Monday, September 30, 1996

A KGB novelist: Gerald Fleming






Gerald Fleming, emeritus reader in German, University of Surrey (England) is, if I may say so, a KGB novelist. He is more a novelist than an historian. He was appreciated by the Soviet authorities and the Soviet publications. Even recently, since the Soviet Union disappeared, he kept paying tribute to the outstanding talent of the Red Army in interrogating German prisoners and extracting from them the desired confessions that the American Army had not been able to obtain.


In 1984, in a review of his book Hitler and the Final Solution, a subservient journalist had to concede:

His sometimes flamboyant writing and the structure of his book as a kind of thriller will annoy some historians (The New York Times, December 28, 1984, p. C 23).

According to a fellow Jew, "His book has been favourably reviewed in Riga and Moscow publications, and he believed that Soviet authorities would grant him permission for a visit to the Red Army archives" (The Jewish Chronicle [London], October 12, 1984, p. 4).



Hitler and the Final Solution (University of California, 1984) is a translation of his Hitler und die Endlösung (Munich, Limes Verlag, 1982). The book was supposed to answer David Irving's challenge for a single document showing that Hitler knew before the end of 1943 that there was an extermination of the Jews going on. Of course, Fleming was unable to provide such a document. So he should have refrained from presenting his book as an answer to such question, and he should have avoided writing that D. Irving's thesis (that there was no Hitler order to liquidate the European Jews) amounted to "eine Fiktion" (p. 37, note 56).



It was a nonsense to write a book about the existence of a document that could not be found and shown. But Fleming thought he could bring us another document, perhaps as sensational, a document proving that there was an extermination program of the Jews by the Nazis. This is how he dared to publish A Resettlement Action Report, now nearly forgotten but revealed at that time — 1982 — as an extraordinary discovery. It was a fraud. Even a layman, not intoxicated by the holocaustic propaganda, could have seen at first glance that this so-called Report with no date and no signature was full of preposterous details about Auschwitz.

Those interested in the matter will find an excellent analysis written by young Canadian revisionist Brian A. Renk: "The Franke-Gricksch 'Resettlement Action Report': Anatomy of a Fabrication" (Journal of Historical Review, Fall 1991, p. 261-279.)

Readers who wish to get, quickly enough, an idea of G. Fleming as an historian can examine a few photos in his book. On one and the same page appear two photos coming from the [Communist] Polish Ministry of Justice. One is supposed to show a gas van (Gaswagen) used for asphyxiating people and the other, two German prisoners holding Zyklon B cans as they were supposed to do when they asphyxiated inmates in Majdanek. In fact, the gas van is an ordinary Magirus truck with nothing suspicious about it, and the prisoners (obviously afraid) are holding Zyklon B cans that were used for disinfestation.

In 1993, the media trumpeted all over the world the news that Fleming had discovered, in the Soviet archives, proof that execution gas chambers had been built and used at Auschwitz. He wrote a long and sensational article under the title "Engineers of Death" (The New York Times, July 18, 1993, p. E19; German version: "Protokolle des Todes", Der Spiegel, 40/1993 [4 October 1993], pp. 151, 156, 158, 160, 162).

In fact, Fleming had not found any such document but only minutes of the Soviet military police interrogation of four German engineers who had, during the war, participated in the building of Auschwitz-Birkenau crematories for the firm Topf und Sohn and who, after the war, were still working in the same company in Erfurt.

The American army had interrogated these engineers and had released them. When Erfurt was handed over to the Soviet Army, the Soviets arrested the engineers, questioned them and… got the confessions they expected.

The most important of those engineers were Fritz Sander and Kurt Prüfer. The first died from a heart attack right at the beginning of his interrogation. The second died from a cerebral hæmorrhage in 1952; we have a photo of K. Prüfer when he was a free man and a photo of the same when he was in the Soviets' hands; the difference speaks volumes and I would say that K. Prüfer's face photographed by the Soviets is terrifying [1].

The confessions were extremely vague and in the style of: "I heard it said… I was told… I saw from the outside… [2]". And it so happens that the very rare precise responses do not fit with the details of the story as given today, nor with what we can see today in Auschwitz. For instance, one of those who confessed said: "In the roof [of the Krema II "gas chamber"] there were square openings of 25 by 25 cm." [3]. The trouble is that even today you can see that not one opening exists in the ceiling. I shall refer here to my "No holes, no Holocaust" argument.

In 1994, G. Fleming was the author, with the collaboration of Jewish-Canadian architect Robert Jan van Pelt, of the documentary [Auschwitz:] Blueprints of Genocide (BBC, May 9, 1994). The climax in this film was reached with a document introduced by the following words:


It says very clearly: You will be able to kill and you will be able to burn simultaneously in this building [Crematorium II].
But, first, in the film the document is surreptitiously shown and in such a way that nobody can see the German words. Second, the document in fact does not say anything of that kind. It is a simple Aktenvermerk (reminder note) of January 23, 1943 about… electricity supply! It has not even the very common Secret stamp. In reality, it mentions Verbrennung mit gleichzeitiger Sonderbehandlung, which means cremation (or) combustion with simultaneous special treatment. It will be noted that the falsifiers translated special treatment by "to kill" and that they went so far as to change the word order, putting first "to kill", then "to burn". The German text, even with such a translation, could never have designated a criminal activity consisting first in gassing people and, then, in burning the bodies of those gassed. The word Sonderbehandlung could, with its place in the sentence, have all kinds of meanings but not that of "to kill", as this special treatment simply accompanied the action of burning.



It goes without saying that, if Fleming and van Pelt had discovered any German text "saying very clearly" what the "Holocaust" historians had been trying to find for such a long time, that text would have been published, shown and commented on in every newspaper, film, book and museum dealing with the "Holocaust". Raul Hilberg, Elie Wiesel, Simon Wiesenthal, Serge Klarsfeld would have celebrated the discovery of the century. Instead, they did not say a single word.

At the end of the film, Fleming totally misquoted what the German engineers had confessed to the Soviets.

The film itself contains nothing on the technique and operation of the Nazi gas chambers and nothing, either, about the alleged square openings in the roof of the Krema II "gas chamber".

On January 28, 1995, Australian journalist Jan Taylor announced in The Sydney Morning Herald that van Pelt was planning to "construct a computer model of the [Auschwitz] camp". We are still waiting for the result. I for one would be interested to see if the architect dares to show us the four special openings in the roof of that "gas chamber" through which, we are told, the Zyklon B pellets were poured.

G. Fleming is not only a KGB novelist; he is also an impostor.



September 30, 1996


Notes

Those interested in the transcript of [Auschwitz:] Blueprints of Genocide have the choice between the British and the American versions. The British version gives a text adapted from the programme broadcast on 9 May 1994; the German document appears on p. 20 with a deceitful comment in English [4]. The American transcript is more faithful, although we are told: "This transcript has not been proof-read against the videotape" [5].




[1] See Der Spiegel, 40/1993, p. 160.

[2] "Ja, ich sah die Gaskammer - von aussen", Ibid.

[3] Id., p. 162.

[4] Horizon, Blueprints of Genocide, text adapted from the programme transmitted 9 May 1994, 26 pages + 6 pages. See Mariette Jackson, Acting Publishing Manager, Broadcasting Support Service, 252 Western Avenue, London W3 6XJ, United Kingdom.

[5] "Nova", show no. 2204. Air Date: February 7, 1995, 8 pages (2 columns), WGBH [Boston] Educational Foundation. Journal Graphics, Box 2222, South Easton, MA 02375 (USA).

Un romancier du KGB : l’historien Gerald Fleming


Gerald Fleming, chargé d’enseignement émérite en allemand à l’université du Surrey (Grande-Bretagne) est, si j’ose dire, un romancier du KGB. Il est plus un romancier qu’un historien. Les autorités soviétiques et les publications soviétiques l’estimaient. Encore récemment, après l’effondrement de l’Union soviétique, il continuait de rendre hommage au talent exceptionnel de l’Armée Rouge quand il s’agissait d’interroger les prisonniers allemands et de leur extorquer les confessions désirées, que l’Armée américaine, elle, avait été incapable d’obtenir. 

En septembre 1984, dans un compte rendu de son livre Hitler and the Final Solution, un journaliste pourtant complaisant devait admettre : «Son style parfois flamboyant et la composition de son livre à la manière d’un roman à suspense agacera certains historiens [1]. »

Selon l’un de ses coreligionnaires juifs, « son livre a reçu un accueil favorable dans des publications de Riga et de Moscou et il pensait, dit-il, que les autorités soviétiques lui accorderaient la permission d’examiner les archives de l’Armée Rouge [2]. »

Hitler and the Final Solution est la traduction de son Hitler und die Endlösung. Le livre était censé répondre au défi de David Irving qui réclamait un document, un seul document, montrant que Hitler avait connaissance avant la fin de 1943 d’une extermination des juifs. G. Fleming se révéla, bien sûr, incapable de fournir un tel document. Il aurait donc dû s’abstenir de présenter son livre comme une réponse à cette question et il aurait dû éviter d’écrire que la thèse de D. Irving (selon laquelle il n’avait pas existé d’ordre de Hitler de liquider les juifs d’Europe) se réduisait à « eine Fiktion »[3].

Il était absurde de consacrer un livre à l’existence d’un document qu’on ne pouvait ni trouver, ni montrer. Mais G. Fleming eut l’idée qu’il pouvait fournir un autre document, peut-être aussi sensationnel, un document prouvant que les Nazis avaient eu un programme d’extermination des juifs. C’est ainsi qu’il osa publier A Resettlement Action Report (Rapport d’une opération de transfèrement) aujourd’hui à peu près oublié mais qui fut révélé à l’époque (1982) comme une découverte extraordinaire. Il s’agissait d’un faux. Même un profane, non intoxiqué par la propagande holocaustique, aurait pu noter au premier abord que ce prétendu rapport, dépourvu de date et de signature, était plein de détails aberrants sur Auschwitz.

Les personnes intéressées par le sujet pourront trouver une excellente analyse de ce rapport sous la plume d’un jeune révisionniste canadien, Brian A. Renk, « The Franke-Gricksch "Resettlement Action Report" : Anatomy of a Fabrication ».

Le lecteur désireux de se faire rapidement une idée de G. Fleming et de sa qualité d’historien peut examiner quelques photos du livre. Sur la même page figurent deux photos en provenance du ministère [communiste] polonais de la Justice. L’une est supposée montrer un camion à gaz (Gaswagen) pour asphyxier des êtres humains tandis que l’autre fait voir deux prisonniers allemands tenant des boîtes de Zyklon B comme ils étaient censés le faire quand ils asphyxiaient des détenus à Majdanek. En fait, le camion à gaz était un camion Magirus ordinaire sans rien de suspect et les prisonniers (manifestement apeurés) tenaient des boîtes de Zyklon B utilisées pour la désinfestation. 

En 1993, les médias du monde entier se mirent à corner que Fleming avait découvert dans les archives soviétiques la preuve que des chambres à gaz homicides avaient été construites et utilisées à Auschwitz. G. Fleming avait effectivement écrit un long article à sensation sous le titre : « Engineers of Death » ainsi que « Protokolle des Todes ».

En réalité, Fleming n’avait découvert aucun document de ce type mais seulement des procès-verbaux d’interrogatoires, par la police militaire soviétique, de quatre ingénieurs allemands qui, pendant la guerre, avaient participé à la construction des crématoires d’Auschwitz-Birkenau pour la compagnie Topf et Fils et qui, après la guerre, continuaient de travailler, à Erfurt, dans la même compagnie.

L’armée américaine avait interrogé ces ingénieurs et les avait relâchés. Mais quand Erfurt fut remise à l’armée soviétique, les Soviétiques arrêtèrent les ingénieurs, les interrogèrent et... obtinrent d’eux les confessions attendues. 

Les plus importants de ces ingénieurs étaient Fritz Sander et Kurt Prüfer. Le premier mourut d’une attaque cardiaque dès le commencement de son interrogatoire. Le second mourut d’une hémorragie cérébrale en 1952 ; on possède une photo de K. Prüfer en liberté et une photo du même lorsqu’il fut aux mains des Soviétiques : la différence est criante et je dirais de la figure de K. Prüfer, photographiée par les Soviétiques, qu’elle est terrifiante [3] !

Les confessions étaient extrêmement vagues et du style de : « J’ai entendu dire... On m’a dit... J’ai vu de l’extérieur... [4] ». Et il se trouve que les très rares réponses qui sont précises ne coïncident ni avec les détails de l’histoire des gazages telle qu’on nous la raconte aujourd’hui, ni avec ce que nous pouvons voir à Auschwitz. Par exemple, l’un des confessés déclara : « Dans le toit (de la "chambre à gaz" du Krematorium-II), il y avait des ouvertures carrées de 25 cm x 25 cm [5]. » L’ennui est que même aujourd’hui on peut constater qu’il n’existe pas une seule ouverture dans le plafond. Je renvoie ici à mon argument : « No holes, no Holocaust » (Pas de trous, pas d’« Holocauste »).

En 1994, Fleming fut l’auteur, avec la collaboration de l’architecte (juif canadien) Robert Jan Van Pelt, du documentaire [Auschwitz] Blueprints of Genocide (Plans pour un génocide), BBC, 9 mai 1994. Le point culminant du film était atteint avec un document présenté en ces termes :

[Ce document] dit très clairement Vous serez capable de tuer et vous serez capable de brûler simultanément dans ce bâtiment [le Krematorium II].

Toutefois, pour commencer, le film ne nous montre ce document que subrepticement et de telle sorte que personne ne peut en voir les mots allemands. Ensuite, ce document ne dit, en fait, rien de tel. Il s’agit d’une simple note pour mémoire en date du 23 janvier 1943 au sujet... d’un approvisionnement en électricité ! Cette note ne porte pas même le timbre, très courant, de « Secret ». En réalité, elle mentionne une Verbrennung mit gleichzeitiger Sonderbehandlung, ce qui signifie une crémation (ou) combustion avec traitement spécial simultané. On remarquera que les falsificateurs ont traduit traitement spécial par tuer et qu’ils sont allés jusqu’à intervertir l’ordre des mots pour placer d’abord tuer, puis brûler. Le texte allemand, même avec cette traduction abusive par « tuer », n’aurait jamais pu désigner une activité criminelle consistant d’abord à gazer des êtres humains, puis à brûler les corps des gazés. A la place où on le trouve, le mot de Sonderbehandlung (traitement spécial) peut avoir tous les sens qu’on voudra mais non celui de tuer puisque ce traitement spécial ne faisait qu’accompagner l’action de brûler.

Il va de soi que, si G. Fleming et R. J. Van Pelt avaient découvert un texte allemand qui aurait «dit très clairement» ce que les historiens de l’«Holocauste» cherchent depuis si longtemps, ce texte-là aurait été publié, montré et commenté dans tous les journaux, films, livres et musées de l’«Holocauste». Raul Hilberg, Élie Wiesel, Simon Wiesenthal, Serge Klarsfeld auraient célébré la découverte du siècle. Au lieu de quoi, ils n’ont pas pipé mot.

A la fin du film, G. Fleming a cité, en déformant totalement leurs propos, ce que les ingénieurs allemands avaient confessé aux Soviétiques. 

Le film lui-même ne contient rien sur la technique et le fonctionnement des chambres à gaz nazies et rien non plus au sujet des prétendues ouvertures carrées dans le toit de la « chambre à gaz » du Krematorium-II.

Le 28 janvier 1995, le journaliste australien Jan Taylor annonçait dans The Sydney Morning Herald que R. J. Van Pelt envisageait de «construire sur ordinateur un modèle du camp [d’Auschwitz]». Nous en sommes à attendre le résultat. Personnellement, il m’intéresserait de voir si l’architecte osera nous montrer les quatre ouvertures spéciales dans le toit de cette « chambre à gaz », à travers lesquelles, nous dit-on, on versait les granulés de Zyklon B.

G. Fleming n’est pas seulement un romancier du KGB; il est aussi un imposteur.

30 septembre 1996


Notes

Les personnes qu’intéresse la transcription du commentaire d’Auschwitz, Blueprints of Genocide ont le choix entre la version britannique et la version américaine. La première présente un «texte adapté de l’émission diffusée le 9 mai 1994»; le document allemand y est reproduit à la page 20 avec un commentaire fallacieux en anglais. La transcription américaine est plus fidèle bien qu’on nous prévienne : « Cette transcription n’a pas été vérifiée d’après la bande vidéo. » Les références sont les suivantes : Horizon, Blueprints of Genocide, Texte adapté de l’émission diffusée le 9 mai 1994, 26 p. + 6 p. Voy. Mariette Jackson, Acting Publishing Manager, Broadcasting Support Service, 252 Western Avenue, London W3 6XJ, Royaume Uni. Pour l’émission américaine, même titre, Nova Show # 2204. Date de diffusion : 7 février 1995, 8 p. sur deux colonnes, WGBH Educational Foundation, Journal Graphics, P.O. Box 2222, South Easton, Massachusetts 02375, USA.




[1] New York Times, 28 décembre 1984, p. C23. 

[2] Jewish Chronicle (Londres), 12 octobre 1984, p. 4. 

[3] G. Fleming, Hitler und die Endlösung, Munich, Limes Verlag, 1982, p. 37, n. 56.

[4] G. Fleming, «Protokolle des Todes », Der Spiegel, n° 40 (4 octobre 1993), p. 160. 

[5] « Oui, j’ai vu la chambre à gaz – de l’extérieur », ibid. 

[6] Id., p. 162.

Tuesday, September 3, 1996

Un historien orthodoxe admet enfin qu'il n'y a pas de preuves des chambres à gaz nazies



Jacques Baynac, né en 1939, est un historien français [1] que ses sympathies portent vers la gauche. Il nourrit une hostilité certaine à l'égard des révisionnistes (qu'il appelle des "négationnistes") et, en particulier, à l'égard de Pierre Guillaume et de ma propre personne. Il a toujours affirmé l'existence des chambres à gaz nazies. Or, il vient de révéler que, tout compte fait, force est d'admettre, même si c'est "pénible à dire comme à entendre", que les témoignages ne suffisent pas et qu'il est décidément impossible de prouver, sur le plan scientifique, que ces chambres à gaz ont existé. Mais, ajoute-t-il curieusement, à défaut de preuve directe, il conviendra, à l'avenir, de chercher une preuve indirecte et, puisqu'on ne peut pas prouver que les chambres à gaz nazies ont existé, il faudra essayer de prouver qu'elles n'ont pas pu ne pas exister ! C'est sous la forme de deux longs articles consécutifs que J. Baynac développe ses vues dans Le Nouveau Quotidien de Lausanne [2].
La dérobade des historiens
Dans le premier article, il commence par déplorer l'existence, en France, d'une loi antirévisionniste, la loi Fabius-Gayssot, du 13 juillet 1990, qui, dit-il, permet à "la secte négationniste" de se servir des tribunaux comme de tribunes. Il souligne que cette loi a été critiquée par Claude Imbert (du Point), Pierre Vidal-Naquet (historien qui a dit : "Je suis prêt à tuer Faurisson, mais pas à le poursuivre en justice !"), Madeleine Rebérioux (ancienne présidente de la Ligue des Droits de l'homme), Me Charles Korman (avocat antirévisionniste) et plusieurs députés RPR. Il affirme que les révisionnistes ou négationnistes ont tout lieu de se réjouir, surtout depuis que l'affaire de l'abbé Pierre a "changé l'atmosphère" en leur faveur. Il note que, chez les adversaires des révisionnistes, "le désarroi a succédé à la consternation", que P. Vidal-Naquet "se désole", que Bernard-Henri Lévy "s'affole", que Pierre-André Taguieff "s'effraie" et que L'Evénement du jeudi a choisi pour titre de couverture : "La victoire des révisionnistes". Il dénonce l'irresponsabilité d'un intellectuel, d'un ancien déporté, Jorge Semprun, qui, dit-il, a "assassiné" le livre que Florent Brayard a écrit contre le révisionniste Paul Rassinier. A gauche, estime-t-il, il s'est développé une "paranoia", une "chasse aux sorcières" (comme le dit Jean-François Kahn) et un "tohu-bohu désastreux". Il affirme que Simone Veil et Dominique Jamet sont, eux aussi, hostiles à la loi Fabius-Gayssot et qu'"on refuse le débat" avec les révisionnistes. Rappelant la stupéfiante déclaration de "34 historiens réputés" parue dans Le Monde du 21 février 1979, déclaration par laquelle on refusait de me répondre et de m'expliquer comment, techniquement, les magiques chambres à gaz nazies pouvaient bien avoir fonctionné, il parle de la "dérobade "des historiens en général. Il écrit en propres termes que "les historiens se sont défilés".
Ni documents, ni traces, ni preuves
Dans le second article, il déplore que les vrais historiens aient accordé leur confiance à Jean-Claude Pressac, pharmacien et "historien amateur", qui, on le voit maintenant, est parvenu à la conclusion que le nombre des morts juives et non-juives à Auschwitz s'élève "à un total de 600 000 victimes" [3]. Il tourne en dérision François Bayrou, ministre de l'Education nationale et historien lui-même, qui, conscient des difficultés qu'on rencontre à prouver le génocide et les chambres à gaz, préconise, dans ce cas, le recours à une méthode historique "allégée" ; J. Baynac voit là un "concept d'histoire light". Il affirme que les chambres à gaz nazies ont existé mais que, pour le prouver, on a trop utilisé le discours "ascientifique" et insuffisamment le discours "scientifique". Le premier est celui où "le témoignage prime" tandis que le second est celui du document. Or, dit-il avec regret, on ne peut que constater "l'absence de documents, de traces ou d'autres preuves matérielles". Il rappelle le constat déjà dressé en 1988 par l'historien juif américain Arno Mayer : "Les sources dont nous disposons pour étudier les chambres à gaz sont à la fois rares et peu sûres" [4]. J. Baynac dit que "nous ne disposons pas des éléments indispensables à une pratique normale de la méthode historique". Il écrit que "l'on doit rester coi faute de documents". Il conclut : "Il faut reconnaître que le manque de traces entraîne l'incapacité d'établir directement la réalité de l'existence des chambres à gaz homicides. "Quand il écrit 'le manque de traces', il veut dire en fait, ainsi qu'il l'a précisé plus haut, "l'absence de documents, de traces ou d'autres preuves matérielles".
Des preuves pour demain ?
Son étude prend fin sur la suggestion qu'on a vue : puisqu'il est décidément impossible de prouver que les chambres à gaz ont existé, essayons à l'avenir de prouver que ces chambres à gaz n'ont pas pu ne pas exister ! Il s'agit là d'un constat de carence pour le présent et d'un acte de foi en l'avenir. J. Baynac est naïf. Il s'imagine que, si les historiens ont tellement affirmé la réalité de ces horreurs et si tant de rescapés ont déclaré les avoir vues, c'est qu'elles ont certainement existé. Il oublie qu'avec le temps on découvre que l'écriture de l'histoire (au singulier) est pleine d'histoires (au pluriel) qui sont plus ou moins imaginaires. J. Baynac continue de croire aux chambres à gaz comme il persiste, semble-t-il, à croire au communisme. Demain, on trouvera la preuve des chambres à gaz. Demain, le communisme sera vrai. Demain, on rasera gratis. Demain, on aura enfin la preuve que le national-socialisme est l'incarnation du mal et le communisme l'incarnation du bien. Saluons ici l'éternelle jobardise de l'intelligentsia française. J. Baynac rejoint la cohorte des "34 historiens réputés" qui, ainsi que je l'ai dit plus haut, ont proféré dans Le Monde l'une des plus monumentales âneries de l'Université française : "Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu'il a eu lieu". J. Baynac ajoute ainsi son nom aux noms des historiens orthodoxes qui, à contrecœur, se sont vus obligés de donner raison, sur tel ou tel point capital, aux historiens révisionnistes. Cela dit, comment des juges pourraient-ils encore condamner des révisionnistes pour contestation d'un crime qui — on le voit par l'étude de J. Baynac — n'est toujours pas prouvé ?
Encombrantes chambres à gaz
Il est manifeste que les chambres à gaz nazies encombrent de plus en plus les historiens ou les auteurs qui défendent la thèse de l'extermination des juifs. Dès 1984, P. Vidal-Naquet mettait en garde ceux, parmi ses amis, que tentait déjà l'abandon de ces chambres à gaz : ce serait, disait-il, "capituler en rase campagne" ("Le Secret partagé", Le Nouvel Observateur, 21 septembre 1984, p. 80). En 1987, une publication violemment hostile au révisionnisme reproduisait, dans le courrier de ses lecteurs, une lettre de deux enseignants d'origine juive, Ida Zajdel et Marc Ascione, suggérant que les nazis avaient truqué leurs aveux et n'y avaient mentionné les chambres à gaz que pour en faire, contre les juifs, "une 'bombe' à retardement, un instrument de diversion et, pourquoi pas, de chantage [5]". Il y aurait bien d'autres exemples à citer ; ce serait trop long ; je me contenterai de trois exemples récents : celui d'Elie Wiesel (en 1994), celui du professeur néerlandais d'origine juive polonaise, Michel Korzec (en 1995), et, enfin, celui de l'historien juif américain Daniel Jonah Goldhagen (en 1996) :
— en 1994, le premier écrivait dans ses mémoires : "Les chambres à gaz, il vaut mieux qu'elles restent fermées au regard indiscret. Et à l'imagination" ; ce qui, en bon français, signifie : "Ne cherchons ni à voir, ni même à imaginer une chambre à gaz nazie" ; et la suite du développement montrait le complet scepticisme du même E. Wiesel quant aux prétendus témoignages sur le sujet [6];
— en 1995, M. Korzec déclarait qu'on avait trop insisté sur l'importance et sur le nombre des gazés ; il ajoutait, au prix d'une contorsion dialectique digne de la Cabale, que les Allemands, et non les juifs, étaient responsables de cette erreur ; selon lui, beaucoup plus d'Allemands, un peu partout en Europe, ont pris part au meurtre des juifs que les quelques Allemands préposés au seul gazage de leurs victimes [7] ;
— en 1996, D.J. Goldhagen écrit dans un ouvrage d'un antigermanisme exacerbé : "Gassing was really epiphenomenal to the Germans' slaughter of Jews" ; dans une interview donnée à un périodique de Vienne il déclare : "Die industrielle Vernichtung der Juden ist fuer mich nicht die Kernfrage zur Erklaerung des Holocaust [...]. Die Gaskammern sind ein Symbol. Es ist aber ein Unsinn zu glauben, daß der Holocaust ohne Gaskammern nicht stattgefunden hätte" [9].
Les chambres à gaz ne sont plus, en 1996, qu'un symbole !
Un journal suisse donne l'exemple
Durant ces dernières années, j'ai décrit à diverses reprises, soit dans des textes samizdat, soit dans des interviews enregistrées, au Canada, par Ernst Zündel, cette évolution des exterminationnistes sur la question des chambres à gaz nazies ; dans un texte daté du 22 septembre 1993 et que je publierai en français l'année prochaine, je suis allé jusqu'à prédire le terme ultime de ces changements [10]. Déjà, le Musée de l'Holocauste à Washington a décidé de ne plus donner aucune représentation matérielle des chambres à gaz (une maquette "artistique" et absurde mise à part).
Les deux articles de J. Baynac marquent une simple étape de cette métamorphose de l'historiographie officielle. Ils ne peuvent surprendre que les juges, de profession ou de vocation, qui, sans rien savoir, tranchent de tout en matière d'histoire. Ils confirment que, depuis beau temps, les historiens ont rompu une unanimité de façade. Ces historiens ont progressivement rejeté les conclusions, par trop simplistes, du Tribunal de Nuremberg sur les chambres à gaz et le génocide. Sur ce sujet, on ne peut plus parler de vérité historique prétendument "notoire". Quand les juges français estiment que contester l'existence des chambres à gaz, c'est contester ce "crime contre l'humanité" qu'aurait été le génocide des juifs, ils ont raison ; mais, par voie de conséquence, s'il n'y a plus de preuve de l'arme spécifique, il n'y a plus de preuve du crime spécifique. Cette conclusion, bien embarrassante pour les juges qui osent condamner le révisionnisme, découle de la prise de position de J. Baynac, prise de position qui, encore une fois, ne lui est nullement particulière mais représente toute une tendance de l'historiographie orthodoxe. J. Baynac dit tout haut ce que ses confrères pensaient tout bas.
En France, ces deux articles venus de Suisse ne pourront décontenancer, par exemple, que les bons lecteurs du Monde, habitués à la douce somnolence entretenue par la censure sur le sujet de l'"Holocauste".
En publiant ces deux articles de J. Baynac, Le Nouveau Quotidien de Lausanne, pourtant si prévenu contre le révisionnisme, a fait preuve de respect pour ses lecteurs, et de discernement [11].
Pour l'heure, la situation des deux universitaires français peut se décrire ainsi :
— Jacques BAYNAC :
"IL N'Y A PAS DE PREUVES, MAIS JE CROIS."
— Robert FAURISSON :
"IL N'Y A PAS DE PREUVES, DONC JE REFUSE DE CROIRE."

Pour le premier, liberté d'expression.
Pour le second, une peine de un mois à un an de prison, une amende de 2 000 à 300 000 F et d'autres peines encore.
Le devoir d'un universitaire n'est-il pas de refuser de croire, quoi qu'il lui en coûte ?
2-3 septembre 1996


Notes





[1] J. Baynac a notamment écrit La Terreur sous Lénine (1975), Ravachol et ses compagnons (1976), Mai [1968] retrouvé (1978), Les Socialistes révolutionnaires russes (1881-1917) (1979), La Révolution gorbatchévienne (1988).

[2] 2 septembre 1996, p. 16, et 3 septembre 1996, p. 14.

[3] La Déportation. Le Système concentrationnaire nazi, ouvrage publié sous la direction de François Bédarida et Laurent Gervereau, BDIC, 1995, p. 196 (de 600 000 à 800 000 morts, dit J.-C. Pressac, ce qui nous met loin des 9 000 000 de Nuit et Brouillard, des 4 000 000 du procès de Nuremberg et des inscriptions du monument d'Auschwitz — ancienne version — ou du chiffre de 1 500 000 — nouvelle version depuis 1995).

[4] A. Mayer, La "Solution finale" dans l'histoire, préface de Pierre Vidal-Naquet, La Découverte, 1990, p. 406. L'édition originale, américaine, porte : "Sources for the study of the gas chambers are at once rare and unreliable" (New York, Pantheon, 1988, p. 362) ; unreliable signifie non fiable[s].

[5] Article 31, janvier-février 1987, p. 22.

[6] E. Wiesel, Tous les fleuves vont à la mer, Mémoires, tome I, Editions du Seuil, 1994, p. 97.

[7] M. Korzec, "De mythe van de efficiente massamoord", Intermediair, 15 décembre 1995.

[8] "Le gazage fut vraiment un épiphénomène du massacre des juifs par les Allemands", (Hitler's Willing Executioners, Londres, Little, Brown & Co., 1996, p. 521, n. 81.

[9] "L'anéantissement industriel des juifs n'est pas pour moi la question centrale pour l'explication de l'Holocauste [...]. Les chambres à gaz sont un symbole. Mais il est absurde de croire que, sans les chambres à gaz, l'Holocauste n'aurait pas eu lieu", D. Goldhagen, Profil, 9 septembre 1996, p. 75.

[11] Dans la livraison du 2 septembre, on corrigera trois menues erreurs : dans la deuxième colonne, on lira : Florent Brayard (au lieu de : Florent Rassinier) ; dans la troisième : Jean-François Kahn (au lieu de : Khan) ; et dans la quatrième : "il ne faut pas se demander comment" (au lieu de : se demander si). Ces fautes ont été corrigées pour l'édition électronique.

Monday, September 2, 1996

An Orthodox Historian Finally Acknowledges: There is No Evidence for Nazi Gas Chambers


Jacques Baynac, born in 1939, is a French historian whose sympathies place him on the left of the political spectrum [1]. He harbours a definite hostility towards the revisionists (whom he calls “negationists”), and particularly towards revisionist writer and publisher Pierre Guillaume and myself. He has always asserted the existence of the Nazi gas chambers. Now, however, Baynac has acknowledged in two lengthy articles published in a Swiss daily that, everything taken into account, it must be admitted – even if it is “painful to say and to hear” – that testimonies are not sufficient, and that it is decidedly impossible to prove, scientifically, that those gas chambers actually existed. But, he adds curiously, given the lack of any direct proof, the thing to do henceforth is to seek indirect proof and, as it cannot be proved that the Nazi gas chambers existed, it will be necessary to try to prove that they cannot not have existed! 
Baynac expounds on his views in two lengthy articles published on successive days in the Swiss newspaper Le Nouveau Quotidien (Lausanne) [2].

The historians’ evasion of the matter
In the first article he begins by decrying the existence of an anti-revisionist law in France, the “Fabius-Gayssot” Act of July 13, 1990, which he says allows “the negationist sect” to use the courts as a podium. He points out that this law has been criticised by Claude Imbert of the magazine Le Point, Pierre Vidal-Naquet (a historian who has stated: “I am prepared to kill Faurisson, but not to sue him in court!”), Madeleine Rebérioux (former president of the Ligue des droits de l’homme, “Human Rights League”), the anti-revisionist barrister Charles Korman and several members of parliament from the Gaullist RPR party. Baynac affirms that the revisionists or negationists have had good reason for rejoicing, especially since the Abbé Pierre affair “changed the atmosphere” in their favour. He also notes that amongst the anti-revisionists, “disarray has replaced consternation,” that historian Pierre Vidal-Naquet “is saddened”, that Bernard-Henri Lévy “is beside himself”, that Pierre-André Taguieff “is frightened”, and that the weekly Événement du jeudi has chosen for its cover headline “The Victory of the Revisionists”. He denounces the irresponsibility shown by Jorge Semprun, an intellectual and former deportee, in “murdering” a book written by Florent Brayard against the French revisionist Paul Rassinier. Baynac believes that on the French left there has developed a “paranoia”, a “witch-hunt” (as Jean-François Kahn puts it), and a “disastrous commotion”. He states that Simone Veil and Dominique Jamet are also hostile to the Fabius-Gayssot Act, and that debate with the revisionists “is refused”. Recalling the stupefying declaration of “34 reputable historians” printed in Le Monde on February 21, 1979, a declaration by which I was denied any reply to my call for an explanation of how, technically, the magical Nazi gas chambers could actually have worked, he speaks of the “evasion” by historians in general. He writes in so many words: “the historians have stolen away.”

Neither documents, nor traces, nor evidence
In the second article, Baynac deplores the fact that anti-revisionist historians should have put their trust in Jean-Claude Pressac, a pharmacist and “amateur historian” who, as can be seen now, has come to the conclusion that the number of Jewish and non-Jewish dead at Auschwitz amounts “to a total of 600,000 victims” [3]. Baynac derides François Bayrou, France’s education minister and a historian himself who, conscious of the difficulties one runs into when trying to prove the genocide and the gas chambers, advocates recourse to a “less burdensome” historical method; Baynac sees in this a “concept of ‘light’ history”. He states that the Nazi gas chambers existed but that, to prove this, too much use has been made of the “ascientific” discourse, and not enough of the “scientific” one. The former is that in which “testimony takes precedence”, whilst the latter is that of documents. However, he says with regret, one cannot fail to note “the absence of documents, traces, or other material evidence”. He recalls the observation already drawn up in 1988 by the Jewish-American historian Arno Mayer: “Sources for the study of the gas chambers are at once rare and unreliable [4].” Baynac writes that “we do not have to hand the elements that are indispensable for a normal exercise of the historical method”, and that “we must keep quiet, for lack of documents”. He concludes: “It needs to be acknowledged that the lack of traces entails an inability to establish directly the reality of the existence of the homicidal gas chambers”. When he writes “the lack of traces”, he in fact means, as he as already specified, “the absence of documents, traces, or other material evidence”.
Evidence tomorrow?
Baynac’s study ends with the aforementioned suggestion: since it is decidedly impossible to prove that the gas chambers existed, let us try in future to prove that those gas chambers cannot not have existed!
This is at once the observation of a certain inadequacy for the present and an act of faith in the future. Baynac is naive. He believes that, if so many historians have, to such an extent, asserted the reality of these horrors, and so many survivors have stated that they saw them, it is because they certainly existed. He forgets that, with time, it becomes apparent that the writing of history (in the singular) is full of stories (in the plural) that are more or less imaginary. He continues to believe in the gas chambers, just as he persists, it seems, in believing in Communism. Tomorrow, evidence for the gas chambers will be found. Tomorrow, Communism will be true. Tomorrow, free lunch for all. Tomorrow, there will finally be proof that National Socialism is the embodiment of evil and that Communism is the embodiment of good. We may take this occasion to salute the eternal gullibility of the French intelligentsia. Baynac joins the cohort of the “34 reputable historians” who, as I have pointed out here, served up in Le Monde one of the most monumental bits of French academic nonsense ever seen: “It must not be asked how, technically, such a mass murder was possible. It was technically possible, since it happened.”
Baynac thus adds his name to those of the 34 orthodox scholars who found themselves having reluctantly to admit that the revisionist historians were right on such or such capital point. That being the case: how could judges go on convicting revisionists for disputing a crime that, as seen in Baynac’s study, has still not been proved?

Cumbersome Gas Chambers
It is obvious that the “Nazi gas chambers” are ever more embarrassing for the historians or other writers who make the case for the reality of an extermination of the Jews. As early as 1984 Pierre Vidal-Naquet warned those of his friends who already felt tempted to abandon the “gas chambers” that to do so would be “to surrender in open country” (“Le Secret partagé”, Le Nouvel Observateur, September 21, 1984, p. 80). In 1987 a periodical hostile to revisionism published on its letters page a piece by two French-Jewish teachers, Ida Zajdel and Marc Ascione, suggesting that the Nazis had faked their confessions and only mentioned gas chambers in order to plant “a ‘time bomb’ against the Jews, an instrument of diversion and – why not? – of blackmail [5]”.
There would be many other examples to mention; that would take too long. I shall be content here with citing just three recent ones: that of Elie Wiesel (in 1994), that of the Dutch professor of Jewish-Polish origin Michel Korzec (in 1995), and finally, that of the Jewish-American historian Daniel Jonah Goldhagen (in 1996):

      In 1994, Wiesel wrote in his memoirs All Rivers Run to the Sea: “Let the gas chambers remain closed to prying eyes, and to imagination”, which, in plain English, means: “Let’s not try to see, or even imagine, a Nazi gas chamber”; and subsequent developments showed the same Wiesel’s complete scepticism with regard to alleged testimonies on the subject [6];

      In 1995 Korzec declared that too much emphasis had been laid on the gas chambers and the number of gassing victims. With dialectic contortions worthy of a cabalist, he went on to argue that it was the Germans, and not the Jews, who were responsible for that error; according to him, far more Germans than the few who were assigned with just the gassings participated in the “murder” of Jews nearly everywhere in Europe [7];

      In his 1996 study Hitler’s Willing Executioners, an exceedingly anti-German book, Daniel J. Goldhagen wrote: “Gassing was really epiphenomenal to the Germans’ slaughter of Jews [8]”; in an interview with a Vienna weekly he stated: “For me the industrialized annihilation of the Jews is not the central question in explaining the Holocaust... The gas chambers are a symbol. But it is absurd to believe that the Holocaust would not have taken place without the gas chambers [9].”

The gas chambers are, in 1996, no longer anything but a symbol! 
A Swiss newspaper sets the example
On several occasions in recent years, either in samizdat writings or in interviews recorded in Canada with Ernst Zündel, I have described this evolution on the exterminationists’ part with respect to the Nazi gas chambers. In a piece dated September 22, 1993 I went so far as to predict where the changes then underway might ultimately lead [10]. At its end, the US Holocaust Memorial Museum in Washington has already decided not to give any material representation of the gas chambers (apart from an “artistic” – and absurd – scale model). 
The two articles by Jacques Baynac mark just one step in this metamorphosis of the official historiography. They are apt to surprise only the judges, be they professional or of some other calling, who, without knowing anything, decide on everything in the sphere of history. They confirm that, for quite some time now, the conventional historians have broken a make-believe unanimity. They have steadily rejected the too simplistic conclusions of the Nuremberg tribunal on the gas chambers and the genocide. In this matter one may no longer speak of historical truths of purportedly “common knowledge”. When French judges deem that to dispute the existence of the gas chambers is to dispute the “crime against humanity” which the genocide of the Jews is supposed to have been, they are correct; but as a consequence of there no longer being any “evidence” of a specific crime weapon, there is no longer proof of a specific crime. This conclusion, rather embarrassing for judges who presume to condemn revisionism, results from the position now taken by Baynac, a position that, once again, is not at all peculiar to him but represents a whole tendency in the orthodox historiography. Baynac is saying out loud what his colleagues have been thinking to themselves.
In France, these two articles from Switzerland can only disconcert people like the good readers of Le Monde, accustomed as they are to the sweet somnolence maintained by censorship of the “Holocaust” question.
In publishing these pieces by Baynac, Le Nouveau Quotidien of Lausanne, normally so prejudiced against revisionism, has shown both respect for its readers and discernment. [11]
For now, the situation of the two French academics may be described as follows:

Jacques BAYNAC: 

“THERE IS NO EVIDENCE, YET I BELIEVE.” 

Robert FAURISSON: 

“THERE IS NO EVIDENCE, THEREFORE I REFUSE TO BELIEVE.” 

For the first: freedom of expression. 
For the second: a possible prison sentence of one month to one year and/or a fine of from 2,000 to 300,000 French francs [i.e. from about €2,000 to over €45,000] and other penalties as well.
Is it not a scholar’s duty to refuse to believe, whatever it may cost him? 
September 2-3, 1996
____________
Notes


[1]  Jacques Baynac has written, notably, La Terreur sous Lénine, Ravachol et ses compagnons, Mai [1968] retrouvé, Les Socialistes révolutionnaires russes, 1881-1917, La Révolution gorbatchévienne. In 1987, he wrote, along with historian Nadine Fresco, an anti-revisionist article for Le Monde entitled “Comment s’en débarrasser?” (How to get rid of them? [that is, the revisionists]), June 18, 1987, p. 2.
[2]  September 2, 1996, p. 16, and September 3, 1996, p. 14.
[3]  La Déportation: Le Système concentrationnaire nazi, a work published under the direction of François Bédarida and Laurent Gervereau, Nanterre, BDIC, 1995, p. 196 (from 600,000 to 800,000 deaths, says J.-C. Pressac, which puts us at quite a distance from the 9 million of the film Night and Fog, the 4 million of the Nuremberg trial and the Auschwitz monument inscriptions in their former version, or from the figure of 1.5 million according to the new version in place there since 1995).
[4]  A. Mayer, Why Did the Heavens Not Darken? The “Final Solution” in History (New York, Pantheon, 1989), p. 362.
[5]  Article 31, January-February 1987, p. 22.
[6]  E. Wiesel, All Rivers Run to the Sea, Memoirs (New York, Random House/Knopf, 1995), p. 74.
[7]  M. Korzec, “De mythe van de efficiënte massamoord” (The Myth of efficient mass murder), Intermediair, December 15, 1995. See also: R. Faurisson, “A New Version of the Holocaust Story”, Journal of Historical Review, March-April 1996, pp. 22-23.
[8] D. J. Goldhagen, Hitler’s Willing Executioners: Ordinary Germans and the Holocaust (New York, Knopf, 1996), p. 521, n. 81.
[9] Profil, September 9, 1996, p. 75: Die industrielle Vernichtung der Juden ist für mich nicht die Kernfrage zur Erklärung des Holocaust... Die Gaskammern sind ein Symbol. Es ist aber ein Unsinn zu glauben, daß der Holocaust ohne Gaskammern nicht stattgefunden hätte.” In his book (p. 523, n. 4) Goldhagen also writes: “The imbalance of attention devoted to the gas chambers needs to be corrected.”
[10] See R. Faurisson: Les juifs pourraient renoncer au mythe de la chambre à gaz nazie, Ecrits révisionnistes (1974-1998), p. 1542-1544.
[11] In the September 2 issue of Le Nouveau Quotidien there are three minor errors: in the second column, one should read: Florent Brayard (instead of Florent Rassinier); in the third column: Jean-François Kahn (instead of Khan); and in the fourth column: “Il ne faut pas se demander comment” (instead of: se demander si). These errors have been corrected in the electronic edition.