Tuesday, October 21, 2003

On imagine l’explosion…


Le 16 octobre, en Malaisie, au dixième sommet de la Conférence islamique, le Dr Mahathir Bin Mohamad (transcription anglaise), qui préside cette organisation, a, dans un long discours, donné en exemple aux musulmans l’éclatante réussite des juifs, « un peuple qui pense », a-t-il dit. Il a stigmatisé, chez ses propres coreligionnaires, la stagnation de la pensée et le recours à la violence. Désireux de montrer que les juifs, eux, sont parvenus à surmonter les épreuves les plus cruelles, il a lancé : « Les Européens ont tué six millions de juifs sur douze millions. Mais aujourd’hui les juifs gouvernent ce monde par procuration. Ils obtiennent que d’autres se battent et meurent pour eux. » Il faisait ainsi allusion à la guerre menée contre l’Irak par la coalition américano-britannique et ses alliés. Un peu plus loin, l’orateur décrivait les juifs comme « une puissance mondiale » devenue, « dans les derniers temps, arrogante ».


D’un discours en cinquante-neuf points, le monde occidental et les juifs n’ont, dans l’ensemble, retenu que ces réflexions sur le pouvoir juif. Le hourvari a été tel qu’il a semblé donner raison à celui qu’on appelle « le père de la Malaisie moderne ».



On imagine l'explosion si jamais ce malin Malais, au lieu de cautionner le faux « Holocauste » des juifs, avait déclaré que « l'Holocauste » est un commerce, une industrie, une religion fondés sur une gigantesque imposture. En un premier temps, le monde occidental tout entier et ses vassaux en eussent été comme frappés d’apoplexie. « L'écorce terrestre en eût été à vif. » En Europe, l'Allemagne, prenant la tête de la nouvelle croisade, aurait promis-juré une aide militaire renforcée à l'Etat d'Israël et, en témoignage de repentance, aurait encore grossi le flot, ininterrompu depuis un demi-siècle, de ses « réparations financières ». En France, on en aurait branlé le bourdon de Notre-Dame de Paris bien plus encore qu'on ne l’a fait, en 1990, pour l'affaire, « providentielle », du cimetière de Carpentras.


Même un Ben Laden, réel ou fictif, n'ose dénoncer l'imposture de « l'Holocauste ». Mahathir Bin Mohamad, lui, invite les musulmans à retourner à l'école pour y pratiquer à doses renforcées études scientifiques et mathématiques. Il admire les juifs, qui, à ses yeux, sont des malins parmi les malins. Il suggère de ne plus les massacrer mais de les battre sur leur propre terrain et, pour cela, de se donner le temps de la réflexion au lieu de s'encolérer pour la vie ou de tuer et de se tuer avec des charges explosives.


Or il existe un moyen de faire tout cela à la fois : c'est de se mettre à l'étude et à l'écoute des révisionnistes. Mais il y a peu de chances que le monde musulman s'éveille pour de bon au révisionnisme historique et qu'apparaisse, un jour prochain, dans les innombrables manifestations « spontanées », encadrées et surveillées par des organisations arabes, palestiniennes ou musulmanes, ne fût-ce qu’une seule pancarte portant ces simples mots: « The 'Holocaust' is a Hoax ! » (L’« Holocauste » est une mystification).


Il est vrai que, dans ce cas, le monde entier, ou peu s’en faut, réagirait par le boycottage international, le blocus total, les expéditions punitives.



Les Arabo-Musulmans ont peur d'utiliser le révisionnisme historique, cette arme atomique du pauvre. On les comprend.


21 octobre 2003

Monday, October 20, 2003

Letter to Horst Mahler

Professor Robert Faurisson, born in 1929, lectured in modern and contemporary French literature at the Sorbonne and the University of Lyon, specialising at the latter in the "Analysis of texts and documents (literature, history, media)".


In the 1970s, he demonstrated the radical impossibility, on physical and chemical grounds, of the existence and operation of the alleged Nazi gas chambers. He was the first in the world to publish the plans of the buildings at Auschwitz abusively presented still today as having served for putting inmates to death by gassing.


In 1988, thanks to an investigation commissioned by the German-Canadian Ernst Zündel, the professor’s findings were confirmed by the American Fred Leuchter, designer of the gas chambers used in several United States prisons and author of a report on the alleged gas chambers of Auschwitz and Majdanek. In the early 1990s, the conclusions of the famous “Leuchter Report” were, in turn, confirmed by the German chemist Germar Rudolf, a graduate of the Max Planck Institute, as well as by the Austrian chemists Walter Lüftl, president of the board of engineers of Austria, and Wolfgang Fröhlich, a specialist in disinfection gas chambers.


As a consequence of their findings, Robert Faurisson, Ernst Zündel, Fred Leuchter, Germar Rudolf, Walter Lüftl and Wolfgang Fröhlich have all paid a substantial toll to the prevailing judicial and extra-judicial repression. Like a number of other “revisionists” they have, according to circumstances, had the experience of seeing their careers ruined, of being physically assaulted and injured, convicted in the law courts, fined, imprisoned, exiled. At present, Wolfgang Fröhlich is in jail in Vienna and Ernst Zündel is being held in Toronto in a high-security cell, in judicial and physical conditions worthy of “Guantanamo Bay”.


As soon as I learned of the existence of your "League for the Rehabilitation of Persons Persecuted for Disputing the Holocaust" (Verein für Rehabilitierung der wegen Bestreitens des Holocaust Verfolgten) I applied for membership and sent you a financial contribution.


Your initiative is ingenious, and I wish it every success. I urge all revisionists to support this undertaking.


You have invited me to your first meeting, which will take place on November 9. The date is well chosen, for it marks the anniversary of the fall of a tyranny that one might have thought would last forever. The place, Vlotho on the Weser river, is equally well chosen, for it is associated with the name of our friend Udo Walendy, who has fought so hard and so long for the reestablishment of historical truth and, at the same time, for the cause of his German fatherland.


I would love to attend this meeting, but I think that the German police might immediately arrest me there. Anyway, I have too much work to do, and cannot go on vacation, even if it were to be spent in a German prison.


With regard to freedom of historical research, I have no confidence in the French police or the French administration of justice. I have even less confidence in the German police and administration of justice. Frankly speaking, nowadays there is no country in the world that offers a safe haven for revisionists. Even China, Japan and Russia serve Mammon or else fear him, and so serve him. The United States of America, in spite of its First Amendment, as well as Canada, have just recently shown, in the cruel treatment of Ernst Zündel, to what depths of iniquity they can descend to please Mammon. Ernst Zündel is a heroic figure of the German nation, an exceptional man whom one cannot fail to admire when one really knows him.


In 1999, I published in French a four-volume work of more than two thousand pages, consisting of some of my writings of 1974-1998. It commences with an “In Memoriam” note in which I mention, among the dead, Franz Scheidl, Helmut Diwald and Reinhold Elstner. With regard to the last named, I recall that on April 15, 1995, he committed suicide in Munich by burning himself to protest the “Niagara of lies” against his people. The final words in that “In Memoriam” note are these:


“May [my book] also be read as a homage for the true suffering of all victims of the 1939-1945 war, regardless of whether the victims belonged to the camp of the victors, who are praised to the skies, or to that of the defeated, who have been humiliated and insulted ceaselessly for nearly half a century.”


Remember that these words are from 1998. During the past five years the situation has only worsened. The Niagara of lies has broadened and strengthened. We do not have the right to fold our arms and quietly contemplate the extent of the damage caused. We must act and react.


That is what you are trying to do.


Along with everyone else, I do not know how successful this effort might be, but I want to join with you in it, regardless of whatever differences of opinion or outlook there may be among those of us who fight for a common cause.


In December 1980, I summarised the result of my historical research in one sentence of 60 French words. Before pronouncing that sentence on Europe 1 radio, I gave this warning: “Caution! None of these words has been inspired by political sympathy or antipathy.” Here is the sentence:


“The alleged Hitlerite gas chambers and the alleged genocide of the Jews constitute one and the same historical lie, which has made possible a gigantic financial-political swindle, the principal beneficiaries of which are the State of Israel and international Zionism, and whose principal victims are the German people – but not their leaders – and the entire Palestinian people.”


In my view, that sentence, now 23 years old, requires no changes.


I have been accused of being anti-Jewish. In reality I wish the Jews no harm. What I demand is the right to speak of the Jews just as freely as I speak, for example, of the Germans. And I ask that the Jews be deprived of the right to harm me, whether physically (between 1978 and 1993, I was attacked ten times by Jews), or by means of a special law that they finally got enacted on July 13, 1990, and which in France is known as the “Fabius-Gayssot Law”, the “Faurisson Law”, or the “Anti-revisionist Law”.


It is outrageous that out of the billions of events that constitute the history of mankind, one single event, called by Jews the “Holocaust” or the “Shoah”, must not be questioned – on pain of imprisonment, fines, orders to pay damages and the costs of publications of judgments, the exclusion from one’s profession, and so forth. This is an enormous special privilege, and we demand the abolition of that privilege.


This is a goal that is plain, clear and of narrow scope.


Revisionism, in my view, is not, and must not be, a matter of ideology, but instead one of method by which to attain the greatest degree of exactitude.


What I seek is historical exactitude and, thus, the abolition of anything that obstructs the free striving towards that exactitude.


My best wishes are with you.


[Professor (ret.) Robert FAURISSON, 10, Rue de Normandie, 03200 VICHY (France)]

October 20, 2003

Lettre à Horst Mahler

Né en 1929, le professeur Robert Faurisson a enseigné la littérature française moderne et contemporaine à la Sorbonne et à l'Université de Lyon, université où il s'est spécialisé dans la « Critique de textes et documents (littérature, histoire, médias) ».

Dans les années 1970, il a démontré la radicale impossibilité, pour des raisons physiques et chimiques, de l'existence et du fonctionnement des prétendues chambres à gaz nazies. Il a été le premier au monde à publier les plans des locaux d'Auschwitz abusivement présentés jusqu'ici comme ayant servi de chambres à gaz d'exécution.

En 1988, grâce à une enquête demandée par le Germano-Canadien Ernst Zündel, les découvertes du professeur ont été confirmées par l'Américain Fred Leuchter, spécialiste des chambres à gaz utilisées dans les pénitenciers américains et auteur d'un rapport sur les prétendues chambres à gaz d'exécution d'Auschwitz et de Majdanek. Au début des années 1990, les conclusions du fameux « Rapport Leuchter » ont été, à leur tour, confirmées par le chimiste allemand Germar Rudolf, de l'Institut Max Planck, ainsi que par les chimistes autrichiens Walter Lüftl, président de la chambre des ingénieurs d'Autriche, et Wolfgang Fröhlich, spécialiste des chambres à gaz de désinfection.

En conséquence de leurs découvertes, Robert Faurisson, Ernst Zündel, Fred Leuchter, Germar Rudolf, Walter Lüftl et Wolfgang Fröhlich ont tous payé un tribut significatif à la répression judiciaire et extra-judiciaire. A l'instar de bien des « révisionnistes », ils ont, selon les cas, pu connaître : carrière brisée, coups et blessures, condamnations par les tribunaux, prison, amendes, exil. A l'heure présente, Wolfgang Fröhlich est en prison à Vienne et Ernst Zündel est détenu, à Toronto, en cellule de haute sécurité, dans des conditions judiciaires et physiques dignes de « Guantanamo ».

Dès que j’ai appris l’existence de votre association qui vise à réhabiliter les victimes de la répression judiciaire pour contestation de l’ « Holocauste » (Verein zur Rehabilitierung der wegen Bestreitens des Holocaust Verfolgten ), j’ai demandé à faire partie de cette association et je vous ai envoyé ma contribution financière.

Votre initiative est ingénieuse et je lui souhaite plein succès. J’invite tous les révisionnistes à s’y associer.

Vous m’avez invité à votre première réunion, qui aura lieu le 9 novembre 2003. La date est bien choisie puisqu’elle marque l’anniversaire de la chute, en Europe, d’une tyrannie qu’on pouvait croire éternelle. Le lieu est également bien choisi puisque le nom de Vlotho/Weser est associé à celui de notre ami Udo Walendy, qui a tant œuvré pour le rétablissement de la vérité historique et, en même temps, pour sa patrie allemande.

C’est bien volontiers que je me rendrais à cette réunion mais je pense que la police allemande procéderait, séance tenante, à mon arrestation. Or j’ai trop de travail pour prendre des vacances, fût-ce dans une geôle allemande.

Je ne fais, en matière de liberté de recherche historique, aucune confiance à la police et à la justice françaises et encore moins à la police et à la justice allemandes. A vrai dire, aujourd’hui, plus aucun pays au monde n’offre d’asile sûr aux révisionnistes. Même la Chine, le Japon, la Russie servent Mammon ou bien le craignent, et donc le servent. Les Etats-Unis, malgré l’existence du Premier Amendement, et le Canada viennent de montrer, avec l’exemple du traitement cruel réservé à Ernst Zündel, jusqu’à quel degré d’iniquité ils peuvent descendre pour plaire à Mammon. Ernst Zündel est une figure héroïque du peuple allemand, un homme exceptionnel qu’on ne peut qu’admirer, si on le connaît vraiment.

En 1999, j’ai publié un ouvrage de plus de 2000 pages rassemblant quelques-uns de mes écrits de 1974 à 1998. Cet ouvrage s’ouvre sur un « In Memoriam » où j’évoque, parmi les noms des morts, Franz Scheidl, Hellmut Diwald et Reinhold Elstner. A propos de ce dernier, je rappelle qu’il s’est immolé par le feu, à Munich, le 25 avril 1995, en signe de protestation contre le « Niagara de mensonges » déversé sur son peuple. Les derniers mots de cet « In Memoriam » sont les suivants :

« Puisse [mon livre] se lire aussi comme un hommage aux vraies souffrances de toutes les victimes de la guerre de 1939-1945, que ces victimes aient appartenu au camp des vainqueurs qu’on encense ou à celui des vaincus qu’on ne cesse, depuis près d’un demi-siècle, d’humilier et d’offenser. »

Je rappelle que ces mots datent de 1998. Depuis cinq ans, la situation n’a fait qu’empirer. Le Niagara de mensonges n’a fait que s’élargir et se renforcer. Nous n’avons pas le droit de nous croiser les bras et de contempler en silence l’étendue des dégâts. Nous devons agir et réagir.

C’est ce que vous tentez de faire.

Comme tout le monde, j’ignore les chances de réussite de cette tentative mais, personnellement, je veux m’y associer quelles que soient, par ailleurs, les différences d’opinion ou d’appréciation qui peuvent opposer les combattants d’une même cause.

En décembre 1980, j’avais résumé en une phrase de soixante mots français le résultat de mes recherches historiques. Cette phrase, je l’avais prononcée à Radio Europe 1, non sans la faire précéder de l’avertissement suivant : « Attention ! Aucun de ces mots ne m’est inspiré par une sympathie ou une antipathie politiques. » Voici cette phrase :

« Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière, dont les principaux bénéficiaires sont l’Etat d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – mais non pas ses dirigeants – et le peuple palestinien tout entier. »

Vieille de vingt-trois ans, cette phrase n’a pas besoin, je présume, d’être retouchée.

On m’a accusé d’être antijuif. En réalité, je ne veux aucun mal aux juifs. Ce que je revendique, c’est le droit de parler des juifs avec autant de liberté que j’ai le droit, par exemple, de parler des Allemands. Et je demande que les juifs soient privés du droit de me faire du mal, soit physiquement (j’ai subi de leur part dix agressions physiques entre 1978 et 1993), soit par l’entremise d’une loi spéciale qu’ils ont fini par obtenir, le 13 juillet 1990, et qu’en France nous appelons « loi Fabius-Gayssot », « loi Faurisson » ou « loi antirévisionniste ». Il est scandaleux que, parmi les milliards de faits qui constituent l’histoire de l’humanité, un seul fait, que les juifs appellent « Holocauste » ou « Shoah », ne puisse être contesté sous peine de prison, d’amendes, de dommages-intérêts, de publications judiciaires forcées, d’interdiction professionnelle, etc. Il y a là un privilège exorbitant et nous réclamons l’abolition de ce privilège.

Voilà un objectif simple, clair, limité.

Pour moi, le révisionnisme n’est pas et ne doit pas être affaire d’idéologie ; il est une affaire de méthode pour atteindre à la plus grande exactitude possible.

C’est à l’exactitude historique que j’aspire et donc à la suppression de tout ce qui entrave la libre recherche de cette exactitude.

Tous mes vœux vous accompagnent.

[Professeur Robert FAURISSON, 10, Rue de Normandie, 03200 VICHY

20 octobre 2003

Les nasiques


[Réponse à un correspondant qui m'avait envoyé un ensemble d'articles signés de divers intellectuels, dont Alain Finkielkraut, en train de se quereller sur un sujet d'actualité cher à leurs cœurs de juifs]



Je vous remercie de vos envois, dont certains m'étaient déjà connus. Laissez-moi vous dire cependant que je ne lis ce pilpoul que d'un derrière distrait.



Tous ces juifs-là, de gauche, de droite ou d'ailleurs, me font penser à ces cercopithèques qu'on appelle nasiques. Les nasiques sont dotés d'une protubérance nasale particulièrement disgracieuse, tombante, rouge et violacée. Leur postérieur est de mêmes couleurs. Ces singes et guenons devraient avoir à coeur de ne pas exposer de tels attributs. Eh bien, dans nos zoos, ils en font ostentation. Ils passent leur temps, au milieu de cris stridents et de chamailleries sans fin, à se disputer l'attention des passants. C'est franchement curieux, cette frénésie à occuper la scène et l'avant-scène. Est-ce à dire qu'ils attendent qu'on leur lance des cacahuètes ? Pas sûr. Ce pourrait être, fondamentalement, de l'exhibitionnisme invétéré. La cacahuète ("Toujours plus de cacahuètes !"), ne me semble venir qu'en surplus.



Vous comprenez, n'est-ce pas, qu'à ces juifs-là comme aux nasiques, je ne veux pas le moindre mal. Et j'espère n'être pas traité d'anti-nasique, d'anti-juif, d'antisémite ou de nazi parce qu'à mon gré ils ne sont pas beaux à voir, pas beaux à entendre.


Bien à vous.


20 octobre 2003

Sunday, October 12, 2003

Treblinka: An Exceptional Guide


In some conference presentations, in a video and in my correspondence, I have happened to bring up, in regard to Treblinka, the testimony of Marian Olszuk but, absorbed in the ordeal of the revisionist struggle, I have, over the last fifteen years, always put off till later the drafting of a text on my encounter with this exceptional Polish witness. My text would, more generally, also have dealt with the journey that, in 1988, led me first to Treblinka-Malkinia in Communist Poland, then to Oranienburg-Sachsenhausen and Ravensbrück in Communist Germany. Ernst Zündel kept a set of seven videos on my visits to those three camps. I am unaware whether the tapes were destroyed by the 1995 arson attack that left his big house in Toronto devastated. He is today in a high security prison and I shall not now inquire of him on such a matter. As concerns Treblinka, I still have in my possession thirty or so photographs that bear witness to my investigation at that shrine of the “Shoah”.
Two men accompanied me in this on-the-spot investigation in June and July of 1988: the German Tjudar Rudolph and the young Canadian Eugen Ernst. The former was kind enough to serve as interpreter and draughtsman, while the latter was our cameraman and photographer. I express my thanks to them here for their dedication, competence and also their spirit of sacrifice in an adventure that was to prove difficult, with exhausting days of work, bad accommodation and some troubles brought on by the Polish Communist authorities. I also thank my friend Ernst Zündel for having covered our travel and accommodation expenses.

My investigation method

My normal investigation method consists first in assembling as much documentation as possible on a given subject, then to get away from the writings or records so dear to those whom I call “paper historians” and, finally, go to the place of inspection. There, after a prolonged examination of the site, I look for witnesses. My questioning is, in general, direct and insistent; in any case it conveys not a hint of shyness. Witnesses of all ages, stations in life and sides in an issue may interest me, but experience has taught that, in this sort of investigation, one is best advised to set about finding witnesses as non-intellectual as possible and who, at the time of the events, were aged no more than twenty.
It must be said that the 1988 mission was hardly my first of this kind. In the sixties I had already acquired the experience of a delicate, even dangerous, inspection into the summary executions carried out in the summer of 1944 by the “resistance fighters” or “terrorists” in a very limited area of the French département of Charente (between the cities of Angoulême and Limoges). I had questioned communists and non-communists on episodes that they preferred to keep hidden. In the seventies, I had conducted other difficult investigations as well that had led me, as Montaigne wrote, to “rub and grind [my] brain against another’s” and to discard any form of shyness. I especially think that in those years I was at a school that taught me to sense the value of a witness and his testimony. From this standpoint I was to encounter, during my investigation of Treblinka in 1988, a witness of exceptional quality.
An exceptional witness: Marian Olszuk
At Treblinka, it was my good fortune to find an exceptional witness and indeed guide in the person of Marian Olszuk. 63 years old, he was born just nearby in Wolka Okraglia. At the period in which we are interested here, that is, 1942-1943, he was aged 17 and 18. One could hardly imagine finding a man who had lived closer to the two Treblinka camps. From December 1941 to July 1944, Treblinka I, located quite close to a gravel quarry that supplied Warsaw, had served as a prison camp mainly for Poles, Jewish or non-Jewish, found guilty of breaking the occupying forces’ laws. From 23 July 1942 to 14 October 1944, Treblinka II was a camp reserved for Jews, mainly Jews from Warsaw; legend was to make of it – in the Allies’ jargon – an “extermination camp”, the extermination being that of at least 870,000 Jews, extending over approximately nine months (from late July 1942 to April 1943, according to the Encyclopedia of the Holocaust). One of a family of eight children, Marian Olszuk worked every day in the quarry with other Poles who were more or less free to come and go as they liked alongside prisoners watched over either by German soldiers armed with pistols or by Ukrainian guards with carbines. His father was a lumberjack. In the evenings, the young man returned to the family farm, which lay a mile and a quarter north of Treblinka II. Often he would go to the plot owned by his father 300 metres from the barbed wire of the “extermination camp’s” eastern perimeter. The soil was poor, and they grew rye and lupin. Passing by the foot of a watchtower, the young Marian would sometimes strike up a conversation with the sentries who, companionable enough, would now and then toss him a cigarette from on high. The camp covered only between 13 and 14 hectares (compared with the 388 hectares of the camp at Oranienburg-Sachsenhausen to the north of Berlin!). In 1942-1943, the space taken up by the “extermination camp” was practically devoid of trees or large shrubbery and, consequently, the neighbouring farm folk and passers-by could easily observe, through the barbed-wire fence, the prisoners and the guards as well as the various buildings of a camp that today is claimed to have been ultra-secret. From the point of view of an onlooker facing the entrance to the camp, the Olszuk family farm was located a mile and a quarter to the left whilst their plot lay, to the immediate right, 300 metres from the camp’s eastern limit. Thus Marian Olszuk passed close by the “extermination camp” every day that he went to work at the quarry, and, when he worked on the family plot, he was also right near the said “extermination camp”.
There was of course no question of the young man’s entering the camp area, but people gathered in crowds every day at the gate, openly engaging in barter and black market dealing. Traffickers came from Warsaw to sell goods to the Ukrainian guards who, in turn, would do business with the Jewish prisoners to whom they sold food, including, for those very Jews, ham and sausages, which, at the period, were a luxury. The existence of the two camps at Treblinka was of common knowledge and the Jewish inmates, on the whole, seemed not to be without money, gold, or jewellery.
Had Marian Olszuk ever noticed signs of homicidal activities on the part of the Germans in this “extermination camp”? The answer was no. Once he had seen a big fire blazing within but it was a mound of old clothing, about four metres high, in flames. Never had he seen any corpses burning. Still, he had heard several times, at night, the cries and wailings of women and children that reached his farm. Now and then, a ghastly stench emanated from the camp. Had our witness heard talk of gas chambers? Yes, he had met a Russian who told him that the Germans used “a mobile gas chamber on rails” (sic). It was near Treblinka I that the Germans executed the condemned by firing squad. In his movements about, the young worker-farmer often happened upon Jews who were housed in the Treblinka II camp; these Jews worked at various tasks in the woods, overseen by Ukrainian guards who, for their part, often deserted. The food was appalling. His own work consisted, eight hours a day, in loading by shovel small trucks (or wagons?) with sand or gravel. In the winter cold the work was particularly hard going. Personally he had never seen a Jew killed. One day, his father had given clothes to a Jew who had escaped from the camp. Convoys of Jews arrived every day. When he was finally called up for work in Prussia, Marian fled, finding refuge in Warsaw, and returned to the farm only after the camps had been shut down. He recalled that common graves were uncovered, and gold and rubies found amongst the human remains.
Most staggering is that upon the “liberation” of Poland and after the war no administrative or police authority had questioned him about what had taken place at Treblinka. There had been commissions of inquiry, whose extravagant reports, worthy in all respects of the Soviet report on Katyn (USSR-008), are known, but none of those commissions had asked the Olszuks to testify. Still in 1988, the official camp guide, Marja Pisarek, coldly asserted “No one in the vicinity will talk to you.” But Marian Olszuk, as is clear, was to talk to us at length and, unlike another Polish witness, clear-headedly.
The False Dimensions of the “Extermination Camp”
An incident would occur during our inquiry. I had insisted that our little team should bring along a surveyor’s chain and we spent quite some time taking the measurements of the two camps. On the second day of our acquaintance, Marian Olszuk, well turned-out for the occasion, had agreed to show us on the spot the “extermination camp’s” real dimensions. Video camera whirring, we were able to accompany him from one end to the other. I believe I may rightly say that simply by watching his movements we discovered in our witness the true son of the soil who, more than forty years on, was remembering before our eyes every detail of the terrain. Trees and bushes had grown where formerly the land was practically bare, and, at times, when he came upon a tree, the question arose for him whether the camp’s boundary ran to the left or right of it. It was impressive to observe the weathered farmer stop, reflect and make his decision. The video has recorded those moments. It was in the course of this walk that our man gave us a revelation: the camp had in reality been of a smaller size than what the tourists were told; in effect, after the war, in 1947, the authorities had bought the abutting parcels of several small holders in order to enlarge the “extermination camp”. The first family to be thus expropriated had been that of Franciszek Pawlowski and the second, the Olszuks who, for their part, had only had to part with an area of 2,500 square metres. In the attached drawing, made by Tjudor Rudolph with what means were to hand, a difference in area will be noted between the real camp of 1942-1943, covering about 14 hectares, and the 1988 camp for tourists, about 23 hectares. At the end of this visit of the grounds, Marian Olszuk had taken leave of us and, for our part, we had resumed our labours of measuring when suddenly there drew up on a moped the deputy curator of the Treblinka museum. Upon noticing our presence he had become irate, telling us that never in all his life had he seen such doings as ours. I weighed his anger and pointed out that it was precisely the better to gauge what the prisoners of Treblinka had endured that it seemed necessary to us to measure the dimensions of the camp itself. Suddenly calm and smiling, Tadeusz Kiryluk was ready to declare: “At bottom it’s precisely people like you that we need!” We were to become nearly as good as friends with him and his superior, curator Wincenty Trebicky, who were indeed glad to give us an interview, which was recorded on video. Still, their bureaucratic talk differed completely from the testimony, so plainly the fruit of real experience, of the worker and farmer Marian Olszuk. Vague, stereotypical and marked by a perfectly hollow intellectuality, their words came straight from the regular orthodox literature. The two functionaries’ accounts took on an unintentional burlesque aspect: by itself, the very setting in which they spoke, the “extermination camp” of such modest dimensions, inflicted a rebuff on the aberrations of the official argument that they were spouting forth, according to which, for instance, the Germans had killed, in the space of nine months, about 870,000 persons there, burying the bodies on the spot (W. Trebicky, for his part, fancied the quite greater number of 1,500,000 victims!).
It was our intention to go back and see Marian Olszuk a third time for we still had a whole battery of questions to put to him. Unhappily there was henceforth the risk of compromising him. The communist police, indubitably informed of our activity, might now at any moment take him in for interrogation. Regretfully we decided to meet no more with this guide who was both providential and unexpected.
It must be said that, on the previous day, Tjudor Rudolph, Eugen Ernst and I had had to do with the police, who held us for an hour’s questioning in a room at the railway station of nearby Malkinia. We had in effect been reported for filming the station and some carriages, comparable in every way to the goods carriages of the last war. But there, although unable to see Marian Olszuk again, I was to find the trail of a rare bird: the famous locomotive driver filmed by Claude Lanzmann in Shoah.
The locomotive driver’s spontaneous admission
One of Claude Lanzmann’s most prominent witnesses was none other than Henryk Gawkowski, seen in the film Shoah dressed in his driver’s uniform, wearing a cap and driving an engine as at the time when he transported convoys of Jews from Warsaw to Malkinia, then to Treblinka. In a re-enactment scene, he leans out of the cabin door and, running a finger across his throat, he directs that gesture towards the space formerly occupied by the Jews as a sign that they were about to be killed (transcripts of the dialogue and descriptions of the play-acting can be found in Lanzmann’s book Shoah, with a preface by Simone de Beauvoir, Paris, Fayard, 1985, p. 47-49).
I came upon our man in Malkinia, where he was born in 1922. In the mornings, our question and answer sessions went smoothly enough but, in the afternoons, under the influence of drink, H. Gawkowski became an endless talker and proved incapable of replying to the queries. He went on about everything as if he had seen it all. He did not recall Lanzmann’s name but perhaps the latter, by force of habit, had introduced himself under some assumed name, arrogating academic titles to boot (Ecrits révisionnistes (1974-1978), 1999, II, p. 746). On the other hand, he did not fail to speak with fond remembrance of the film’s director, a Frenchman as he let us know, who had supplied him with such fine “Spanish wines”.
By chance, one morning while he was reciting stories that he had plainly read and not lived, I interrupted him to put, point-blank, a question that would topple the whole edifice of his boastings and regurgitations of what he had taught himself. I asked him: “But then, were you aware of leading all those Jews to their death, day after day, and over a period of nearly fifteen months?” The reply burst forth: “No, of course not!” I asked him at what moment he had become aware. Answer: “After the war.” In other words, to take up the American revisionist Arthur Robert Butz’s parable, H. Gawkowski was of the cohort of those who, at the time, had not seen “the elephant”. He had neither seen it nor heard it trumpet but, a good while later, had become convinced that, in this particular corner of Poland, a monstrous pachyderm had, for nearly fifteen months, secretly haunted the environs, spreading terror as it went. Enough to make one think that “the elephant” was magical, unless it were only a mirage!
The “Extermination Camp” was indeed a Transit Camp
In order to realise that the alleged gas chambers of Auschwitz cannot have existed, it suffices to see the quite real gas chamber of an American penitentiary. In order to grasp that the purported rates of operation of the Auschwitz crematory ovens are fictitious, it suffices to inform oneself of the rates of operation, quite real, of the crematory ovens in use nowadays. In order to see for oneself that the story attributed to Anne Frank is riddled with physical impossibilities, it suffices to visit, eyes open, the “Anne Frank House” in Amsterdam. In a like manner, in order to gauge the extent to which the prodigious secret exterminations and inhumations of Jews at Treblinka are but a lie, it suffices to cover on foot today the quadrilateral once formed by the camp and to note its modest proportions (about 248 metres by 372 metres by 468 metres by 472 metres).
The revisionists can obviously amass a hundred other arguments, go over the “testimonies”, the “admissions”, the “confessions”, the trials and the books in which, at every moment, for a reader with a bit of alertness, the Jewish accusations concerning the Treblinka camp show themselves to be illusory and false. Amusement may be found in the fact that, already at the Nuremberg trial, in 1946, the presiding judge, assisted by the Soviet prosecutor, quickly moved to prevent witness Samuel Rajzman from producing evidence supposedly showing a diagram of Treblinka; it must be said that, at the time, that particular Jew spoke of a “gas chamber” (in the singular) and of a “crematory oven” located in a place where it is admitted that there never was a crematory oven and where, according to a document that, in the International Military Tribunal’s view, stated “facts of common knowledge”, there had been only “steam chambers”, and neither one nor more than one “gas chamber” (IMG, VII, p. 357 and document PS-3311). It may be remembered that the German Kurt Franz, by virtue of whose apparent confessions the argument of gassings at Treblinka was effectively strengthened, ended up writing quite plainly: “I had nothing to do with the gassings of Jews either at Treblinka or elsewhere (Ecrits révisionnistes, op. cit., II, p. 753-755). It would be entertaining to reproduce, side by side, the Jewish or Communist diagrams of Treblinka II and demonstrate that, with regard to the purported extermination buildings, they are all remarkably vague and, besides, incompatible with one another.
But personally I prefer to spare my readers the repertory of my heaps of files, particularly on Treblinka, giving them, in the present circumstances, only the account of this visit of the camp in the company of a first-rate guide: the Pole Marian Olszuk.
When in 2000 Jürgen Graf asked me for advice in preparing his own visit to Treblinka with his friend Carlo Mattogno, I suggested that he come consult my documents on the subject and asked him to get in touch, once at Treblinka, with Marian Olszuk. I sent him some photographs attesting to my encounter with the latter. Unfortunately J. Graf was unable to come to France and, on location at Treblinka, he did not question the best of all possible witnesses and guides. I regret this all the more as he might have put to Marian Olszuk the questions still remaining from the time of my visit. I am perfectly sure that Marian Olszuk’s replies would have been of precious help to J. Graf and C. Mattogno in the writing of their joint work Treblinka, Vernichtungslager oder Durchgangslager?, published in 2002 by Castle Hill Publishers (Hastings, UK).
In any event, the case is settled and, as their book and a hundred items of evidence show, Treblinka II can never have been anything but an ordinary and modest Durchgangslager, that is, a transit camp for Jews headed for Majdanek, Auschwitz, or other concentration and labour camps at points south or east.
The crude lie of Treblinka ought therefore to join, in the dustbins of history, the enormous lie of Auschwitz.
Enclosures (for editor): 1. Photographs 2. Diagram of Treblinka II, drawn by Tjudar Rudolph after Marian Olszuk’s testimony: the camp’s true area was about 14 hectares; a few years after the war, that area was fallaciously increased to about 23 hectares.
It is interesting to note that the Encyclopaedia Judaica, whose first edition dates from the late sixties, honestly indicates an area of 13 hectares whereas the Encyclopedia [sic] of the Holocaust, published in 1990, speaks dishonestly of a rectangle of 400 by 600 metres, i.e. 24 hectares. One must be aware that, as is generally agreed, a rather sizeable part of the camp was occupied by administrative buildings, barracks for the Ukrainian and German guards, an infirmary, storehouses and workshops whilst a whole other sector housed male and female Jewish workers employed as tailors, cobblers and carpenters, or else assigned to the linen room or the cookhouses. All that would have left so much the less space for the extermination and inhumation of at least 870,000 Jews in the space of nine months (late July 1942 — April 1943). On the vague, fanciful and cacophonous “diagrams” that various Jewish “witnesses” have drawn for us, it may be noted that the area remaining for the handling of corpses can hardly, in all likelihood, have exceeded one or two hectares. In other words, in a space equal to that of one or two soccer fields, the following fourfold procedure is alleged to have been carried out with 870,000 corpses: burial in ditches, then, “to conceal the crime”, disinterment followed by incineration on rails and, finally, covering over of the ashes and bones in the same ditches! To cap it all, we are told to believe that so prodigious a slaughter was perpetrated with one, and only one, diesel engine carefully maladjusted to emit an abnormal amount of carbon monoxide! The revisionists have dealt sufficiently with this technical absurdity for us to refrain from going into it here.

12 October 2003

Treblinka : un guide exceptionnel

Dans quelques conférences, dans une vidéo et dans ma correspondance, il m’est arrivé d’évoquer, à propos de Treblinka, le témoignage de Marian Olszuk mais, pris dans la tourmente du combat révisionniste, j’ai, pendant quinze ans, toujours remis à plus tard la rédaction d’un texte qui aurait porté sur ma rencontre avec cet exceptionnel témoin polonais. Mon texte aurait aussi porté, d’une manière plus générale, sur le périple qui, en 1988, m’a conduit d’abord, en Pologne communiste, à Treblinka-Malkinia, puis, en Allemagne communiste, à Oranienburg-Sachsenhausen et à Ravensbrück. Ernst Zündel a détenu un ensemble de sept vidéos sur ma visite de ces trois camps. J’ignore si ces vidéos ont été détruites en 1995 par l’incendie criminel qui a dévasté sa vaste demeure de Toronto. E. Zündel est aujourd’hui en prison de haute sécurité et je ne lui poserai donc pas de question sur un tel sujet. En ce qui concerne Treblinka, j’ai encore en ma possession une trentaine de photographies qui témoignent de mon enquête sur ce haut lieu de la «Shoah».

Deux personnes m’ont accompagné dans cette enquête in situ de juin-juillet 1988: l’Allemand Tjudar Rudolph et le jeune Canadien Eugen Ernst. Tandis que le premier a bien voulu me servir d’interprète et de dessinateur, le second a été notre cameraman et photographe. Je leur exprime ici ma reconnaissance pour leur dévouement, pour leur compétence et aussi pour leur esprit d’abnégation dans une aventure qui allait se révéler difficile, avec des journées de travail exténuantes, de mauvaises conditions d’hébergement et quelques ennuis suscités par les autorités communistes polonaises. Je remercie également mon ami E. Zündel d’avoir pourvu à nos frais de déplacement et d’hébergement.

Ma méthode d’investigation

Ma méthode habituelle d’investigation consiste d’abord à rassembler le plus de documentation possible sur un sujet donné, puis à m’extraire des écritures ou des archives chères à ceux que j’appelle «les historiens de papier» et, enfin, à me rendre sur le lieu de l’enquête. Là, après un examen prolongé du site, je recherche des témoins. Ces témoins, je les veux aussi proches que possible du lieu que j’ai examiné. Mon interrogatoire est, en général, direct et pressant; en tout cas, il n’est marqué d’aucune timidité. Des témoins de tous âges, de toutes conditions, de tous partis peuvent m’intéresser, mais l’expérience m’a enseigné que, dans ce type d’enquêtes, mieux vaut jeter son dévolu sur des témoins aussi peu intellectuels que possible et qui, à l’âge des faits, n’avaient pas plus de vingt ans.

Il faut dire qu’en 1988 je n’en étais pas à ma première enquête. Déjà, dans les années soixante, j’avais acquis l’expérience d’une investigation, délicate sinon dangereuse, sur les exécutions sommaires perpétrées durant l’été 1944 par les «résistants» ou «terroristes» dans un secteur limité de la Charente limousine (entre Angoulême et Limoges). J’avais interrogé des com­munistes et des non-communistes sur des épisodes qu’ils préféraient tenir cachés. Dans les années soixante-dix, j’avais également mené d’autres enquêtes difficiles qui m’avaient conduit, ainsi que l’écrit Montaigne, à «frotter et limer [ma] cervelle contre la cervelle d’autrui» et à quitter toute forme de timidité. Surtout, je pense avoir été, dans ces années-là, à une école qui m’a appris à détecter la valeur du témoin et de son témoignage. De ce point de vue, j’allais rencontrer, en 1988, lors de mon enquête sur Treblinka, un témoin d’une exceptionnelle qualité.

Un témoin d’exception: Marian Olszuk

A Treblinka, ma chance a été de découvrir un témoin et même un guide exceptionnel en la personne de Marian Olszuk. Agé de 63 ans, il était né, tout près de là, à Wolka Okraglia. A l’époque des faits qui nous intéressent ici, c’est-à-dire en 1942-1943, il avait 17 et 18 ans. On ne pouvait guère imaginer un homme qui eût été plus proche des deux camps de Treblinka. De décembre 1941 à juillet 1944, Treblinka I, tout proche d’une gravière fournissant la ville de Varsovie, avait servi de camp pénitentiaire principalement à l’usage de Polonais, juifs ou non juifs, coupables d’infractions aux lois de l’occupant. Du 23 juillet 1942 au 14 octobre 1944, Treblinka II avait été un camp réservé aux juifs, principalement aux juifs en provenance de Varsovie; la légende allait en faire – dans le jargon des Alliés – un «camp d’extermination», cette extermination d’au moins 870 000 juifs s’étant étendue sur une durée d’environ neuf mois (de la fin de juillet 1942 au mois d’avril 1943, d’après l’Encyclopedia of the Holocaust). Membre d’une famille de huit enfants, Marian Olszuk travaillait tous les jours à la gravière avec d’autres Polonais relativement libres de leurs mouvements ou avec des prisonniers que surveillaient soit des soldats allemands armés de pistolets, soit des gardes ukrainiens munis de carabines. Son père était bûcheron. Le soir, le jeune homme revenait à la ferme familiale, située, par la route, à deux kilomètres au nord de Treblinka II. Souvent il se rendait à la pièce de terre que son père possédait à 300 mètres de l’enclos de fil de fer barbelé qui délimitait, à l’est, le «camp d’extermination». La terre étant pauvre, on y cultivait le seigle et le lupin. Passant au pied d’une tour de guet, il arrivait au jeune Marian d’engager la conversation avec les sentinelles. Peu farouches, ces dernières lui jetaient parfois des cigarettes du haut de la tour. Le camp n’occupait qu’environ 13 ou 14 hectares (à comparer avec les 388 hectares du camp d’Oranienburg-Sachsenhausen situé au nord de Berlin!). En 1942-1943, l’espace occupé par le «camp d’extermination» était à peu près dépourvu d’arbres ou de gros buissons et, par conséquent, les paysans du coin ou les promeneurs pouvaient à loisir, à travers les barbelés, contempler aussi bien les prisonniers et les gardes que les différents bâtiments d’un camp qu’on prétend aujourd’hui avoir été ultra-secret. Quand on faisait face à l’entrée du camp, la ferme de la famille Olszuk se situait à deux kilomètres à gauche tandis que leur pièce de terre se trouvait, tout de suite à droite, à trois cents mètres de la limite orientale. Marian Olszuk passait donc à proximité du «camp d’extermination» tous les jours où il allait travailler à la gravière, et, quand il travaillait à la pièce de terre familiale, il était également tout près dudit «camp d’extermination».

Il n’était évidemment pas question pour le jeune homme de pénétrer dans l’enceinte du camp, mais, à l’entrée, chaque jour, des gens se pressaient en foule qui, ostensiblement, pratiquaient troc et marché noir. Des trafiquants venaient de Varsovie pour vendre de la marchandise aux gardes ukrainiens qui, à leur tour, traitaient avec les prisonniers juifs auxquels ils vendaient de la nourriture, y compris, pour ces juifs mêmes, jambons et saucisses, ce qui, à l’époque, constituait un luxe. L’existence des deux camps de Treblinka était de notoriété publique et les détenus juifs passaient, dans l’ensemble, pour ne manquer ni d’argent, ni d’or, ni de bijoux.

Dans ce «camp d’extermination», Marian Olszuk avait-il jamais relevé les signes d’une activité criminelle de la part des Allemands? La réponse était non. Une fois, il avait observé un grand feu dans le camp mais il s’agissait d’un feu de vêtements formant une masse de près de quatre mètres de hauteur. Jamais il n’avait vu brûler de cadavres. Cependant, à plusieurs reprises, il avait entendu, pendant la nuit, des cris et des lamentations de femmes et d’enfants qui parvenaient jusqu’à la ferme. Parfois, le camp dégageait d’immondes puanteurs. Notre témoin avait-il entendu parler de chambres à gaz? Oui, il avait rencontré un Russe qui lui avait dit que les Allemands utilisaient «une chambre à gaz mobile montée sur rails» (sic). C’est près de Treblinka I que les Allemands fusillaient les condamnés à mort. Dans ses déplacements, il arrivait fréquemment au jeune ouvrier-paysan de croiser des juifs logés dans le camp de Treblinka II; ces juifs vaquaient à divers travaux dans les bois sous la surveillance de gardes ukrainiens qui, d’ailleurs, souvent désertaient. La nourriture était exécrable. Son propre travail consistait, pendant huit heures par jour, à charger à la pelle des wagonnets (ou des wagons?) de sable ou de gravier. En hiver, le froid rendait le travail particulièrement pénible. Personnellement, il n’avait jamais vu tuer un juif. Un jour, son père avait fourni des vêtements à un juif qui s’était échappé du camp. Il arrivait des convois de juifs tous les jours. Finalement mobilisé pour aller travailler en Prusse, Marian avait pris la fuite, s’était réfugié à Varsovie et n’était revenu à la ferme qu’après la fermeture des camps. Il se souvenait qu’on avait alors ouvert des charniers contenant des restes humains, de l’or et des rubis.

Le plus stupéfiant est qu’à la libération et après la guerre aucune commission d’enquête, aucune autorité administrative ou de police ne l’avait interrogé sur les événements survenus à Treblinka. Il y avait eu des commissions d’enquête, dont sont connus les extravagants rapports, dignes en tout point du rapport soviétique sur Katyn (URSS-008), mais aucune de ces commissions n’avait auditionné la famille Olszuk. Encore en 1988, la guide officielle du camp, Maria Pisarek, nous affirmait froidement: «Personne dans les environs ne vous parlera». Or Marian Olszuk allait, comme on le voit, nous parler longuement et, à la différence d’un autre témoin polonais, sobrement.

Les fausses dimensions du «camp d’extermination»

Lors de notre enquête, un incident allait se produire. J’avais insisté pour que notre petite équipe se munisse d’une chaîne d’arpenteur et nous passions de longs moments à prendre les dimensions des deux camps. Le deuxième jour de notre rencontre, Marian Olszuk, endimanché pour l’occasion, avait accepté de nous montrer sur place les véritables dimensions du «camp d’extermination». Vidéo en action, nous avions pu l’accompagner de bout en bout. Je crois pouvoir dire qu’à simplement observer ses déplacements nous découvrions dans notre témoin le vrai paysan qui, à plus de quarante ans de distance, se remémorait devant nous chaque détail du terrain. Arbres et buissons avaient poussé là où autrefois la terre était à peu près nue. Aussi, parfois, quand il rencontrait un arbre, la question se posait pour Marian Olszuk de savoir si la limite du camp passait à droite ou à gauche de cet arbre. Il fallait alors voir l’invétéré paysan s’arrêter, réfléchir et prendre sa décision. La vidéo a fixé ces moments-là. C’est lors de cette marche que notre homme nous avait fait une révélation: le camp avait été, en réalité, de dimensions plus réduites qu’on ne le disait aujourd’hui aux touristes; en effet, après la guerre, en 1947, les autorités avaient racheté à plusieurs propriétaires leurs pièces de terre respectives afin d’en agrandir le «camp d’extermination». Une première famille ainsi expropriée avait été celle de Franciszek Pawlowki et la seconde, celle des Olszuk qui, pour leur part, n’avaient eu à concéder qu’une pièce de 2 500 m2. Sur le dessin ci-joint, dressé par Tjudar Rudolph avec les moyens du bord, on notera la différence de superficie entre le camp réel de 1942-1943, soit environ 14 hectares, et le camp pour touristes de 1988, soit environ 23 hectares. Au terme de cette visite des lieux, Marian Olszuk avait pris congé de nous et, pour notre part, nous nous étions remis à notre besogne d’arpentage quand soudain avait surgi, à vélomoteur, le directeur-adjoint du musée de Treblinka. Nous apercevant, il était entré dans une vive colère, nous déclarant que jamais de sa vie il n’avait vu pareille opération. J’apaisais son ire en lui faisant valoir que, précisément pour mieux mesurer ce qu’avaient enduré les prisonniers de Treblinka, il nous avait paru nécessaire de mesurer les dimensions du camp lui-même. Soudain calmé et souriant, Tadeusz Kiryluk voulait bien nous déclarer: «Au fond, c’est précisément de gens comme vous que nous avons besoin!» De lui et de son supérieur, Wincenty Trebicky, directeur du musée, nous allions nous faire presque des amis, tout heureux de nous accorder une interview enregistrée et filmée. Cependant, leurs propos de bureaucrates différaient totalement du témoignage si manifestement vécu de l’ouvrier et paysan Marian Olszuk. Vagues, stéréotypés et empreints d’une intellectualité parfaitement creuse, ces propos sortaient tout droit de la littérature orthodoxe en cours. Les récits des deux fonctionnaires revêtaient un aspect involontairement burlesque: à lui seul, le cadre dans lequel ils s’exprimaient avec, par exemple, les dimensions si modestes du «camp d’extermination» infligeait un démenti aux aberrations de la thèse officielle qu’ils nous débitaient et selon laquelle, par exemple, les Allemands avaient tué là et enterré sur place, en l’espace de neuf mois, environ 870 000 personnes (W. Trebicky, pour sa part, en tenait pour le nombre, bien supérieur, de 1 500 000 victimes!).

Notre intention était de revenir voir Marian Olszuk pour la troisième fois car il nous restait toute une batterie de questions à lui poser. Malheureusement nous risquions désormais de le compromettre. La police communiste, forcément mise au courant de notre activité, pouvait désormais, à tout instant, l’interpeller et le soumettre à un interrogatoire. A notre grand regret, nous décidions de ne plus rencontrer ce guide aussi providentiel qu’inattendu.

Il faut dire que, la veille, Tjudar Rudolph, Eugen Ernst et moi-même, nous avions eu maille à partir avec la police, qui nous avait retenus pendant une heure, pour interrogatoire, dans un local de la gare, toute proche, de Malkinia. Nous avions, en effet, été dénoncés pour avoir été vus en train de filmer la gare et quelques wagons, comparables en tout point aux wagons de marchandise de la dernière guerre. Mais, à défaut de revoir Marian Olszuk, j’allais retrouver la trace d’un rare oiseau: le fameux chauffeur de locomotive filmé par Claude Lanzmann dans Shoah.

L’aveu spontané du chauffeur de locomotive

L’un des plus importants témoins de Claude Lanzmann n’était autre que Henryk Gawkowski, qu’on voit dans le film Shoah,revêtu de sa tenue de chauffeur, coiffé d’une casquette et conduisant une locomotive comme au temps où il transportait des convois de juifs de Varsovie à Malkinia, puis à Treblinka. Dans une scène de reconstitution, il se penche à la portière de la locomotive et, se passant le doigt sur la gorge, il fait en direction des juifs un geste qui signifie qu’on va leur couper le cou (pour la transcription des dialogues et l’indication des jeux de scène, on consultera Claude Lanzmann, Shoah, préface de Simone de Beauvoir, Fayard, 1985, p. 47-49).

Je retrouvais notre homme à Malkinia, où il était né en 1922. Les matins, l’interrogatoire se déroulait sans trop d’encombre mais, les après-midi, sous l’effet de la boisson, H. Gawkowski devenait intarissable et se révélait incapable de répondre aux questions posées. Il dissertait de tout comme s’il avait tout vu. Il ne se souvenait pas du nom de Lanzmann mais peut-être ce dernier, cédant à son habitude, s’était-il présenté à lui sous un nom d’emprunt et s’était-il, en outre, paré de titres universitaires usurpés (Ecrits révisionnistes (1974-1998), 1999, II, p. 746). En revanche, H. Gawkowski ne manquait pas d’évoquer avec émotion le responsable du film, un Français, nous confiait-il, qui lui avait fourni de si bons «vins espagnols» (sic, probablement pour: «vins français»).

Par chance, un matin, alors qu’il nous récitait des histoires manifestement lues et non vécues, je l’avais interrompu pour lui poser à brûle-pourpoint une question qui allait faire s’écrouler l’édifice de ses hâbleries ainsi que de ses régurgitations d’autodidacte. Je lui demandais: «Mais alors, vous avez eu conscience d’amener ainsi à leur mort tous ces juifs, jour après jour, et cela pendant près de quinze mois?» La réponse allait fuser: «Non, bien sûr que non!» Je lui demandais à quel moment il en avait pris conscience. Réponse: «Après la guerre». Autrement dit, pour reprendre l’apologue du révisionniste américain Arthur Robert Butz, H. Gawkowski faisait partie de la cohorte de ceux qui, sur le moment, n’avaient pas vu «l’éléphant». Il ne l’avait ni vu ni entendu barrir mais, bien plus tard, il avait acquis la conviction que, dans ce coin particulier de Pologne, un monstrueux pachyderme avait, pendant près de quinze mois, secrètement hanté les lieux, semant la terreur sur son passage. A croire que «l’éléphant» était magique, à moins qu’il n’eût été un mirage!

Le «camp d’extermination» était bien un camp de transit

Pour se rendre compte que les prétendues chambres à gaz d’Auschwitz n’ont pas pu exister, il suffit de voir la chambre à gaz, bien réelle, celle-là, d’un pénitencier américain. Pour comprendre que les prétendus rendements attribués aux fours crématoires d’Auschwitz sont fictifs, il suffit de s’informer sur les rendements, bien réels, ceux-là, des fours crématoires qui sont en usage aujourd’hui. Pour constater de visu que l’histoire attribuée à Anne Frank fourmille d’impossibilités physiques, il suffit de visiter, les yeux ouverts, la «Maison Anne Frank» à Amsterdam. De la même façon, pour mesurer à quel point les prodigieuses exterminations et inhumations secrètes de juifs à Treblinka ne sont qu’un mensonge, il suffit de parcourir aujourd’hui le quadrilatère formé par le camp et d’en noter les modestes proportions (environ 248m x 372m x 468m x 472m).

Les révisionnistes peuvent évidemment accumuler cent autres arguments, passer en revue les «témoignages», les «aveux», les «confessions», les procès et les livres où, à chaque instant, pour un lecteur tant soit peu attentif, les accusations juives concernant ce camp se révèlent illusoires et fausses. On peut se divertir à constater que, déjà au procès de Nuremberg, en 1946, le président du tribunal, aidé du procureur soviétique, se précipitait pour empêcher le témoin Samuel Rajzman de déposer une pièce censée représenter le plan de Treblinka; il faut dire qu’à l’époque ce juif parlait de «chambre à gaz» (au singulier) et de «four crématoire» là où il est admis qu’il n’y a jamais eu de four crématoire et là où, selon un document ayant, pour le tribunal, valeur de «preuve authentique», il y avait eu des «chambres à vapeur» et non pas une ou des «chambres à gaz» (IMG, VII, p. 357 et document PS-3311). On peut rappeler que l’Allemand Kurt Franz, sur les apparentes confessions duquel on se fondait pour renforcer la thèse des gazages de Treblinka, avait fini par écrire en toutes lettres: «Je n’ai rien eu à faire avec les gazages de juifs ni à Treblinka ni ailleurs» (Ecrits révisionnistes, op. cit., II, p. 753-755). On peut s’amuser à reproduire côte à côte des plans juifs ou communistes de Treblinka II et démontrer que tous sont, en ce qui concerne les bâtiments d’extermination, remarquablement vagues et, en outre, incompatibles entre eux. Et ainsi de suite.

Mais personnellement, je préfère épargner à mes lecteurs la masse de mes dossiers, en particulier sur Treblinka, pour ne leur proposer, en la présente circonstance, que cette visite du camp en la compagnie d’un guide de premier choix: le Polonais Marian Olszuk.

Quand, en 2000, Jürgen Graf m’a demandé conseil pour la préparation de sa visite de Treblinka avec son ami Carlo Mattogno, je lui ai proposé de venir consulter mes documents sur le sujet et je lui ai demandé de prendre contact, une fois rendu à Treblinka, avec Marian Olszuk. Je lui ai envoyé des photographies témoignant de mes rencontres avec ce dernier. Malheureusement J. Graf n’a pu venir en France et, sur place, à Treblinka, il n’a pas interrogé le meilleur des témoins et des guides possibles. Je le regrette d’autant plus qu’il aurait pu poser à ce dernier les questions restées en suspens. J’ai la conviction que les réponses de Marian Olszuk lui auraient été, ainsi qu’à C. Mattogno, d’un précieux secours pour la rédaction de leur commun ouvrage, Treblinka, Vernichtungslager oder Durchgangslager?, publié en 2002 par Castle Hill Publishers (Hastings, GB).

De toute façon, l’affaire est entendue et, ainsi que le montrent leur ouvrage et cent autres preuves, Treblinka II n’a jamais pu être qu’un banal et modeste «Durchgangslager», c’est-à-dire un camp de transit pour juifs à transférer vers Majdanek, Auschwitz ou d’autres camps de concentration et camps de travail au sud ou à l’est.

Le gros mensonge de Treblinka devrait donc aller rejoindre, dans les poubelles de l’histoire, l’énorme mensonge d’Auschwitz.