen the error of its ways and is set to do penance. In France, Le Monde recently bore the headline, “Romania formally acknowledges its participation in the extermination of the Jews” (article by Mirel Bran, 17 November 2004, p. 7).

Yet, if there is one country that protected its Jews during the Second World War, that country is Romania. This truth could still be articulated twenty or so years ago. Today, we are required to conceal it, and thus to lie.

On the reality of the Romanian Jews’ fate during the war, let us first quote, as a foreword, the account published by L’Express in 1979 under the title “Les Roumains et les Juifs” (“The Romanians and the Jews”), then, for a more in-depth consideration, we shall look closely at a 1982 report that appeared in Le Monde juif, the periodical of the Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) in Paris, under the noteworthy heading “La Roumanie sauvée de l’Holocauste” (“Romania saved from the Holocaust”).

“The Romanians and the Jews”

Here is the letter signed by one Constantin Mares that appeared in L’Express (week of 10 to 16 March 1979):

I am a Romanian living in the Federal Republic of Germany. I am 51 years old. When Hitler died I was 17. — I read with bewilderment in L’Express No.1440 that in Romania, during the Second World War (source cited and accepted without objection), 425,000 Jews are alleged to have died or disappeared, in other words 50% of a Jewish population of 850,000 (in 1939). — This is a grave error, a veritable slander directed at a people who have suffered far too much, who have never practiced hatred, political or racial mass killing, or invasion of territories belonging to other peoples. It is also the occasion to remind your readers that, during the Second World War, Romania was not led by a Fascist party but by a marshal who committed some errors, but who waged a struggle over invaded territories. — It is my duty to specify that, during the Second World War, my Romanian compatriots of Jewish origin were not made to wear the Star of David, that they had schools, that, in the capital of the country there operated a [Jewish] secondary school (the “Culture”) and a [Jewish] theatre (the Baracheum), the latter being attended by all inhabitants of Bucharest, Jewish or non-Jewish. In those years, on the stage of the Romanian national theatre, the play “Star without a Name”, written by the great Romanian playwright of Jewish origin Mihail Sebastian, brought full houses. In all Romania there existed no concentration camps for the Jews, with Marshal Antonescu having personally opposed Hitler’s request [to establish them], and, consequently, none of my compatriots were handed over to the Nazis.

Let us note three key points of this brief testimony: the Romanian Jews, unlike, for example, certain French Jews, did not have to wear a Star of David in public, were not put into concentration camps and were not handed over to the Germans for deportation to Germany or Poland.

“Romania saved from the Holocaust”

(introduction to the Popescu report by Le Monde juif)

Bearing the signature of Josif Toma Popescu, the report entitled “La Roumanie sauvée de l’Holocauste” (Le Monde juif, January-March 1982, p. 1-2 and 3-11) is all the more important as it received the approval of the CDJC, whose director was Georges Wellers, sworn enemy of the revisionists. The introduction by Le Monde juif (p. 1-2) to the report (p. 3-11) is laudatory and fairly honest. It is careful to recall that the Romanian government did not incur responsibility in the fate that may have been experienced by the Jews of certain territories that had been torn away from the country between 28 June and 30 August 1940 in application of the German-Soviet Pact and of the Treaty of Vienna imposed by Hitler and Mussolini. In the space of two months, northern Transylvania was annexed by Hungary, Bessarabia and northern Bucovina were annexed by the Soviet Union and southern Dobruja was annexed by Bulgaria. Consequently, to impute to Romania responsibility for the fate of the Jews in all of those regions amounts to a swindle. What is true is that in 1941 the Romanian government, allied with Germany, was to recover Bucovina and Bessarabia and then transplant many Jews of those provinces into Transnistria (the western part of the Soviet Ukraine) with the intention of sending them to the Urals should circumstances allow. The project of a transfer and settling of those Jews was to meet with disaster and, one year on, those of them who had avoided death from typhus, hunger and the cold — the main killers in the tragedy — were taken back to Romania. The staff of Le Monde juif specify: “The responsibility of the Romanian government in these hardships is a heavy one, although it is not easy to distinguish it from that of the German officials [Romania’s allies in the crusade against the Soviet Union]. Le Monde juif condemns the existence of ghettos (!) in the rest of the country and the anti-Jewish laws while adding that, on the other hand, there were no deportations to the camps in Poland or Germany. It goes so far as to acknowledge that General Antonescu (who became Marshal in August 1941), Deputy Prime Minister Mihai Antonescu (an Anglophile), the Queen Mother, and some high authorities of the Orthodox Church responded favorably to the numerous interventions by the chief rabbi of Romania, Dr. Alexandre Safran. As for Iuliu Maniu, former prime minister and president of the National Peasants’ Party, he played, in his relations with Marshal Antonescu, a decisive role in favor of his Jewish compatriots.

“Romania saved from the Holocaust”

(the Popescu report itself)

At the time, J. T. Popescu was a practising barrister in Bucharest. His report is rich in details confirming that, thanks in particular to Marshal Antonescu’s government, the Romanian Jews saw themselves spared all sorts of hardships inflicted on the Jews of various other European countries. A certain number of these Romanian Jews showed their sympathy for the cause of the Soviet Union, which was fighting Romania. At the beginning of the war, in the town of Iasi, a Romanian military formation, marching to the front and passing through a narrow street, had been attacked by some Jewish Communists: there ensued an engagement that cost lives on both sides as well as among the population; only the Jewish losses, considerably inflated by legend, have been recorded in history. J. T. Popescu does not bring up this affair but he does mention a related fact: the Romanian Jews were not mobilised in the Romanian army and thus did not take part in the Russian campaign, which was to cause Romania terrible losses. As compensation for this privilege, Marshal Antonescu had considered “a special tribute imposed solely on the Jews, considering that they were not participating in the military campaign” (p.7). Nonetheless, upon one of the many interventions of I. Maniu, the projected measure was abandoned. The Popescu report also mentions an astonishing Jewish privilege: the granting, with retroactive effect, of an old-age pension to foreign Jews who, having worked in Romania, had neglected to satisfy the formalities of naturalization within the stipulated time. With illegal Jewish immigrants flocking to the country from Austria, Czechoslovakia and Poland, the government in Bucharest sought to take measures for the internment and forcible repatriation of such persons but ended up, once again, abandoning the idea. On 23 August 1944, when the fortunes of war had turned, Marshal Antonescu was arrested by order of King Michael I and handed over to the Soviets, who executed him in 1946.

The figure of Marshal Antonescu

For their part, the Romanian people after the war were to experience the rigors of Communism (1947-1989). Then, after the fall of Communism, they set about erecting statues here and there of their former Conducator. Far from appearing as a “fascist,” Antonescu at the time assumed the traits of a nationalist who, in 1941, had, at the extreme right, violently put an end to the Iron Guard movement and, at the extreme left, taken up arms against Communism. With respect to his German allies he had proved to be fiercely independent both in his refusal to hand over the Jewish communists in his country for internment in camps in Germany or Poland and also in the facilities that he accorded to the Jews, at the height of the war, in order to let them reach Turkey.

Today the Romanian Jewish community and its friends in the international community protest against the homage paid to the memory of the Marshal who was shot by the Communists. In December 2000, a right-wing leader, Corneliu Vadim Tudor, who received 28% of the votes cast in the presidential election of that year won by Ion Ilescu, stated: “I do not dispute the Holocaust, but I don’t think that grief should be exploited as a business. […] In [the case of] Romania, figures are exaggerated so as to claim a maximum of financial compensation […]. The Jews are asking us to demolish the statues of Antonescu as the Taliban have done with the Buddhas” (Mirel Bran, “L’autre mémoire roumaine”, Le Monde, 8 March 2002, p. 8).

Romania is a candidate for membership in both the European Union and NATO. But the first condition imposed on candidate countries is, as we know, the payment of an entrance fee to benefit the international Jewish organisations. The amount of the fee is not negotiable: it is directly proportional to these organizations’ tally of Jews who, they allege, perished during the war in the country in question. This kosher tax will have to be paid, cash on the nail, as the Swiss have paid theirs, even though they were not asking anything of anyone, and certainly not membership in the European Union or NATO.

Kneeling and penitence

The Romanian government has bowed low, gotten down on its knees and made its act of contrition. “Under the pressure of the Jewish community of the United States, Romania, a candidate for NATO, has ended up reconsidering its past. In March [2002], a new law notably prohibited […] statues of Marshal Antonescu. Three of these have already been dismantled,” announced Mirel Bran with satisfaction (Le Monde, 17 July 2002, p. 5). The said law, in its anti-revisionist provision, punishes “any public denial of the Holocaust” with five years’ imprisonment (in France the penalty is one year). In an open letter signed by Hillary Clinton, senatrix from New York, Romania has been summoned to remove the Marshal’s portrait from the gallery of portraits of all Romanian prime ministers. Octogenarians of Romanian origin, having become United States citizens since the war, have been declared former war criminals by American courts, stripped of their American nationality and handed over to Romania for trial and conviction there. Elie Wiesel has personally inaugurated a monument to the “Holocaust” in Romania and warned President Iliescu and Social-Democratic Prime Minister Adrian Nastase: “Do not turn your back on the past. […] Integrate it into your life and you will flourish. Forget it and you are doomed” (New York Times, 31 July 2002). Slightly less than a year afterwards, on 12 June 2003, the Romanian government, in an ephemeral movement of rebellion, declared: “This Government encourages research concerning the Holocaust in Europe — including documents referring to it and found in Romanian archives — but strongly emphasizes that between 1940 and 1945 no Holocaust took place within Romania's boundaries," which was accurate. Five days later, “yielding to international pressure,” to the wrath of the State of Israel and to the indignation of the Yad Vashem Institute in Jerusalem, Bucharest rectified its position and, on 17 June, issued a statement confessing that the Antonescu government “was guilty of grave war crimes, pogroms, and mass deportations of Romanian Jews to territories occupied or controlled by the Romanian army,” adding that the wartime regime had employed “methods of discrimination and extermination that are part of the Holocaust” (http://www.rferl.org/newsline/2003/06/4-SEE/see-180603.asp). On 14 February 2004, the press announced the repentance of the “far-right” politician C. V. Tudor: “I am asking for forgiveness from all Jews. I've changed.” He stated his intention to “lead a group of [Greater Romania] party members to the site of the Auschwitz camp in southern Poland this year. He also promised that if he became president, he would introduce the study of the Holocaust in schools” (http://www.jpost.com/servlet/Satellite?pagename=JPost/JPArticle/ShowFull&cid=1076744701710&p=1008596981749).

Thus, as we have seen, Le Monde of 17 November 2004 was able to trumpet in a three-sentence headline: “Romania formally acknowledges having participated in the extermination of the Jews. President Ion Iliescu assumes ‘the full responsibility of the State’ for the Shoah during the Second World War. About 400,000 Jews and 11,000 Gypsies were killed.” The latter figures obviously do not correspond to any historical truth; they constitute a mere indication of amount of the bill that will be presented to the Romanian taxpayer. The article recalled that, in the recent past, Ion Iliescu had tried to “minimize the tragedy of the Jews in Europe and especially in Romania” to such a degree that “the Jerusalem Post had called for the isolation of the Romanian Head of State on the international scene, likening him to the Austrian extremist leader Jörg Haider.” The Israeli interior minister, Avraham Poraz, himself born in Romania, had declared the Romanian president “persona non grata.” The Le Monde piece ended with the confirmation of three news items: a memorial to the Shoah is to be built by the Romanian government, then a museum of the “Holocaust” and, finally, “this dark episode of Romanian history will be incorporated in the school textbooks”.

If Georges Wellers were to return to this world and reiterate in Bucharest the remarks made in Le Monde juif of March 1982, he would incur on the spot a five-year prison sentence: the fact stands as a firm indication that that, year after year and from one country to another, the conquering character of Shoah Business and the Holocaust Industry is growing ever more forceful. Among the State of Israel, the Jewish diaspora, and the American superpower, there reigns in this matter an understanding, and quite a cordial one, of master racketeers.

Note: Today Romania is accused of having killed 400,000 Jews and, if one is to believe the press, she is also accusing herself. Yet, according to the most highly regarded Jewish historians, the number of dead (and not only of the killed) was quite smaller. Gerald Reitlinger proposes a total of from 210,000 to 220,000 dead, while specifying that “owing to the lack of reliable information at the time of writing, these figures must be regarded as conjectural” (The Final Solution, Jacob Aronson, North Vale, New Jersey, 1987 [1956], p. 497, 501). Lucy Dawidowicz puts forth the figure of 300,000 (The War against the Jews, 1933-1945, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1975, p. 403) and Raul Hilberg that of 270,000 (The Destruction of the European Jews, New York, Holmes and Meier, 1985, p. 1220). Leni Yahil, for her part, refrains from giving any figure; her conclusion on the fate of the Romanian Jews is, in certain places, qualified to the point it amounts, if one may say so, to a defence of Romania (The Holocaust, the Fate of European Jewry, 1932-1945, translated from the Hebrew, New York and Oxford, Oxford University Press, 1990 [1987], p. 344-348). For an interesting debate between two revisionists (Serban C. Andronescu and Mark Weber) on the subject of the Romanian Jews during the Second World War and for some quite different mortality figures, one may consult The Journal of Historical Review (Summer 1982, p. 211-223; Fall 1982, p. 233-238; Winter 1982, p. 357-358, 479).

November 23, 2004

La Roumanie cède au chantage des organisations juives

La presse du monde entier a retenti de la nouvelle : la Roumanie, qui s’obstinait à dire qu’elle n’avait encouru aucune responsabilité personnelle dans ce qu’il est convenu d’appeler « l’extermination des juifs » (ou « l’Holocauste » ou « la Shoah »), est enfin venue à résipiscence. En France, Le Monde titre : « La Roumanie reconnaît formellement avoir participé à l’extermination des juifs » (article de Mirel Bran, 17 novembre 2004, p. 7).

Pourtant, s’il est un pays qui a protégé ses juifs pendant la seconde guerre mondiale, c’est bien la Roumanie. Cette vérité, on pouvait encore l’articuler il y a une vingtaine d’années. Aujourd’hui, on nous invite à la masquer, et donc à mentir.

Sur la réalité du sort des juifs roumains pendant la guerre, citons d’abord, en guise d’avertissement, un témoignage publié en 1979 dans L’Express sous le titre « Les Roumains et les Juifs », puis, pour une réflexion plus approfondie, voyons de près un rapport publié en 1982 dans Le Monde juif, revue du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC) de Paris, sous le titre remarquable de « La Roumanie sauvée de l’Holocauste ».

« Les Roumains et les Juifs »

Signée de Constantin Mares, voici la lettre publiée dans L’Express (semaine du 10 au 16 mars 1979) :

Je suis un Roumain établi dans la République fédérale d’Allemagne. J’ai 51 ans. Quand Hitler est mort, j’avais 17 ans. — J’ai lu avec stupéfaction, dans L’Express n° 1440 que, pendant la seconde guerre mondiale (source citée et reprise sans objections), en Roumanie, seraient morts et auraient disparu 425 000 Juifs, soit 50 % d’une population juive de 850 000 (en 1939). — C’est une grave erreur, une véritable diffamation à l’adresse d’un peuple qui a trop souffert, qui n’a jamais connu la haine, l’assassinat politique ou racial en masse, ou l’envahissement des territoires appartenant aux autres peuples. C’est aussi l’occasion de rappeler que, pendant la seconde guerre mondiale, la Roumanie n’a pas été conduite par un parti fasciste mais par un maréchal qui a commis des erreurs, mais qui a mené une lutte des territoires envahis. — J’ai le devoir de préciser que, pendant la seconde guerre mondiale, mes compatriotes roumains d’origine juive n’ont pas été obligés de porter l’étoile de David, qu’ils ont eu des écoles, que, dans la capitale du pays, ont fonctionné un lycée [juif] (la Culture) et un théâtre [juif] (le Baracheum), ce dernier étant fréquenté par tous les habitants de Bucarest, juifs ou non juifs. Dans ces années, sur la scène du Théâtre national roumain, la pièce L’Etoile sans nom, écrite par le grand dramaturge roumain d’origine juive Mihail Sebastian, faisait des salles pleines. Dans toute la Roumanie n’ont pas existé des camps de concentration pour les juifs et le Maréchal Antonescu s’est opposé personnellement à la demande de Hitler, et, en conséquence, aucun de mes compatriotes n’a été livré aux nazis.

De ce bref témoignage retenons principalement trois points forts : les juifs roumains, à la différence, par exemple, de certains juifs français, n’ont pas eu à porter l’étoile de David, n’ont pas été mis en camps de concentration et n’ont pas été livrés aux Allemands pour être déportés vers l’Allemagne ou la Pologne.

« La Roumanie sauvée de l’Holocauste »

(présentation du rapport Popescu par Le Monde juif)

Signé de Josif Toma Popescu, le rapport intitulé « La Roumanie sauvée de l’Holocauste » (Le Monde juif, janvier-mars 1982, p. 1-2 et 3-11) revêt d’autant plus d’importance qu’il a reçu l’aval du CDJC, dont le directeur était Georges Wellers, ennemi juré des révisionnistes. La présentation (p. 1-2) dudit rapport (p. 3-11) par Le Monde juif est élogieuse et assez honnête. On veille à y rappeler que le gouvernement roumain n’a pas encouru de responsabilité dans le sort qu’ont pu connaître les juifs de certains territoires qui venaient d’être arrachés à la Roumanie du 28 juin au 30 août 1940 en application du pacte germano-soviétique, puis du traité de Vienne imposé par Hitler et Mussolini. En l’espace de deux mois, la Transylvanie du Nord était annexée par la Hongrie tandis que la Bessarabie et la Bucovine du Nord était annexées par l’Union soviétique et que la Dobroudja du Sud était annexée par la Bulgarie. En conséquence, imputer à la Roumanie la responsabilité du destin des juifs dans tous ces territoires équivaut à une tricherie. Ce qui est vrai, c’est qu’en 1941 le gouvernement roumain, allié à l’Allemagne, récupérera la Bucovine et la Bessarabie et transplantera de nombreux juifs de ces provinces en Transnistrie (partie occidentale de l’Ukraine soviétique) avec l’intention de les envoyer dans l’Oural si les circonstances le permettaient. Le transfert et l’installation de ces juifs tourneront au désastre et, au bout d’un an, les juifs qui auront survécu principalement au typhus, à la faim et au froid seront ramenés en Roumanie. L’équipe du Monde juif précise : « La responsabilité du gouvernement roumain dans ces épreuves est lourde, quoiqu’il ne soit pas facile de la distinguer de celle des responsables allemands [alliés de la Roumanie dans la croisade contre l’Union soviétique]. » Le Monde juif dénonce l’existence dans le reste de la Roumanie de ghettos (!) et de lois antijuives mais pour ajouter qu’en revanche il n’y a pas eu de déportations vers les camps de Pologne ou d’Allemagne. Il va jusqu’à reconnaître que le général Antonescu (devenu maréchal en août 1941), le vice-premier ministre Mihai Antonescu (anglophile), la reine-mère et de hautes autorités de l’Eglise orthodoxe répondaient favorablement aux multiples interventions du Grand Rabbin de Roumanie, le Dr Alexandre Safran. Quant à Iuliu Maniu, ancien premier ministre et président du Parti national paysan, il a joué auprès du maréchal Antonescu un rôle décisif en faveur de ses compatriotes juifs.

« La Roumanie sauvée de l’Holocauste »

(le rapport Popescu lui-même)

A l’époque, J. T. Popescu était avocat au barreau de Bucarest. Son rapport est riche de précisions qui confirment que, grâce, en particulier, au gouvernement du maréchal Antonescu, les juifs roumains se sont vu épargner toutes sortes d’épreuves infligées aux juifs de bien d’autres pays européens. Un certain nombre de ces juifs roumains montraient leur sympathie pour la cause de l’Union soviétique que combattait la Roumanie. Au début de la guerre, à Jassy, une formation militaire roumaine montant au front et passant par une rue étroite de la ville avait été attaquée par des juifs communistes ; il s’en était suivi un engagement qui avait causé des pertes de part et d’autre ainsi que dans la population ; seules les pertes juives, considérablement grossies par la légende, sont passées à l’histoire. J. T. Popescu ne rappelle pas cette affaire de Jassy mais il en évoque une illustration : les juifs roumains n’ont pas été mobilisés dans l’armée roumaine et ils n’ont donc pas participé à la campagne de Russie, qui allait coûter à la Roumanie de terribles pertes. En compensation de ce privilège, le maréchal Antonescu avait envisagé « une contribution spéciale imposée seulement aux juifs, étant donné que ceux-ci ne participaient pas à la campagne militaire » (p. 7). Toutefois, sur l’intervention, une fois de plus, de I. Maniu, la mesure envisagée était abandonnée. Le rapport Popescu fait également état d’un étonnant privilège juif : l’octroi, avec effet rétroactif, d’une retraite financière à de vieux juifs étrangers qui, ayant travaillé en Roumanie, avaient négligé de remplir à temps les formalités nécessaires pour obtenir la nationalité roumaine. Comme des juifs, immigrants clandestins, affluaient d’Autriche, de Tchécoslovaquie et de Pologne, le gouvernement de Bucarest envisagea des mesures d’internement et de refoulement de ces immigrants mais finit, là encore, par renoncer. Quand la fortune des armes se mit à tourner, le maréchal Antonescu fut arrêté, le 23 août 1944, sur l’ordre du roi Michel Ier, livré aux Soviétiques et exécuté en 1946.

La figure du maréchal Antonescu

Le peuple roumain, pour sa part, va connaître après la guerre les rigueurs du communisme (1947-1989). Puis, après la chute du communisme, il se met à élever çà et là des statues à son ancien « Conducator ». Loin d’apparaître comme un « fasciste », Antonescu prend alors les traits d’un nationaliste qui, à l’extrême droite, avait en 1941 violemment brisé le mouvement de la Garde de Fer, et qui, à l’extrême gauche, avait combattu le communisme par la force des armes. A l’égard de ses alliés allemands il avait fait la preuve d’une farouche indépendance par son refus de leur livrer les communistes juifs aux fins d’internement dans des camps d’Allemagne ou de Pologne et aussi par les facilités qu’il avait accordées aux juifs, en pleine guerre, pour gagner la Turquie.

Aujourd’hui la communauté juive roumaine et ses amis de la communauté internationale protestent contre ces hommages rendus à la mémoire du maréchal fusillé par les communistes. En décembre 2000, un dirigeant de droite, Corneliu Vadim Tudor, qui obtient cette année-là 28 % des suffrages à l’élection présidentielle, remportée par Ion Iliescu, déclare : « Je ne conteste pas l’Holocauste, mais je ne crois pas que la douleur devrait être exploitée comme un commerce. […] [Dans le cas de la] Roumanie, on exagère les chiffres pour demander un maximum de compensations financières […]. Les juifs nous demandent de démolir les statues d’Antonescu comme les Talibans l’ont fait avec celles de Bouddha » (Mirel Bran, « L’autre mémoire roumaine », Le Monde, 8 mars 2002, p. 8).

La Roumanie est candidate à l’intégration aussi bien dans l’Union européenne que dans l’OTAN. Or la première condition imposée aux pays candidats est, on le sait, d’acquitter un droit d’entrée au bénéfice des organisations juives internationales. Le montant de ce droit d’entrée n’est pas négociable ; il est proportionnel au nombre des juifs censés, d’après ces organisations, avoir disparu pendant la guerre dans le pays en question. Cette taxe casher, il faudra l’acquitter, rubis sur l’ongle, comme l’ont fait les Suisses qui, eux, ne demandaient pourtant rien à personne et surtout pas leur intégration à l’Union européenne ou à l’OTAN.

Agenouillement et repentance

Le gouvernement roumain vient de ployer l’échine, de se mettre à genoux et de faire acte de contrition. « Sous la pression de la communauté juive des Etats-Unis, la Roumanie, candidate à l’OTAN, a fini par revoir son passé. En mars [2002], une nouvelle loi interdisait […] notamment les statues du maréchal Antonescu. Trois d’entre elles ont d’ores et déjà été déboulonnées », annonçait avec satisfaction Mirel Bran (Le Monde, 17 juillet 2002, p. 5). Dans sa disposition antirévisionniste, la même loi condamne « toute négation publique de l’Holocauste » sous peine de cinq ans de prison (en France, le tarif est de un an). Dans une lettre ouverte signée par Hillary Clinton, sénatrice de New York, la Roumanie est sommée d’enlever le portrait du maréchal dans la galerie de portraits de tous les premiers ministres roumains. Des octogénaires d’origine roumaine, devenus après la guerre citoyens des Etats-Unis, sont déclarés par des tribunaux américains anciens criminels de guerre, déchus de la nationalité américaine et livrés à la Roumanie pour y être jugés et condamnés. Elie Wiesel inaugure personnellement un monument de « l’Holocauste » en Roumanie et prévient le président Ion Iliescu et le premier ministre, social-démocrate, Adrian Nastase : « Ne tournez pas le dos au passé. Intégrez-le à votre vie et vous connaîtrez la prospérité. Oubliez-le et ce sera votre perte » [Do not turn your back on the past. […] Integrate it into your life and you will flourish. Forget it and you are doomed] (New York Times, 31 juillet 2002). Près d’un an plus tard, le 12 juin 2003, le gouvernement roumain, dans un éphémère mouvement de rébellion, déclare : « Le gouvernement souligne fermement qu’à l’intérieur des frontières de la Roumanie il n’y a pas eu d’holocauste entre 1940 et 1945 », ce qui est exact. Cinq jours plus tard, « cédant à la pression internationale », à la colère de l’Etat d’Israël et à l’indignation de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem, Bucarest rectifie la position et, le 17 juin 2003, confesse : « Les gouvernements [roumains] au pouvoir entre 1940 et 1944 sont coupables de graves crimes de guerre, de pogroms et de déportations » (Mirel Bran, « Révisionnisme historique, façon roumaine », Le Monde, 26 juin 2003, p. 16). Le 14 février 2004, la presse annonce l’acte de repentir de C. V. Tudor : « Je demande à tous les juifs de me pardonner. J’ai changé. » Il conduira à Auschwitz une délégation de membres de son parti, celui de « la Grande Roumanie », et, s’il devient le prochain président de son pays, il introduira dans les écoles l’enseignement de « l’Holocauste » (« Former Holocaust denier wants to atone », édition en ligne du Jerusalem Post).

Ainsi, comme on l’a vu, Le Monde daté du 17 novembre 2004 a-t-il pu claironner dans un en-tête de trois phrases: « La Roumanie reconnaît formellement avoir participé à l’extermination des juifs. Le président Ion Iliescu endosse “l’entière responsabilité de l’Etat” pour la Shoah durant la seconde guerre mondiale. Environ 400 000 juifs et 11 000 Tziganes furent tués. » Ces derniers chiffres ne correspondent évidemment à aucune vérité historique ; ils constituent une simple indication du montant de la note qui sera présentée au contribuable roumain. Le même article rappelle que, dans un récent passé, Ion Iliescu avait essayé de « minimiser la tragédie des juifs en Europe et surtout en Roumanie » si bien que « le quotidien Jerusalem Post avait plaidé pour l’isolement du chef de l’Etat roumain sur la scène internationale en l’assimilant au leader extrémiste autrichien Jörg Haider ». Le ministre israélien de l’Intérieur, Avraham Poraz, né en Roumanie, avait déclaré le président roumain « persona non grata ». L’article du Monde se termine sur la confirmation de trois nouvelles : la Roumanie s’apprête à construire un mémorial de la Shoah, puis elle édifiera un musée de « l’Holocauste » et, enfin, « ce sombre épisode de l’histoire roumaine sera intégré dans les manuels scolaires ».

Si Georges Wellers revenait en ce monde et réitérait à Bucarest les propos tenus dans Le Monde juif de mars 1982, il encourrait sur place une peine de cinq ans de prison. Tant il se vérifie que, d’année en année et d’un pays à l’autre, se renforce le caractère conquérant du Shoah Business et de l’industrie de « l’Holocauste ». Entre l’Etat d’Israël, la diaspora juive et la super-puissance américaine, il règne sur ce sujet une entente, cordiale, de maîtres chanteurs.

Note : Aujourd’hui la Roumanie est accusée d’avoir tué 400 000 juifs et, si l’on en croit la presse, elle s’en accuse elle-même. Pourtant, selon les plus réputés des historiens juifs, le nombre des morts (et non des seuls tués) a été bien inférieur. Gerald Reitlinger propose un total de 210 000 à 220 000 morts, tout en précisant qu’il s’agit là d’une simple conjecture « en l’absence de renseignements probants » (The Final Solution, Jacob Aronson, North Vale, New Jersey, 1987 [1956], p. 497, 501). Lucy Dawidowicz avance le chiffre de 300 000 (The War against the Jews, 1933-1945, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1975, p. 403) et Raul Hilberg celui de 270 000 (The Destruction of the European Jews, New York, Holmes and Meier, 1985, p. 1220). Leni Yahil, quant à elle, s’abstient de proposer un chiffre quelconque ; sa conclusion sur le sort réservé aux juifs roumains est nuancée au point de constituer par moments une défense, si l’on peut dire, de la Roumanie (The Holocaust, the Fate of European Jewry, 1932-1945, traduit de l’hébreu, New York et Oxford, Oxford University Press, 1990 [1987], p. 344-348). Pour un intéressant débat entre deux révisionnistes (Serban C. Andronescu et Mark Weber) sur le sujet des juifs roumains durant la seconde guerre mondiale et pour de tout autres chiffres de morts, on se reportera à The Journal of Historical Review (Summer 1982, p. 211-223 ; Fall 1982, p. 233-238 ; Winter 1982, p. 357-358, 479).

23 novembre 2004


Monday, November 22, 2004

Daniel Barenboïm en pharisien

Nous a-t-on assez tympanisé avec les juifs « pro-palestiniens » ou « pacifistes » du style de Daniel Barenboïm ?

Dans Le Monde (21-22 novembre 2004, page de couverture et p. 12), D. Barenboïm signe un article intitulé : « L’autocrate est mort, vive le peuple palestinien ! » Il écrit notamment :

Je sais qu’il y a dans la population palestinienne un large courant qui aspire à une troisième voie : le parti démocratique Mubadara, de Mustapha Barghuti. – Ce courant recherche une solution qui reconnaisse le droit des juifs à retourner dans leur pays [!!!] et qui respecte la souffrance du peuple juif après l’Holocauste tout en défendant les droits du peuple palestinien au moyen d’une résistance non violente. Or ces gens-là n’étaient plus représentés par Yasser Arafat. [...] Il ne peut y avoir de paix si les Palestiniens nient l’Holocauste. Mais il ne peut pas davantage y avoir de paix si les Israéliens n’assument pas une part de responsabilité dans le conflit avec les Palestiniens.

D. Barenboïm et ses pareils sont contre une Palestine debout (et titubante) comme l’était celle d’Arafat. Ils sont en faveur d’une Palestine désarmée face à un Etat juif surarmé. Ils veulent surtout d’une Palestine qui, soumise et à genoux, confesserait sa foi en « l’Holocauste ». Comme ce prétendu « Holocauste » est l’épée et le bouclier de l’Etat d’Israël, cela reviendrait, pour les Palestiniens, à déclarer : « Nous ne voulons surtout pas retirer à cet Etat, qui nous opprime, son épée et son bouclier. »

Ce serait absurde ; mais il est possible qu’un jour les responsables palestiniens ou arabo-musulmans soient contraints à une telle extrémité. La religion de « l’Holocauste » se fait de plus en plus conquérante. Aujourd’hui plus un pays ne peut intégrer de grands ensembles militaro-politico-économiques comme, par exemple, l’Union européenne ou l’OTAN, sans faire allégeance à cette religion et, par conséquent, sans verser tribut aux juifs. Ce qui est vrai de l’Europe, y compris le Vatican, et de bien d’autres pays du monde occidental peut demain s’étendre aussi aux pays arabo-musulmans où les peuples s’insurgent mais où les dirigeants à la Kadhafi s’inclinent.

Les successeurs d’Arafat sont désorientés. D. Berenboïm a senti que le moment était venu de leur dire : « Reconnaissez la vérité de l’Holocauste des juifs ! »

« L’ami des Palestiniens » vient ainsi de se démasquer. Constatant la situation précaire de ses « amis », il y a vu, tel Shylock, l’occasion d’en tirer profit et de leur réclamer encore plus. Ni « pacifique » ou « pacifiste », ni ami véritable des Palestiniens, il se confirme que D. Barenboïm n’était que pleinement juif et sioniste.

[D. Barenboïm est chef d’orchestre (Staatskapelle de Berlin et Chicago Symphony Orchestra). Il a créé avec Edward Saïd (1935-2003) la fondation qui porte leurs noms. L’article du Monde est le fruit d’une conversation en allemand avec Axel Brüggermann et a été publié dans Welt am Sonntag sous le titre « Der Autokrat ist tot ! Es lebe das Volk ! »]

22 novembre 2004

Daniel Barenboïm as Pharisee

Have our ears had enough hammering with noise about “pro-Palestinian” or “pacifist” Jews in the style of Daniel Barenboïm?

Le Monde, on its front page of 21–22 November 2004 (continued on page 12), carries an article by D. Barenboïm entitled “The Autocrat is dead, long live the Palestinian people!” In it, the conductor writes particularly:

I know that within the Palestinian population there is a broad current aspiring to a third way: the democratic Mubadara Party of Mustapha Barghuti. – This current seeks a solution that will acknowledge the right of the Jews to return to their country [!!!] and respect the suffering of the Jewish people after the Holocaust, whilst at the same time it defends the rights of the Palestinians by means of a non-violent resistance. However, these people were no longer represented by Yassir Arafat. [...] There cannot be peace if the Palestinians deny the Holocaust. But there cannot be peace either if the Israelis do not assume a share of responsibility in the conflict with the Palestinians.

D. Barenboïm and his like are against a Palestine on its feet (albeit reeling) as was the Palestine of Arafat. They are in favour of a disarmed Palestine facing an excessively armed Jewish state. They especially want a Palestine which, subdued and on its knees, would avow its faith in “the Holocaust”.

Since the alleged “Holocaust” is the sword and shield of the State of Israel, this would amount to the Palestinians declaring: “Above all, we do not want to strip the State that oppresses us of its sword and shield.”

That would be absurd; but it is possible that some day Palestinian or Arabo-Moslem officials will be driven to such extremes. The religion of “the Holocaust” is going from strength to strength. No country today can join the great military, political or economic entities like, for example, the European Union or NATO, without swearing allegiance to this religion and, consequently, paying homage to the Jews. What is true of the states of Europe, including the Vatican, and of a good number of other Western countries may soon extend to the Arabo-Moslem countries whose people rebel but whose rulers, à la Qadhafi, bow in obedience.

Arafat’s successors are disoriented. D. Barenboïm has sensed that now is the time to tell them: “Acknowledge the truth of the Holocaust of the Jews!”

“The friend of the Palestinians” has thus unmasked himself. Aware of his “friends’” precarious situation he has, like Shylock, seen an opportunity to benefit and demands still more of them. Neither “peaceful” or “pacifist”, nor a true friend of the Palestinians, it is confirmed that D. Barenboïm has all along just been fully Jewish and a Zionist.

[D. Barenboïm is an orchestral conductor (Staatskapelle of Berlin and Chicago Symphony Orchestra). With the late Edward Saïd (1935–2003) he created the foundation that bears the two men’s names. The article in Le Monde is the fruit of a conversation in German with Axel Brüggermann and had appeared in the Welt am Sonntag of 14 November 2004 (“Der Autokrat ist tot! Es lebe das Volk!”)]

Friday, November 12, 2004

Pour la défense de Bruno Gollnisch


Bruno Gollnisch est professeur de droit international et de langue et civilisation japonaises à l’Université Lyon III. Ses déclarations du 11 octobre 2004 sur les chambres à gaz lui valent d’être suspendu de ses cours pour un mois à compter du 29 octobre et, ce 23 novembre, il passera en jugement devant une section disciplinaire présidée par le professeur Luc Saïdj.

Bruno Gollnisch préconise depuis toujours la liberté de recherche en matière d’histoire

B. Gollnisch n’a pourtant commis aucun crime ni aucun délit. Il n’a porté aucune atteinte aux obligations de l’enseignant ou du chercheur. Il a simplement, une fois de plus, exprimé sa constante hostilité à la loi Gayssot (13 juillet 1990), qui réprime le révisionnisme. Pressé par des journalistes de donner son sentiment sur ce que, dès 1968, l’historienne Olga Wormser-Migot appelait déjà « le problème des chambres à gaz » (la formule est à méditer), il a réitéré son opposition à une loi qui entrave la liberté de recherche en la matière. Il aurait déclaré : « Il n’y a plus un historien sérieux qui adhère intégralement aux conclusions du procès de Nuremberg » et il aurait ajouté : « Je ne remets pas en cause l’existence des camps de concentration mais, sur le nombre de morts, les historiens pourraient en discuter. Quant à l’existence des chambres à gaz, il appartient aux historiens de se déterminer » (Christophe Forcari, Libération, 12 octobre). Pas un universitaire, pas un chercheur digne de ce nom ne peuvent, en effet, tenir pour vérités historiques définitives les affirmations d’un tribunal militaire où, de surcroît, des vainqueurs jugeaient des vaincus. La loi qui porte le nom du député communiste Gayssot nous y contraint pourtant et, en conséquence, elle a suscité dans les milieux intellectuels les plus vives protestations. Le fait qu’une loi existe ne nous prive pas du droit et, parfois, du devoir, d’en demander la révision ou la suppression. En la circonstance, l’honneur d’un esprit libre est d’exiger l’abrogation d’une loi de caractère stalinien.

Rien de nouveau dans sa déclaration sur la loi Gayssot

La preuve que B. Gollnisch a toujours tenu, sans provoquer de scandale, les propos que certains aujourd’hui dénoncent à grands cris, on la trouve dans le rapport que l’historien Henry Rousso a rédigé, à la demande de Jack Lang, sur le racisme et le négationnisme à l’Université Lyon III. Daté de septembre 2004, ce rapport vient d’être publié aux éditions Fayard ; il porte pour titre Le Dossier Lyon III. Dans ce rapport, où abondent les condamnations morales, pas une fois on ne fait grief à B. Gollnisch de la position qui a toujours été la sienne sur la loi Gayssot. H. Rousso écrit par exemple : « En outre, [B. Gollnisch] a toujours pris position publiquement pour défendre ses collègues attaqués, en particulier Bernard Notin, déclarant de manière constante son hostilité à la loi Gayssot réprimant le négationnisme » (p. 87). Plus loin, H. Rousso ajoute : « Tout en ne partageant pas les avis exprimés dans l’article de Bernard Notin [B. Gollnisch] “revendique le droit au doute dans ce domaine [des chambres à gaz] comme sur tous les points d’histoire” » (p. 153). Encore plus loin, H. Rousso précise que B. Gollnisch « dénonce […] une sanction prise [contre Bernard Notin] après des “pressions insensées” et dans le contexte de “la loi socialiste Marchais Gayssot” » (p. 163). Bien que d’habitude il note les réactions suscitées par des propos révisionnistes, H. Rousso ne mentionne aucune levée de boucliers contre B. Gollnisch au moment de ses déclarations passées. Pourquoi, d’ailleurs, y aurait-il eu de telles levées de boucliers ? A ces époques, nombre de juristes, d’universitaires et d’hommes politiques dénonçaient publiquement une loi qu’ils qualifiaient parfois de « scélérate ». B. Gollnisch se fondait donc dans la masse des personnalités qui se proclamaient hostiles à la loi Gayssot. En somme, le 11 octobre 2004, il n’a fait que réaffirmer une position, relativement banale, qu’on lui connaissait depuis quatorze ans. Pourquoi donc, aujourd’hui, cette soudaine et violente réaction à de tels propos ?

Rien que de banal et d’exact dans sa déclaration sur « l’intérêt de l’Etat d’Israël »

Faudrait-il comprendre que d’autres propos, censément formulés le même jour, seraient plus condamnables ? B. Gollnisch aurait ajouté : « Il y a des intérêts considérables à nier ce débat. C’est l’intérêt de l’Etat d’Israël dans les discussions sur les réparations qui sont sans fin. » Mais, là encore, comment s’insurger contre un pareil jugement ? Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial, est connu pour avoir tenu des propos identiques dans un livre qui montre le lien entre le tribunal de Nuremberg et les « réparations » allemandes. En 1976, il déclarait :

Ces réparations constituent une innovation extraordinaire en matière de droit international. […] Pendant la guerre, le Congrès juif mondial avait créé à New York un Institut des affaires juives dont le siège est aujourd’hui à Londres. Les directeurs étaient deux grands juristes juifs lituaniens, Jacob et Nehemiah Robinson. Grâce à eux, l’Institut élabora deux idées complètement révolutionnaires : le tribunal de Nuremberg et les réparations allemandes. […] Sans les réparations allemandes, qui ont commencé à intervenir au cours des dix premières années d’existence de l’Etat, Israël n’aurait pas la moitié de son infrastructure actuelle [1976] : tous les trains en Israël sont allemands, les bateaux sont allemands, ainsi que l’électricité, une grande part de l’industrie … sans même parler des pensions individuelles versées aux [500 000] survivants [résidant en Israël]. […] Certaines années, les sommes d’argent qu’Israël recevait de l’Allemagne dépassaient le montant des collectes du judaïsme international – les multipliant parfois par deux ou trois. […] En vérité, l’Allemagne a versé à ce jour [en 1976] soixante milliards de marks et le total lui reviendra à quatre-vingts milliards – soit de douze à quatorze fois plus que ce que nous avions calculé à l’époque … On ne saurait donc reprocher aux Allemands d’avoir été mesquins et de n’avoir pas tenu leurs promesses (Le Paradoxe juif, Conversations en français avec Léon Abramowicz, Stock, 1976, p. 148, 152, 156).

Dans le même livre, on voit N. Goldmann obtenir du chancelier Adenauer que l’Allemagne achète aux compagnies britanniques établies au Koweït et en Arabie Séoudite le pétrole nécessaire à Israël : « Achetez-le-leur et donnez-le-nous. Pour notre pays, c’est une question de vie ou de mort. – Il accepta » (p. 161). Ses successeurs ont dépassé N. Goldmann de cent coudées. Après 1976, le flot d’argent versé par Berlin, par les Länder, par des associations ou organisations allemandes n’a fait que grossir. Ces derniers mois – mais il ne s’agit là que d’un détail – les chantiers navals allemands ont livré gratuitement à Israël trois sous-marins ultra-modernes et conçus pour recevoir un armement nucléaire. L’Autriche, les pays européens, les nations candidates à l’entrée dans la communauté européenne, les Etats-Unis et bien d’autres pays dits « du monde occidental » versent également des sommes considérables soit à l’Etat d’Israël, soit à la Diaspora juive à travers le monde, et tout cela en honneur et en mémoire de l’Holocauste. Même la Suisse a dû payer grassement. Les monuments et les musées de l’Holocauste, les films de fiction autour de l’Holocauste, les pèlerinages à pleins charters vers Auschwitz ou vers d’autres camps se multiplient. Ecoles, lycées et universités sont mobilisés. Sur toute la surface du globe on se met au service de l’Holocauste. Y compris à Dresde ou au Japon, à New Delhi, à Nankin ou à Pékin, la Shoah fait aujourd’hui, du côté des autorités, l’objet d’attentions particulières. En plein cœur de Berlin s’achève en ce moment un troisième lieu de mémoire juive avec un mémorial de l’Holocauste orné de 2 752 stèles de béton. Des Juifs en sont venus à exprimer leur préoccupation ou leur désapprobation devant ce qu’ils ont eux-mêmes appelé « le Shoah Business » ou « l’Industrie de l’Holocauste ». Viennent ici à l’esprit les noms de Peter Novick, de Norman Finkelstein, de Raul Hilberg et même, malgré un repentir tardif, de Pierre Vidal-Naquet. Pour un bref aperçu de la question, on se reportera au « Grand entretien de L’Histoire avec Annette Wieviorka » : « Enquête sur une polémique : la [sic] “Shoah business” » (mai 2001, p. 75-81). L’un des aspects les plus déplaisants de cette recherche de l’argent au bénéfice de sa seule communauté s’est révélé avec l’épisode, en France, des pensions spéciales réclamées pour les descendants, parfois lointains, des victimes juives de la guerre. Lorsque des descendants de victimes non juives ont manifesté à Paris, devant les grilles du Conseil d’Etat, pour demander à bénéficier des mêmes pensions, des Juifs mobilisés par leurs organisations s’en sont pris aux manifestants car, pour ces Juifs, la souffrance des Juifs ne saurait se comparer à nulle autre.

L’Holocauste est l’épée et le bouclier à la fois de l’Etat d’Israël et du sionisme à travers le monde ; et il vaut pour eux tous les trésors d’Arabie.


Sur Henry Rousso, il ne se permet aucune remarque inexacte ou impertinente

Enfin, B. Gollnisch aurait dit d’H. Rousso qu’il était un « historien engagé » et il aurait ajouté : « C’est une personnalité juive, une personnalité estimable, mais sa neutralité n’est pas assurée [ou, selon d’autres sources, “pas engagée”]. » Qu’y a-t-il là d’inexact ou d’impertinent ? H. Rousso a toujours manifesté son ardeur combative contre le révisionnisme et contre ce qu’il tient pour « des écrits extravagants, moralement inacceptables et pseudo-scientifiques » (4e de couverture de son rapport imprimé). Il est juge et partie et ne s’en cache pas. Quant à parler de « personnalité juive », B. Gollnisch apporte là une précision qui serait peut-être incongrue dans d’autres contextes mais qui, ici même, dans le contexte de la Shoah, n’a rien de déplacé ou de tendancieux. Une précision de nature identique s’imposerait si, dans une controverse religieuse, politique, historique ou scientifique, les tenants d’une thèse devaient être jugés par une personnalité appartenant de près ou de loin à une communauté qui, d’une seule voix, condamne d’avance cette thèse. De toute façon, en pareille matière, la règle et l’usage veulent qu’on signale l’origine juive de l’intéressé. C’est d’ailleurs ce que fait H. Rousso lui-même lorsqu’il parle d’auteurs qui sont juifs, ne fût-ce que partiellement. Par exemple, il lui arrive d’écrire : « En 1966, un jeune écrivain d’origine juive, Jean-François Steiner, publie … » (Le Syndrome de Vichy, Seuil, 1987, p. 177).

Pourquoi B. Gollnisch ne demanderait-il pas un débat quand les historiens de la Shoah révisent eux-mêmes sévèrement les conclusions de Nuremberg ?

Revenons ici aux historiens accrédités de la Shoah. Depuis 1945-1946, ils ont procédé à de substantielles révisions de la thèse défendue par les juges de Nuremberg.

H. Rousso, qui a publié en 1994, en collaboration avec son ami Eric Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, s’est abstenu d’élever une protestation publique quand, l’année suivante, E. Conan a procédé à une significative révision de l’histoire officielle d’Auschwitz. Dans une étude intitulée « Auschwitz : la mémoire du mal » (comprenez que « la mémoire » n’est pas « l’histoire »), il écrit au sujet de la « chambre à gaz », visitée chaque année par 500 000 touristes : « Tout y est faux […]. A la fin des années 70, Robert Faurisson exploita d’autant mieux ces falsifications que les responsables du musée [d’Auschwitz] rechignaient alors à les reconnaître » (L’Express, 19-25 janvier 1995, p. 68). E. Conan ajoutait que la directrice du musée, ne se résolvant pas à dire la vérité aux touristes sur « le travestissement », lui avait déclaré à propos de cette fausse chambre à gaz : « Pour l’instant, on la laisse en l’état et on ne précise rien au visiteur. C’est trop compliqué. On verra plus tard. » (Ce qui revient à dire : on a menti, on ment et, jusqu’à nouvel ordre, on continuera de mentir.)

Il s’est produit d’autres révisions touchant de prétendues chambres à gaz situées en bien d’autres camps, notamment à Dachau. Après tout, la seule « chambre à gaz » montrée dans le film projeté devant le tribunal de Nuremberg et certifiée avoir fonctionné n’a en fait jamais gazé personne comme ont fini par l’admettre, à partir de 1960, aussi bien les historiens à la Martin Broszat que les autorités du musée de Dachau qui, elles, ont eu l’honnêteté d’en prévenir les visiteurs par une inscription rédigée en cinq langues.

Simone Veil, Claude Lanzmann, Elie Wiesel et quelques autres auteurs admettent aujourd’hui qu’on ne trouve nulle trace de chambres à gaz. Ils notent qu’aucun document n’atteste de l’existence ou du fonctionnement de ces prodigieuses « armes de destruction massive » attribuées à Adolf Hitler. Certes, ces personnalités disent croire aux chambres à gaz, mais elles reconnaissent l’absence de toute preuve de leur existence alors qu’autrefois un Georges Wellers, par exemple, parlait d’une « abondance de preuves ».

Professeur à Princeton et ami de P. Vidal-Naquet, qui a préfacé la traduction de son livre en français, Arno Mayer écrit en 1988 : « Les sources pour l’étude des chambres à gaz sont à la fois rares et sujettes à caution [unreliable] » (The « Final Solution » in History, New York, Pantheon Books, p. 362).

En 1989, Jean-Claude Pressac, dans un premier gros ouvrage en anglais, Auschwitz : Technique and Operation of the Gas Chambers, a prétendu avoir découvert des « commencements de preuves » de l’existence de chambres à gaz à Auschwitz ; ses travaux de recherche et la publication de son ouvrage avaient été financés par la Beate Klarsfeld Foundation. Il a ensuite publié, en 1993, aux éditions du CNRS, dans une collection dirigée par Denis Peschanski, un livre sur Les Crématoires d’Auschwitz, la Machinerie du meurtre de masse ; le succès de cet ouvrage, traduit en plusieurs langues, a été considérable. Or soudain, en 1995, J.-C. Pressac a jeté l’éponge et, reprenant le mot du professeur Michel de Boüard, a déclaré que le dossier tout entier de l’histoire de la déportation était « pourri » par trop de mensonges et d’approximations ! M. de Boüard, ancien déporté à Mauthausen, doyen de la Faculté des lettres de l’Université de Caen et responsable, au sein du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale, de l’histoire de la déportation, n’avait pas caché son inquiétude devant la prolifération, depuis 1945, des erreurs et des faux. Pendant cinq ans, la révision déchirante de J.-C. Pressac nous a été cachée pour nous être finalement révélée en mars 2000 dans le livre de Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France (Seuil, p. 651-652).

En 1992, Yehuda Bauer a dénoncé « la sotte histoire de Wannsee » (the silly story of Wannsee) (The Canadian Jewish News, 30 janvier 1992).

En 1996, l’historien Jacques Baynac, d’abord si virulent contre les révisionnistes, a fini par admettre qu’on n’avait découvert aucune preuve de l’existence des chambres à gaz, tout en ajoutant qu’il croyait en leur existence (Le Nouveau Quotidien de Lausanne, 2, puis 3 septembre 1996).

D’autres historiens accrédités ont lancé des cris d’alarme répétés contre les faux témoignages, les documents à interprétation suspecte, les confessions obtenues par le chantage ou la torture, les documentaires-documenteurs, les expositions photographiques fallacieuses et la fabrication en série de films de fiction inspirés par l’Holocauste. Au tribunal de Nuremberg, aucune preuve, aucun rapport d’expertise ne sont venus étayer la thèse de l’existence de chambres à gaz autres que de désinfection.

Jamais on n’a su répondre à ceux qui signalaient les impossibilités physiques et chimiques du gazage de foules humaines. On s’est longtemps contenté de la retentissante confession, à Nuremberg, de Rudolf Höss, l’un des trois commandants successifs d’Auschwitz, jusqu’au jour où, en 1983, le principal de ses tortionnaires a narré dans quelles conditions des Juifs de la Sécurité militaire britannique lui avaient extorqué cette confession (Rupert Butler, Legions of Death, Londres, Hamlyn, 1983, page de remerciements et p. 234-238). Dix ans plus tard, l’historien américain Christopher Browning, antirévisionniste convaincu, a rendu les armes sur ce point : interrogé par le journaliste anglais Christopher Hitchens sur le témoignage de Rudolf Höss, il a répondu : « Höss a toujours été un témoin très faible et confus » (« Whose History is it ? », Vanity Fair, décembre 1993).

Raul Hilberg est allé infiniment plus loin que Bruno Gollnisch

Raul Hilberg est allé infiniment plus loin que B. Gollnisch dans sa propre révision des données de Nuremberg. Dès 1983, le plus prestigieux des historiens de l’ « Holocauste » a, en effet, opéré un stupéfiant virage. En 1961, dans son ouvrage de référence, The Destruction of the European Jews, il avait défendu la thèse, encore actuellement en faveur dans le grand public, selon laquelle Hitler avait donné des ordres pour tuer les Juifs, avait dressé un plan d’extermination, avait multiplié les instructions en ce sens et avait fait construire des chambres à gaz et des camions à gaz pour accélérer l’élimination physique des Juifs. Or, en 1983, soit vingt-deux ans plus tard, R. Hilberg a soudain abandonné cette explication. A New York, devant 1 100 auditeurs de l’Avery Fischer Hall, il a annoncé que, tout bien réfléchi, l’œuvre de destruction des Juifs d’Europe avait été conduite sans plan, sans organisation, sans agence centralisatrice, sans projet, sans budget mais spontanément, étape par étape, au sein de la vaste bureaucratie allemande, et cela grâce à « une incroyable rencontre des esprits, une transmission de pensée consensuelle » (an incredible meeting of minds, a consensus mind reading by a far-flung bureaucracy) (George DeWan, « The Holocaust in Perspective », Newsday, 23 février 1983). Interrogé sur ces propos au premier procès Zündel à Toronto, R. Hilberg les a confirmés sous serment, le 16 janvier 1985, ainsi qu’en atteste la transcription officielle des débats (p. 846-848). Autrement dit, le premier des historiens de l’Holocauste ne craint pas de soutenir qu’une vaste entreprise criminelle dotée d’« usines de mort » a été conduite, sinon par l’opération du Saint-Esprit, du moins selon un processus télépathique. De cette « rencontre des esprits », il nous dit bien qu’elle est « incroyable ». Alors, pourquoi B. Gollnisch devrait-il y croire ? Comment croire en l’histoire d’un massacre ainsi expliqué par le plus prestigieux de ses historiens ? En 1985, dans l’édition « révisée et définitive » de son ouvrage, R. Hilberg écrira : « En dernière analyse, la destruction des Juifs ne fut pas tant accomplie par l’exécution des lois et des ordres que par suite d’un état d’esprit, d’une compréhension tacite, d’une consonance et d’une synchronisation » (version française parue sous le titre de La Destruction des Juifs d’Europe, Fayard, 1988, p. 53 ; voir également p. 51, 60). Nous ne sommes plus là dans les réalités de l’histoire mais dans les fumées de la spéculation psychologique.

Une preuve, une seule preuve ? Un témoin, un seul témoin ?

Le résultat est là : tandis qu’il existe une abondance de faits et de documents prouvant qu’Hitler voulait expulser les Juifs d’Europe dans le cadre d’ « une solution finale territoriale » (territoriale Endlösung), et qu’il prévoyait pour les expulsés un « renouveau » (neuer Aufbau) hors d’Europe mais ailleurs qu’en Palestine, il n’existe pas une seule preuve de ce qu’il ait voulu exterminer les Juifs. Il est prouvé que ses cours martiales pouvaient, jusqu’en Russie occupée, condamner à mort l’assassin ne fût-ce que d’un Juif ou d’une Juive. Comme on le sait, ni pendant la guerre, ni surtout après la guerre, dans leurs mémoires, par exemple, ou dans leurs déclarations publiques, les hauts responsables alliés n’ont une seule fois mentionné les chambres à gaz ou les camions à gaz. Pour ne prendre que ces exemples, ni Churchill, ni Eisenhower, ni de Gaulle, ni Truman, ni Staline, ni Benes n’en ont parlé. D’où, lors de l’émission de Thierry Ardisson « Tout le monde en parle » (6 mars 2004), la réflexion de l’amiral Philippe de Gaulle à propos des Juifs : « Les Allemands ont voulu, sinon les exterminer, du moins les chasser. »

Quant aux « témoins », s’ils ont su évoquer la déportation, l’internement, les épidémies et cent autres épreuves, ils n’ont jamais pu vraiment décrire ces « usines de mort » ou ces armes de destruction massive. Faute de preuves, on produit des témoignages, par exemple ceux d’Elie Wiesel, de Primo Levi ou de Simone Veil. Parlons-en !

Dans son livre, La Nuit, qu’il nous a ailleurs présenté comme un récit autobiographique dont chaque page serait vraie, Elie Wiesel raconte son expérience d’Auschwitz. Jamais il n’y mentionne les chambres à gaz. Il nous affirme que les Juifs étaient brûlés vifs dans des fournaises en plein air ! Un jour, à la suite d’une blessure au pied, il a été hospitalisé dans l’enceinte du camp ; il a pu coucher dans des draps blancs et il a été opéré avec, à ses côtés, pour le rassurer, son propre docteur, « un grand médecin juif ». A l’approche des Russes, les Allemands lui ont laissé le choix, ainsi qu’à son père, de rester dans le camp ou de suivre les troupes allemandes dans leur retraite ; après mûre concertation, le père et le fils ont choisi de partir avec leurs exterminateurs plutôt que d’attendre leurs libérateurs (La Nuit, Editions de Minuit, 1958, p. 124-133).

Quant à Primo Levi, interné lui aussi à Auschwitz, il ne mentionne que vaguement, dans son propre livre, « la chambre à gaz » (au singulier) et l’un de ses camarades parle de lui comme de « l’Italien qui ne croit pas aux sélections » et donc aux chambres à gaz (Si c’est un homme, Julliard, 1987, p. 55 ; il s’agit de la traduction de Se questo è un uomo dans sa version originale de 1947).

Internée à Auschwitz sous son nom de jeune fille (Simone Jacob), S. Veil nourrit la plus grande méfiance à l’endroit de ceux qui, tel Maurice Benroubi, ont osé se présenter en témoins des gazages. La propre théorie de S. Veil veut que les Nazis aient « détruit [l]es chambres à gaz et supprimé systématiquement tous les témoins » (France-Soir Magazine, 7 mai 1983) ; soit dit en passant, il s’agit là d’une allégation classique mais qu’on serait bien en peine de prouver parce qu’en fait elle ne repose sur rien.

Le vertigineux toboggan de la révision des chiffres

B. Gollnisch a pleinement raison de dire que les historiens devraient avoir le droit en 2004 de « discuter » du « nombre des morts ». Ils ne s’en sont pas privés de 1945 à 2002. Dans le film Nuit et Brouillard, que sont astreints à voir tous les lycéens de France, le nombre des morts d’Auschwitz est donné comme étant de 9 000 000. Les juges de Nuremberg l’ont évalué, eux, à 4 000 000. C’est ce chiffre qui figurait sur les stèles du monument d’Auschwitz-Birkenau. En 1990, ces stèles ont été retirées et remplacées en 1995 par d’autres, indiquant le chiffre de 1 500 000, soit une réduction de 2 500 000 morts ! En 1990, François Bédarida a proposé une estimation « de 950 000 à 1 200 000 » (Le Monde, 22 juillet 1990). J.‑C. Pressac a successivement donné les chiffres de 1 000 000 en 1989, de 800 000 en 1993 et de 630 000 à 711 000 en 1994 (Auschwitz : Technique and Operation of the Gas Chambers, 1989, p. 264 ; Les Crématoires d’Auschwitz, 1993, p. 148 ; Die Krematorien von Auschwitz, Munich, Piper, 1994, p. 202). En 2002, Fritjof Meyer a proposé le chiffre de 510 000 morts (Osteuropa, mai 2002, p. 641). Ce dernier chiffre connaîtra sans nul doute d’autres substantielles révisions à la baisse du nombre des morts dans les 39 camps du complexe d’Auschwitz. On pourrait citer bien d’autres évaluations venues d’historiens accrédités. Ces révisions attestent de ce que, dans les faits, beaucoup d’auteurs, pourtant orthodoxes, ont vigoureusement contesté les conclusions du tribunal de Nuremberg et donc l’esprit de la loi Gayssot.

Bruno Gollnisch a fait preuve de circonspection et de mesure

On voit qu’en matière de révision B. Gollnisch fait pâle figure à côté de nombre d’historiens de la Shoah. Il n’a jamais poussé l’audace jusqu’à enfreindre aussi clairement que ces derniers l’oukase antirévisionniste. Ses censeurs lui dénient le droit de libre recherche et réservent ce privilège à leurs proches (« Nul n’aura de l’esprit hors nous et nos amis »). A moins que, dans leur amateurisme ou leur ignorance du sujet, lesdits censeurs n’aient pas lu avec attention la littérature de l’Holocauste.

Il convient que cesse ce jeu de rôles et que l’accusé jouisse des mêmes droits que ses accusateurs. B. Gollnisch, comme toujours depuis 1990, se contente de préconiser le droit pour tous au doute et à la recherche en matière d’histoire. Il demande l’abrogation d’une loi stalinienne. Au regard de ce qu’ont écrit tant de ses confrères ou collègues historiens, il aurait pu aller beaucoup plus loin. Au lieu de quoi, il a fait montre de circonspection et de mesure. Les cris d’horreur qu’ont suscités ses déclarations sonnent faux. L’indignation manifestée par certains est forcée. L’hallali déclenché contre sa personne est un outrage. Cette année, les habituels groupuscules d’agit-prop et ceux qui les financent ont essuyé, coup sur coup, trois échecs : ils ont d’abord étalé au grand jour leurs dissensions ; puis, ils ont vu la Cour de cassation mettre à bas, d’un seul coup, tout l’édifice de leurs machinations contre Jean Plantin ; enfin, le rapport Rousso leur a administré une volée de bois vert. Il leur fallait découvrir d’urgence une nouvelle proie parmi les enseignants de l’Université Lyon III. Ils ont jeté leur dévolu sur B. Gollnisch. Mauvaise pioche !

Les autorités devraient réfléchir à deux fois au cas de B. Gollnisch

Les autorités judiciaires, ministérielles, rectorales et universitaires devraient réfléchir à deux fois avant de se prononcer sur son cas. Elles, qui invoquent le droit, devraient se rappeler qu’en France des lois protègent la présomption d’innocence et punissent l’outrage à une personne chargée d’une mission de service public. D’autres lois sanctionnent l’entrave à la liberté du travail. D’autres enfin répriment le dommage qu’on cause à autrui par sa propre faute, par sa légèreté, par sa négligence ou par son imprudence. La justice n’admet pas que, selon le système des deux poids et des deux mesures, on aille blâmer chez l’un ce qu’on a approuvé ou admis chez les autres. Elle oblige qu’on accorde à B. Gollnisch la même liberté de jugement que celle qu’on a laissée à tant d’autres universitaires ou chercheurs. La loi doit être la même pour tous, sans exception. B. Gollnisch s’est, au demeurant, exprimé, hors de son université, en qualité de responsable politique attaché aux libertés publiques. Son université n’a pas la permission de s’ingérer dans sa vie politique. Elle lui doit protection contre la trentaine de perturbateurs venus de l’extérieur et que le rapport Rousso, à l’occasion d’affaires antérieures, dépeint avec justesse comme des frénétiques qui cherchent à tout prix l’attention des médias. Laisser de tels individus agir à force ouverte dans l’enceinte de l’université, c’est encourir une grave responsabilité. Prétendre qu’un professeur cause un trouble à l’ordre public par le simple fait qu’il vient faire son cours, c’est à la fois lui causer un préjudice, sujet à réparation, et, tout bonnement, se moquer du monde.

Brillant professeur et admiré de ses étudiants, Bruno Gollnisch mérite l’estime générale.

Nous l’estimons et nous le défendrons.

Collègues, étudiants et amis de Bruno Gollnisch

12 novembre 2004