Sunday, January 26, 2003

Une insupportable police juive de la pensée (suite)

Vous ne croyez pas aux « chambres à gaz » ?


Six mois de prison ferme !


Tel est le tarif aujourd’hui, en France, sans compter les amendes, les dommages-intérêts, les frais de justice et l’interdiction de poursuivre le métier d’éditeur.


Tel est le prix qu’aura à payer Jean Plantin, condamné, ce 22 janvier, par un tribunal de Lyon, pour avoir enfreint la loi antirévisionniste, dite Fabius-Gayssot, du 13 juillet 1990.


Telles sont les exigences d’ « une insupportable police juive de la pensée » (Annie Kriegel).


La loi Fabius-Gayssot


Il faut savoir pourquoi et comment a été instituée cette loi d’exception.


Par un arrêt du 26 avril 1983, la première chambre civile de la cour d’appel de Paris avait déclaré que, dans mes propres écrits sur ce qu’elle appelait « le problème des chambres à gaz », elle ne trouvait trace ni de « légèreté », ni de « négligence », ni d’ « ignorance délibérée », ni de « mensonge » et qu’en conséquence, sur ce « problème » historique, les experts, les historiens et le public devaient pouvoir se prononcer en toute liberté. Cet arrêt déclenchait alors un vent de panique chez les adversaires du révisionnisme, panique aggravée par l’affaire, en 1985-1986, de la thèse révisionniste d’Henri Roques sur les « confessions » du SS Kurt Gerstein. Du coup, en mai 1986, réunies autour du grand rabbin Sirat, des personnalités juives, telles que Georges Wellers et Pierre Vidal-Naquet, préconisaient l’institution d’une loi spéciale contre le révisionnisme. Laurent Fabius, président de l’Assemblée nationale, prenait toutes les initiatives parlementaires en ce sens et, pour des motifs propres à la coalition socialo-communiste, laissait à J.-C. Gayssot l’initiative de présenter une proposition de loi antiraciste mise au point par le Parti communiste à condition qu'y fût introduite une disposition antirévisionniste. Ainsi venait au jour une loi qui se trouve porter, côte à côte, le nom d’un richissime juif socialiste et celui d’un apparatchik du Parti communiste.


Parue au Journal officiel du 14 juillet 1990, la loi est signée de François Mitterrand, Michel Rocard, Roland Dumas, Pierre Arpaillange, Jean-Pierre Chevènement, Pierre Joxe, Jack Lang et Catherine Tasca. Elle vise la « contestation de crimes contre l’humanité » ; il s’agit exclusivement des crimes qui, en 1945-46, avaient été tenus pour acquis (mais non prouvés) par le Tribunal militaire international de Nuremberg. En ses articles 19 et 21, le statut de ce tribunal précisait : « Le Tribunal ne sera pas lié par les règles techniques relatives à l’administration des preuves […]. Le Tribunal n’exigera pas que soit rapportée la preuve de faits de notoriété publique mais les tiendra pour acquis. » Le même article 21 interdisait la contestation des conclusions de tout rapport des commissions des crimes de guerre. En conséquence, les accusés et leurs avocats n’eurent pas le droit de contester, par exemple, les deux rapports soviétiques portant, l’un sur Auschwitz (URSS-009), décrit comme un camp d’extermination nazi, et l’autre sur Katyn (URSS-054), présenté comme un haut lieu de la barbarie nazie.


Par l’effet de la loi Fabius-Gayssot, avatar de ce qu’on pourrait appeler l’ukase de Nuremberg, on a donc soudain institué, en 1990, au pays de Voltaire, une vérité historique officielle ayant désormais force de loi. Cette loi impose de strictes limites à la liberté de recherche qui, à la différence de la liberté d’expression, ne devrait pas souffrir de limites. Enfin, cette loi ligote les magistrats.



La surenchère des magistrats lyonnais


Le 22 janvier 2003, à l’initiative d’un juge d’application des peines (Christophe Trillou) et à la requête d'une procureuse (Christiane Poli, épouse Dauchelle), trois magistrats lyonnais (Jean-Marc Beurton, Jean-Paul Bourjade et Pierre Goudard) ont, de cette loi, fait une nouvelle lecture. Ils ont donné à croire que la loi Fabius-Gayssot réprimait en propres termes « le mensonge historique » (et non la simple contestation). Ils ont précisé que Jean Plantin, en reposant le problème physico-chimique des chambres à gaz, problème auquel aucun historien orthodoxe n’a jusqu’ici encore répondu, se faisait le défenseur d’un « mensonge historique ».


Ils ont innové en trois points : d’abord, ils ont mis dans la bouche du législateur des mots de leur propre invention ; ensuite, alors que la loi ne leur en demandait certes pas tant, ils se sont faits juges de l’Histoire ; enfin, ils infligent à l’hérétique une peine de prison ferme pour une durée de six mois (le cas d’Alain Guionnet semble différent).


A Jean Plantin on a retiré ses diplômes universitaires, puis son emploi d’éditeur. On l’a abreuvé d’outrages et de sottises (la dernière veut qu’il ait quitté le tribunal dans le coffre d'une Mercedes !). Il n’avait pas d’avocat et son dernier procès a duré quinze minutes en tout. Son commentaire : « Moi, en prison ? Qu’est-ce que cela va changer ? On n’aura toujours pas répondu aux révisionnistes ! »


Le crime de J. Plantin est de nature purement intellectuelle. En mars 1999, dans la revue savante Akribeia, publication aujourd’hui disparue sous les coups de la répression, J. Plantin a imprimé un article et des notes de lecture où se trouve contestée la version juive de l’histoire de la déportation. Contrairement à ce que prétendent ceux qui n’ont pas lu les révisionnistes, il n’a jamais mis en doute la réalité aussi bien des déportations ou des camps de concentration que des fours crématoires (où l’on brûlait les cadavres, en particulier ceux des victimes du typhus et d’autres épidémies). Simplement, après Churchill, de Gaulle, Eisenhower, le pape Pie XII, les responsables du Comité international de la Croix-Rouge, et comme bien d’autres encore qui se sont abstenus de mentionner ou d’affirmer l’existence de ces prodigieux abattoirs chimiques, il soutient, pour sa part, ne pas avoir vu de preuves convaincantes de l’existence des abattoirs en question qui auraient défié toutes les lois connues de la physique et de la chimie.


Il est devenu pleinement révisionniste.


A Lyon, Me Alain Jakubowicz a multiplié les déclarations les plus virulentes contre les révisionnistes en général et contre J. Plantin en particulier. Au terme de féroces campagnes de presse à sens unique, les universités Lyon III et Lyon II ont été contraintes de retirer à l'hérétique ses diplômes universitaires respectivement onze ans et neuf ans après leur obtention.


Cela ne s’était jamais vu dans l’histoire de l’université française.


Aujourd’hui donc, un homme de 37 ans, dépouillé de ses diplômes, interdit d’exercer sa profession, sans argent, privé d’accès à ces médias qui impunément l’abreuvent d’outrages, va se retrouver en prison au premier coup de sifflet d’un procureur lyonnais car, en la circonstance, l'appel n'est malheureusement pas suspensif.


Justiciers du clan Klarsfeld


Dans tous les cas, il est à craindre que J. Plantin ne soit un jour victime des représailles physiques que semble annoncer l’avocat Arno Klarsfeld.


Dans la nuit du 18 au 19 janvier, lors de l’émission de Thierry Ardisson Tout le monde en parle (France 2), les téléspectateurs ont pu voir A. Klarsfeld jeter le contenu d’un verre d’eau sur Robert Ménard et ont pu l’entendre proférer des menaces de mort contre ceux qu’il appelle « les négationnistes ».


Il faut dire que R. Ménard, fondateur et actuel responsable de Reporters sans frontières, et sa femme, Emmanuelle Duverger, juriste et responsable de la justice internationale à la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, viennent de publier, aux éditions Albin Michel, La Censure des bien-pensants. Intitulé « Faurisson doit pouvoir s’exprimer », un chapitre du livre s’ouvre sur les mots suivants : « Les révisionnistes ont raison. Ils font l’objet d’une véritable chasse aux sorcières, victimes de ce qu’il faut bien appeler une police de la pensée, un détournement du droit. »


Les deux auteurs parlent également de « chasse à l’homme ». Ils tiennent la loi antirévisionniste pour une « ânerie » et pour « un texte inique, indigne d’une démocratie ». Ils écrivent encore : « Ras-le-bol du “devoir de mémoire”, des commémorations, des bons sentiments dégoulinants. » Ils regrettent de n’avoir pas plus tôt « volé au secours des révisionnistes quand ils ont été condamnés au nom de cette loi ». Les deux auteurs estiment pourtant que les propos tenus par les révisionnistes sont « blessants » et que leurs affirmations sont « contredites par tout ce que l’on sait aujourd’hui de la Solution finale ».


A. Klarsfeld a d’abord interrompu R. Ménard, puis l’a empêché de développer son argumentation ; enfin, il lui a jeté le contenu d’un verre d’eau et a déclaré : « Ça me titillait. » Préméditant son geste, il avait empli son verre avec l’eau du verre de sa voisine. R. Ménard est resté digne. A la fin, T. Ardisson a demandé à A. Klarsfeld ce qu’il pensait de l’opinion récemment exprimée, en particulier par Guy Sorman, intellectuel juif français, selon lequel l’Etat d’Israël pourrait disparaître et ne constituer, somme toute, qu’une parenthèse dans l’histoire du peuple juif. Le jeteur d’eau a répondu que, dans ce cas, « sans doute les juifs s’organiseraient pour éliminer les négationnistes ».


Le jeune avocat est le fils de Serge et Beate Klarsfeld qui, tous deux, ont à leur actif nombre de violences physiques, parfois très graves, contre les personnes ou les biens de ceux qu’ils ont pris en chasse. Ils font également l’apologie de ce genre de violences. En septembre 1989, Beate Klarsfeld avait trouvé « normale » l’agression où, sans l’intervention d’une personne, j’aurais pu laisser la vie. Serge Klarsfeld, lui, avait jugé cette même agression « naturelle et normale ».



De saines réactions


Sur la chaîne de télévision LCI, Patrick Buisson anime une émission intitulée Un livre, un débat. Ce 12 janvier a été retransmise l’émission consacrée à La Censure des bien-pensants. Y participaient, à côté de Robert Ménard, Chantal Delsol, épouse de Charles Millon et professeur de philosophie à l’Université de Marne-la-Vallée, ainsi que Catherine Tasca, qui, en 1990, avait signé la loi Fabius-Gayssot, en qualité de ministre délégué auprès du ministre de la culture, chargé de la communication. Poussée dans ses retranchements, cette dernière a fini par se déclarer en faveur de l’abrogation de la loi qu’elle avait signée. Sur un ton mesuré et avec l’éloquence du cœur, C. Delsol a dénoncé le sort réservé au « professeur Faurisson » à qui on refuse tout débat. Pour elle, rien que le fait de prononcer le nom du professeur suscite des réactions aberrantes. Le « négationnisme » de Faurisson, a-t-elle expliqué, est abhorré mais celui de Stéphane Courtois (qui révise l’histoire, autrefois intouchable, du communisme) est admis. En France, il n’y a pas de censure mais des censeurs. La République française est plus celle de 1793 que celle de 1789. Heureusement, a-t-elle conclu, à certains signes, on peut espérer que la liberté de pensée et de recherche va reprendre ses droits.


Au nombre de ces signes on pourrait compter la déconvenue des organisations juives et autres qui, dans l’affaire du Quid, n’ont pour l’instant obtenu qu’une satisfaction tout à fait partielle. Par le scandale qu’elles ont cru devoir créer autour de deux lignes de cette encyclopédie, elles ont attiré l’attention générale sur l’extrême fantaisie avec laquelle des historiens réputés sérieux ont déterminé le nombre des morts d’Auschwitz. Nous trouvons au plus haut le chiffre de 9 000 000 de victimes (Henri Michel et Olga Wormser-Migot dans Nuit et Brouillard, film documentaire qu’on montre obligatoirement à tous les enfants de France) et, au plus bas, celui de 630 000 à 710 000 (1). Le Quid rapportait mon estimation du nombre des morts sous la forme suivante : « Faurisson (“révisionniste”) : 150 000 en tout (dont environ 100 000 Juifs, la plupart morts du typhus) » (2). Et ce sont ces quelques mots qui ont mis le feu aux poudres.

Toujours plus exigeante et sourcilleuse, la police juive de la pensée se rend de plus en plus insupportable.




(1) En fait, l'estimation aujourd'hui la plus basse pour les tenants de l'histoire officielle est devenue celle de Fritjof Meyer : 510 000 morts (revue historique Osteuropa, mai 2002, p. 631-641).


(2) Rappelons que le complexe d'Auschwitz (mai 1940 - janvier 1945) regroupait à la fin un ensemble de trente-neuf camps.


26 janvier 2003

Wednesday, January 22, 2003

Affaire Plantin. Communiqué du Professeur Faurisson à l'AFP 22 janvier 2003


L'insupportable police juive de la pensée frappe à nouveau


Vous ne croyez pas aux "chambres à gaz" ? Six mois de prison ferme. Tel est le tarif aujourd'hui, en France, sans compter les amendes, les dommages-intérêts, les frais de justice, l'interdiction de poursuivre le métier d'éditeur. Telles sont les exigences d' "une insupportable police juive de la pensée" (Annie Kriegel).


Aujourd'hui, 22 janvier 2003, à Lyon, Jean Plantin, 37 ans, vient d'être condamné à six mois de prison ferme à l'instigation d'un juge d'application des peines, Christophe Trillou. Son crime, de nature purement intellectuelle, a consisté à imprimer, en mars 1999, dans la revue savante Akribeia, publication aujourd'hui disparue sous les coups de la répression, un article et des notes de lecture où il contestait la version juive de l'histoire de la déportation.



J. Plantin croit, bien sûr, à la réalité aussi bien des déportations que des camps de concentration et des fours crématoires (où l'on brûlait les cadavres, en particulier, ceux des victimes du typhus et d'autres épidémies). Mais, comme Churchill, de Gaulle, Eisenhower, le Pape Pie XII, les responsables du Comité international de la Croix-Rouge, et comme bien d'autres encore, il ne croit pas à l'existence des chambres à gaz d'exécution.


Il est révisionniste. C'est précisément pour punir les révisionnistes qui ne croient pas à ces chambres à gaz que des organisations juives françaises et des personnalités juives françaises (Grand Rabbin Sirat, Georges Wellers, Pierre Vidal-Naquet et, surtout, Laurent Fabius) ont obtenu la création d'une loi d'exception, le 13 juillet 1990. Cette loi est connue sous le nom de "loi Gayssot". Elle devrait s'appeler "loi Fabius". A Lyon, Me Alain Jakubowicz a multiplié les déclarations les plus virulentes contre les révisionnistes en général et J. Plantin, en particulier. Au terme de féroces campagnes de presse à sens unique, les Universités Lyon III et Lyon II ont été contraintes de retirer à J. Plantin ses diplômes universitaires respectivement onze ans et neuf ans après leur obtention. Cela ne s'était jamais vu dans l'histoire de l'université française.



Aujourd'hui donc, un homme de 37 ans, dépouillé de ses diplômes, interdit d'exercer sa profession, sans argent, privé d'accès à ces médias qui impunément l'abreuvent d'outrages, va se retrouver en prison au premier coup de sifflet d'un procureur lyonnais.



De ses recherches il a conclu qu'il est impossible de croire en une histoire juive, devenue, par la grâce d'une loi d'exception, histoire officielle de la République française. Là est son crime irrémissible.



Sommes-nous en Palestine occupée par l'armée juive ou dans une France courbée sous le joug d' "une insupportable police juive de la pensée" ?


Personnellement, je suis prêt, au besoin, à rejoindre J. Plantin dans les geôles infectes de la ville de Lyon, capitale de la Résistance et du Révisionnisme.


Robert Faurisson, 10, Rue de Normandie, 03200 VICHY

22 janvier 2003