Friday, March 5, 1999

A Revisionist Monograph on Majdanek

To Fred Leuchter, of whom I have lost all trace

In June 1998, the Swiss Jürgen Graf and the Italian Carlo Mattogno published jointly a monograph, in German, on the Majdanek-Lublin (Poland) concentration camp; some chapters were written by J. Graf and others by C. Mattogno. Only one chapter is signed by both authors (1).

Majdanek's negligible importance for the exterminationists

In the exterminationist propaganda arsenal, the camp at Majdanek is of a significance which one may today deem either non-existent or at most altogether accessory. The two authors of this monograph ought to have apprised their readers of that fact.

"Liberated" by the Soviets on 23 July 1944, the Majdanek camp played an important role in allied propaganda (on the basis of accounts of atrocities) only for a few months during that year (2). Then, in 1945, Majdanek was to be, from that perspective, definitively supplanted by such camps as Bergen-Belsen, Dachau, Buchenwald, and Auschwitz.

The two authors ought necessarily to have drawn attention to the following five points which they instead passed over in silence:

1) In 1945-1946, at the Nuremberg trial, Majdanek-Lublin was practically a nonentity. To begin, the name of the camp itself was not once to be mentioned in the judgement, whose English version amounts to 149 printed pages. In February 1946, the chief Soviet prosecutor, colonel L. N. Smirnov, made, in the course of his raving diatribes against the Germano-Fascists, no mention of any gas chambers in his enumeration of the procedures used at Majdanek "for the mass extermination of inmates"; this was only eighteen months on from the moment in the summer of 1944 when Soviet propagandists, followed by the western allies, had with much fanfare launched the myth of gassings at Majdanek. L. N. Smirnov was to be content with reading out, on 19 February 1946, an extract of the report submitted by the Polish-Soviet Investigative Commission, of which only part of one sentence furtively evokes mass shootings and the mass murder in gas chambers of nearly... 1,500,000 persons; no details were to be added (3);

2) in 1951, for Léon Poliakov, Majdanek was not an "extermination camp" but a "labour camp" (4);

3) in 1953, for Gerald Reitlinger, it was "a place which had never specifically been a centre of extermination" (5);

4) German historian Martin Broszat, for his part, quite simply does not mention this camp in his famous list of "mass extermination camps" (6);

5) as early as 8 May 1950 a Berlin court had stated that, unlike the Auschwitz camp, that of Majdanek "did not possess any gassing equipment".

J. Graf and C. Mattogno might have made a better effort than they in fact have done at pointing out the total confusion which reigns among other tenors of the Jewish extermination thesis who have maintained that Majdanek was an "extermination camp" with execution gas chambers. This confusion is not limited to considerable variations in the purported number of victims. Among these orthodox historians there may be observed a flaccid conviction, a broad vagueness, and a fine cacophony, as revealed by a look into the respective writings of Raul Hilberg (1961 and 1985), Olga Wormser-Migot (1968), Lucy Davidowicz (1975), Leni Yahil (1990), and other authors of the same school including, in particular, Adam Rutkowski (8). In short, Majdanek has hardly been profitable for the exterminationists of Europe and the United States. In Poland, Jozef Marszalek has published a monograph on Majdanek and has had it translated into English and German. In Düsseldorf, at the very long Majdanek trial which began in 1979, the court stated, without the benefit of evidence, that Majdanek had been an "extermination camp"; some of the accused protested that they had never witnessed acts of "extermination" there but were soon made to understand that there was no point in insisting.

Hence, Majdanek's negligible importance for revisionists

Precisely because of Majdanek's insignificance in the panoply of exterminationist or orthodox arguments, revisionists have hardly dwelt on the subject. They have mainly concentrated on Auschwitz for, as A. R. Butz has written, "Auschwitz is the key of the whole story" (9) and, as Wilhelm Stäglich has reckoned, "it is with 'the Auschwitz death works' that the proposition, as such, of 'the planned extermination of the Jews' stands or collapses" (10). This is not to say that all revisionists have chosen to ignore that other camp, and it is regrettable that J. Graf and C. Mattogno have not seen fit to remind their readers of the relevant contributions made by Dietlieb Felderer and... by Robert Faurisson. Might I take the liberty of pointing out that, after my visit to Majdanek in April 1975, I had concluded that its alleged execution gas chambers could not have been used for killing human beings and that, as will be seen below, they had, for the most part, been but disinfestation facilities? If Fred Leuchter went to Majdanek in 1988 it was at my instigation and after consulting my own documentation on the camp, particularly my photographs. His conclusions confirmed mine, and now J. Graf and C. Mattogno have merely borne them out.

The two authors ought not either to have neglected the book by Barbara Kulaszka (11) which is known to all revisionists and in whose index, under "Majdanek", they could have noted what other revisionists well before them had either declared under oath in court at Toronto in 1988 or brought out in various publications. Space is wanting for me to give the references for what I myself have written here and there on Majdanek, without -- needless to say -- dwelling too long on the subject, for "one does not shoot at an ambulance"; in a work of over 2,000 pages which has just appeared under the title Ecrits révisionnistes ("Revisionist Writings") and which gathers several articles, studies, and reviews from a span of twenty-five years (1974-1998), some of those references can be found. They pertain, for instance, to texts published in Serge Thion's Vérité historique ou vérité politique ? ("Historical Truth or Political Truth?", Paris, La Vieille Taupe, 1980), to a piece about an exhibition on the wartime deportation of Jews from France held in Paris in 1982 (a "show" which was scuttled as a result of the article's appearance), to an interview for the Spanish magazine Cedade (March 1989), as well as to studies published in French or English (Revue d'histoire révisionniste, The Journal of Historical Review, Nouvelle Vision). In 1979 I had got in touch with a German lawyer called Ludwig Bock, who was defending one of the accused at the aforementioned trial in Düsseldorf, and suggested, without success, that he demand a forensic examination of the "crime weapon", indispensable in such criminal proceedings and potentially beneficial for the defendants. I had also recalled in one of my pieces Olga Wormser-Migot's significant critique of the "museological frenzy" (her own words) which had led the Majdanek Museum authorities to dissemble the premises. Finally, when in 1993 the Holocaust Memorial Museum in Washington dared to show a "Majdanek gas chamber door", I intervened several times in order to denounce that trickery and, as I had always done, to draw attention to the fact that the said execution gas chamber could have been used solely for disinfestation. I again indicated that what is honestly presented to today's visitors to Majdanek as a shower room had, just after the war, been branded an execution gas chamber, and thus raised the following point: if the Germans, on abandoning the camp in July 1944, had left intact all of these structures which thereafter were to be presented by Polish-Soviet propaganda as execution gas chambers, it was precisely because there was no question of their having been used for killing. They were disinfestation facilities, designed with a view to protecting men's and women's health and life, not to putting to death the camp's Jewish inmates. There had been nothing to hide, and nothing had been hidden.

A target: the Leuchter Report

At the end of his 1988 report, F. Leuchter concluded that, as I had for my part discovered in 1975, there had never been, nor could there ever have been any murderous gas chambers at Majdanek. This conclusion was shared, in 1998, by J. Graf and C. Mattogno; it is thus all the more surprising to note the virulence of their attacks on a report whose conclusions they are obliged to endorse, and which are fixed so firmly in time.

To begin, C. Mattogno does not even bring forth F. Leuchter's arguments. He does not cite them but instead reproduces J.-C. Pressac's (an avowed enemy of F. Leuchter) critique of them. And he states his approval of this critique (p. 154-155). One would have preferred to read a text of F. Leuchter's own writing rather than a confused piece which mixes what he is alleged to have said with J.-C. Pressac's critique of it. Who would ever consult a Guelph to ascertain the reasoning of a Ghibelline, or vice versa? Who would trust a staunch enemy of a scientific, historical, political, or religious opinion to inform him fairly about it? Have we not here an instance of faulty method? Instead of letting J.-C. Pressac speak twice, first to show F. Leuchter's arguments and then to denounce their purported errors, would it not have been more fitting to allow both men an equitable space in which to state their cases, the better to assert one's preference between them?

In August 1944, the swindlers and propagandists of the Polish-Soviet commission on Majdanek drafted a professed expert report. C. Mattogno does them the honour of quoting it at length, in its entirety, without at any point cutting in to make criticisms or remarks (p. 119-128). F. Leuchter, for his part, has no right to such favourable treatment. Only minute fragments of his report are quoted, on the subject of which, on page 156 of his book (and on that page alone) C. Mattogno employs the following words: "Here we have another contradiction of Leuchter's own statements" ... "again, fallacious arguments" ... "technically absurd" ... "in contradiction of his own statements" ... "the first argument is lacking in clarity, the second in foundation" ... "shallowness and ignorance" ... (12).

Until the present, living near Rome in his native Italy, C. Mattogno seems to have worked in peace and quiet; unless I am mistaken, he has experienced neither prosecution, nor fines, nor police seizures, nor prison sentences. F. Leuchter, on the other hand, weakened by imprisonment, by ignoble legal actions, by the loss of his livelihood, by the ruin of his health, and by cruel personal trials arising from his brave and very efficient public stands, has been forced to go into a kind of hiding from which he has only recently emerged for a poignant interview with a Jewish-American film-maker. C. Mattogno knew when, in June of 1998, he published his virulent criticisms — on whose merit I shall not tarry as they concern only minuscule points — of F. Leuchter that the man whom he was thus attacking was at the time in no position to offer a rebuttal. One can only deplore this behaviour on the part of the Italian researcher.

An incomplete portrait of J.-C. Pressac

In the book's sixth chapter, devoted to the gas chambers, C. Mattogno quotes in a laudatory manner Jean-Claude Pressac's study entitled "Les carences et incohérences du rapport Leuchter" ("The shortcomings and discrepancies of the Leuchter Report"), which covered nine pages in the December 1988 issue of Serge Klarsfeld's Jour J ("J[ewish] Day"). He cites it at length. Unhappily, he says nothing of the study's weaknesses and, more important, he does not reveal the extent of J.-C. Pressac's criticisms of what one must call the lies of the Majdanek Museum authorities. C. Mattogno could have referred his readers to one of my own pieces on this article by J.-C. Pressac, a piece which appeared in 1989 in a French revisionist review and, in 1991, in an American one (13). In my conclusion, based on referenced quotations, I wrote that on Majdanek, I do not think it an exaggeration to say that Pressac does not believe in the existence of execution gas chambers in this camp. In subsequent years this impression was to be reinforced, particularly by the reading of a special issue of the French bimonthly Historia of which I wrote a critique entitled precisely "Un étonnant numéro spécial d'Historia sur 'les camps de la mort' (mars-avril 1995)" ("A surprising special issue of Historia on 'the death camps' - March-April 1995 -)". I therein termed J.-C. Pressac's article on Majdanek "devastating" and evoked his denunciation of the Majdanek Museum's lies about the "gas chamber". C. Mattogno does not mention this article by J.-C. Pressac, so relevant to his subject but, it is true, embarrassing for one who is looking to pour contempt on F. Leuchter at all costs.

In short, in December 1988, J.-C. Pressac, then linked to and financed by S. Klarsfeld, criticised the Leuchter Report, though all the while embracing certain of its conclusions; some time afterwards, no longer dependent on S. Klarsfeld, he had so evolved on the Majdanek question that one may ask oneself whether today, in 1999, his positions are not, effectively, quite close to those of F. Leuchter or of L. Poliakov, G. Reitlinger and M. Broszat. Besides, a few months after publishing his piece on "The shortcomings and discrepancies of the Leuchter Report", J.-C. Pressac, still under the thumb of S. Klarsfeld, had already done right by F. Leuchter in acknowledging that the symbolic gas chamber at Majdanek, presented to the world as a killing machine, was a disinfestation gas chamber! C. Mattogno does not state this.

Over-erudition

Two chapters of the book would have gained from a greater conciseness and simplicity. In them (chapter V, on the crematoria, and chapter VIII, on the Zyklon consignments), C. Mattogno demonstrates an erudition of which one may perhaps doubt the usefulness and need.

When one truly has command of a subject one can, it seems to me, attain the scholar's or professional's simplicity of expression. Keeping to but this one example, if one wishes to show that the capacity attributed by the exterminationists to the crematoria in German concentration camps of the early 1940s is beyond reason, there is no need for highly technical considerations on the crematoria's structure and workings; it will be enough to tell us of today's incineration capacity in the crematoria of our own large cities, after half a century of steady technical progress. The figures will speak for themselves. At the second Zündel trial in Toronto in April 1988, Mr Ivan Lagacé, director of the crematoria at Calgary, Alberta (640,000 inhabitants), offered just such a brief description, masterfully and with modesty.

The unsolved mystery of the Erntefest

C. Mattogno devotes chapter IX of his book to what has come to be called "the Erntefest massacre" of 3 and 4 November 1943. The German word Erntefest means "[grape] harvest- or crop-festival". According to the exterminationist argument, the operation known by that name consisted in executing more than 40,000 Jews in the district of which Lublin is the principal town (Majdanek is a suburb of Lublin). For reasons of a mainly material nature, it may be assumed that in fact it must have been rather a question of a police undertaking to arrest and deport the Jews of the region. C. Mattogno allots some very interesting pages to the subject but, suddenly, at the chapter's end, just when it seems that he is about to provide the key to the mystery, he concludes that "quite probably" it was a question of a population transfer (p. 231-232). The reader is left unsatisfied.

A first in the history of revisionism

On the back of the dust jacket, this book on Majdanek is described as "a first". The two authors are said to have made a "stupendous discovery", summed up in words to this effect: There has, generally speaking, been no serious work on Majdanek in the exterminationist literature of the West; as for that of the East, it must be approached with caution since it is tainted with Polish-Soviet propaganda. Hence this book fills a gap and our two authors — who, as it happens, are revisionists — are the first to devote a "work of reference" (Standardwerk), thus oriented, to the Majdanek camp.

The advertisement is mistaken.

If the two authors had outlined the exterminationist opinion on the truly secondary role of Majdanek in "the extermination of the Jews", they would have been unable to tell us of a "stupendous discovery". In effect, whenever a subject is held to be truly secondary or negligible, few pains will be taken to study it, and such has been the case here: the exterminationists have not insisted on Majdanek. Besides, if the two authors had taken the trouble to mention scrupulously what the revisionists, beginning with D. Felderer, R. Faurisson, and F. Leuchter, had in various places published on the matter, they would have made it obvious that the revisionists had, with their arguments and material inquiries, rather quickly solved the "problem of the Majdanek gas chambers". If, in addition, J. Graf and C. Mattogno had given a full account of J.-C. Pressac's stand on the subject in 1988 and his subsequent evolution towards a firm scepticism, they would have had to admit that there was effectively no longer any "problem of the Majdanek gas chambers". As far back as the early 1950s, there was – as I have pointed out above – no such problem for a Léon Poliakov. Why not say so in a work which is presented as being "of reference"?

If this book amounts to a "first", I fear that it is not so in the way our two authors intended, but rather in the sense that, for the first time (as it seems to me) in the historiography of the revision of the "Holocaust" story, revisionists have attacked other revisionists, virulently and in public. More or less muffled clashes had, of course, always been possible but they were confined within the revisionist circle. Today that is no longer the case. J. Graf and C. Mattogno have attacked F. Leuchter without properly showing his arguments, knowing their victim to be, at the time, unable to reply. In so doing, they have assumed a responsibility which exposes them to being, in their turn, criticised for a work devoid of the value which they hope to see bestowed upon it. Today they resemble those who are obliged to admit that Galileo was right but who nonetheless consider, perhaps like the Holy Inquisition, that on some minute details he was mistaken.

Did the two authors believe that, by publishing such a book, they might account for themselves in the eyes of those who had sponsored their expedition to the East (Poland, the Baltic countries, and Russia), an undertaking whose results were not to come up their expectations, or to ours? I wonder. Let us hope that the new expedition of 1999 will be more fruitful, giving rise to the publication of a work on a subject which truly poses a problem, and which needs to be addressed in all its essential aspects, without for any reason omitting a single one. Let us also hope that the new book will be devoid of cheap personal attacks against defenceless opponents.

Revisionists certainly need to know how to criticise one another. Such criticism is indeed indispensable. But, in their individual work, in their investigations, they must, first and foremost, search out difficulty, foster rectitude, and attack the lies of the world's mighty.

N.B. — Few revisionists are acquainted with the full text of the Leuchter Report on Auschwitz, Birkenau, and Majdanek. Unfortunately, all of the numerous editions which are thought to present it give but an approximate idea of the wealth of the 193 pages submitted in evidence at the April 1988 Toronto trial. For instance, David Irving's Focal Point Publications edition of June 1989 is incomplete and contains elements which do not appear in the original. In order to have a whole and faithful version, one would be well advised to contact Ernst Zündel in Toronto and order from him the gilt-edged, 196 page-book with, on the back cover, the following notice:

This is a reproduction of the original Leuchter Report I, as it was presented to the court in Toronto, except for the foreword by Dr Robert Faurisson and the letter by Fred Leuchter to Ernst Zündel regarding the roof vents in his drawings, reproduced on page 42 of this version.

One cannot stress enough the importance of that letter "regarding the roof vents".

There are three others besides that first "Leuchter Report". Number 2 is on Dachau, Mauthausen, and Hartheim; number 3 concerns the execution gas chamber in the Mississippi State Penitentiary at Parchmann, and number 4 constitutes a critique of J.-C. Pressac's Auschwitz: Technique and Operation of the Gas Chambers (1989) (see n. 14).

March 5, 1999

***

Notes

(1) Jürgen Graf and Carlo Mattogno, KL Majdanek, Eine historische und technische Studie, Hastings (UK), Castle Hill Publishers, 1998 [June-July], 319 p., 21 x 14 cm.

(2) "Lublin remained the propaganda's leading extermination camp well into the autumn of 1944" (Arthur R. Butz, The Hoax of the Twentieth Century, Richmond (Surrey, UK), Historical Review Press, 1976, p. 171).

(3) TMI, VII, p. 456-457, 590; IMG , VII, p. 497-499, 648.

(4) Léon Poliakov, Bréviaire de la haine ("Breviary of Hatred"), Paris, Livre de Poche, 1974 [1951], p. 289.

(5) Gerald Reitlinger, The Final Solution, London, Aronson, 1987 [1953], p. 450, 452.

(6) Martin Broszat, "Keine Vergasung in Dachau", Die Welt, 19 August, 1960, p. 16.

(7) C. F. Rüter, Justiz und NS-Verbrechen, Amsterdam University Press, vol. VI [1971], p. 547.

(8) Adam Rutkowski in NS-Massentötungen durch Giftgas, Frankfurt, S. Fischer, 1983, p. 241-245; Les Chambres à gaz, secret d'Etat, Paris, Editions de Minuit, 1984, p. 218-222. In the 1960s and '70s I met A. Rutkowski many times at the Paris Centre de documentation juive contemporaine and, in our frequent conversations, was able to notice his growing embarrassment on the subject of the Nazi gas chambers, an embarrassment which can be sensed in reading the few above-cited pages which he devotes to Majdanek.

(9) op. cit., p. 35.

(10) "Mit der 'Todesfabrik Auschwitz' die These von der 'planmäßigen Judenvernichtung' als solche steht oder fällt", Der Auschwitz-Mythos / Legende oder Wirklichkeit? Tübingen, Grabert-Verlag, 1979, p. XI.

(11) Barbara Kulaszka, Did Six Million Really Die? Report of the Evidence in the Canadian "False News" Trial of Ernst Zündel, 1988, Toronto, Samisdat Publishers, 1992, viii-564 p.

(12) "Dies wiederum widerspricht Leuchters eigener Aussage" … "noch trügerische Argumente" … "Dies ist technisch gesehen unsinnig" … "Im Widerspruch zu seinen eigenen Aussagen" … "Das erste Argument ist unklar, das zweite unfundiert" … "Oberflächlichkeit und Unkenntnis" …

(13) "Pressac devant le rapport Leuchter", Revue d'histoire révisionniste, November 1990, p. 145-146; "Pressac versus the Leuchter Report", The Journal of Historical Review, Summer 1991, p. 164-166.

(14) See Barbara Kulaszka, op. cit., p. 267-271.

Une monographie révisionniste sur Majdanek


À Fred Leuchter, dont j’ai perdu la trace


En juin-juillet 1998, le Suisse Jürgen Graf et l’Italien Carlo Mat­togno ont conjointement publié en allemand une monographie sur le camp de concentration de Majdanek-Lublin (Pologne) ; certains chapitres sont de J. Graf et d’autres, de C. Mattogno ; un seul chapitre est de la responsabilité commune des deux auteurs [1]

Importance négligeable de Majdanek

pour les exterminationnistes

Dans l’arsenal de la propagande exterminationniste, le camp de Majdanek est d’une importance qu’on qualifiera aujourd’hui soit de nulle, soit de tout à fait accessoire. Les deux auteurs de cette monographie auraient dû en prévenir le lecteur.

« Libéré » par les Soviétiques le 23 juillet 1944, le camp de Majdanek ne joue un rôle d’importance dans la propagande alliée (à base de récits d’atrocités) que pendant quelques mois de 1944 [2]. Puis, en 1945, Majdanek, de ce point de vue, va être définitivement supplanté par des camps tels que Bergen-Belsen, Dachau, Buchenwald et Auschwitz.

Les deux auteurs auraient dû impérativement signaler les cinq points suivants qu’ils ont passés sous silence :

1) En 1945-1946, au procès de Nuremberg, Majdanek-Lublin est quasiment inexistant. Pour commencer, dans le texte du ju­gement dont la version française compte pourtant 187 pages imprimées, le nom même du camp n’est mentionné qu’une seule fois, et encore comme celui d’un simple camp « de concentra­tion » et non « d’extermination ». En février 1946, l’avocat général soviétique, le colonel L. N. Smirnov, au cours de ses dia­tribes délirantes contre les germano-fascistes, ne mentionne pas une seule fois les chambres à gaz dans son énumération des procédés utilisés à Majdanek « pour l’extermination en masse des détenus » (et cela seulement à dix-huit mois de l’été 1944 où la propagande soviétique relayée par ses alliés occidentaux avait lancé à grand fracas le mythe des gazages de Majdanek). L. N. Smirnov se contentera, le 19 février 1946, de lire un extrait du rapport de la Commission d’expertise polono-soviétique dont seul un membre de phrase évoque fugitivement les fusillades massives et les meurtres massifs en chambres à gaz de près de… 1 500 000 hommes ; aucune précision ne sera ajoutée [3] ;

2) en 1951, pour Léon Poliakov, Majdanek n’est pas un « camp d’extermination » mais un « camp de travail [4] » ;

3) en 1953, pour Gerald Reitlinger, il s’agit d’ « un endroit qui n’avait jamais été spécifiquement un centre d’extermi­nation [5] » ;

4) en 1960, l’historien allemand Martin Broszat ne men­tionne tout simplement pas ce camp dans sa fameuse liste des « camps d’extermination massive [6] » ;

5) dès le 8 mai 1950, un tribunal de Berlin avait prononcé qu’à la différence du camp d’Auschwitz celui de Majdanek « ne possédait pas d’installation de gazage [7] ».

J. Graf et C. Mattogno auraient pu ajouter, mieux qu’ils ne l’ont fait, que, parmi d’autres ténors de la thèse de l’extermi­nation des juifs, qui, eux, ont affirmé que Majdanek était un « camp d’extermination » doté de chambres à gaz d’exécution, il règne une totale confusion. Cette confusion ne se limite pas à des variations considérables dans le nombre supposé des victimes. Chez ces historiens orthodoxes on note une molle conviction, un grand vague et une belle cacophonie. C’est ce que révèle la lecture respective des écrits de Raul Hilberg (1961 et 1985), d’Olga Wormser-Migot (1968), de Lucy Dawidowicz (1975), de Leni Yahil (1990) et d’autres auteurs de la même école, y compris, en particulier, Adam Rutkowski [8]. Bref, Majdanek n’a guère fait recette chez les exterminationnistes d’Europe de l’Ouest et des États-Unis. En Pologne, Josef Marszalek a publié une monographie sur Majdanek qui a été traduite en anglais et en allemand. En Allemagne, au procès de Düsseldorf, qui com­mença en 1979, le tribunal admit, sans le prouver, que Majdanek avait été un « camp d’extermination » ; des accusés protestèrent qu’ils ne l’avaient jamais constaté mais on leur fit comprendre qu’il ne s’agissait pas d’insister.

Donc, importance négligeable de Majdanek

pour les révi­sionnistes

Précisément à cause du peu de place occupé par Majdanek dans la panoplie de la thèse exterminationniste ou orthodoxe, les révisionnistes ne se sont guère attardés sur le sujet. Ils ont porté leur attention principalement sur Auschwitz car, comme l’écrivait A. R. Butz, « Auschwitz est la clé de toute l’histoire [9] » et, comme le pensait Wilhelm Stäglich, « c’est avec “l’usine de mort Auschwitz” que la thèse de “l’extermination planifiée des juifs” en tant que telle tient ou s’effondre [10] ». Ce n’est pas à dire que les révisionnistes se soient désintéressés de Majdanek et il est regrettable que J. Graf et C. Mattogno n’aient pas cru devoir rappeler les contributions, à ce point de vue, de Ditlieb Felderer et… de Robert Faurisson. Me permettrais-je ici de signaler qu’après ma visite du camp, en avril 1975, j’avais conclu que les chambres à gaz de Majdanek ne pouvaient pas avoir été utilisées pour l’exécution d’êtres humains et que, comme on le verra ci-dessous, elles n’avaient, pour la plupart, été que des chambres à gaz de désinfestation ? Si Fred Leuchter s’est rendu à Majdanek en 1988, c’est à mon instigation et après avoir consulté ma propre documentation, en particulier photographique, sur le camp. Ses conclusions ont confirmé les miennes et J. Graf et C. Mattogno ne font, après tout, qu’entériner ces conclusions-là.

Les deux auteurs n’auraient pas dû, non plus, faire l’impasse sur l’ouvrage de Barbara Kulaszka [11], connu de tous les révision­nistes et où, dans l’index, au mot « Majdanek », ils auraient pu relever ce que d’autres révisionnistes, bien avant eux, avaient soit déclaré sous serment à la barre d’un tribunal de Toronto en 1988, soit publié. À Jürgen Graf il aurait suffi de me demander ce que j’avais personnellement écrit ou déclaré publiquement sur le sujet. La place manque ici pour donner les références de ce que personnellement j’ai écrit çà et là sur Majdanek, évidem­ment sans trop m’appesantir sur le sujet car « on ne tire pas sur une ambulance » ; dans un ouvrage de plus de 2 000 pages qui vient de paraître sous le titre d’Écrits révisionnistes et qui rassem­ble des articles, des études ou des recensions allant de 1974 à 1998, on pourra retrouver quelques-unes de ces références ; elles concernent, par exemple, des textes parus dans un ouvrage de Serge Thion (Vérité historique ou vérité politique ? La Vieille Taupe, 1980), dans un texte sur une exposition de la déportation tenue à Paris en 1982 (exposition qui s’est sabordée à cause du contenu de ce texte), dans une interview publiée en espagnol par Cedade (mars 1989) ainsi que dans des études publiées en français ou en anglais (Revue d’histoire révisionniste, The Journal of Historical Review, Nouvelle Vision). En 1979, je m’étais mis en rapport avec un avocat allemand, Ludwig Bock, défendant une accusée du « procès de Majdanek » à Düsseldorf et je lui avais suggéré, en pure perte, de réclamer une expertise de « l’arme du crime », indispensable pour un tel procès criminel et bénéfique pour les accusés. J’avais aussi rappelé dans l’un de mes écrits l’importante critique faite par Olga Wormser-Migot quant à « la frénésie muséographique » (ce sont ses propres mots) qui avait conduit les responsables du Musée de Majdanek à maquiller les lieux. Enfin, dès qu’en 1993 l’Holocaust Memorial Museum de Washington a osé montrer une « porte de chambre à gaz de Majdanek », je suis intervenu à plusieurs reprises pour dénoncer la supercherie et rappeler, comme je l’avais toujours fait, que la­dite chambre à gaz n’avait pu servir qu’à la désinfestation. J’ai rappelé que ce que les visiteurs du camp de Majdanek se voient honnêtement présenter aujourd’hui comme une salle de douches avait été qualifié juste après la guerre de chambre à gaz d’exé­cution. Si les Allemands, abandonnant le camp en juillet 1944, en avaient laissé subsister tous les locaux, présentés ensuite par la propagande soviéto-polonaise comme étant des chambres à gaz d’exécution, c’est précisément qu’il ne s’agissait pas de chambres d’exécution mais de désinfestation : des locaux pour assurer la vie et la santé des hommes et non pour s’assurer la mort des juifs.

Une cible : le rapport Leuchter

Au terme de son rapport de 1988, F. Leuchter concluait que, comme je l’avais découvert pour ma part en 1975, il n’avait ni existé ni pu exister de chambres à gaz homicides à Majdanek. Cette conclusion est également celle, en 1998, de J. Graf et de C. Mattogno. On s’étonne dès lors de la virulence des attaques de ces derniers contre un rapport dont ils sont bien obligés, en 1998, d’approuver des conclusions remontant à 1975 (R. Fauris­son) et confirmées en 1988 (F. Leuchter).

Pour commencer, C. Mattogno n’expose même pas les argu­ments de F. Leuchter. Il ne les cite pas mais reproduit la critique qu’en fait J.‑C. Pressac, lequel se présente en adversaire déclaré de F. Leuchter. Et il dit qu’il approuve cette critique (p. 154-155). On eût préféré lire un texte de F. Leuchter lui-même au lieu d’un texte confus où se mêlent à la fois ce que F. Leuchter est censé avoir dit et la critique qu’en fait J.‑C. Pressac. Qui donc consulterait un Guelfe pour savoir l’argumentation d’un Gibelin, ou vice versa ? Pour connaître une thèse scientifique, historique, politique ou religieuse, qui donc ferait confiance à un ennemi acharné de cette thèse ? N’y a-t-il pas là une faute de méthode ? Au lieu de donner deux fois la parole à J.‑C. Pressac, la première fois pour exposer la thèse de F. Leuchter et la seconde fois pour dénoncer les erreurs supposées de cette thèse, n’eût-il pas mieux convenu de donner équitablement la parole d’abord à l’un, puis à l’autre, quitte à trancher par la suite en fa­veur de l’un ou de l’autre ?

En août 1944, les escrocs et propagandistes de la commission polono-soviétique sur Majdanek avaient rédigé une prétendue expertise. C. Mattogno leur fait l’honneur de les citer longue­ment, intégralement, sans entrecouper leur texte de critiques ou de remarques (p. 119-128). F. Leuchter, lui, n’a pas le droit à un tel traitement de faveur. Seuls d’infimes fragments de son rap­port sont cités, à propos desquels, dans la seule page 156 de son livre, C. Mattogno emploie les mots suivants : « Voilà qui contredit à nouveau les dires mêmes de Leuchter » … « encore des arguments fallacieux » … « techniquement absurde » … « en contradiction avec ses propres dires » … « le premier argument manque de clarté, le second de fondement » … « superficialité et ignorance [12] »…

Jusqu’à présent, dans son Italie natale, près de Rome, C. Mattogno semble avoir travaillé en toute tranquillité ; à moins que je ne me trompe, il n’a connu ni procès, ni amendes, ni saisies, ni peines de prison. F. Leuchter, lui, brisé par la prison, par des procès infâmes, par la perte de son emploi, par la ruine de sa santé et de cruelles épreuves personnelles consé­cutives à ses courageuses et très efficaces prises de position pu­bliques, a dû s’immerger dans une sorte de clandestinité dont il n’est sorti que récemment pour une pathétique interview donnée à un cinéaste juif américain. C. Mattogno savait, quand il a publié, en juin-juillet 1998, ces virulentes critiques de F. Leuchter – sur la valeur desquelles je ne m’attarderai pas car elles portent sur des points minuscules – que l’homme qu’il attaquait ainsi n’était plus en mesure, à l’époque, de lui répliquer. On ne peut que déplorer ce comportement du chercheur italien.

Un portrait incomplet de J.-C. Pressac

Dans son chapitre VI, consacré aux chambres à gaz, C. Mattogno cite élogieusement Jean-Claude Pressac pour une étude intitulée « Les carences et incohérences du rapport Leuchter », parue en décembre 1988 dans une publication de Serge Klarsfeld, Jour J[uif], et longue de neuf pages. Il en cite de longs extraits. Malheureusement, il ne dit rien des faiblesses de cette étude et, surtout, il ne révèle pas l’étendue des critiques de J.‑C. Pressac à l’endroit de ce qu’il faut bien appeler les men­songes des autorités du Musée de Majdanek. C. Mattogno aurait pu renvoyer son lecteur à l’un de mes écrits sur cet article de J.‑C. Pressac, article paru en 1989 dans une revue révisionniste française et, en 1991, dans une revue révisionniste américaine [13]. Citations à l’appui, j’y concluais : « Sur Majdanek, je ne crois pas exagéré de dire que Pressac ne croit pas à l’existence de chambres à gaz homicides dans ce camp. » Dans les années suivantes, mon impression allait se renforcer, en particulier à la lecture d’un numéro spécial d’Historia dont j’ai alors rendu compte dans un article précisément intitulé : « Un étonnant numéro spécial d’Historia sur “les camps de la mort” (mars-avril 1995). » J’y qua­lifiais de « dévastateur » l’article de J.‑C. Pressac sur Majdanek et j’y évoquais la dénonciation, par le même, des mensonges du Musée de Majdanek sur le sujet des « chambres à gaz ». C. Mattogno ne mentionne pas cet article de J.‑C. Pressac, si im­portant pour son sujet mais, il est vrai, embarrassant pour qui veut, à tout prix, accabler F. Leuchter.

Bref, en décembre 1988, J.‑C. Pressac, alors lié à S. Klarsfeld et financé par lui, critiquait le rapport Leuchter tout en adop­tant certaines de ses conclusions ; par la suite, ne dépendant plus de S. Klarsfeld, il a, avec le temps, tellement évolué sur la question de Majdanek qu’on peut se demander si aujourd’hui, en 1999, ses positions ne seraient pas, dans les faits, toutes proches de celles de F. Leuchter ou de celles de L. Poliakov, G. Reitlinger et M. Broszat. D’ailleurs, quelques mois seulement après avoir publié son article sur « Les carences et incohérences du rapport Leuchter », J.‑C. Pressac, encore sous la coupe de S. Klarsfeld, avait déjà rendu justice à F. Leuchter en reconnais­sant que la chambre à gaz emblématique de Majdanek, partout présentée comme homicide, était une chambre à gaz de désin­festation [14] ! C. Mattogno ne le dit pas.

Un excès d’érudition

Deux chapitres du livre auraient gagné à plus de concision et de simplicité. C. Mattogno y fait montre d’une érudition dont on n’est pas sûr qu’elle soit utile et nécessaire. Il s’agit du chapitre V sur les crématoires et du chapitre VIII sur les livrai­sons de Zyklon.

Quand on maîtrise vraiment un sujet on peut, me semble-t-il, atteindre à la simplicité d’expression du savant ou du profes­sionnel. Pour ne m’en tenir qu’à cet exemple, s’il faut démontrer que la capacité attribuée par les exterminationnistes aux fours crématoires des camps de concentration allemands du début des années quarante passe l’entendement, il n’est pas besoin de considérations hautement techniques sur la structure des fours crématoires et sur leur fonctionnement ; on se contentera essen­tiellement de nous dire quelle est aujourd’hui, après un demi-siècle de progrès techniques, la capacité de crémation de tel crématoire de nos villes. Les chiffres parleront d’eux-mêmes. Au procès Zündel, à Toronto en avril 1988, Ivan Lagacé, directeur d’un crématoire de Calgary, avait ainsi procédé, brièvement, ma­gistralement et avec modestie [15].

Le mystère – non éclairci – de l’Erntefest

C. Mattogno consacre le chapitre IX de son livre à ce qu’on a pris l’habitude d’appeler « le massacre de l’Erntefest ». Ce mot si­gnifie : fête de la moisson, de la cueillette ou de la vendange. Selon la thèse exterminationniste, l’opération désignée sous ce nom aurait consisté à exécuter, les 3 et 4 novembre 1943, plus de 40 000 juifs dans le district dont Lublin-Majdanek est la capitale. Pour des raisons d’ordre notamment matériel, on peut supposer qu’en fait il a dû s’agir d’une opération de police consistant à arrêter des juifs de la région et à les déporter. C. Mattogno consacre de très intéressantes pages au sujet mais, soudain, à la fin, au moment même où on croit qu’il va fournir la clé du mystère, il conclut que « fort probablement » il s’est agi d’une opération de transfert de population (p. 231-232). On reste sur sa faim.

Une première dans l’histoire du révisionnisme

En quatrième de couverture, ce livre sur Majdanek est décrit comme une première. Les deux auteurs auraient fait une « stupé­fiante découverte » ainsi résumée : il n’existe pour ainsi dire aucun travail sérieux sur Majdanek dans la littérature extermi­nationniste de l’Ouest ; quant à celle de l’Est, elle est à prendre avec les précautions d’usage puisque entachée de propagande soviéto-polonaise. Ce livre comblerait un vide et nos deux au­teurs – qui se trouvent être révisionnistes – seraient les premiers à consacrer un « ouvrage de référence » (Standardwerk), en ce sens-là, au camp de Majdanek.

Il y a maldonne.

Si les deux auteurs avaient fait état de l’opinion des extermi­nationnistes sur le rôle vraiment secondaire de Majdanek dans l’histoire de « l’extermination des juifs », ils n’auraient pas pu nous parler d’une « stupéfiante découverte ». En effet, dès lors qu’un sujet est tenu pour vraiment secondaire ou négligeable, on négligera de lui consacrer de véritables efforts, et c’est ce qui s’est passé : les exterminationnistes n’ont pas insisté sur Majdanek. Par ailleurs, si les deux auteurs avaient pris le soin de mention­ner scrupuleusement ce que les révisionnistes, à commencer par D. Felderer, R. Faurisson et F. Leuchter, ont pu écrire, çà et là, sur le sujet, ils auraient rendu évident que ces révisionnistes avaient, arguments et enquêtes matérielles à l’appui, très vite réglé le « problème des chambres à gaz de Majdanek ». Si, en plus de tout, J. Graf et C. Mattogno avaient complètement rendu compte de la position de J.‑C. Pressac en 1988 et, par la suite, de son évolution progressive vers un profond scepticisme, il leur aurait fallu admettre qu’il n’y a effectivement plus de « problème des chambres à gaz de Majdanek ». Dès le début des années cinquante, il n’y avait – je viens de le rappeler – aucun problème de ce genre pour un Léon Poliakov. Pourquoi ne l’avoir pas dit dans un ouvrage qui se présente comme « de référence » ?

Si cet ouvrage constitue une première, je crains que ce ne soit pas dans le sens où nos deux auteurs l’entendent. C’est plutôt en ce sens que, pour la première fois, me semble-t-il, dans l’historio­graphie de la révision de l’ « Holocauste », des révisionnistes s’en prennent avec virulence, sur la place publique, à d’autres révision­nistes. Il pouvait, certes, y avoir des conflits plus ou moins feutrés entre révisionnistes mais ces conflits-là ne sortaient guère de leur cercle ou bien le ton en était civil. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. J. Graf et C. Mattogno s’en sont pris à F. Leuchter sans vraiment exposer les arguments de ce dernier et en sachant que leur victime n’était plus en état, à l’époque, de leur répli­quer. Ce faisant, ils ont pris une responsabilité qui les expose à se voir à leur tour critiqués pour un ouvrage dénué de la valeur qu’ils aimeraient lui voir accorder. Ils ressemblent aujourd’hui à ceux qui sont bien obligés d’admettre que Galilée avait raison mais qui trouvent, comme peut-être la Sainte Inquisition, que Galilée sur d’infimes points de détail s’était trompé.

En publiant un tel livre, les deux auteurs ont-ils cru pouvoir se justifier auprès de ceux qui avaient commandité leur expédi­tion à l’Est, en Pologne, aux pays Baltes ou en Russie, une en­treprise dont les résultats n’allaient pas être à la hauteur de leurs espérances et des nôtres ? Je me le demande. Espérons que la nouvelle expédition, celle de 1999, sera plus fructueuse et qu’elle sera suivie de la publication d’un ouvrage sur un sujet qui fasse vraiment problème et qu’il faudra traiter dans tous ses aspects essentiels sans en omettre aucun pour quelque motif que ce soit. Espérons aussi que ce nouvel ouvrage sera dénué de faciles attaques personnelles contre un adversaire sans défense.

Certes, les révisionnistes doivent savoir se critiquer mutuel­lement. Cette critique est même indispensable. Mais, dans leur travail proprement dit, dans leurs enquêtes, ils doivent, d’abord et avant tout, rechercher la difficulté, cultiver la probité et s’en prendre aux mensonges des puissants du jour.


N.B. : Peu de révisionnistes connaissent dans son intégralité le rapport Leuchter sur Auschwitz, Birkenau et Majdanek. Toutes les éditions censées le reproduire – elles sont nombreuses – ne donnent malheureusement qu’une idée approximative de la richesse des 193 pages remises au tribunal de Toronto en avril 1988. Par exemple, l’édition publiée par David Irving en juin 1989 (Focal Point Publications) est incomplète et contient des éléments qui ne figurent pas dans l’original. Pour avoir une édi­tion complète et fidèle, il convient de s’adresser à Ernst Zündel (Toronto) pour lui commander un ouvrage de 196 pages à cou­verture dorée et portant en quatrième de couverture l’avertis­sement suivant :

This is a reproduction of the original Leuchter Report I, as it was presented to the court in Toronto, except for the foreword by Dr Robert Faurisson and the letter by Fred Leuchter to Ernst Zündel regarding the roof vents in his drawings, reproduced on page 42 of this version.

On n’insistera jamais assez sur l’importance de cette lettre « concernant les ouvertures dans le toit » et reproduite en p. 42. À part ce premier « rapport Leuchter », il en existe trois autres. Le rapport no 2 porte sur Dachau, Mauthausen et Hart­heim ; le rapport no 3 concerne la chambre à gaz d’exécution du pénitencier de Parchmann (Mississipi) et le rapport no 4 consti­tue une critique du livre de J.‑C. Pressac, Auschwitz : Technique and Operation of the Gas Chambers (1989), op. cit

5 mars 1999


[1]. Jürgen Graf und Carlo Mattogno, KL Majdanek, Eine historische und technische Studie, Castle Hill Publishers, Hastings [Grande-Bretagne], [juin-juillet] 1998, 319 p.

[2]. « Lublin remained the propaganda’s leading extermination camp well into the autumn of 1944 » (Arthur R. Butz, The Hoax of the Twentieth Century, Historical Review Press, Richmond [Surrey, Grande-Bretagne], 1976, p. 171).

[3]. TMI, VII, p. 456-457, 590 ; IMG, VII, p. 497-499, 648.

[4]. Léon Poliakov, Bréviaire de la haine, Livre de Poche, Paris, 1974 [1951], p. 289.

[5]. Gerald Reitlinger, The Final Solution, Aronson, Londres, 1987 [1953], p. 450, 452.

[6]. Martin Broszat, « Keine Vergasung in Dachau », Die Zeit, 19 août 1960, p. 16.

[7]. C. F. Rüter, Justiz und NS-Verbrechen, Amsterdam University Press, vol. VI, [1971], p. 547.

[8]. Adam Rutkowski in NS-Massentötungen durch Giftgas, S. Fischer, Francfort, 1983, p. 241-245 ; Les Chambres à gaz, secret d’Etat, Éditions de Minuit, Paris, 1984, p. 218-222. Dans les années 1960-1970, j’ai à maintes reprises rencontré A. Rutkowski au Centre de documentation juive contemporaine de Paris et, dans nos fréquentes conversations, j’ai pu noter son embarras crois­sant sur le sujet des chambres à gaz nazies ; cet embarras est sensible dans les quelques pages qu’il consacre ici à Majdanek.

[9]. « Auschwitz is the key of the whole story », The Hoax…, op. cit., p. 35.

[10]. « Mit der “Todesfabrik Auschwitz” die These von der “planmäßigen Judenvernichtung” als solche steht oder fällt », Der Auschwitz-Mythos/Legende oder Wirklichkeit ?, Grabert-Verlag, Tübingen, 1979, p. xi.

[11]. Barbara Kulaszka, Did Six Million Really Die ? Report of the Evidence in the Canadian « False News » Trial of Ernst Zündel, 1988, Samisdat Publishers, Toronto, 1992, viii-564 p.

[12]. « Dies wiederum widerspricht Leuchters eigener Aussage » … « noch trügerische Argumente » … « Dies ist technisch gesehen unsinnig » … « Im Widerspruch zu seinen eigenen Aussagen » … « Das erste Argument ist unklar, das zweite unfundiert » … « Oberflächlichkeit und Unkenntnis » …

[13]. « Pressac devant le rapport Leuchter », Revue d’histoire révisionniste, no 3, novembre-décembre 1990 – janvier 1991, p. 145-146 ; « Pressac versus the Leuchter Report », The Journal of Historical Review, vol. 11, no 2, été 1991, p. 164-166.

[14]. Jean-Claude Pressac, Auschwitz : Technique and Operation of the Gas Cham­bers, Beate Klarsfeld Foundation, New York, 1989, p. 557.

[15]. Voir Barbara Kulaszka, op. cit., p. 267-271.