Tuesday, March 27, 2001

Beyrouth : l'impossible conférence révisionniste

Je n'ai jamais vraiment cru qu'on nous laisserait tenir une conférence révisionniste à Beyrouth mais je me suis comporté comme si cette rencontre devait avoir lieu.

Ma seule précaution s'est limitée à ne confirmer qu'à la dernière minute mon voyage en avion. Bien m'en a pris : j'ai pu m'épargner toute dépense de ce côté-là.

On peut comprendre Rafik Hariri, premier ministre du Liban. La dette de son pays "atteint aujourd'hui vingt-quatre milliards de dollars pour quatre millions d'habitants" (Agnès Levallois, "Le Liban s'efforce de relancer la croissance et s'attaque à la dette publique", Le Monde-Economie, 27 février 2001, p. V). Par ailleurs, il ne pouvait raisonnablement laisser éclater, tout près de l'état d'Israël, ce que j'appelle "la bombe atomique du pauvre". Cette bombe, mise au point par les révisionnistes, ne tue personne mais, si on la fait éclater sur la scène internationale, elle peut, par une succession de réactions en chaîne, progressivement désintégrer l'imposture de l'"Holocauste". Or, ladite imposture a permis la création d'Israël et, de cet état, elle est à la fois l'épée et le bouclier.

Les dirigeants de tous les états de la planète ont besoin de gros argent et doivent donc se concilier les juifs. Les juifs, toujours geignants et toujours menaçants, savent se faire craindre. Ils peuvent à volonté vous couper les vivres, lancer un boycott, provoquer un embargo. Vu les circonstances présentes, aucun dirigeant ne peut tolérer la tenue dans son pays d'une conférence révisionniste. Le Japon est totalement inféodé (voyez l'affaire du magazine Marco Polo). La Chine, quant à elle, joue à fond la carte juive : elle tient à ce que soit maintenue la fiction de l'"Holocauste" des juifs pour être en mesure de prétendre que les Chinois ont été les victimes d'un "holocauste" comparable, perpétré par les Japonais ; les Chinois se présentent en "juifs" des Nippons et, prenant modèle sur les juifs, exigent de Tokyo de substantielles réparations financières. En outre, - Serge Thion me le rappelle opportunément,- la Chine entretient de bonnes relations avec un état juif qui lui vend d'importants secrets militaires et technologiques venus, pour partie, des Etats-Unis. Quant aux dirigeants iraniens, ils ont peur, eux aussi, de ces juifs qu'ils haïssent ; ils ont interrompu la publication dans le Tehran Times d'une série d'articles révisionnistes et ont refusé de livrer le motif de cette décision.

Je ne vois que trois possibilités pour la tenue d'une prochaine conférence révisionniste internationale :

1° Elle se tiendra aux Etats-Unis avec un renforcement des habituelles précautions ;

2° Elle aura lieu dans un autre pays mais sans annonce préalable, avec un nombre restreint de participants et pour une durée n'excédant pas deux jours (donc une seule nuitée) ; c'est seulement à la toute fin de la rencontre, ou même plus tard, qu'un communiqué annoncera qu'une telle conférence a effectivement eu lieu ;

3° Si la situation des Palestiniens venait à s'aggraver considérablement, provoquant du même coup une vive indignation dans les populations du Proche-Orient et du Moyen-Orient, un dirigeant d'un pays de la région pourrait prendre la décision de franchir le Rubicon : en réplique à une complète sharonisation de la politique israélienne, il trouverait alors le courage d'annoncer la tenue dans son pays d'une conférence révisionniste et il déciderait de résister, quoi qu'il arrive, aux formidables pressions exercées par les SKKK (Serial Kosher Kid Killers : les tueurs d'enfants en série et selon le rituel casher).

Pour l'heure, ce projet d'une conférence à Beyrouth, mené par des Américains épris de publicité et par des Suisses un peu trop naïfs, ne se termine pas sur un complet échec. Le retentissement de l'affaire, sans être considérable jusqu'à présent, a pu ouvrir les yeux de beaucoup sur la valeur intrinsèque et la portée internationale du révisionnisme historique. C'est autant de gagné pour l'avenir.

27 mars 2001

Beirut: the Impossible Revisionist Conference

I never really believed that we would be allowed to hold a revisionist conference in Beirut but I acted as though that gathering were going to take place.



My sole precaution was in confirming my air journey only at the last minute. And quite luckily, as it turned out: in so doing I was able to avoid any expense at that end.



One can understand Rafik Harari, the Lebanese Prime Minister. His country’s national debt “amounts today to $24 billion for a population of four million” (Agnès Levallois, "Le Liban s'efforce de relancer la croissance et s'attaque à la dette publique", [“Lebanon strives to relaunch growth and attacks its public debt”] Le Monde-Economie, 27 février 2001, p. V). Moreover, he could not reasonably allow, right next to the State of Israel, what I call “the poor man’s atomic bomb” to explode. This bomb, perfected by the revisionists, kills no-one but, if set off on the international scene, it may, through a succession of chain reactions, lead to a steady disintegration of the “Holocaust” imposture. The said imposture permitted the creation of Israel and is both the sword and shield of that State.



The leaders of all States on the planet need big money and thus must get on and stay on good terms with the Jews. The Jews, ever groaning and threatening, know how to make themselves feared. They can, at will, cut off your supplies, launch a boycott, have an embargo imposed on you. In the present international situation, no leader can tolerate the holding of a revisionist conference in his country. Japan is totally subservient (see the case of Marco Polo magazine). China, for its part, is playing the Jewish card for all it is worth: keen to see the fiction of the Jewish “Holocaust” maintained, it hopes to be able to claim that the Chinese were victims of a comparable “holocaust” perpetrated by the Japanese; the Chinese present themselves as the “Jews” of the Japanese and, taking their example from the Jews, demand substantial financial reparations of Tokyo. Furthermore, as Serge Thion reminds me in a most timely manner, China maintains good relations with a Jewish State that sells it important military and technological secrets originating, in part, from the United States. As concerns the Iranian leaders, they too are afraid of these Jews whom they hate; they have recently cut short the publication in the Teheran Times of a series of revisionist articles, refusing to state their grounds for this decision.



I see but three possibilities for the holding, in the near future, of an international revisionist conference:



1: It will be held in the United States with a strengthening of the ordinary precautions;



2: It will be held in another country but with no prior publicity, a limited number of participants and over a period of no longer than two days (thus, of two days and one night); only at the very end of the gathering, or even afterwards, will a communiqué announce that such a conference has in fact taken place;



3: The situation of the Palestinians will worsen considerably, the indignation of the Arab, Muslim and other populations of the Near East and Middle East will grow in proportion and, at a given moment, the leader of one of the States in the region will decide to take the leap or, as the saying goes, cross the Rubicon: in reply to a complete Sharonisation of Israeli policy he then will summon the courage to announce the holding of a revisionist conference in his country and decide to resist, come what may, the formidable pressure brought to bear by the SKKK (Serial Kosher Kid Killers: those who regularly and continually kill children according to kosher ritual).



For the time being, this project of a conference in Beirut, run by publicity-keen Americans and slightly too naïve Swiss, does not seem to have ended in complete failure. The repercussions of the affair, although not of much magnitude up until now, have perhaps opened many eyes to the inherent worth and world-wide import of historical revisionism. That is something, at least, for the future.


March 27, 2001



Thursday, March 22, 2001

Beirut Conference on Revisionism and Zionism (English):



The Leaders of the Muslim States should Quit their Silence
on the Imposture of the “Holocaust”


Five introductory remarks:

1. I do mean “the leaders”, and not: “the intellectuals, the academics, the journalists” some of whom have already expressed themselves on the matter;

2. The word “Holocaust” (always to be placed in quotation marks) designates the triple myth of the alleged genocide of the Jews, the alleged Nazi gas chambers and the alleged number of six million Jewish victims of the Second World War. In the course of a history full of fury, blood and fire, humanity has known a hundred holocausts, that is, appalling losses of human life or bloody catastrophes (presented, at the origin of the word’s use in this manner, as a sort of offering demanded by some superior forces); but our contemporaries have been conditioned to keep in mind only one holocaust, that of the Jews; it is written today with a capital letter, and has become unique: there is no longer the need to add “of the Jews”. None of the previous holocausts has given rise to any financial indemnity, reparation or compensation to match those that the Jews have claimed and obtained for a catastrophe or “Shoah” they describe as unique and unprecedented, and which would, in effect, be so if its three components (genocide, Nazi gas chambers and six million victims) had been real. If many European Jews suffered and died during the war in question, without that suffering’s amounting to what today’s Jews mean by the term “Holocaust”, many other peoples and communities, in particular the Germans, the Japanese, the Russians and the Chinese, suffered, in reality, a fate far worse than that of the Jews; let us but think of the phosphorous- or nuclear-fuelled firestorms in which at least a million Germans and Japanese met an atrocious death (and what of the wounded and mutilated?). It is, moreover, fitting to add that millions of European Jews survived this alleged policy of physical extermination to go on to enjoy, after the war, a power and a prosperity without precedent in their history. To privilege, as is thus done nowadays, the alleged “Holocaust” is to inflate Jewish suffering beyond all measure in both quality and quantity and to reduce, in direct proportion, the suffering of all others, none of whose ordeals receives even so much as a specific name;

3. Imposture is an imposed lie; here it is a question of a historical lie, meaning that, forged by liars or fabricators of outlandish tales, it has subsequently been adopted by an ever-expanding number of people who, in good faith or bad, have peddled it; in the event, we are thus dealing with a tiny number of liars and a plethora of peddlers;

4. The opposite of such a lie, fabricated or peddled, is the factual truth. Still, as the word “truth” is vague and overused, I prefer “exactitude”. Revisionism consists in trying to examine and correct what is generally accepted with a view to establishing with exactitude the nature of an object, the reality of a fact, the worth of a figure, the authenticity, the veracity and the import of a text or document;

5. Zionism is an ideology whilst revisionism is a method. As a revisionist I shall be making a judgment less of Zionism itself (at the dawn of the 21st century) than on the use it makes of the “Holocaust” imposture.

If the leaders of the Muslim States planned to quit their silence on this imposture and if, in so doing, they put a challenge to the Jewish and Zionist lobby, they would obviously need first a) to make a proper sizing up of the adversary, then b) to decide on an appropriate strategy and, finally, c) to determine the exact area on which to concentrate their attacks. To discuss these three points, I shall divide my talk into three parts.

In a first part, in order to avoid any mistakes as to the opponents’ identity and to ensure that they are correctly sized up, I shall expound on what are, in my view, the seeming weak points of the Jews and Zionists, then on their true weak points. In a second part, concerning the strategy to adopt, I shall sum up certain conclusions that I reached, in November 2000, during my visit to Teheran, in the company of representatives of the Centre of Strategic Studies of the Islamic Republic of Iran. Finally, in a third part, I shall designate the precise target to hit: “the magic Nazi gas chamber” (as Louis-Ferdinand Céline put it).

I. The Jewish and Zionist adversary

A deceitful adversary may display fears that he does not really feel. He may expose to the view of all certain weak points which in fact are not such and try to hide what it is that causes him real disquiet. In so doing he will be attacked where it does not bother him in the least and be spared an attack that would truly do him harm. Here, the adversary is almost indifferently Jewish or Zionist. The Jews are undeniably diverse (“Two Jews, three synagogues”, says the Yiddish proverb) and, politically speaking, they have never formed a single bloc, not even against Hitler; but, without Jews, there is no Zionism (“Zionism is to the Jew what the hammer is to the carpenter”, as Ahmed Rami thinks) and, except for some rare instances, the Jew will feel solidarity with the Zionist and the Zionist with the Jew if both notice that their common “Holocaust” myth is in peril; this is why the distinction that usually deserves to be made between the two hardly belongs here.

a) The adversary’s false fears and seeming weak points:

1. Despite their display of fear of a military attack on the State of Israel, the Zionists who rule that State and the Diaspora Jews who support them do not really dread the enemy’s military strength, for they know that the enemy in question will always be outclassed by the Israeli army, thanks to the technology and money supplied from abroad, especially by the Americans and the Germans;

2. They do not really fear the variety of anti-Judaism improperly called anti-semitism; on the contrary, they feed on it; they need to be able to cry out against anti-semitism, if only to collect more money in the Diaspora; in general, moaning is of vital necessity to them: “The more I sob, the more I get; the more I get, the more I sob”;

3. Jews and Zionists are not really afraid of the Jewish denunciations of “Shoah Business” and the “Holocaust Industry” made by the Peter Novicks, Tim Coles or Norman Finkelsteins for there it is a matter, paradoxically, of more or less kosher denunciations in which care is taken to show reverence for the “Holocaust” itself; it will be noted, moreover, that if the industrial or commercial exploitation of the real or supposed sufferings of the Jews constitutes a lucrative line of business, criticism of this exploitation has over the last few years become another such line; but, these two lines of business, especially the latter, happen to be strictly reserved to the Jews; they are “off limits”, and a Gentile who ventured to imitate N. Finkelstein in his denunciation of the “Holocaust” mafia would immediately be set upon by a pack of its watchful henchmen;

4. They do not really fear anti-Zionism as such; at times they even authorise its expression;

5. In particular, they have not much cause to worry about a now commonplace form of anti-semitism that consists in attacking all of the founding myths of Israel except that which has become essential for them: the “Holocaust”;

6. They need not be anxious about accusations of racism, imperialism and Judeo-nazism since such accusations, even if at times founded, resemble ritual, mechanically uttered slogans, coined in outdated language. To see the Jews being compared to Hitler, then hear it said that the Zionists are, like the Nazis, carrying out a policy of “genocide” is not altogether disagreeable to the Jews and Zionists, for it serves to reinforce the images of Hitler and the Nazis that they themselves have succeeded in fabricating; this helps them to fix firmly in all minds the illusion, first and foremost, of a “genocide” of the Jews. In reality, Hitler was no more a monster, as his Jewish enemies claim, than was Napoleon an “ogre”, as English propaganda used to have it. Although a racialist, and hostile to internationalist Jews (but not to Zionist ones), Hitler never ordered or allowed the killing of anyone on account of his or her race or religion; moreover, his military tribunals or courts martial meted out sentences – sometimes the death sentence – to German soldiers, officers or civil servants who had been found guilty of killing a single Jewish man or woman (even in regard to acts committed, during the war, in Poland, Russia or Hungary); here is a point of history that has been shrouded by the exterminationist historians and regrettably overlooked by revisionist authors. If Hitler had been such a monstrous racist as described, never would such a prestigious Arab and Muslim personality as the Grand Mufti of Jerusalem (the Palestinian Hadj Amin Al-Husseini) have remained on his side until the end. Despite the episode of the Germano-Soviet pact (August 1939-June 1941), Hitler was essentially hostile to Stalinism and to what he called, because of the Jews’ decisive contribution to Bolshevism, “Judeo-Bolshevism”. The German soldier, like the European, Russian, Asian or Muslim volunteer who fought beside him, had but Moscow-style Communism as his essential enemy;

7. Although they pretend the contrary, the Jews and Zionists laugh – not without reason – at those who talk of a “Jewish plot” or a “conspiracy of Auschwitz”, since there is no “Jewish plot” (any more than a Masonic, Jesuit, Papal, American or Communist plot) but a Jewish power or influence; in the same manner, there is no “Auschwitz conspiracy” but rather an Auschwitz lie; incidentally, ideas of plot or conspiracy, dear to the Jewish tradition, ought to remain the privilege of the latter; we should be wrong to turn to them.

b) The adversary’s true fears and veritable weak points:

1. In Israel-Palestine, Jews and Zionists truly fear the weapons of the poor (children’s stones, their slingshots like that of David against the giant Goliath, the suicide attacks) and all that may endanger persons and business; they fear a demeaning of their brand image; they dread having to choose one day between the suitcase and the coffin;

2. But they are above all apprehensive of “the poor man’s atomic bomb”, that is, the disintegration, by historical revisionism, of the lie of the gas chambers, the genocide and the six million; they dread this weapon that kills no-one but that would not fail, if properly used, to explode their Big Lie like a bag of hot air;

3. They fear seeing revealed before the eyes of the world that it is the imposture of the “Holocaust” that permitted, in the wake of the Second World War, the creation in the land of Palestine of a Jewish colony called Israel, and this at a time when, throughout the globe (except in the Communist empire), a gigantic decolonisation movement was well under way;

4. They know that to lose the “Holocaust” is to lose the sword and the shield of Israel as well as a formidable instrument of political and financial blackmail; Yad Vashem, which, in Jerusalem, is a “Holocaust” memorial and museum all in one (now undergoing expansion work), is still more precious to them than the Wailing Wall; every foreign personality on visit to Israel for political or financial dealings is, before all other business, obliged to call at this museum of horrors so as to be well imbued with a feeling of guilt that will render him more malleable; sometimes there is a dispensation from this formality for representatives of those rare nations that the Jews and Zionists, try as they might, cannot rebuke for an active or passive role in the alleged “Holocaust”; it is then amusing to notice the Israeli officials complaining about the difficulty in dealing with partners whom they have not been able to condition beforehand;

5. They are aware that “were the Holocaust shown to be a hoax, the number one weapon in Israel’s propaganda armoury disappears (sic)” (letter of W. D. Rubinstein, Professor at Deakin University, Melbourne, in Nation Review, 21 June 1979, p. 639);

6. They know only too well of “the fact that, if the Holocaust can be shown to be a ‘Zionist myth’, the strongest of all weapons in Israel’s propaganda armoury collapses” (the same academic in “The Left, the Right and the Jews”, Quadrant, September 1979, p. 27);

7. They nearly faint at the thought that the general public might finally learn of the sum of iniquities represented by all the purges, the cases brought in the style of the judicial masquerades of Nuremberg, the confessions extorted on the subject of gas chambers or gas vans that had, in fact, never existed or the further confessions about implausible killings imputed to the Einsatzgruppen, the hunting down of old men, be they patients in homes for the aged, more than half a century after their alleged crimes, the indoctrination of all minds, from primary school to university, in books, newspapers, on radio and television, on every continent, morning, noon, afternoon, evening, night; all this is accompanied by a fierce repression of the revisionists, carried on especially in a Germany subjugated to its conquerors (and with which no peace treaty has yet been signed); these revisionists have committed the awful crime of simply demanding the right to verify either staggering accusations devoid of proof or testimonies received as truthful albeit in the absence of examination and cross-examination concerning the material nature of the purported facts and without, beforehand, a single investigation of the alleged weapon of the alleged crime;

8. To sum up, the nightmare of these Jews and Zionists would be to have to hear repeated all over a certain sixty-word sentence pronounced on the air more than twenty years ago on Radio Europe 1, before the journalist Yvan Levaï, by a French revisionist, disciple of Paul Rassinier. Here is that sentence which, at the time, was to earn me a heavy fine in a Paris court:

The alleged Hitlerite gas chambers and the alleged genocide of the Jews form one and the same historical lie, which has permitted a gigantic political and financial swindle the main beneficiaries of which are the State of Israel and international Zionism and whose main victims are the German people – but not their leaders – and the Palestinian people in their entirety.


II. How to wage the fight to quit this silence

1. In November 2000, I spent a week in Iran at the invitation of the Centre of Strategic Studies, a body directly attached to the office of the President of the Islamic Republic, Mr Mohammed Khatami. I had no contact with the country’s press, radio or television but only with a few personalities who were well-informed about revisionism. I held no public conference but enjoyed an interview of several hours with the head of the Institute for Scientific Political Research, Professor Soroush-Nejad and a few of his colleagues. There again, I was struck by the knowledge of revisionism that certain Iranians could have. At about that time, the Swiss revisionist Jürgen Graf made his appearance in Iran and I am indeed pleased that, some months later, thanks to his intense activity and to the contacts that I, at my end, had maintained with the Iranian authorities after returning to France, the Teheran Times undertook the publication of a series of revisionist articles, the first of which was to bear the signature of Professor Soroush-Nejad;

2. In exchange for the information with which I had been able to provide him, I asked my main partner in discussion within the said body why, up to the present, revisionism seemed not to have found much of an echo in the Arab and Muslim countries. He willingly listed eight reasons. Some of these, in light of the quite recent events in Palestine, appeared to each of us, by and by, to be no longer valid; others seemed to be imputable to misunderstandings; other reasons, in the end, unhappily retained all of their force, in particular the following: in the Western countries, who ought to preach by example before complaining of the silence of others, there were but a laughably small number of revisionists who had resolutely committed themselves, in their own names and without any reservations or skilful manoeuvring, to following the road opened up by P. Rassinier;

3. I attempted to explain that this deplorable record was largely due to what one must call the fear (metus Judaeorum) inspired everywhere by the groaning and threatening Jew (which Cicero felt in 59 BC). I added that no political figure of today, be he Iranian, Lebanese, Chinese or Japanese, could avoid feeling this fear in the face of a community so rich and powerful in the Western world that its leaders have the means with which, at any moment, to invade the media with their grievances and recriminations in order to demand, in the end, the economic boycott of whatever nation’s leaders failed to make a rapid enough act of “repentance” or resisted Jewish demands;

4. I then went over the reasons why the leaders of the Muslim States must nonetheless, as a proper policy, quit their silence and how, in my opinion, they could do so. I shall not expound on those reasons here but shall in the following words sum up my feelings as to the path to follow: one or more of these leaders should cross the Rubicon resolutely and, above all, without the least though of turning back. My long experience of the Jews or Zionists in this regard has convinced me that the hoaxers are disconcerted by the hardiness of anyone who dares to confront them in the open. Just as the false witness, if one can catch his glance, must be questioned eye to eye, so must the Edgar Bronfmans, the Elie Wiesels, the Simon Wiesenthals (the latter two hate and envy one another more Judaico), or the rabbis Marvin Hier and Abraham Cooper be defied in direct proportion to their habitual threats;

5. I warned my hosts against the temptation to resort, be it only at the first stages, to a form of bastardised revisionism; here again, experience has proved that wet-dog revisionism leads to whipping. One must also, in order to take a firmly revisionist stand, be well acquainted with the physical, chemical, documentary and historical argumentation of revisionism. I reminded them, for example, that the myth of the alleged Nazi gas chambers had already died on 21 February 1979 when, in the daily Le Monde, thirty-four French historians showed themselves to be unable to take up my challenge concerning the technical impossibilities of those absurd chemical slaughterhouses. The general public are unaware of that event, just as they are unaware of the succession of defeats and debacles suffered by the holocaustic historians’ in their entirety since 1985 (the date of the first Zündel trial in Toronto). It is now up to the leaders of the Muslim States to bring out into the light of day information like this, which is still being kept under a bushel;

6. In these different countries, institutes of history, sociology or political studies ought to equip themselves with a section specialising in historical revisionism. Research resources and archives would enable scholars from around the world who have been chased out of their respective countries’ universities, centres of research or libraries because of their revisionist opinions or tendencies to come to work at the side of their colleagues of the Muslim lands. The various ministries of education, research, culture, foreign affairs and information would collaborate on this project of international scope;

7. If one takes into account the fact that the “Holocaust” religionists harbour and maintain not only lies but also hatred, it will seem appropriate to plan the establishment on an international level of a “Movement against the imposture of the ‘Holocaust’ and for friendship among peoples”;

8. It would be fitting to try to bring some equilibrium to the balance of forces in international relations by inviting the political or diplomatic personnel of the great powers to show more modesty; these people, who never spare the rest of the world their morality lessons, should be reminded that they themselves bow a bit too low before an international mafia specialising in lies, swindles and contempt for human rights; the so-called international community, which constantly invokes those rights, should re-establish them in the cases of revisionists before rebuking those Arab or Muslim countries for intolerance or obscurantism. Such accusations could easily be turned against the States that, not tolerating the calling into question of a legend turned official history and now protected by special laws, forbid their inhabitants from casting light on certain historical subjects;

9. A new and powerful medium of information, the Internet, allows an accelerated spreading of revisionism (see, in particular, the sites attributed to Ahmed Rami, with their sections in Arabic); here is a chance for the Arab and Muslim intellectuals, overly influenced by the dominant ideology in the Western universities where they have often been educated, to get detoxified from the holocaustic drug;

10. In sum, the feeling of grave disquiet shown by the Jewish and Zionist leaders in the face both of the Intifada of young Palestinians living in destitution and of the activities of revisionists possessing nothing at all like the economic or financial resources at the disposal of the Great Holocaustic Mafia reminds one of the ancestral fear that the rich feel in the face of the poor, the colonisers before the colonised and the masters at the sight of their slaves. The Jewish and Zionist leaders groan, threaten and strike. They see themselves as rich (never rich enough, of course), in possession of all sorts of weapons (those of brute force as well as those of blackmail and racketeering) and they know how to make themselves feared by all the leaders of the most privileged nations; they are, in particular, aware that the German leaders are devoted to them, willing to provide even the blood of German soldiers against the foes of Israel and ready to strengthen still more unmercifully their repression of revisionism. And yet, Jews and Zionists are haunted by the thought of having to confront the courage of those who no longer have anything to lose in the double Intifada, Palestinian or revisionist. The rich and mighty are enraged to see that they can be defied as they are by the Palestinians, bare-fisted with stones, and by the revisionists, barehanded with only their pens.

III. The main target: “the magical gas chamber” (Céline)

Let us learn to take aim. Let us not scatter our efforts. Let us apply ourselves to setting our attention on the centre of the adversary’s operation. But, the centre of the huge edifice forming the religion of the “Holocaust” is none other than the Auschwitz lie. And the heart of the Auschwitz lie is, in its turn, made up of the prodigious “gas chamber”. That is where we must aim. Placards waved by Palestinian or other Arab demonstrators bearing the words “The ‘Holocaust’ of the Jews is a lie”, or “The six million are a lie” would of course worry the “extor-Zionists” but those formulations remain still too vague; they are less vivid, less precise and less striking than “The gas chambers are a lie”.

No-one is able to show us, at Auschwitz or anywhere else, a single specimen of these chemical slaughterhouses. No-one is capable of describing to us their exact appearance and workings. Neither a vestige nor a hint of their existence is to be found. Not one document, not one study, not one drawing. Nothing. Nothing but some occasional, pitiful “evidence”, which, like a mirage, vanishes as soon as one draws near and which the Jewish historians themselves, in recent years, have finally been obliged to repudiate. Sometimes, as at Auschwitz, tourists are shown around an alleged “reconstituted” gas chamber but the historians, and the Auschwitz museum authorities too, know quite well that, in the words of the French antirevisionist historian Eric Conan, “EVERYTHING IN IT IS FALSE” (“Auschwitz : la mémoire du mal”, L’Express, 19-25 January 1995, p. 68). Still, the Jews are lucky. They are believed on their word. Practically no-one asks to see the technological prodigy that a Nazi gas chamber would have been, a veritable large-scale chemical slaughterhouse. Imagine that someone has told you about an aeroplane capable of transporting two or three thousand passengers from Paris to New York in one half hour (according to the exterminationist vulgate, in a single alleged gas chamber at Auschwitz, a batch of two or three thousand Jews could be killed in half an hour). Would you not, in order to begin to believe it, demand to see at least an image of a thing that would constitute a technological leap forward such as science has never known? Are we not in the age of exact sciences and the audio-visual? Why this sudden shyness when it comes to our gas chamber? The peddlers have an easy game. They show you the equivalent of either your garage or your shower and tell you: “Here is the place where the Germans gassed the Jews in groups of a hundred or a thousand”. And you lend credence to this. You are shown human hair like that which you could see at a barber’s or a wig maker’s and told, without the least proof, that it is the hair of gassing victims. You are offered shoes and they are stamped “shoes of gassing victims”. You are presented with photographs of dead bodies and you believe that you see bodies of the slain. You are made to shudder at the sight of crematory ovens that are in fact perfectly unexceptional. There exists a very simple means by which to show that we are being fooled as concerns the prodigious yields of German crematory ovens in the 1940s: this is simply to set them against the present-day yield of the most modern crematoria of our cities for comparison. I also know an unanswerable way to prove that the alleged gas chambers for the killing of Jews with hydrogen cyanide gas could not have existed: it entails visiting today, as I myself did in 1979, the execution gas chamber of an American penitentiary, or otherwise acquainting oneself with the so complex nature of the gas chamber, its so complicated structure and the so draconian procedure of an execution by gassing, in the 1940s or 50s, in the prisons of Carson City (Nevada), Baltimore (Maryland) or Parchmann (Mississippi); precisely, those executions were and are still carried out with hydrogen cyanide gas. They are so dreadfully dangerous for the executioners that the putting to death of one individual requires drastic precautions and a most complex technology (setting aside the recently achieved sophistication due either to scientific progress or to a multitude of safety measures).

On the subject, let us listen to…Céline!

I hold Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) to be the loftiest genius of French literature in the 20th century. His force, his finesse, his clear-sightedness were incomparable. His existence, unhappily, was largely one of hardship. From the day in 1937 when he began to display the fear of seeing a new world war flare up, he brought on his own doom. He had been seriously wounded during the First World War and felt the apprehension of a new butchery with all his body and soul. The Jews, from their end, did not see things that way. Most of their leaders clamoured for a crusade against Hitler. Céline then condemned this feverish desire to punish Germany, this frantic warmongering. He foresaw the catastrophe, and later, when Great Britain and France had taken it upon themselves to go to war with Germany, he could only remark in what “fine bed-sheets” France was lying. In 1944, he narrowly escaped the summary justice then being administered by, in particular, the Jews and the Communists. He fled to Germany in its agony of the final months of the war, then to Denmark, where for nearly a year and a half he was imprisoned in the worst conditions. When he eventually returned to France, it was to live the life of an outcast. France is a particularly cruel land for its great writers. It is still the case today, sixty years after their respective publication in 1937, 1938 and 1941, that three of his works, masterly satires covered in scorn by the Jews, remain prohibited de facto. No law, in principle, prevents their republication but everyone knows that the Jewish organisations would drum up the scalp dance should Céline’s widow, still living, authorise their appearance. Such is the unwritten law of the modern Talmud.

Other examples of this Jewish privilege are well known; it is thus, to cite the case of an academic guilty of having once written a revisionist sentence, that Bernard Notin has, since 1990, not been allowed to give any lectures at his Lyon faculty. No law, no judicial or administrative decision has been made to serve notice of such a prohibition. Today, in the same university, it is the turn of Professor Jean-Paul Allard to be marked with the brand of Cain for having, more than fifteen years ago, presided at the viva of a revisionist thesis. A veritable manhunt has been mounted against him. Formerly, if one remarked to the Jews that they tracked down the revisionists like wild animals, they would protest. They would dare claim that nothing of the sort was done. But times have changed. The Jews no longer conceal this practice of theirs and proudly assert responsibility for such violent actions. On 1 March 2001, the weekly Actualité Juive headed one of its articles: “La chasse à Jean-Paul Allard est ouverte” (The hunt for Jean-Paul Allard is on), and the contents of the piece amounted to an incitement to kill. The Jewish organisations cynically intend to make themselves feared and it is correct to say, today more than ever, “metus regnat Judaeorum”. In J.-P. Allard’s case they seem to be reaching their goal: just recently, this professor, exhausted by the chase, has been hospitalised for a stroke and has lost the ability to speak normally. On another score, the Jews and their friends have succeeded in attempts to have the revisionist Serge Thion, sociologist and historian of merit, removed from his post at the Centre national de la recherche scientifique (CNRS), and this by means of a procedure so openly arbitrary in nature that the most arrogant of employers would not use it against his humblest employee lest he have to pay heavy damages. And I shall say nothing of the suffering endured by the revisionists who have fought openly, in their own name, the most admirable for his intelligence and his heart being, in my view, the German Ernst Zündel. Having been settled in Canada for forty years, he has waged a titanic struggle against the international “Holocaust” lobby, aiming particularly to obtain justice for his maligned homeland. Without him revisionism would have continued to live in semidarkness. But one cannot swim up the Niagara and, in the face of an almighty coalition of political, financial and judicial forces, he has recently been obliged, in spite of some brilliant victories, to leave Canada. In his new exile, he continues, with the aid of his German-American wife, Ingrid Rimland, to fight for a just cause.

If, towards the end of this talk, I have called to mind the lofty figure of the author of Journey to the End of Night, it is because Céline, by one of his customary strokes of genius, had already suspected, just five years after the war, that the alleged physical extermination of the Jews might be but a fable, a work of trickery. It must be said that from 1945, floods of Jews from Central Europe, who were thought to have been exterminated, had headed for France, when they had not headed for other Western countries or for Palestine; in France, they had just added their number to a Jewish community of which four fifths were spared by the wartime deportation measures. In November 1950, upon a reading of P. Rassinier’s first sizeable work, Le Mensonge d’Ulysse, Céline wrote to his friend Albert Paraz:

Rassinier is certainly an honest man […]. His book, admirable, is going to cause quite a stir — AFTER ALL, it tends to cast doubt on the magical gas chamber! no small matter! A whole world of hatreds is going to be compelled to yelp at the Iconoclast! It was everything, the gas chamber! It permitted EVERYTHING!

In our turn, let us admire this lucid and scintillating vision of things, this foresight.

Yes, the gas chamber is really “magical”. As I have said, no-one, in the end, has proved capable of showing or even of drawing one for us in reply to my challenge “Show me or draw me a Nazi gas chamber!” No-one has been able to explain its operation to us. No-one has been able to tell us how, at Auschwitz, the Germans could pour pellets of Zyklon B, a powerful hydrogen cyanide-based insecticide, into alleged orifices made in the roof of the “gas chamber”, considering that this alleged gas chamber (in reality, a cold room for the storage of corpses awaiting cremation) has, as a careful eye may note amidst the ruins, never possessed even a single one of those orifices, a fact that has permitted me to state the four-word conclusion “No holes, no ‘Holocaust’!” No-one has been able to reveal to us the mystery, implied by the standard version, that allowed the squads of Jews under the orders of the Germans (the Sonderkommando) to enter that great gas chamber with impunity, so soon after the alleged mass killings, to remove energetically, day after day, the thousands of corpses lying in tangled heaps. Hydrogen cyanide gas is difficult to remove by ventilation, a time-consuming process; it penetrates and lingers within plaster, brick, concrete, wood, paint and, above all, the skin and the mucous of humans; thus one could not enter, move about and work in such a manner in what would effectively be an ocean of deadly poison, handling corpses which, infused with that poison, would poison whoever touched them. It is, furthermore, well known to specialists in the field of disinfection (or disinfestation) that it is essential, in such an atmosphere, to avoid physical effort for, if such effort is made, the breathing quickens and the gasmask filter will then allow the poison to pass through, killing the wearer. Finally, no-one has been able to instruct us as to how those amazing Jews of the Sonderkommando, ever dragging out the corpses of their co-religionists, could perform such exploits whilst eating and smoking (in the version of the “confession” ascribed to Rudolf Höss, the best known of the successive Auschwitz commandants); for, if one understands correctly, they did not even wear gasmasks and smoked amidst the noxious fumes of an explosive gas. Like the imaginary flower dreamt of by the French symbolist poet Stéphane Mallarmé (1842-1898), who wrote of “the one missing from every bouquet”, the Nazi gas chamber, capable of astounding works, is “missing from all reality”; it remains truly magical, but of a sinister and nauseating magic; it is nothing other than a nightmare that dwells in Jewish brains whilst, for their part, the high priests of the “Holocaust” work to make this gruesome illusion come to haunt the world for eternity, and to hold it in a state of near-hypnosis; their livelihood depends on it.

Céline is right again to add, on the subject of the magical gas chamber, that it is “no small matter!” In reality, as he says further on, it is everything and it permits EVERYTHING. Without it, the holocaustic edifice would collapse totally. Pierre Vidal-Naquet, sorry herald of the antirevisionist struggle, has himself acknowledged as much when, remarking that some of his friends, grown weary of the campaign, were decidedly tempted to dump these cumbersome gas chambers without further ado, he entreated them not to do so and voiced this cry of alarm: “I beg their pardon: that would be to surrender in open country” (“Le Secret partagé”, Le Nouvel Observateur, 21 September 1984, p. 80). The Nazi gas chamber is said to be the only tangible – but, in fact, impossible to find – evidence of a physical extermination that never took place and that is, moreover, brazenly described to us as being concerted, planned, and of a monstrously industrial nature, with production yields worthy of veritable “death factories”.

Céline, finally, is right to conclude “A whole world of hatreds is going to be compelled to yelp at the Iconoclast!” For my part, I should add, more than half a century after that prognosis or prophecy, that the yelps, now more and more deafening, have not ceased for an instant against the iconoclasts who are the revisionists. In France the latter are today christened with the barbarous term “négationnistes” whereas they “negate” or deny nothing but, at the end of their research, affirm that a gigantic historical imposture holds sway.


Conclusion

The revisionists haunt the days and nights of the upholders of Jewish law and of those whom Céline – again – called “the martyrs’ trust”. Against the revisionists who seek to protect themselves from it, the said trust is merciless. It drives some to suicide, causes physical injury and disfigurement, it kills or forces others into exile. It sets fire to houses and burns books. It has the police, the judges, the prison authorities do its bidding. It applies pressure, it extorts and steals. It sets the dogs of the press on us, it throws us out of our jobs, it heaps insults upon us. On our side, not one amongst us, to my knowledge, has ever struck one of these perpetual law enforcers. On 25 April 1995, in Munich, a German revisionist ended up killing himself, burning himself alive. He meant this act to be a protest against “the Niagara of lies” showered upon his people. In his suicide letter, he stated his hope that the flames that consumed his body would burn as a beacon for the generations to come. The German police proceeded to arrest the persons who soon afterwards came to leave a bouquet at the spot where Reinhold Elstner had immolated himself. On 13 May 2000, the German political science professor Werner Pfeiffenberger, aged 58, ended his own life after having long endured a legal persecution launched against him by a Jewish journalist in Vienna, one Karl Pfeifer, who had detected a whiff of revisionism (called, of course, neo-Nazism) in the academic’s writings.

The revisionists live a life of hardship and the Palestinians are living a tragedy. In particular, many Palestinian children are destined for a sorrowful fate. Their Israeli killers are, on a modest scale, the worthy successors of the US Air Force, the military corps which, in all of a cruel human history, has contributed to killing, mutilating, disfiguring or starving more children than any other, first in Germany and elsewhere in Europe, then in Japan, in Vietnam and in much of the rest of Asia, then in the Near- and Middle East and, finally, in still many other places in the world whenever the American soldier receives from his masters the order to hunt down a new “Hitler” and to prevent a new “genocide”.

May the leaders of the Muslim States hear the Palestinians’ and the revisionists’ appeals! Our ordeals are similar and our Intifadas identical.

May those leaders finally quit their silence on the biggest imposture of modern times: that of the “Holocaust”!

May they, especially, denounce the lie of the alleged Nazi gas chambers! After all, not one of the leaders on the winning side of the Second World War, despite their hatred of Hitler’s Germany, stooped so low as to claim that such gas chambers had existed. During that war, in their speeches, as afterwards, in their memoirs, never did Churchill, or de Gaulle, or Eisenhower once mention this demonic horror which they well saw to have been laboriously peddled during the war by propaganda agencies. Already a quarter of a century ago, in a masterly book, the American professor Arthur Robert Butz called the grand imposture “the Hoax of the Twentieth Century”. That century is over and as for its hoax, it must vanish into the rubbish bins of history.

The tragedy of the Palestinians demands it, the ordeal of the revisionists makes it essential and the cause of humanity as a whole makes it our historical, political and moral duty: the Grand Imposture must be denounced. It is a fomenter of hatred and war. It is in the interest of all that the leaders of the Muslim States quit their silence on the imposture of the “Holocaust”.


March 22, 2001 (for March 31, 2001)

Conférence de Beyrouth sur le révisionnisme et le sionisme (français) :



Les dirigeants des Etats musulmans devraient sortir de leur silence sur l’imposture de l’« Holocauste »



Cinq remarques préliminaires :

1. Je dis bien : « les dirigeants », et non pas : « les intellectuels, les universitaires, les journalistes » qui, eux, se sont déjà parfois exprimés sur le sujet ;

2. Le mot d’« Holocauste » (à toujours placer entre guillemets) désigne le triple mythe du prétendu génocide des juifs, des prétendues chambres à gaz nazies et des prétendus six millions de victimes juives de la seconde guerre mondiale. Au cours d’une longue histoire pleine de fureur, de sang et de feu, l’humanité a connu cent holocaustes, c’est-à-dire, d’effroyables pertes en vies humaines ou de sanglantes catastrophes (présentées, à l’origine du mot, comme autant d’offrandes exigées par des forces supérieures) ; mais nos contemporains ont été mis en condition pour ne retenir qu’un holocauste, celui des juifs ; celui-là s’écrit aujourd’hui avec une lettre majuscule ; il est devenu unique et il n’est plus besoin d’ajouter : « des juifs ». Aucun des précédents holocaustes n’a donné lieu à des indemnités, réparations ou compensations financières analogues à celles qu’ont réclamées et obtenues les juifs pour une catastrophe ou « Shoah » qu’ils décrivent comme unique et sans précédent, et qui le serait, en effet, si ses trois composantes (génocide, chambres à gaz et six millions) avaient été réelles. Si beaucoup de juifs européens ont souffert et sont morts pendant la guerre en question sans que cela constitue pour autant ce qu’ils entendent par le terme d’« Holocauste », beaucoup d’autres peuples et communautés, en particulier les Allemands, les Japonais, les Russes et les Chinois, ont, dans la réalité, connu un sort bien pire que celui de ces juifs ; songeons simplement ici aux tempêtes de feu phosphorique ou bien nucléaire au cours desquelles au moins un million d’Allemands et de Japonais ont trouvé une mort atroce (et que dire des blessés et des mutilés ?) . Il convient d’ajouter, par ailleurs, que des millions de juifs européens ont survécu à cette prétendue politique d’extermination physique pour connaître après la guerre une puissance et une prospérité qui n’ont pas de précédent dans leur histoire. Privilégier, comme on le fait aujourd’hui, le prétendu « Holocauste » revient donc à grossir au-delà de toute mesure la qualité et la quantité des souffrances juives et à réduire d’autant, jusqu’à ne lui donner aucun nom spécifique, la souffrance des autres;

3. L’imposture est un mensonge imposé ; il s’agit ici d’un mensonge historique, ce qui veut dire que, forgé par des menteurs ou des mythomanes, il a été ensuite adopté par une infinité – croissante avec le temps – de personnes qui, de bonne ou de mauvaise foi, l’ont colporté ; en la circonstance, nous avons donc affaire à un nombre infime de menteurs et à pléthore de bonimenteurs ;

4. Le contraire du mensonge, fabriqué ou colporté, est la vérité des faits. Toutefois, comme le mot de vérité est vague et galvaudé, je lui préfère celui d’exactitude. Le révisionnisme consiste à tenter de revoir et corriger ce qui est généralement accepté en vue d’établir avec exactitude la nature d’un objet, la réalité d’un fait, la valeur d’un chiffre, l’authenticité, la véracité et la portée d’un texte ou d’un document ;

5. Le sionisme est une idéologie tandis que le révisionnisme est une méthode. En tant que révisionniste, je porterai donc un jugement moins sur le sionisme lui-même (à l’aube du XXIe siècle) que sur l’emploi qu’il fait de l’imposture de l’« Holocauste ».

Si les dirigeants des Etats musulmans envisageaient de sortir de leur silence sur cette imposture et si, ce faisant, ils portaient un défi au lobby juif et sioniste, il leur faudrait évidemment a) d’abord prendre une juste mesure de l’adversaire, puis b) décider d’une stratégie adéquate et, enfin, c) fixer l’endroit précis où concentrer leurs attaques. Pour traiter de ces trois points, je diviserai mon exposé en trois parties.

En une première partie, afin qu’on ne se trompe pas sur l’adversaire et pour qu’on en prenne la juste mesure, j’exposerai quels sont, à mon avis, d’abord les apparents points faibles des juifs et des sionistes, puis leurs vrais points faibles. En une deuxième partie, pour ce qui est de la stratégie à adopter, je résumerai une partie des conclusions auxquelles je suis parvenu, en novembre 2000, à Téhéran, en présence de représentants du Centre des études stratégiques de la République islamique d’Iran. Enfin, en une troisième partie, je désignerai la cible précise à atteindre : « la magique chambre à gaz » nazie (la formule est de Louis-Ferdinand Céline).



I. L’adversaire juif et sioniste



Un adversaire trompeur peut afficher des craintes qu’il n’éprouve pas vraiment. Il expose à la vue de tous des points faibles qui n’en sont pas et il cherche à dissimuler ce qui l’inquiète vraiment. Ainsi sera-t-il attaqué là où il se moque de l’être et sera-t-il épargné là où il souffrirait vraiment. Ici, l’adversaire est presque indifféremment juif ou sioniste. Les juifs sont d’une incontestable diversité (« Deux juifs, trois synagogues », affirme le proverbe yiddish) et, politiquement, ils n’ont jamais formé un bloc, même face à Hitler ; mais, sans juifs, il n’y a pas de sionisme (« Le sioniste est au juif ce que le marteau est au menuisier », pense Ahmed Rami) et, à de rares exceptions près, le juif se sentira solidaire du sioniste et le sioniste du juif si tous deux constatent que leur mythe commun de l’« Holocauste » est en péril ; c’est pourquoi la distinction qu’il sied généralement de faire entre juif et sioniste n’a guère sa place ici.


a) Les fausses craintes et les apparents points faibles de l’adversaire :


1. En dépit de leur crainte affichée d’une attaque militaire contre l’Etat d’Israël, les sionistes qui dirigent cet Etat et les juifs de la Diaspora qui les soutiennent ne redoutent pas vraiment la force militaire de l’ennemi car ils savent que ce dernier sera surclassé par l’armée israélienne grâce à la technologie et à l’argent, en particulier, des Américains et des Allemands ;

2. Ils ne craignent pas vraiment la variété d’antijudaïsme improprement appelée antisémitisme ; au contraire, ils s’en nourrissent ; ils ont besoin de pouvoir crier à l’antisémitisme, ne serait-ce que pour collecter plus d’argent auprès de la Diaspora ; d’une manière générale, se plaindre leur est d’une nécessité vitale : « Plus je pleure, plus je palpe ; plus je palpe, plus je pleure » ;

3. Juifs et sionistes ne craignent pas vraiment les dénonciations juives du « Shoah Business » et de l’« Holocaust Industry » par des Peter Novick, Tim Cole ou Norman Finkelstein car il s’agit là, paradoxalement, de dénonciations plus ou moins casher où l’on prend soin de manifester sa révérence pour l’« Holocauste » lui-même ; on remarquera, d’ailleurs, que si l’exploitation industrielle ou commerciale de la souffrance réelle ou supposée des juifs constitue un filon, la critique de cette exploitation devient depuis quelques années un autre filon ; or, ces deux filons, surtout le second, se trouvent être strictement réservés aux juifs ; ils sont « off limits » et un Gentil qui s’aviserait d’imiter N. Finkelstein dans sa dénonciation de la mafia de l’« Holocauste » serait immédiatement pris en chasse par la meute des gardiens du trésor ;

4. Ils ne redoutent pas vraiment l’antisionisme en tant que tel ; ils en autorisent même parfois l’expression ;

5. En particulier, ils n’ont pas trop à s’inquiéter d’un antisionisme, devenu banal, qui consiste à s’en prendre à tous les mythes fondateurs d’Israël sauf à celui, devenu pour eux essentiel, de l’« Holocauste » ;

6. Ils n’ont pas à se soucier des accusations de racisme, d’impérialisme et de judéo-nazisme vu que ces accusations, même si elles sont parfois fondées, ressemblent à des slogans rituels, mécaniques et marqués au coin d’un langage suranné. Comparer les juifs à Hitler, puis affirmer que les sionistes poursuivent, comme les nazis, une politique de « génocide » n’est pas pour déplaire entièrement aux juifs et aux sionistes car cela contribue à renforcer l’image que ceux-ci ont réussi à fabriquer à la fois de Hitler et des nazis ; cela les aide à ancrer dans tous les esprits l’illusion qu’il y a eu, d’abord et avant tout, un « génocide » des juifs. En réalité, Hitler n’était pas plus un monstre, comme le prétendent ses ennemis juifs, que Napoléon n’était un « ogre », comme l’assurait la propagande anglaise. Bien que raciste et hostile aux juifs internationalistes (mais non aux juifs sionistes), Hitler n’a jamais ordonné ni admis que quiconque fût tué en raison de sa race ou de sa religion ; d’ailleurs, ses tribunaux militaires ou cours martiales ont condamné, parfois à mort, des soldats, des officiers ou des fonctionnaires allemands qui s’étaient rendus coupables du meurtre d’un seul juif ou d’une seule juive (y compris, pendant la guerre, en Pologne, en Russie ou en Hongrie) ; il s’agit là d’un point d’histoire occulté par les historiens exterminationnistes et regrettablement négligé par les auteurs révisionnistes. Si Hitler avait été le monstrueux raciste que l’on nous décrit, jamais une prestigieuse personnalité arabo-musulmane comme le Grand Mufti de Jérusalem (le Palestinien Hadj Amin Al-Husseini) ne serait, jusqu’à la fin, resté à ses côtés. Malgré l’épisode du pacte germano-soviétique (août 1939–juin 1941), Hitler était essentiellement hostile au stalinisme et à ce qu’il appelait, à cause de la contribution décisive des juifs au bolchevisme, le « judéo-bolchevisme ». Le soldat allemand ainsi que les volontaires européens, russes, asiatiques ou musulmans qui luttaient avec lui n’avaient pour ennemi essentiel que le communisme moscoutaire ;

7. Bien qu’ils prétendent le contraire, les juifs et les sionistes se moquent – non sans raison – de ceux qui parlent de « complot juif » ou de « conspiration d’Auschwitz », étant donné qu’il n’y a pas de « complot juif » (non plus que de « complot » franc-maçon, jésuite, papal, américain ou communiste) mais un pouvoir juif ou une influence juive ; de la même façon, il n’y a pas de « conspiration d’Auschwitz » mais un mensonge d’Auschwitz ; au demeurant, les idées de complot ou de conspiration, chères à la tradition juive, devraient rester l’apanage de cette dernière ; nous aurions tort d’y avoir recours.

b) Les vraies craintes et les véritables points faibles de l’adversaire :


1. En Israël-Palestine, juifs et sionistes craignent vraiment les armes des pauvres (les pierres des enfants, leurs frondes comme celle de David contre le géant Goliath, les attaques-suicides) et tout ce qui peut provoquer l’insécurité des personnes et du commerce ; ils craignent la dégradation de leur image ; ils ont peur d’avoir à choisir un jour entre la valise et le cercueil ;


2. Mais ce qu’ils appréhendent, par-dessus tout, c’est « la bombe atomique du pauvre », c’est-à-dire la désintégration, par le révisionnisme historique, du mensonge à la fois des chambres à gaz, du génocide et des six millions ; ils redoutent cette arme qui ne tue personne mais qui ne manquerait pas de faire éclater leur Grand Mensonge comme une baudruche pleine de vent ;


3. Ils ont peur de voir révéler à la face du monde que c’est l’imposture de l’« Holocauste » qui a permis, au lendemain de la seconde guerre mondiale, la création, en terre de Palestine, d’une colonie juive appelée Israël, et cela à l’instant même où, sur le reste du globe, sauf dans l’empire communiste, s’amorçait un gigantesque mouvement de décolonisation ;


4. Ils savent que perdre l’« Holocauste », c’est perdre l’épée et le bouclier d’Israël ainsi qu’un formidable instrument de chantage politique et financier ; Yad Vashem, qui, à Jérusalem, est à la fois un mémorial et un musée de l’« Holocauste » (en cours d’agrandissement), leur est plus précieux encore que le Mur des Lamentations ; toute personnalité étrangère de passage en Israël pour des tractations politiques ou financières est, au préalable, astreinte à visiter ce musée des horreurs afin qu’elle s’imprègne d’un sentiment de culpabilité qui la rendra plus malléable ; parfois, sont dispensés de cette visite les représentants de rares nations auxquelles les juifs et les sionistes ne peuvent tout de même pas reprocher une participation active ou passive au prétendu « Holocauste » ; il est alors piquant de noter que les responsables israéliens se plaignent de la difficulté de mener des tractations avec des partenaires qui n’ont pu, au préalable, être mis en condition ;


5. Ils ont conscience de ce que « were the Holocaust shown to be a hoax, the number one weapon in Israel’s propaganda armoury disappears [sic] » (lettre de W. D. Rubinstein, professeur à l’université Deakin, à Melbourne, dans Nation Review, 21 juin 1979, p. 639) ;


6. Ils ne connaissent que trop « the fact that, if the Holocaust can be shown to be a ‘Zionist myth’, the strongest of all weapons in Israel’s propaganda armoury collapses » (le même universitaire dans « The Left, the Right and the Jews », Quadrant, septembre 1979, p. 27) ;


7. Le vertige peut les saisir à la pensée que le grand public apprendrait enfin la somme d’iniquités que représentent toutes ces épurations, tous ces procès dans le style de la mascarade judiciaire de Nuremberg, ces aveux extorqués à propos de chambres à gaz ou de camions à gaz qui n’ont, en fait, jamais existé ou encore ces confessions au sujet d’invraisemblables tueries imputées aux Einsatzgruppen, ces chasses aux vieillards jusque dans les asiles du troisième âge plus d’un demi-siècle après leurs prétendus crimes, cet endoctrinement de tous les esprits, de l’école à l’université, dans les livres, dans les journaux, à la radio, à la télévision, sur tous les continents, le matin, à midi, l’après-midi, le soir, la nuit ; le tout se trouve accompagné, contre les révisionnistes, d’une répression féroce qui s’exerce surtout dans une Allemagne soumise à ses vainqueurs (et avec laquelle aucun traité de paix n’a encore été signé) ; ces révisionnistes ont commis le crime de réclamer simplement le droit de vérifier soit de suffocantes accusations dénuées de preuves, soit des témoignages qui ont été reçus pour véridiques en l’absence, pourtant, de tout interrogatoire et contre-interrogatoire sur la matérialité des faits allégués et sans même, au préalable, une seule expertise de l’arme supposée d’un crime supposé ;


8. En résumé, le cauchemar de ces juifs et de ces sionistes serait d’avoir à entendre répéter à tous les échos une certaine phrase de soixante mots prononcée il y a plus de vingt ans sur les ondes de Radio Europe n° 1, devant le journaliste Yvan Levaï, par un révisionniste français, disciple de Paul Rassinier. Voici cette phrase qui, à l’époque, allait me valoir, à Paris, une lourde condamnation judiciaire :

Les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique, qui a permis une gigantesque escroquerie politico-financière, dont les principaux bénéficiaires sont l’Etat d’Israël et le sionisme international et dont les principales victimes sont le peuple allemand – mais non pas ses dirigeants – et le peuple palestinien tout entier.


II. Comment mener le combat pour sortir de ce silence



1. En novembre 2000, j’ai séjourné pendant une semaine en Iran à l’invitation du Centre des études stratégiques, office directement rattaché au président de la République, M. Mohammed Khatami. Je n’ai eu aucun contact avec la presse, la radio ou la télévision du pays mais seulement avec quelques personnalités bien informées du révisionnisme. Je n’ai prononcé aucune conférence publique mais j’ai bénéficié d’un entretien de quelques heures avec le responsable de l’Institute for Scientific Political Research, le professeur Soroush-Nejad, et quelques-uns de ses collègues. Là encore, j’ai été frappé par la connaissance que certains Iraniens pouvaient avoir du révisionnisme. Sur ces entrefaites, le révisionniste suisse Jürgen Graf a fait son apparition en Iran et je me félicite de ce que, quelques mois plus tard, grâce à son intense activité et grâce aux contacts que, de mon côté, après mon retour en France, j’avais gardés avec les autorités iraniennes, le Tehran Times entreprenait la publication d’une série d’articles révisionnistes dont le premier devait précisément porter la signature du professeur Soroush-Nejad ;

2. En échange des informations que j’ai pu lui fournir, j’ai demandé à mon principal interlocuteur au sein dudit office pourquoi, jusqu’à présent, le révisionnisme ne semblait pas avoir trouvé grand écho dans les pays arabo-musulmans. Il a bien voulu m’énumérer huit raisons. Certaines de ces raisons, à la lueur des tout récents événements de Palestine, nous sont, en fin de compte, parues caduques à l’un comme à l’autre ; quelques autres nous ont semblé imputables à des malentendus ; d’autres, enfin, gardent malheureusement toute leur force et, en particulier, la raison suivante : dans les pays occidentaux, qui devraient prêcher d’exemple avant de se plaindre du silence des autres, le nombre reste dérisoire des révisionnistes à s’être résolument engagés, sous leur propre nom, sans réserves ni savantes manœuvres, dans la voie ouverte par P. Rassinier ;

3. J’ai tenté d’expliquer que ce déplorable état de choses est largement dû à ce qu’il faut bien appeler la peur (metus Judaeorum) qu’inspire partout le juif gémissant et menaçant (et que déjà ressentait Cicéron en 59 avant l’ère chrétienne). J’ai ajouté que tout responsable politique d’aujourd’hui, fût-il Iranien, Libanais, Chinois ou Japonais, ne pouvait qu’éprouver cette peur à l’endroit d’une communauté tellement riche et puissante dans le monde occidental que ses dirigeants sont en mesure, à tout instant, d’envahir les médias de leurs doléances et de leurs récriminations pour exiger, en fin de compte, le boycottage économique de la nation coupable dont les dirigeants ne feraient pas assez vite acte de « repentance » ou résisteraient aux exigences juives ;


4. J’ai alors énuméré les raisons pour lesquelles les dirigeants des Etats musulmans devaient néanmoins, en bonne politique, sortir de leur silence et comment, à mon avis, ils pouvaient le faire. Je n’exposerai pas ici ces raisons mais je résumerai en ces termes mes sentiments sur la voie à suivre : il convient qu’un ou plusieurs de ces dirigeants franchissent le Rubicon d’un pas résolu et, surtout, sans le moindre esprit de retour. Ma longue expérience des juifs ou des sionistes en la matière m’a convaincu que les mystificateurs sont déconcertés par la hardiesse de celui qui ose leur faire face en pleine lumière. De même que le faux témoin, pour peu qu’on capte son regard, doit être interrogé les yeux dans les yeux, de même les Edgar Bronfman, les Elie Wiesel, les Simon Wiesenthal (ces deux derniers se haïssent et se jalousent more Judaico), ou encore les rabbins de Los Angeles Marvin Hier et Abraham Cooper doivent être défiés à proportion de leurs menaces habituelles ;

5. J’ai mis mes hôtes en garde contre la tentation de recourir, fût-ce en un premier temps, à une forme de révisionnisme abâtardi ; là encore, l’expérience a prouvé que le révisionnisme de chien mouillé conduit à être battu. Encore faut-il, pour camper dans une position fermement révisionniste, bien connaître l’argumentation physique, chimique, documentaire et historique du révisionnisme. Je leur ai rappelé, par exemple, que le mythe des prétendues chambres à gaz nazies était déjà mort le 21 février 1979 quand, dans le journal Le Monde, trente-quatre historiens français s’étaient montrés incapables de relever mon défi quant aux impossibilités techniques de ces absurdes abattoirs chimiques. Le grand public ignore cet événement comme il ignore la succession des défaites et des débâcles subies depuis 1985 (date du premier procès Zündel à Toronto) par l’ensemble des historiens holocaustiques. Il appartient maintenant aux dirigeants des Etats musulmans de porter à la lumière ces nouvelles qui sont encore tenues sous le boisseau ;

6. Dans ces différents pays, des instituts d’histoire, de sociologie ou d’études politiques devraient se doter d’une section spécialisée dans le révisionnisme historique. Des fonds de recherches et d’archives permettraient à des chercheurs du monde entier, chassés des universités, des centres de recherches ou des bibliothèques de leurs pays respectifs à cause de leurs opinions ou de leurs tendances révisionnistes, de venir travailler aux côtés de leurs collègues des pays musulmans. Les différents ministères de l’éducation, de la recherche, de la culture, des affaires étrangères et de l’information collaboreraient à cette œuvre de portée internationale ;


7. Compte tenu de ce que les religionnaires de l’« Holocauste » entretiennent non seulement le mensonge mais aussi la haine, il serait opportun de fonder sur le plan international un « Mouvement contre l’imposture de l’‘Holocauste’ et pour l’amitié entre les peuples » ;

8. Il conviendrait de rééquilibrer le rapport des forces dans les relations internationales en invitant à plus de modestie les personnels politiques ou diplomatiques des grandes puissances qui, jamais avares de leçons moralisatrices, devraient se voir rappeler qu’elles courbent un peu trop l’échine devant une mafia internationale spécialisée dans le mensonge, l’arnaque et le mépris des droits de l’homme ; la soi-disant communauté internationale, qui ne cesse d’invoquer ces droits-là, devrait les rétablir dans le cas des révisionnistes avant de reprocher à des pays arabes ou musulmans intolérance et obscurantisme. De telles accusations pourraient aisément être retournées contre les Etats qui, ne tolérant pas la remise en cause d’une légende devenue histoire officielle et protégée par des lois spéciales, interdisent qu’on fasse la lumière sur certains sujets historiques ;


9. Un nouveau et puissant moyen d’information, l’Internet, autorise une diffusion accélérée du révisionnisme (voyez, en particulier, les sites, avec leurs sections en langue arabe, attribués à Ahmed Rami) ; il y a là une possibilité pour les intellectuels arabo-musulmans, trop influencés par l’idéologie dominante des universités occidentales où ils ont souvent été formés, de se désintoxiquer de la drogue holocaustique ;

10 . Somme toute, la vive inquiétude que manifestent les dirigeants juifs et sionistes aussi bien devant l’Intifada de jeunes Palestiniens qui vivent dans le dénuement que devant les activités de révisionnistes dépourvus de toutes ressources économiques ou financières comparables à celles de la Grande Mafia holocaustique fait penser à la peur ancestrale qu’éprouvent tant les riches face aux pauvres que les colonisateurs devant les colonisés et les maîtres à la vue de leurs esclaves. Les dirigeants juifs et sionistes geignent, menacent et frappent. Ils se voient riches (jamais assez riches, bien sûr), ils disposent d’armes de toutes sortes (celles de la force brute et celles du chantage et du racket) et ils savent se faire craindre de tous les dirigeants des nations les plus favorisées ; ils ont, en particulier, conscience de ce que les dirigeants allemands sont à leur dévotion, disposés à fournir jusqu’au sang des soldats allemands contre les ennemis d’Israël et prêts à renforcer encore plus impitoyablement leur répression du révisionnisme. Et pourtant, juifs et sionistes vivent dans la hantise d’avoir à affronter le courage de ceux qui n’ont plus rien à perdre dans la double Intifada, palestinienne ou révisionniste. Les riches et les puissants enragent de voir qu’on peut les défier comme c’est le cas pour les Palestiniens, à poings nus avec des pierres, et, pour les révisionnistes, à mains nues avec leur seule plume.


III. La cible principale : « la magique chambre à gaz » (Céline)



Apprenons à cibler. Ne dispersons pas nos efforts. Exerçons-nous à porter notre attention sur le centre du dispositif de l’adversaire. Or, le centre du vaste édifice d’impostures que forme la religion de l’« Holocauste » n’est autre que le mensonge d’Auschwitz. Et le cœur du mensonge d’Auschwitz est, à son tour, constitué par la prodigieuse « chambre à gaz ». C’est là qu’il faut viser. Des pancartes brandies par des manifestants arabes ou palestiniens et portant : « L’‘Holocauste’ des juifs est un mensonge » ou encore : « Les Six Millions sont un mensonge » inquiéteraient certes les « extor-sionistes » mais ces formulations restent trop vagues encore ; elles seraient moins parlantes, moins précises et moins percutantes que la formule : « Les chambres à gaz sont un mensonge ».


Personne n’est capable de nous montrer, à Auschwitz ou ailleurs, un seul spécimen de ces abattoirs chimiques. Nul n’est en mesure de nous en décrire la forme exacte et le fonctionnement. On n’en trouve ni vestige, ni indice d’existence. Pas un document, pas une étude, pas un dessin. Rien. Rien sinon parfois de pitoyables « preuves », qui, tels des mirages, se dissipent dès qu’on en approche et que les historiens juifs eux-mêmes, dans ces dernières années, ont été finalement contraints de récuser. Parfois, comme à Auschwitz, on fait visiter aux touristes une prétendue chambre à gaz « reconstituée » mais les historiens, et aussi les autorités du musée d’Auschwitz, savent pertinemment que, selon le mot de l’historien français antirévisionniste Eric Conan, « TOUT Y EST FAUX » (« Auschwitz : la mémoire du mal », L’Express, 19-25 janvier 1995, p. 68). Cependant, les juifs ont de la chance. Ils sont crus sur parole. À peu près personne ne demande à voir ce prodige technologique qu’aurait été la chambre à gaz nazie, véritable abattoir chimique à grande échelle. Imaginez qu’on vous dise qu’il existe quelque part un avion capable de transporter deux ou trois mille personnes en une demi-heure de Paris à New York (selon la vulgate exterminationniste, dans une seule prétendue chambre à gaz d’Auschwitz, on était capable de tuer une fournée de deux ou trois mille juifs en une demi-heure). N’exigeriez-vous pas, pour commencer à y croire, qu’on vous présente au moins une image de ce qui constituerait un saut technologique comme la science n’en a jamais connu ? Ne sommes-nous pas au temps des sciences exactes et de l’audio-visuel ? Pourquoi cette soudaine timidité quand il s’agit de notre chambre à gaz ? Les colporteurs ont la partie facile. Ils vous montrent l’équivalent soit de votre garage, soit de votre douche et ils vous disent : « Voici l’endroit où les Allemands gazaient les juifs par lots de cent ou de mille ». Et vous y ajoutez foi. On vous met sous les yeux des cheveux comme ceux que vous pourriez voir chez un coiffeur ou un perruquier et on vous affirme, sans la moindre preuve, qu’il s’agit de cheveux de gazés. On vous propose des chaussures et on les estampille « chaussures de gazés ». On vous expose des photographies de morts et vous croyez y voir des tués. On vous fait frémir avec la vision de fours crématoires qui n’ont pourtant rien que de banal. Il existe un moyen fort simple de démontrer qu’on nous leurre sur les prodigieux rendements des crématoires allemands des années quarante : c’est de leur opposer, par comparaison, le rendement actuel des crématoires les plus modernes de nos villes. Je connais également un moyen imparable de prouver que les prétendues chambres à gaz pour tuer les juifs avec de l’acide cyanhydrique n’ont jamais pu exister : il suffit de visiter aujourd’hui, comme je l’ai personnellement fait en 1979, la chambre à gaz d’exécution d’un pénitencier américain ou de se renseigner sur sa nature si compliquée, sur sa structure si impressionnante ainsi que sur la procédure si draconienne d’une exécution par le gaz, dans les années quarante ou cinquante, à Carson City (Nevada), à Baltimore (Maryland) ou à Parchmann (Mississippi) ; précisément, ces exécutions se faisaient et se font encore avec de l’acide cyanhydrique. Elles sont si redoutablement dangereuses pour les exécutants que la mise à mort d’une seule personne exige des précautions drastiques et une technologie des plus compliquées (abstraction faite de récentes sophistications dues au progrès scientifique ou à un luxe de précautions).

Sur le sujet, écoutons … Céline !

Je tiens Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) pour le plus haut génie des lettres françaises au XXe siècle. Sa force, sa finesse, sa clairvoyance étaient incomparables. Son existence, malheureusement, fut surtout un calvaire. Du jour où, en 1937, il commença à manifester la crainte de voir s’allumer une seconde guerre mondiale, il signa sa perte. Il avait été grièvement blessé lors de la première guerre mondiale et il appréhendait de tout son corps et de toute son âme une nouvelle boucherie. Les juifs, de leur côté, ne l’entendaient pas de cette oreille. La plupart de leurs responsables réclamaient à cor et à cri une croisade contre Hitler. Céline avait donc stigmatisé cette fièvre de châtier l’Allemagne et ce bellicisme frénétique. Il avait annoncé la catastrophe, puis, la Grande-Bretagne et la France prenant l’initiative d’entrer en guerre contre l’Allemagne, il n’avait pu ensuite que constater en quels « beaux draps » se retrouvait la France. En 1944, il échappa de peu à une justice expéditive animée, en particulier, par les juifs et les communistes. Il se réfugia dans l’Allemagne agonisante des derniers mois de la guerre, puis au Danemark, pays où, pour près d’un an et demi, il fut jeté en prison dans les pires conditions. Quand il finit par regagner la France, ce fut pour y connaître une existence de réprouvé. La France est un pays particulièrement cruel pour ses grands écrivains. Toujours est-il qu’aujourd’hui, soixante années après leur publication respective en 1937, 1938 et 1941, trois de ses œuvres, de magistrales satires honnies des juifs, restent interdites dans les faits. Aucune loi n’empêche en principe leur réédition mais tout le monde sait que les organisations juives entameraient la danse du scalp si jamais la veuve de Céline, toujours vivante, autorisait ces publications. Telle est la loi, non écrite, du Talmud moderne.

On connaît bien d’autres exemples de ce privilège juif ; c’est ainsi, pour prendre le cas d’un universitaire coupable d’avoir un jour écrit une phrase révisionniste, que Bernard Notin, depuis 1990, n’a plus été autorisé à donner de cours dans son université de Lyon. Aucune loi, aucune décision judiciaire ou administrative n’est intervenue pour lui signifier une telle interdiction. Aujourd’hui, dans la même université, c’est au tour du professeur Jean-Paul Allard d’être marqué du signe de Caïn pour avoir, il y a plus de quinze ans, présidé une soutenance de thèse révisionniste. Une véritable chasse à l’homme s’est organisée contre lui. Autrefois, quand on faisait remarquer aux juifs qu’ils pourchassaient les révisionnistes comme un gibier, ils protestaient. Ils osaient prétendre qu’il n’en était rien. Mais les temps ont changé. Les juifs ne s’en cachent plus et revendiquent fièrement leurs actions violentes. Le 1er mars 2001, l’hebdomadaire Actualité juive titrait : « La chasse à Jean-Paul Allard est ouverte », et le contenu de l’article équivalait à un appel au meurtre. Les organisations juives entendent cyniquement se faire craindre et, c’est le cas de le dire, aujourd’hui plus que jamais, « metus regnat Judaeorum ». Dans le cas de J.-P. Allard ils semblent être en train de parvenir à leurs fins : tout récemment, ce professeur, exténué par l’hallali, vient d’être hospitalisé pour un grave accident vasculaire cérébral et il a perdu l’usage normal de la parole. Les juifs et leurs amis ont, par ailleurs, obtenu que soit exclu du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) un sociologue et historien de valeur, le révisionniste Serge Thion, et cela selon une procédure tellement entachée d’arbitraire que le plus arrogant des patrons ne pourrait l’utiliser à l’endroit du plus modeste employé sans courir le risque d’une lourde condamnation judiciaire. Et je ne parle pas du calvaire enduré par les révisionnistes qui se sont battus à visage découvert, le plus admirable par l’intelligence et le cœur étant, à mon avis, l’Allemand Ernst Zündel. Établi au Canada depuis quarante ans, il a livré un combat titanesque contre le lobby international de l’« Holocauste » et afin que justice fût rendue à sa patrie diffamée. Sans lui le révisionnisme aurait continué de vivre dans une semi-obscurité. Mais on ne remonte pas le Niagara à la nage et, face à une toute-puissante coalition de forces politiques, financières et judiciaires, il lui a récemment fallu, malgré d’éclatantes victoires, quitter le Canada. Dans son nouvel exil, il continue avec l’aide de son épouse germano-américaine, Ingrid Rimland, de lutter pour une juste cause.


Si, en cette fin de conférence, j’ai tout à l’heure évoqué la haute figure de l’auteur de Voyage au bout de la nuit, c’est que Céline, par l’un de ces coups de génie dont il était coutumier, avait, cinq ans après la guerre, déjà soupçonné que la prétendue extermination physique des juifs pouvait n’être qu’une fable, une tromperie. Il faut dire qu’à partir de 1945, des flots de juifs d’Europe centrale, qu’on croyait tous avoir été exterminés, s’étaient mis à déferler sur la France, quand ce n’était pas sur d’autres pays occidentaux ou sur la Palestine ; en France, ils étaient venus s’ajouter à une communauté juive dont les quatre cinquièmes des membres avaient été épargnés par la déportation. En novembre 1950, sous le coup de la lecture du premier grand ouvrage de P. Rassinier, Le Mensonge d’Ulysse, Céline écrivait à son ami Albert Paraz :

Rassinier est certainement un honnête homme […]. Son livre, admirable, va faire grand bruit –– QUAND MEME il tend à faire douter de la magique chambre à gaz ! ce n’est pas peu ! Tout un monde de haines va être forcé de glapir à l’Iconoclaste ! C’était tout la chambre à gaz ! Ça permettait TOUT !

À notre tour, admirons cette lucide et fulgurante vision des choses, si prémonitoire.


Oui, la chambre à gaz est vraiment « magique ». Ainsi que je l’ai dit, personne, en fin de compte, ne s’est révélé capable de nous en montrer une ou même de nous en dessiner une en réponse à mon défi : « Show me or draw me a Nazi gas chamber ! ». Personne n’a pu nous en expliquer le fonctionnement. Personne n’a pu nous dire comment, à Auschwitz, les Allemands auraient pu déverser des granulés de Zyklon B, puissant insecticide à base d’acide cyanhydrique, par de prétendus orifices aménagés dans le toit de la « chambre à gaz », vu que cette prétendue chambre à gaz (en réalité, une chambre froide pour la conservation des cadavres en attente de crémation) n’a, ainsi qu’un œil attentif peut le noter parmi les ruines, jamais possédé ne fût-ce qu’un seul de ces orifices, ce qui m’a permis de conclure en quatre mots : « No holes, no ‘Holocaust’ ! ». Personne n’a pu nous révéler par quel mystère des équipes de juifs auraient pu, sur l’ordre des Allemands, impunément pénétrer, presque aussitôt après le prétendu massacre, dans cette vaste chambre à gaz pour en retirer à grand ahan, jour après jour, des fournées de plusieurs milliers de cadavres enchevêtrés. L’acide cyanhydrique est long et difficile à ventiler ; il s’incruste dans le plâtre, la brique, le ciment, le bois, la peinture et, surtout, dans la peau et les muqueuses ; on ne peut donc ainsi entrer, se mouvoir et travailler dans un océan de poison mortel et y toucher des corps qui, imprégnés de ce poison-là, auraient contaminé les manipulateurs. Il est, au surplus, bien connu des spécialistes de la désinfection (ou désinfestation) qu’il est impératif, en une telle atmosphère, d’éviter l’effort physique car, lorsqu’un tel effort est fourni, la respiration s’accélère et le filtre du masque à gaz laissera alors passer le poison, qui tuera le porteur de masque. Enfin, personne n’a pu nous faire savoir comment ces étonnants juifs du Sonderkommando, dragueurs des cadavres de leurs coreligionnaires, pouvaient réaliser de tels tours de force en mangeant et en fumant (version de la « confession » attribuée à Rudolf Höss, le plus fameux des commandants successifs d’Auschwitz) ; car, si l’on comprend bien, ils ne portaient pas même de masque à gaz et ils fumaient dans les vapeurs délétères d’un gaz explosible. Telle la fleur imaginaire dont rêvait le poète Mallarmé et qu’il appelait « l’absente de tout bouquet », la chambre à gaz nazie, capable de prouesses délirantes, est « l’absente de toute réalité » ; elle reste vraiment magique, mais d’une magie sinistre et nauséabonde ; elle n’est rien d’autre qu’un cauchemar qui habite des cerveaux juifs cependant que, de leur côté, les grands prêtres de la religion de l’« Holocauste » font en sorte que cette macabre chimère vienne hanter le monde pour l’éternité et le tenir en état de sidération ; c’est qu’il en va de leur gagne-pain.

Céline a eu encore raison d’ajouter à propos de la magique chambre à gaz que « ce n’est pas peu ! ». En réalité, comme il le dit plus loin, c’est tout et cela permet TOUT. Sans elle, l’édifice holocaustique s’effondrerait en sa totalité. Pierre Vidal-Naquet, triste héraut de la lutte antirévisionniste, l’a lui-même reconnu lorsque, constatant que certains de ses amis, de guerre lasse, étaient décidément tentés de passer ces encombrantes chambres à gaz par pertes et profits, il les a conjurés de n’en rien faire et a lancé ce cri d’alarme : « Qu’ils me pardonnent, mais c’est là capituler en rase campagne » (« Le Secret partagé », Le Nouvel Observateur, 21 septembre 1984, p. 80). La chambre à gaz nazie serait la seule preuve tangible – mais, en fait, introuvable – d’une extermination physique qui ne s’est jamais produite et qu’on a l’aplomb de nous décrire au surplus comme concertée, planifiée, de nature monstrueusement industrielle et avec des rendements dignes de véritables « usines de mort ».

Céline, enfin, a eu raison de conclure : « Tout un monde de haines va être forcé de glapir à l’Iconoclaste ! ». Pour ma part, j’ajouterais, plus d’un demi-siècle après ce pronostic ou cette prophétie, que ce glapissement, qui se fait de plus en plus assourdissant, n’a pas cessé un instant contre les iconoclastes que sont les révisionnistes. D’un terme barbare, ces derniers sont aujourd’hui baptisés « négationnistes » alors qu’en réalité ils ne nient rien mais, au terme de leurs recherches, affirment que nous vivons tous sous l’emprise d’une gigantesque imposture historique.

Conclusion

Les révisionnistes hantent les jours et les nuits des gardiens de la loi juive et de ceux que Céline – encore lui – appelait « le trust des martyrs ». Contre les révisionnistes qui cherchent à se protéger de lui, ledit trust se montre impitoyable. Il pousse au suicide, il blesse, il défigure, il tue ou alors il contraint à l’exil. Il incendie les maisons et brûle les livres. Il en appelle à la police, aux juges, à la prison. Il pressure, extorque et vole. Il déchaîne contre nous les chiens de la presse, il nous chasse de nos emplois, il nous abreuve d’outrages. De notre côté, pas un seul d’entre nous, à ma connaissance, n’a jamais frappé l’un de ces perpétuels justiciers. Le 25 avril 1995, à Munich, un révisionniste allemand a fini par se donner la mort en s’immolant par le feu. Il entendait protester contre « le Niagara de mensonges » déversés sur son peuple. Selon les termes de son ultime message, il espérait que la flamme qui consumerait son corps brûlerait comme un fanal pour les générations à venir. La police allemande a procédé à l’arrestation des personnes venues déposer un bouquet précisément là où venait de s’immoler Reinhold Elstner. Le 13 mai 2000, l’Allemand Werner Pfeiffenberger, professeur de sciences politiques, âgé de 58 ans, a fini par se donner la mort au terme d’une longue persécution judiciaire déclenchée par un journaliste juif de Vienne, Karl Pfeifer, qui, dans un écrit de l’universitaire, avait détecté des relents de révisionnisme (bien sûr appelé néo-nazisme).

Les révisionnistes vivent un drame et les Palestiniens, une tragédie. En particulier, nombre d’enfants palestiniens sont voués à un sort pathétique. Leurs tueurs israéliens sont, à une modeste échelle, les dignes successeurs de l’US Air Force, le corps de bataille qui, dans toute la cruelle histoire des hommes, a contribué à tuer, mutiler, défigurer ou affamer le plus d’enfants, d’abord en Allemagne et ailleurs en l’Europe, puis au Japon, au Vietnam et ailleurs en l’Asie, ensuite au Proche-Orient et au Moyen-Orient et, enfin, en bien d’autres points du monde encore où, à tous les coups, le soldat américain reçoit de ses maîtres la mission de pourchasser un nouveau « Hitler » et d’empêcher un nouveau « génocide ».

Puissent les dirigeants des Etats musulmans entendre les appels des Palestiniens et des révisionnistes ! Nos épreuves se ressemblent et notre Intifada est identique.


Puissent ces dirigeants sortir enfin de leur silence sur la plus grande imposture des temps modernes : celle de l’« Holocauste » !

Puissent-ils, en particulier, dénoncer le mensonge des prétendues chambres à gaz nazies ! Après tout, du côté des vainqueurs de la seconde guerre mondiale, pas un des grands dirigeants alliés, malgré leur haine de l’Allemagne hitlérienne, ne s’est abaissé jusqu’à prétendre que ces chambres à gaz avaient existé. Durant cette guerre, dans leurs discours, comme après la guerre, dans leurs mémoires, ni Churchill, ni de Gaulle, ni Eisenhower n’ont, un instant, mentionné cette horreur démoniaque dont ils voyaient bien qu’elle avait été laborieusement colportée pendant la guerre par des officines de propagande. Il y a déjà un quart de siècle, dans un ouvrage magistral, l’Américain Arthur Robert Butz appelait la grande imposture « The Hoax of the Twentieth Century », la mystification du XXe siècle. Ce siècle est révolu et sa mystification, quant à elle, doit disparaître dans les poubelles de l’histoire.

La tragédie des Palestiniens l’exige, le drame des révisionnistes l’impose et la cause de l’humanité tout entière nous en fait une obligation à la fois historique, politique et morale : la Grande Imposture doit être dénoncée. Elle est un ferment de haine et de guerre. Il est de l’intérêt de tous que les dirigeants des Etats musulmans sortent enfin de leur silence sur l’imposture de l’« Holocauste ».

22 mars 2001