Tuesday, October 20, 1998

Worse than Le Pen, the Revisionists Churchill, Eisenhower, and de Gaulle


In my article “The Detail”, of 20 December 1997, I wrote that Eisenhower, Churchill, and de Gaulle had not breathed a single word, in their extensive war memoirs, of the Nazi gas chambers. Put another way, in a mass of 7,061 pages published from 1948 to 1959 (that is to say, well after the 1939-45 conflict) these three wartime leaders, American, British, and French, had dealt with said gas chambers by ignoring them plainly and simply. Their silence can only have been deliberate.

Under attack from all sides for his recidivism on “the detail”, Jean-Marie Le Pen has recently retorted with this statement of three sentences which has appeared in the German weekly Der Spiegel (issue no. 42, 12 October 1998, p. 163). An English translation follows:

«Ich habe die Existenz der Gaskammern nie geleugnet oder verharmlost. Aber schriebe man die Geschichte des Zweiten Weltkriegs auf tausend Seiten nieder, kämen den Gaskammern allenfalls ein paar Zeilen zu. Churchill, Eisenhower und de Gaulle haben sie in ihren Kriegserinnerungen mit keinem Wort erwähnt.»

“I have never denied or minimised the existence of the gas chambers. But when someone writes a thousand-page history of the Second World War, the gas chambers get, at the very most, a few lines. In their war memoirs Churchill, Eisenhower, and de Gaulle did not use one word to bring them up.”

This indirect translation comes through the accurate French version (apparently made by Agence France Press) which was duly published in newspapers throughout the country. Even the provincial daily La Montagne (of Clermont-Ferrand, in the Auvergne) ran the three sentences. The cosmopolitan and oblique Le Monde, however, reproduced the statement by amputating its most substantial, its newest, and (as regards the comfort of the “right-thinking”, as well as the greater public’s way of thinking) most disturbing part; it left out the end (in cauda gravissimum), where Jean-Marie Le Pen pointed out that neither Churchill, Eisenhower, nor de Gaulle had devoted even a single word to what, for his part, he called a detail.

Why this silence?

J.-M. Le Pen could place his opponents in the most embarrassing position if he disclosed just why Churchill, Eisenhower, de Gaulle, and a good number of other leaders amongst the Allies, including the Soviets and the Czechs, throughout their lives refrained from mentioning, either in speaking or in writing, the Nazi gas chambers (or the genocide of the Jews).

The reason for this lack of any mention is that, after investigation, the Allies reckoned, from 1943 onwards, that there existed no satisfactory evidence to substantiate public claims that execution gas chambers did indeed exist: “There is insufficient evidence to justify the statement regarding execution in gas chambers.” (1)

Talk of gas chambers in Poland had been heard for the first time towards the end of 1941. In 1942 and ’43, the word had caught on somewhat, notably in Polish and Jewish circles in London. The British government thus decided to denounce the horror of these chemical slaughterhouses in a joint declaration with the Americans. Already on 17 December 1942, the Allies had issued a joint statement on “Nazi atrocities”. On that day, Anthony Eden in the House of Commons and Lord Simon in the Upper House read a declaration made in the name of twelve Allied governments concerning the crimes being committed by the Germans against the Jews. In it was denounced the Germans’ intention to exterminate the Jews of Europe. The words “exterminate” and “cold-blooded extermination” assuredly figured in the text, but in the context of the Jews “being transported in conditions of appalling horror and brutality” and, amongst the able-bodied, by a slow working to death. For the infirm, this deportation was followed by death from exposure, starvation, or even by outright deliberate slaughter in “mass executions”. The innocent victims of these “bloody cruelties” numbered, according to the statement, in the “many hundreds of thousands”, but there was no question at all of any gas chambers or chemical slaughterhouses being used within the framework of “this bestial policy of cold-blooded extermination”, to be designated later on as “genocide”.

Eight months afterwards, in August 1943, the British and the Americans were putting together a new declaration and, this time, mentioning the killings in gas chambers. Here is an extract from this draft of their joint declaration:

“[In Poland] some children are killed on the spot, others are separated from their parents and either sent to Germany to be brought up as Germans or sold to German settlers or despatched with the women and old men to concentration camps, where they are now being systematically put to death in gas chambers.”

The emphasis on that last relative clause is mine. Three days after this draft release of 27 August 1943, the US government, at the instigation of the British, decided to “eliminate” (their word) the clause. The reason: there lacked sufficient evidence of these killings in gas chambers.

Until the war’s end both governments maintained that position, and that decision.

To take just one example, general Eisenhower, as late as April 1945 during the Allied take-over of the German camps, avoided any reference to these Nazi gas chambers in the speeches which he gave there. Even in his most forceful declarations (one of which is in part engraved in stone at the entrance of the Washington Holocaust Memorial Museum) he steadily observed an utter silence on the subject.

In numerous writings on the Shoah and in some “Holocaust museums”, a certain blame is put on Roosevelt, Churchill, Stalin, Pope Pius XII, and the International Committee of the Red Cross for the stubborn silence on the Nazi gas chambers (and the genocide of the Jews) that they all observed during the war. They are criticised for having received accounts of the matter with disbelief, or, as was the case with the Red Cross, for having had an investigator who, on the spot at Auschwitz, did not even hear talk of those gas chambers. A similar charge of revisionism could be made still more surely against the great men who, after 1945, in drafting, for instance, their war memoirs, failed to mention those gas chambers and that genocide, accounts of which were nonetheless being published in abundance (2). Those great men thus acted implicitly as revisionists.

Such was the case, in France, of general de Gaulle, whereas J.-M. Le Pen, for his part, has on several occasions explicitly affirmed the existence of the Nazi gas chambers. From this point of view, for Le Pen’s accusers, de Gaulle should necessarily be worse than Le Pen. One can argue that de Gaulle was a revisionist (3), just as one may argue that Churchill, Eisenhower, and quite a few others were; but it must be acknowledged that Le Pen is not.

October 20, 1998

***

Notes

(1) Foreign Relations of the United States / Diplomatic Papers 1943, US Government Printing Office, Washington, 1963, vol. I, pp. 416-417; for the effective elimination of the mention of the gas chambers in the British-American communiqué, see “US and Britain Warn Nazi Killers”, The New York Times, 30 August 1943, p. 3.

(2) The reader may recall, apart from these accounts, the assertions of the Judges at Nuremberg and the works of such historians as Léon Poliakov (1951) and Gerald Reitlinger (1953), to say nothing of the publications of Eugen Kogon, David Rousset, Henri Michel, or Olga Wormser-Migot: the gas chambers were everywhere!

(3) On this point one may refer to an interesting analysis by Jean-Marie Boisdefeu, “De Gaulle et le génocide des juifs. Le général était-il révisionniste?” (“De Gaulle and the Genocide of the Jews. Was the General a Revisionist?”), Akribeia (45/3, Route de Vourles, 69230 St Genis Laval, France), October 1998, pp. 241-245.


The above text is a translation of a slightly modified version of the article that appeared in the French weekly National Hebdo (5 - 11 November 1998 issue, p. 17) under the title “Pires que Le Pen : Churchill, Eisenhower et De Gaulle”. Reproduced in Ecrits révisionnistes IV, 1999, p. 1889-1892.


Pires que Le Pen, les révisionnistes Churchill, Eisenhower et de Gaulle


Dans "Précisions sur le détail" (National Hebdo, 1er au 7 janvier 1998, p. 15), j'avais écrit qu'Eisenhower, Churchill et de Gaulle n'avaient, tout au long de leurs mémoires de guerre, soufflé mot des chambres à gaz nazies. Autrement dit, dans un ensemble de 7061 pages publiées de 1948 à 1959, c'est-à-dire bien après le conflit de 1939-1945, ces trois chefs de guerre, américain, britannique et français, avaient traité lesdites chambres à gaz par l'ignorance pure et simple. Leur silence ne pouvait être que délibéré.
Attaqué de toutes parts pour ses récidives sur "le détail", Jean-Marie Le Pen vient de répliquer par trois phrases que reproduit Der Spiegel dans sa livraison n° 42 (12 octobre 1998, p. 163). Voici ces phrases, suivies de leur traduction en français :
    Ich habe die Existenz der Gaskammern nie geleugnet oder verharmlost. Aber schriebe man die Geschichte des Zweiten Weltkriegs auf tausend Seiten nieder, kämen den Gaskammern allenfalls ein paar Zeilen zu. Churchill, Eisenhower und de Gaulle haben sie in ihren Kriegserinnerungen mit keinem Wort erwähnt.
    Je n'ai jamais nié ou minimisé l'existence des chambres à gaz. Mais si on écrit l'histoire de la seconde guerre mondiale sur mille pages, les chambres à gaz recevront, tout au plus, quelques lignes. Churchill, Eisenhower et de Gaulle ne les ont pas évoquées d'un mot dans leurs mémoires de guerre.
Cette traduction – correcte – semble être celle de l'AFP et elle a été reproduite dans la presse française. Même le quotidien de Clermont-Ferrand, La Montagne, en a publié les trois phrases. Le Monde, lui, journal oblique, a reproduit la déclaration en l'amputant de sa partie la plus substantielle, la plus nouvelle, la plus perturbante pour le confort des bien-pensants et pour les habitudes de penser du grand public ; il a, en effet, supprimé la partie finale (in cauda gravissimum) où Jean-Marie Le Pen précise que ni Churchill, ni Eisenhower, ni de Gaulle n'ont même évoqué d'un mot ce que, pour sa part, il appelle un détail.
Pourquoi ce silence ?
J.-M. Le Pen pourrait mettre ses adversaires dans le plus grand embarras s'il révélait pour quelle raison Churchill, Eisenhower, de Gaulle et bien d'autres hauts dirigeants alliés, y compris chez les Soviétiques ou les Tchèques, se sont, pendant toute leur vie, aussi bien avant qu'après la guerre, refusés à mentionner, par la parole ou par l'écrit, les chambres à gaz nazies (ou le génocide des juifs).
Cette raison est qu'après enquête les Alliés ont estimé, dès 1943, qu'il n'existait pas de preuves suffisantes pour justifier qu'on affirme publiquement l'existence des chambres à gaz d'exécution : "There is insufficient evidence to justify the statement regarding execution in gas chambers". [1]
On avait parlé pour la première fois des chambres à gaz en Pologne à la fin de 1941. En 1942 et en 1943, l'information avait pris une certaine extension notamment dans des milieux polonais ou juifs de Londres. Le gouvernement britannique décidait donc de dénoncer l'horreur de ces abattoirs chimiques dans une déclaration commune avec le gouvernement américain. Déjà, le 17 décembre 1942, les Alliés avaient publié une déclaration commune sur les "atrocités nazies". Ce jour-là, Anthony Eden devant la Chambre des communes et lord Simon devant la Chambre des lords avaient donné lecture d'une déclaration conjointe de douze gouvernements alliés sur les crimes commis par les Allemands contre les juifs. On y dénonçait chez les Allemands l'intention d'exterminer les juifs européens. Les mots d'"exterminer" et d'"extermination de sang-froid" figuraient assurément dans le texte mais au sens de déportations subies en d'horribles conditions et suivies, pour les juifs en bonne santé, d'une mort lente par le travail et, pour les juifs infirmes, d'une mort par le froid, par la faim ou même par des exécutions en masse. Il n'était nullement question de chambres à gaz ou d'abattoirs chimiques employés dans le cadre d'une politique d'extermination physique généralisée qu'on désignera ultérieurement du nom de "génocide".
Huit mois plus tard, en août 1943, Britanniques et Américains mettaient donc au point une nouvelle déclaration commune et, cette fois-ci, ils mentionneraient les tueries en chambres à gaz. Voici, dans sa traduction en français, un extrait de ce projet de déclaration :
    [En Pologne] des enfants sont tués sur place, d'autres sont séparés de leurs parents ou bien envoyés en Allemagne pour y être élevés comme des Allemands, ou bien vendus à des colons allemands ou expédiés avec les femmes et les vieillards dans des camps de concentration, où ils sont maintenant systématiquement mis à mort dans des chambres à gaz.
Je souligne cette proposition relative (where they are now being systematically put to death in gas chambers). Trois jours après ce projet de communiqué du 27 août 1943, le gouvernement américain, à l'instigation du gouvernement britannique, décidait d'éliminer (en anglais : eliminate) la proposition relative. Motif : il n'y avait pas de preuves suffisantes de ces mises à mort dans des chambres à gaz.
Les deux gouvernements, jusqu'à la fin de la guerre, maintinrent cette position, et cette décision.
Pour ne prendre qu'un exemple, le général Eisenhower, même en avril 1945 lors de la prise des camps allemands par les Alliés, s'abstint de mentionner, dans ses discours sur place, ces chambres à gaz nazies. Y compris dans ses déclarations les plus vives (dont un fragment est gravé dans la pierre à l'Holocaust Memorial Museum de Washington), il persista à observer un silence total sur le sujet.
Dans de nombreux écrits sur la Shoah et dans les "musées de l'Holocauste" on fait grief à Roosevelt, à Churchill, à Staline, au Pape Pie XII et au Comité international de la Croix-Rouge de leur silence obstiné pendant la guerre sur les chambres à gaz nazies (et sur le génocide des juifs). On leur reproche d'avoir opposé l'incrédulité aux récits sur le sujet ou d'avoir eu, comme ce fut le cas pour la Croix-Rouge, un enquêteur qui, sur place, à Auschwitz par exemple, n'entendit pas même parler de ces chambres à gaz. A plus forte raison, le même procès de révisionnisme pourrait être intenté aux grands personnages qui, après 1945, dans la rédaction, par exemple, de leurs mémoires de guerre, se sont refusés à mentionner ces chambres à gaz et ce génocide sur lesquels on publiait pourtant alors des récits à profusion. [2] Ces grands personnages se sont implicitement comportés en révisionnistes.
Tel a été, en France, le cas du général de Gaulle, tandis que J.-M. Le Pen, lui, a explicitement et à différentes reprises affirmé l'existence des chambres à gaz nazies. De ce point de vue, pour les accusateurs de J.-M. Le Pen, de Gaulle devrait nécessairement être pire que Le Pen. On peut avancer que de Gaulle était révisionniste, [3] tout comme Churchill, Eisenhower et bien d'autres ; on doit reconnaître que Le Pen ne l'est pas.
20 octobre 1998
Notes
[1] Foreign Relations of the United States / Diplomatic Papers 1943, US Government Printing Office, Washington, 1963, vol. I, p. 416-417 ; pour l'élimination effective de la mention des chambres à gaz dans le communiqué américano-britannique, voy. "US and Britain Warn Nazi Killers" (Etats-Unis et Grande-Bretagne lancent un avertissement aux tueurs nazis), The New York Times, 30 août 1943, p. 3.
[2] Rappelons, en plus de ces récits, les assertions des juges de Nuremberg et les ouvrages d'historiens comme Léon Poliakov (1951) et Gerald Reitlinger (1953), sans compter les publications d'Eugen Kogon, David Rousset, Henri Michel ou Olga Wormser-Migot : les chambres à gaz étaient partout !
[3] Sur ce point, on se reportera à une intéressante analyse de Jean-Marie Boisdefeu, "De Gaulle et le génocide des juifs. Le général était-il révisionniste ?", Akribeia , octobre 1998, p. 241-245.
***
Le présent texte est paru, sous une forme légèrement différente, dans National Hebdo du 5 au 11 novembre 1998, p. 17. Republié dans Ecrits révisionnistes (1974-1998), p. 1889-1892.

Thursday, October 15, 1998

“Ah, How Sweet It Is To Be Jewish …” : Paying Tribute to Jewish Power

Alain Finkielkraut is a professor of philosophy at France’s elite Ecole Polytechnique who for years has been a darling of a certain section of the Parisian intelligentsia. In 1982, at the time of one of my first trials for calling the Auschwitz gas chamber story a historical lie, he revealed his concern about revisionism in a muddled work entitled L’Avenir d’une négation (“The Future of a Denial”). On the first page of this book he described me as being “of the ilk of Big Brother,” and on page 66 he wrote: “In terms of method, the deniers of the gas chambers are the spiritual children of the big Stalinists.”

In 1987 I had a personal encounter with Finkielkraut in Paris’ Latin Quarter, when an anti-revisionist conference was being held at the Sorbonne. Groups of young Jews were roaming the area, on the lookout for potential revisionists. Finkielkraut was with one of these groups. Together with three or four young Jews, he came into the café where I happened to be. I greeted him with the words “They’re done for, your gas chambers!” a rash remark for which I was to pay an hour later. But, at that moment, taken aback, he mumbled a reply and quickly left the café with his friends.

Since then I have followed his activities. He has steadily made something of a speciality of denouncing the “Jewish maximalism” of such figures as Claude Lanzmann.

Last October, Finkielkraut wrote an essay defending Cardinal Stepinac (1896–1960), who was being widely attacked for having collaborated with Croatia’s wartime “Ustasha” regime. The essay, published in the leading French daily Le Monde, October 7, 1998 (p. 14), is entitled “Mgr Stepinac and Europe’s Two Griefs” (“Mgr Stepinac et les deux douleurs de l’Europe”). In it Finkielkraut defended both the late Cardinal’s memory and the wartime Croatian Roman Catholic Church. He recalled that, from 1941, the Church defended the Jews against the Ustasha regime. Stepinac, he went on, suffered personally as a victim of what he calls “Europe’s two griefs”: Fascism and Communism.

But what especially catches the reader’s attention are the essays opening lines:

Ah, how sweet it is to be Jewish at the end of this 20th century! We are no longer History’s accused, but its darlings. The spirit of the times loves, honors, and defends us, watches over our interests; it even needs our imprimatur. Journalists draw up ruthless indictments against all that Europe still has in the way of Nazi collaborators or those nostalgic for the Nazi era. Churches repent, states do penance, Switzerland no longer knows where to stand …
Obviously, it is “sweet” to be Jewish in these final years of thecentury, but only a Jew has the right to say so. In effect, as Finkielkraut acknowledges, it is no longer possible to publish without the imprimatur of organized Jewry. In effect, I might add, the Jew reigns unopposed.

Each year in France, the Interior Ministry and certain specialized and generously subsidized agencies carefully note and tally every incident in our country that might be regarded as anti-Semitic. Try as they do to inflate their figures, the result is clear: practically no anti-Semitic incidents can be detected in France.

If it is true that it is so sweet to be Jewish, then what right do Jews have to complain of a (nearly non-existent) anti-Semitism, or to demand, and obtain, ever harsher legal repression of revisionism, which they have succeeded in identifying with anti-Semitism?

This same October 7 issue of Le Monde reports that Jean-Marie Le Pen, leader of France’s National Front party, must once again pay dearly for having had the temerity, at a meeting in Munich in December 1997, to state that the gas chambers are a detail of Second World War history. [See “French Courts Punish Holocaust Apostasy,” March-April 1998 Journal of Historical Review, pp. 14-15.] The European Parliament, by a huge majority, had just voted to suspend Le Pen’s parliamentary immunity. A German court may sentence him to five years’ imprisonment. In the European Parliament, German member Willy Rothley, speaking for the Socialist faction, said that a goal of his country’s penal code is to “protect the young against falsifications of history.” He went on to warn: “If Mr. Le Pen does not answer the summons of my country’s courts, he will be imprisoned as soon as he sets foot on German soil.”

In Germany, repression has reached new heights. (Even Americans traveling in Germany, or a neighboring country, can be thrown into a German jail for revisionist felonies.) For the same offending remark, Le Pen has been, and is again being, prosecuted in France. In 1991, a French court ordered him to pay 1,200,000 francs (more than $200,000) for his original “detail” remark, made in 1987. On the basis of an emergency interim ruling of December 26, 1997, he is also currently “under investigation” in Paris for his Munich “detail” remark. Thus, for the same statement, he is being charged simultaneously in Munich and in Paris.

Precisely a week after the publication of his Le Monde essay, in which he conceded that Jews have nothing to complain about in France, Finkielkraut had the chutzpah to appear as a witness in the Paris Court of Appeal (11th chamber) to complain about the alleged threat to French Jews posed by revisionists. On October 14 he testified against Roger Garaudy, author of The Founding Myths of Israeli Politics, and publisher Pierre Guillaume. Finkielkraut regarded Garaudy an anti-Semite and a “Faurissonian.” He declared his approval of France’s anti-revisionist “Fabius-Gayssot” law. The state, Finkielkraut said, must punish hatred. (The first to call for the introduction in France of an anti-revisionist law on the model of the Israeli law of July 1981 was a group of Jewish historians including Pierre Vidal-Naquet and Georges Wellers, united around René-Samuel Sirat, Chief Rabbi of France [Bulletin quotidien de l’Agence télégraphique juive, June 2, 1986, p. 1, 3]. This law, called the “Fabius-Gayssot Act,” was promulgated on July 13, 1990.)

Day by day, I follow with interest this mighty rise of Jewish power. In my own modest way, I pay tribute to this power. Each month I send my payment of 5,000 francs (about $900) to the “Paris Fines Receiver,” which collects the sums I am obliged regularly to hand over for revisionism, that is to say, for having annoyed organized Jewry.

I must constantly reckon with new charges and court battles.

In France, in Germany, in Palestine – indeed, when one looks closely, everywhere in the world, including Japan, it is prudent not to offend, even indirectly or unwittingly, those who, like Finkielkraut, can sigh: “Ah, how sweet it is to be Jewish at the end of this 20th century!”

As for the rest of us, we do not even have the right publicly to mutter: “Ah, how grievous it is not to be Jewish at the end of this 20th century!”

The Journal of Historical Review, Volume 17, number 6, November/December 1998

Réflexions sur "Les Ombres de cristal" , «documentaire historique» réalisé par Yves Jeuland, présenté par Daniel Leconte

(La Cinquième, 15 octobre 1998, 20h45. Débat : 21.40)

  

Jean-François Kahn nous fait une révélation : il avait une grand-mère d’extrême droite (qu’il n’a jamais vue) qui avait pour amant un général SS lequel, un beau jour, à la fin de la guerre, l’a assassinée d’une balle dans la tête !!! ET IL NE NOUS LE DISAIT PAS ! « Par pudeur », certainement, comme l’affirment tous ces impudiques professionnels.

 

Le récit était idéalement kahnien : bredouillis, cafouillage, redites, phrases inachevées, parenthèses jamais fermées, ton exalté, défonçage fracassant de portes ouvertes, tics, trucs, toc ; regard mort, faux et fuyant ; vrai juif de yeshiva cherchant à fourguer sa marchandise ; bave, bavasserie, bavassage ...

 

Là-dessus, Leconte appelant « tabous » des soupes qui nous sont servies matin, midi, le soir, la nuit, jour après jour !

 15 octobre 1998

 

Wednesday, October 7, 1998

«Ah, qu’il est doux d’être juif …»

Alain Finkielkraut est professeur de philosophie à l’Ecole polytechnique. Il est la coqueluche d’une certaine intelligentsia parisienne. Je me souviens de l’avoir personnellement rencontré en 1987 au Quartier latin. Un colloque antirévisionniste se tenait à la Sorbonne. Des groupes de jeunes juifs sillonnaient les alentours à la recherche d’éventuels révisionnistes. A. Finkielkraut était accompagné de l’un de ces groupes. Avec trois ou quatre jeunes juifs, il entra dans un café où je me trouvais. Je lui lançai: «Elles sont foutues, vos chambres à gaz!» Je prenais ainsi des risques que j’allais payer une heure plus tard. Mais, sur le moment, interloqué, il bredouilla une réponse et, avec ses amis, quitta précipitamment le café.

Depuis cette date, j’ai observé le personnage. Il s’est progressivement fait une spécialité de dénoncer le maximalisme juif à la Lanzmann. Aujourd’hui, à l’occasion des attaques portées contre la personne de Mgr Stepinac (1896-1960) accusé de collaboration avec les Oustachis d’Ante Pavelic et soupçonné d’antisémitisme, il défend la mémoire de l’ancien cardinal et de l’Eglise de Croatie. Il rappelle que, dès 1941, cette Eglise a pris la défense des juifs contre le régime oustachi. Il estime que Mgr Stepinac a eu dans sa vie à souffrir personnellement des «deux douleurs de l’Europe», lesquelles ont été, pour A. Finkielkraut, d’abord le fascisme, puis le communisme. L’article qu’il publie dans Le Monde s’intitule: «Mgr Stepinac et les deux douleurs de l’Europe». Le contenu ne manque pas d’intérêt mais c’est le début, surtout, de cet article qui retient l’attention. Le voici:

Ah, qu’il est doux d’être juif en cette fin de XXe siècle! Nous ne sommes plus les accusés de l’Histoire, nous en sommes les chouchous. L’esprit du monde nous aime, nous honore, nous défend, prend en charge nos intérêts; il a même besoin de notre imprimatur. Les journalistes dressent des réquisitoires sans merci contre tout ce que l’Europe compte encore de collaborateurs ou de nostalgiques de la période nazie. Les Eglises se repentent, les Etats font pénitence, la Suisse ne sait plus où se mettre … (Alain Finkielkraut, «Mgr Stepinac et les deux douleurs de l’Europe», Le Monde, 7 octobre 1998, p. 14).
Effectivement, il est doux d’être juif en cette fin de siècle mais seul un juif a le droit de le dire. Effectivement, il n’est plus possible de publier quoi que ce soit sans l’imprimatur de la Synagogue. Effectivement, ajouterais-je, le juif règne sans partage.

En France, année après année, le ministère de l’Intérieur et certains organismes spécialisés font la recension des actes qu’on pourrait, dans notre pays, qualifier d’antisémites. Ils se battent les flancs pour grossir leurs statistiques mais le résultat est là : on ne trouve dans notre pays quasiment pas d’actes antisémites.

S’il est vrai qu’il est doux d’être juif, de quel droit les juifs se plaignent-ils d’un antisémitisme quasi inexistant et de quel droit réclament-ils et obtiennent-ils une répression de plus en plus sévère du révisionnisme assimilé à l’antisémitisme?

Dans la livraison même du Monde où est paru cet article d’A. Finkielkraut on annonce que Jean-Marie Le Pen paie à nouveau chèrement l’audace d’avoir déclaré que les chambres à gaz sont un détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale. Le Parlement européen vient de lever, à une très large majorité, son immunité parlementaire. Un tribunal allemand pourra le condamner éventuellement à une peine de cinq ans de prison. Au Parlement européen, l’Allemand Willy Rothley, qui s’exprimait au nom des socialistes européens, a expliqué que le code pénal allemand a pour but de «protéger les jeunes gens contre les falsifications de l’histoire». «Si M. Le Pen», a-t-il averti, «ne répond pas à la convocation de la justice de mon pays, il sera emprisonné dès qu’il foulera le sol allemand».

En Allemagne, la répression bat son plein. Même des Américains de passage en Allemagne ou de passage dans un pays limitrophe de l’Allemagne peuvent être jetés dans des prisons allemandes pour crime de révisionnisme. Ajoutons qu’à cause de la même déclaration J.-M. Le Pen est également poursuivi en France. En 1991, il lui avait fallu verser 1 200 000 francs. Condamné en référé le 26 décembre 1997, il est actuellement mis en examen à Paris et, pour la même déclaration, se trouve donc poursuivi en même temps et à Munich et à Paris.

Jour après jour, j’observe avec intérêt cette montée en puissance du pouvoir juif. Aujourd’hui, pour mon humble part, j’ai, comme chaque mois, envoyé mon tribut de 5 000 F à «Trésor Paris Amendes» chargé de collecter le montant des amendes qui me sont régulièrement infligées pour révisionnisme, c’est-à-dire pour avoir contrarié la Synagogue (1). Après-demain, un nouveau procès m’attend à Paris (2).

Le 14 octobre, j’aurai le résultat d’un procès qui m’a été intenté à Amsterdam pour ce que j’ai écrit, il y a plus de vingt ans, sur l’imposture du Journal d’Anne Frank; deux richissimes associations juives se sont plaintes de ce que mon étude sur le sujet leur cause un préjudice moral et financier! Toujours à Paris, un autre procès m’attend pour révisionnisme.

En France, en Allemagne, en Palestine et, au fond, à y regarder de près, partout ailleurs dans le monde, y compris au Japon, mieux vaut ne pas froisser, même indirectement ou involontairement, ceux qui, comme A. Finkielkraut, peuvent soupirer: «Ah, qu’il est doux d’être juif en cette fin de XXe siècle!»

Pour notre part, ligotés, bâillonnés, il ne nous reste aucun droit, pas même celui de soupirer: «Ah, qu’il est douloureux de n’être pas juif en cette fin de XXe siècle!»

Additif (14 octobre 1998): M. Finkielkraut vient de témoigner contre Roger Garaudy, auteur des Mythes fondateurs de la politique israélienne, à la XIe chambre correctionnelle de la cour d’appel de Paris. Il voit en R. Garaudy un antisémite et un «faurissonien». Il approuve la loi du 13 juillet 1990 qui condamne les révisionnistes à prison et amende; l’Etat, dit-il, doit punir la haine.


(1) Les premiers à préconiser l’instauration en France d’une loi antirévisionniste sur le modèle de la loi israélienne de juillet 1981 ont été un groupe d’historiens juifs dont Pierre Vidal-Naquet et Georges Wellers réunis autour de René-Samuel Sirat, Grand Rabbin de France (Bulletin quotidien de l’Agence télégraphique juive, 2 juin 1986, p. 1, 3). Cette loi, dite «Fabius-Gayssot», a été adoptée le 13 juillet 1990.
(2) En 1982, à l’occasion de l’un de mes tout premiers procès, Alain Finkielkraut avait publié aux éditions du Seuil un ouvrage confus intitulé L’Avenir d’une négation / Réflexion sur la question du génocide. Le révisionnisme le préoccupait. A la première page de son livre, il me décrivait, avec une belle audace, en «émule de Big Brother». A la page 66, il écrivait: «En termes de méthode, les négateurs des chambres à gaz sont les fils spirituels des grands staliniens».

Tuesday, October 6, 1998

La « chambre à gaz » de Buchenwald


Au procès de Nuremberg (1945-1946), le ministère public britannique et le ministère public français ont affirmé que le camp de Buchenwald possédait une chambre à gaz d'exécution. Voyez Procès des grands criminels de guerre, débats et documents (ou TMI) :
— pour les Britanniques, accusation portée par Sir Hartley Shawcross, procureur général [1] ;
— pour les Français, accusation formulée dans le "Rapport officiel du Gouvernement français" (F-274, cote d'audience RF-301) qui va jusqu'à préciser : "En 1944, à Buchenwald, on a même prolongé une voie ferrée pour que les déportés soient conduits directement jusqu'à la chambre à gaz" [2].

D'assez nombreux anciens détenus ont témoigné de  l'existence d'une ou de plusieurs chambres à gaz d'exécution à Buchenwald (Marcel Conversy, chanoine Hénocque, pasteur Hauter).
Il n'a pourtant existé aucune chambre à gaz d'exécution à Buchenwald, ont fini par admettre tous les historiens, sans aucune exception.
Le premier historien qui ait admis officiellement et expressément qu'il n'y avait pas eu de gazages homicides à Buchenwald est le Dr Martin Broszat (en qualité de membre de l'Institut für Zeitgeschichte de Munich, dont il allait devenir le directeur douze ans plus tard). Dans une lettre publiée par l'hebdomadaire Die Zeit, il a écrit : "Weder in Dachau noch in Bergen-Belsen noch in Buchenwald sind Juden oder andere Häftlinge vergast worden ." [3]
En 1981, Pierre Vidal-Naquet est allé jusqu'à tourner en dérision le théologien protestant Charles Hauter qui, dit-il, "fut déporté à Buchenwald, ne vit jamais de chambres à gaz et qui délire à leur propos." [4]

En 1983, un ensemble de vingt-quatre auteurs, dont Eugen Kogon, Hermann Langbein, Adalbert Rückerl et Georges Wellers, publiaient en allemand un livre de référence, publié l'année suivante en français sous le titre de Les Chambres à gaz, secret d'État. Il suffit de consulter la table des matières pour constater que le camp de Buchenwald n'est pas mentionné.
Ni Gerald Reitlinger (Grande-Bretagne), ni Raul Hilberg (États-Unis), ni Olga Wormser-Migot (France), ni l'Encyclopedia of the Holocaust (Israël) ne mentionnent l'existence de chambres à gaz d'exécution à Buchenwald.
Tous les historiens ont ainsi révisé l'accusation portée à Nuremberg, accusation qui, dans le cas du rapport présenté par la France, s'était pourtant vu accorder la valeur de « preuve authentique » !

P.S. Le Plan-Guide du mémorial de Buchenwald (trente-six pages) ne mentionne ni gazages ni chambre à gaz.
6 octobre 1998
Notes
[1] TMI, XIX, p. 456.
[2] TMI, XXXVII, p. 148.
[3] "Ni à Dachau ni à Bergen-Belsen ni à Buchenwald des juifs ou d'autres détenus n'ont été gazés", Die Zeit, 19 août 1960, p. 16.
[4] P. Vidal-Naquet, Les Juifs, la mémoire et le présent, Paris, Maspero, 1981, p. 212-213.

Friday, October 2, 1998

La XVIIe chambre collabore avec la Gestapo-Stasi


Le 27 avril 1998, Mme Martine Ract-Madoux, président de la XVIIe chambre du tribunal de grande instance de Paris, a condamné le professeur Faurisson à vingt mille francs d'amende pour avoir simplement rectifié dans Rivarol une définition fautive selon lui du mot « révisionnisme », ce qui constituerait le « délit de contestation de crimes contre l'humanité ».

En tête de la première page du jugement, on déchiffre la note manuscrite suivante: « 1 Exp. par fax Ambassade d'Allemagne. 1 Exp. le 3/7/98 Éditions Dalloz. » Si l'on peut comprendre l'intérêt porté par les éditions Dalloz (condamnées sur plainte du professeur dans les années quatre-vingt pour reproduction fallacieuse d'un jugement le concernant), on comprend moins pourquoi l'appareil judiciaire français pousse la complaisance antirévisionniste jusqu'à faxer à l'ambassade d'Allemagne le texte d'un jugement qui vient tout juste d'être prononcé, en première instance, par un tribunal correctionnel contre un citoyen français qui n'entretient, ni de près ni de loin, le moindre rapport avec les autorités allemandes.

Additif

L'ambassade d'Allemagne reçoit 1) immédiatement, 2) par fax, 3) gratuitement, le texte d'un jugement de condamnation qui me concerne, texte 1) que je dois demander, 2) que je dois payer, 3) que je reçois au bout de plusieurs mois !

2 octobre 1998

 

[Publié dans Rivarol, 2 octobre 1998, p. 8, sans l’additif. Le texte s'achevait sur un paragraphe ajouté par la rédaction.]