Monday, January 26, 1998

La « Chambre à gaz » d'Auschwitz I

Depuis 1948, année de la création, par les communistes polonais, du Musée d'Etat d'Auschwitz, des millions de touristes ont visité le crématoire du camp principal (Auschwitz I) avec sa « chambre à gaz » (500 000 visiteurs par an au début des années 1990).

Ce crématoire et cette « chambre à gaz » sont présentés par les guides comme authentiques mais, aux visiteurs récalcitrants qui interrogent les autorités, on répond, depuis mes propres visites de 1975 et de 1976, qu'il s'agit d'une «reconstruction» (sous-entendu : à l'identique). En réalité, l'ensemble n'est ni authentique, ni reconstruit à l'identique. En 1941-1942, il a été un crématoire des plus classiques avec, notamment, une chambre froide pour les cadavres et une salle d'incinération dotée de six fours ; en 1943-1944, les six fours ont été supprimés et la chambre froide, ainsi que d'autres pièces, ont été transformées en un abri antiaérien avec une salle d'opération chirurgicale pour l'hôpital SS situé à proximité.

J'ai fait ces découvertes en 1975/1976 et j'en ai publié le résultat de 1978 à 1980.

• Eric Conan

Quinze ans plus tard, un historien-journaliste, Eric Conan, pourtant très hostile au révisionnisme, publie dans L'Express (19-25 janvier 1995) une longue étude, «Auschwitz : la mémoire du mal», où il dénonce les falsifications du crématoire et de sa « chambre à gaz ». Voici, sur ce point, les conclusions de son enquête (j'en souligne quelques mots) :

En 1948, lors de la création du musée, le crématoire I fut reconstitué dans un état d'origine supposé. Tout y est faux : les dimensions de la chambre à gaz, l'emplacement des portes, les ouvertures pour le versement du Zyklon B, les fours rebâtis selon les souvenirs de quelques survivants, la hauteur de la cheminée. A la fin des années 70, Robert Faurisson exploita d'autant mieux ces falsifications que les responsables du musée rechignaient alors à les reconnaître (p. 68).

E. Conan a interrogé une autorité du Musée d'Etat d'Auschwitz sur ce qu'il appelle un « travestissement » et sur ce que, d'après lui, Théo Klein, ancien président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), appelle un «artifice»:

Krystyna Oleksy, dont le bureau directorial, qui occupe l'ancien hôpital des SS, donne directement sur le crématoire I, ne se résout pas [à dire la vérité sur la chambre à gaz] : « Pour l'instant, on la laisse en l'état et on ne précise rien au visiteur. C'est trop compliqué. On verra plus tard » (Ibid.)

La réponse de cette personne revient à dire : « On a menti. On ment. On mentira… jusqu'à nouvel ordre ».


• Robert Jan van Pelt et Debórah Dwork

En 1996, deux historiens d'origine juive, le Canadien Robert Jan van Pelt et l'Américaine Debórah Dwork, consacrent un ouvrage à Auschwitz, de 1270 (date de la fondation de la ville) à nos jours (Auschwitz / 1270 to the Present, publié à Londres par Yale University Press, 1996, 443 p.). Ils y affirment, à leur tour, que les autorités du Musée d'Etat d'Auschwitz ont procédé à des altérations, des transformations, des falsifications du site d'Auschwitz I en ce qui concerne à la fois le bâtiment d'accueil des prisonniers et le crématoire I avec sa « chambre à gaz ». Les auteurs emploient les mots suivants (traduits de l'anglais) : «offuscation d'après-guerre», « ajouts », « effacements », « suppression », «reconstruction», « pour une large part une reconstruction d'après-guerre » (p. 363), « reconstruit », « usurpation », « re-créé » (p. 364), « falsifié » (p. 367), «le fait de falsifier» (p. 369).

Ils écrivent à propos de la chambre à gaz :

[Après la guerre] on installa dans le toit quatre ouvertures à couvercles comme pour verser le Zyklon B dans la chambre à gaz au-dessous (p. 364).

Ils précisent qu'aucun panneau ne signale des transformations au sujet desquelles…

…les guides observent le silence quand ils conduisent les visiteurs de ce bâtiment qui, s'imagine le touriste, est l'endroit où c'est arrivé (Ibid.).


• Appel à l'UNESCO

Le site d'Auschwitz est tout entier inscrit par l'UNESCO au patrimoine mondial des lieux à protéger. Certains pays arabo-musulmans, qu'irrite le procès intenté en France à Roger Garaudy pour sa mise en doute des chambres à gaz, pourraient, si ce dernier était condamné le 27 février 1998, saisir l'UNESCO du cas de la «chambre à gaz» emblématique d'Auschwitz I ; ils pourraient, par la même occasion, réclamer une expertise des ruines de la chambre à gaz du crématoire II à Auschwitz-Birkenau ; le toit — effondré — de cette chambre à gaz n'a visiblement jamais possédé aucun des quatre orifices spéciaux de 25 cm x 25 cm qui, dit-on, auraient été destinés au versement des granulés de Zyklon B. Comment, dans ce cas, une opération de gazage homicide aurait-elle, simplement, pu commence

26 janvier 1998