Friday, March 31, 1995

Secondo il Talmud, Gesù è immerso, per l’eternità, in escrementi in ebollizione


Il Talmud impregna profondamente la vita ebraica, ivi compresi gli aspetti materiali dell’esistenza quotidiana. È la trascrizione della tradizione orale ebraica. Opera fondamentale del giudaismo, esso è destinato a servire da codice del diritto canonico e del diritto civile.
Gli ebrei si lamentano spesso dell’immagine che danno di loro il Vangelo o la dottrina cristiana. Ma quale immagine si trova, per esempio, di Gesù Cristo nel Talmud?
Questa immagine è atroce. La sola descrizione della sorte riservata a Gesù dopo la sua morte fornisce un esempio di cosa il Talmud racconti del “falso Messia”:

[Nel primo secolo D.C., un certo] Onkelos, figlio di Kalonikos era il figlio della sorella di Tito. Egli aveva intenzione di convertirsi alla religione ebraica. Egli andò ad evocare Tito dal mondo dei defunti con le arti magiche, e gli chiese: Chi è tenuto in maggiore considerazione [nell’altro mondo]? Egli rispose: Israele. [...] Gli chiese: Quale è la tua punizione [nell’altro mondo]? Egli rispose: Ciò che ho decretato per me stesso. Ogni giorno le mie ceneri vengono raccolte e viene pronunciata una sentenza nei miei confronti ed io vengo bruciato e le mie ceneri vengono sparse sui sette mari. Poi andò ad evocare Balaam con la magia. Gli chiese: Chi è tenuto in considerazione nell’altro mondo? Egli rispose: Israele [...] Poi gli chiese: Quale è la tua punizione? Egli rispose: Con lo sperma bollente. Poi andò ad evocare con la magia i peccatori d’Israele [o, come affermato in una nota che si riferisce ai codici di Monaco del Talmud, soltanto Gesù] Egli chiese loro: Chi è tenuto in considerazione nell’altro mondo? Essi risposero: Israele. Che ne direste di unirvi a loro? Essi risposero: Ricerca il loro benessere, non cercare di fare loro del male. Chiunque li tocchi tocca la pupilla dei propri occhi. Egli disse: Quale è la vostra punizione? Essi risposero: Con escrementi bollenti, poiché un Maestro ha detto: Chiunque si faccia beffe delle parole dei Saggi è punito con escrementi bollenti” [tradotto dall’inglese].

Fonti:
1) Der Babylonische Talmud [Gittin, V, VI, Fol. 57], neu übertragen durch Lazarus Goldschmidt, Berlin, Jüdischer Verlag, 1932, p. 368 (“Mit siedendem Kote”);

 2) The Baylonian Talmud [Seder Nashim, Gittin, Fol. 57], under the editorship of Rabbi Dr I. Epstein, London, The Soncino Press, 1936, p. 260-261 (“With boiling hot excrement”).

P.S. La versione ebraica tedesca fa figurare il nome di Gesù nel corpo stesso del testo e la versione ebraica inglese in una nota, n° 4, posta in calce.



Spiegazione: ho redatto questo testo per l’avvocato di Marcel Junin, professore in congedo dall’insegnamento cattolico in Francia. In una lettera a Sud-Ouest, il Sig. Junin aveva, in termini moderati, espresso il suo disaccordo con Monsignor Eyt, arcivescovo di Bordeaux, che, in una conferenza, aveva detto che solo i Romani erano stati responsabili della morte di Gesù. Il rabbino capo di Bordeaux è intervenuto per dire che gli ebrei non avevano alcuna responsabilità nella morte di Gesù, visto che il racconto evangelico su questo punto era infarcito d’inverosimiglianze. La LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) ha sporto querela in tribunale contro il Sig. Junin. In prima istanza, quest’ultimo è stato assolto, ma la LICRA ha interposto appello. L’appello è stato sostenuto ad Agen. La sentenza sarà emessa il 12 giugno. L’avvocato è pessimista. [In appello, il Sig. Junin è stato infine condannato a pagare un’ammenda (con la condizionale), i danni e relativi interessi e le spese giudiziarie.] È ad Arthur Butz che devo testi e riferimenti. Pare che nelle versioni attuali, salvo le versioni in ebraico, il Talmud sia comunemente falsificato. Vedere lo straordinario libretto d’Israel Shahak, Jewish History, Jewish Religion: The Weight of Three Thousand Years [1].
31 marzo 1995

[Articolo pubblicato in appendice al libro Il Revisionismo di Pio XII, 2006, disponibile presso le Edizioni all'Insegna del Veltro, Parma: http://www.insegnadelveltro.it/libreria/?page_id=806

[1] Da allora l’opera è stata tradotta in italiano con il titolo Storia ebraica e giudaismo: il peso di tre millenni, Centro librario Sodalitium, Verrua Savoia 1997.
 

Selon le Talmud, Jésus est, pour l'éternité, plongé dans des excréments en ébullition


Le Talmud imprègne profondément la vie juive, y compris dans les aspects matériels de l'existence quotidienne. Il est la transcription de la tradition orale juive. Ouvrage fondamental du judaïsme, il est destiné à servir de code du droit canonique et, aussi, du droit civil.

Les juifs se plaignent souvent de l'image que donnent d'eux à la fois l'Évangile et la doctrine chrétienne. Mais quelle image trouve-t-on, par exemple, de Jésus Christ dans le Talmud ?

Cette image est atroce. A lui seul, le sort réservé à Jésus après sa mort fournit un exemple de ce que le Talmud raconte sur le « faux Messie » :

Au premier siècle de notre ère, [dit le Talmud] un certain Onkelos, fils de Kalonikos [ou Kolonikos] et de la sœur de l'empereur Titus, envisagea de se convertir au judaïsme. En conséquence il décida d'évoquer par la nécromancie les ombres de trois ennemis jurés des juifs : Titus, Balaam et Jésus. Titus avait ruiné Jérusalem en l'an 70 ; Balaam avait été un prophète mésopotamien envoyé par le roi Moab pour maudire les Hébreux ; Jésus avait été un « faux Messie ».

Aux trois, Onkelos posa la même question : « Qui, dans l'autre monde, est tenu dans la plus haute estime ? » Tous trois répondirent : « Israël. » Et Jésus, pour sa part, conseilla à Onkelos, à propos des juifs : « Recherche leur bien-être, ne cherche pas à leur faire de mal. Quiconque les touche touche à la prunelle de ses yeux. »

Puis, à chacun des trois, Onkelos posa une autre question : « Quelle est votre punition ? »

– Titus lui répondit que, chaque jour, ses cendres étaient rassemblées, faisaient l'objet d'une condamnation, étaient brûlées à nouveau et, enfin, répandues sur les sept mers.

– Balaam lui répondit qu'il était plongé dans du sperme en ébullition.

– Jésus, pour sa part, lui répondit qu'il était plongé dans des excréments en ébullition. 

Sources :

1) Der Babylonische Talmud [Gittin, V, VI, Fol. 57], neu übertragen durch Lazarus Goldschmidt, Berlin, Jüdischer Verlag, 1932, p. 368 («Mit siedendem Kote») ;

2) The Babylonian Talmud [Seder Nashim, Gittin, Fol. 57], under the editorship of Rabbi Dr I. Epstein, London, The Soncino Press, 1936, p. 260-261 (« With boiling hot excrement »).

P.S. La version juive allemande fait apparaître le nom de Jésus dans le corps même du texte et la version juive anglaise dans une note située en bas de page.


Explication : j’ai rédigé ce texte pour l’avocat de Marcel Junin, professeur retraité de l’enseignement catholique. Dans une lettre à Sud-Ouest, M. Junin avait, en termes modérés, exprimé son désaccord avec Mgr Eyt, archevêque de Bordeaux, qui, dans une conférence, avait dit que seuls les Romains avaient été les responsables de la mort de Jésus. Le grand rabbin de Bordeaux est intervenu pour dire que les juifs n’avaient aucune responsabilité dans la mort de Jésus, vu que le récit évangélique était sur ce point truffé d’invraisemblances. La LICRA a porté plainte en justice contre M. Junin. En première instance, ce dernier a été acquitté mais la LICRA a interjeté appel. L’appel a été plaidé à Agen. L’arrêt sera rendu le 12 juin. L’avocat est pessimiste. [En appel, M. Junin a été finalement condamné à payer amende (avec sursis), dommages-intérêts et frais de justice.]

C’est à Arthur Butz que je dois textes et références. Il paraît que dans ses versions actuelles, sauf les versions en hébreu, le Talmud est couramment falsifié. Voyez l’extraordinaire petit livre d’Israël Shahak, Jewish History, Jewish Religion, The Weight of Three Thousand Years [1].
31 mars 1995

[1] L’ouvrage a depuis été traduit en français sous le titre Histoire juive, religion juive. Le poids de trois millénaires, Paris, Librairie du Savoir, 1997. [NdÉ]

According to the Talmud, Jesus is plunged for eternity in boiling hot excrement


The Talmud greatly permeates Jewish life, including the material aspects of everyday existence. It is the transcription of the Jewish oral tradition. A fundamental work of Judaism, it is meant to serve as a code of canon law and civil law.
The Jews often complain of their portrayal as given by either the Gospels or Christian doctrine. But what image is to be found, for instance, of Jesus Christ in the Talmud?
That image is an atrocious one. All by itself, the fate reserved for Jesus after his death shows what the Talmudists think of the “false Messiah” for, in a chapter dealing with him and two other sworn enemies of the Jews (the emperor Titus, destroyer of Jerusalem in 70 AD, and the Mesopotamian prophet Balaam, who had cursed the Hebrews at the behest of king Moab), one may read:
[In the first century AD, a certain] Onkelos son of Kolonikos was the son of Titus’s sister. He had a mind to convert himself to Judaism. He went and raised Titus from the dead by magical arts, and asked him: Who is most in repute in the [other] world? He replied: Israel. […] He asked him: What is your punishment [in the other world]? He replied: What I decreed for myself. Every day my ashes are collected and sentence is passed on me and I am burnt and my ashes scattered over the seven seas. He then went and raised Balaam by incantations. He asked him: Who is in repute in the other world? He replied: Israel. […] He then asked: What is your punishment? He replied: With boiling hot semen. He then went and raised by incantations the sinners of Israel [or, as stated in a note referring to the Munich codex of the Talmud, Jesus alone]. He asked them: Who is in repute in the other world? They replied: Israel. What about joining them? They replied: Seek their welfare, seek not their harm. Whoever touches them touches the apple of his eye. He said: What is your punishment? They replied: With boiling hot excrement, since a Master has said: Whoever mocks at the words of the Sages is punished with boiling hot excrement.

Sources
1. Der Babylonische Talmud [Gittin, V, VI, Fol. 57], neu übertragen durch Lazarus Goldschmidt, Berlin, Jüdischer Verlag, 1932, p. 368 (“Mit siedendem Kote”).
2. The Babylonian Talmud [Seder Nashim, Gittin, Fol. 57], under the editorship of Rabbi Dr I. Epstein, London, The Soncino Press, 1936, p. 260-261 (“With boiling hot excrement”).
P.S. The German version has Jesus’s name appearing in the body of the text itself and the English version in a footnote, n° 4.

Explanation: I drafted this text for the barrister of Marcel Junin, a retired professor in the Catholic education system in France. In a letter to the daily Sud-Ouest, Mr Junin had, in moderate terms, expressed his disagreement with Mgr Eyt, Archbishop of Bordeaux, who, in a conference, had stated that the Romans alone were responsible for the death of Jesus. The chief rabbi of Bordeaux intervened to say that the Jews had borne no responsibility in Jesus’s death, seeing as the Gospel account was, on that point, riddled with implausibilities. The LICRA (“International league against racism and antisemitism”) brought charges against Mr Junin who, in first instance, was acquitted but the LICRA appealed. The appeal was heard in Agen, where the decision will be handed down on June 12. The barrister is pessimistic. [The court of appeal found Mr Junin guilty of incitement to racial or religious hatred, imposing a fine (suspended) and ordering him to pay damages and costs.]
I owe the foregoing texts and references to Arthur Butz. It seems that in its current versions, except those in Hebrew, the Talmud is regularly falsified. See the extraordinary little book by Israel Shahak, Jewish History, Jewish Religion: The Weight of Three Thousand Years (London, Boulder [Colorado], Pluto Press, 1994).
March 31, 1995

Commentaire d’une lettre ouverte de Michael Shermer


Le 14 mars 1995, Michael Shermer, directeur du «Skeptics Society» et de Skeptic Magazine a publié une «Lettre ouverte aux révisionnistes de l’Holocauste», dans laquelle il consacre une section de trois cent mots à une conversation que nous avions eue tous deux, à Los Angeles, en septembre 1994, à mon invitation. Il ne m’a pas envoyé de copie de cette lettre ouverte. Aujourd’hui, 31 mars, j’en ai reçu une copie du Dr Töben (Australie), que je remercie de bien vouloir publier le présent commentaire [dans Adelaide Institute Newsletter].


J’avais appelé l’attention de M. Shermer sur le fait qu’en accusant les Allemands


1/ d’avoir décidé la construction d’abattoirs chimiques pour tuer les juifs de façon systématique et en grandes quantités,


2/ d’avoir construit cette «arme du crime», et


3/ de l’avoir utilisée pendant des années en usant d’une technique spéciale et d’un mode d’emploi spécifique,


c’est à lui qu’incombait, du même coup, la charge de la preuve.


Personnellement je lui ai demandé, comme c’est l’usage en matière criminelle, quelles étaient ses preuves matérielles ou physiques. Pour commencer, j’aurais aimé qu’il répondît à mon simple défi : «Montrez-moi ou dessinez-moi une chambre à gaz nazie».


Les mots «Montrez-moi» signifient que, s’il croit que les chambres à gaz nazies qu’on montre à Auschwitz ou ailleurs sont en fait de vraies chambres à gaz nazies, il lui suffisait de prendre la simple responsabilité de dire : «Voici une chambre à gaz nazie.» Nous en aurions alors tous deux discuté.


Les mots « ... ou dessinez-moi» signifient que, s’il considère que «les Allemands ont détruit toutes leurs chambres à gaz d’exécution » ou que « les chambres à gaz nazies montrées aux touristes sont incomplètes, reconstruites ou non-authentiques », il lui suffirait de me montrer, par un dessin, ce qu’était dans la réalité une vraie chambre à gaz nazie avec, bien sûr, sa technique et son mode d’emploi. Nous en aurions alors tous deux discuté.


Dans son article, M. Shermer n’a rien montré ni dessiné de ce genre. Dans notre conversation, il n’a pas traité du sujet. Il m’a demandé ce que j’entendais par «preuve». Mais j’avais déjà répondu à cette question : c’était, comme dans une affaire criminelle, une représentation physique ou matérielle de l’arme du crime. S’il n’en était pas d’accord, il lui fallait me dire ses raisons et m’apporter ce que, pour sa part, il appelait une preuve, non en théorie mais dans la pratique.


J’ai insisté et répété que, pour sa part, il n’avait à me fournir qu’une preuve de son cru. Après tout, il avait formulé une accusation [contre l’Allemagne] ; la preuve lui incombait ; il ne dépendait que de lui de décider quel genre de preuve il nous fournirait. Nous aurions alors tous deux discuté de cette preuve. Malheureusement il n’a jamais rien soumis à notre réflexion.


Aujourd’hui, le voilà qui écrit : «Je pensais que peut-être l’esprit [de Faurisson] prendrait une tournure philosophique.» Mais c’est précisément parce que j’ai l’habitude d’entendre tant de considérations «intellectuelles» ou « philosophiques» (les Français en sont friands), que je m’en méfie beaucoup lorsque le sujet de la discussion porte sur un crime ou sur l’arme d’un crime. J’insiste alors sur l’importance des preuves matérielles ou physiques, car je préfère Sherlock Holmes ou Scotland Yard à Socrate ou à Pyrrhon (le sceptique).


Andrew Allen assistait à notre conversation. Je reconnais avoir « pointé mon doigt, avec insistance», sur le visage de M. Shermer. Il ne s’agissait pas de «tactique». La raison en était que je répétais : «Vous êtes l’accusateur. Vous et personne d’autre ici. En conséquence, fournissez-moi une preuve, une seule preuve à l’appui de votre terrible accusation.»


C’était une façon de dire à M. Shermer : «N’esquivez pas votre responsabilité !»


Bref, aujourd’hui encore, nous en sommes à attendre de M. Shermer qu’il nous montre à quoi pouvait bien ressembler une chambre à gaz nazie (l’arme du crime) avec, bien sûr, sa technique et son mode d’emploi.


Je rappelle que, le 30 août 1994, en présence de quatre témoins, Michael Berenbaum, directeur de recherches à l’Holocaust Memorial Museum de Washington, a été amené à répondre en ces termes à mon défi : «Nous avons pris la décision de ne donner aucune représentation physique de la chambre à gaz nazie.»


Sur ce point ainsi qu’en ce qui concerne l’absurde maquette du Krematorium-II [censé contenir une chambre à gaz homicide] ainsi que mon argumentation sur «No holes, no "Holocaust"» (pas de trous, pas d’«Holocauste»), voyez Adelaide Institute Newsletter, 10 novembre 1994, p. 4-5.





Publié dans Adelaide Institute Newsletter, n° 25, 20 avril 1995, p. 5.

Thursday, March 30, 1995

Serge Klarsfeld divise par quatre le nombre des fusillés du Mont Valérien


(Commentaire de deux articles datés du 30 mars 1995, parus dans Le Monde et Le Figaro, ce dernier étant intitulé «Mont-Valérien : les vrais chiffres. De janvier 1941 à juin 1944, les nazis y ont fusillé 1007 résistants et non 4500. »)


On y apprend que S. Klarsfeld vient de publier « la liste exhaustive » des 1007 personnes fusillées entre le 1er janvier 1941 et le 15 juin 1944 au Mont-Valérien, à Suresnes. «Afin de rétablir la vérité historique, Me Klarsfeld demande au ministre des Anciens combattants et victimes de guerre, Philippe Mestre, de rectifier ce nombre. Cela permettrait, selon [Klarsfeld], "de revaloriser le rôle des juifs dans la Résistance, le nouveau chiffre évaluant à 17% la participation des juifs au martyre du Mont-Valérien au lieu de 3,5 % alors qu’ils représentaient 0,8 % de la population française" » (Le Figaro).


Passons sur le calcul sordide et l’absurdité des considérations que ces chiffres entraînent dans l’esprit manifestement dérangé de cet avocat et notons la réaction du ministère, donnée par Le Monde : « [Cette rectification rapide] ne se fait pas d’un trait de plume et cela demande des contacts avec l’ensemble desgroupes de résistants, explique un membre du cabinet. Est-il opportun de le faire juste avant les commémorations du cinquantenaire ?» Le journaliste Greilsamer rappelle que, «en 1987, la communauté juive avait modifié la plaque commémorative de la grande rafle du Vélodrome d’hiver pour indiquer que 8160 personnes, dont 4.115 enfants, avaient été internées dans l’enceinte du stade en 1942, et non trente mille ».


S. Klarsfeld vit dans la hantise des révisionnistes. Il cherche à leur couper l’herbe sous le pied. Les révisionnistes n’ont cessé de dire que tous les chiffres officiels portant sur les «victimes du nazisme» sont considérablement gonflés. On en a ici un nouvel exemple. Au Mont-Valérien, les Allemands ont fusillé environ mille «résistants» ou «terroristes» et on en a ajouté environ trois mille. Pourquoi se gêner ? Il est à noter que tous les arguments utilisés par Klarsfeld sont précisément ceux des révisionnistes.


Klarsfeld est soucieux de valoriser les juifs. Il le fait ici, une fois de plus, à sa manière. Les Allemands avaient raison – on le voit – de considérer que les juifs jouaient un rôle primordial dans la « Résistance». Les « tueurs à la balle et au couteau» étaient souvent juifs ou aidés par les juifs. («Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite ! » ; ces paroles du Chant des Partisans sont de deux juifs : Joseph Kessel et Maurice Druon.)


30 mars 1995

Saturday, March 18, 1995

L'édition critique des Journaux d'Anne Frank


– Rijksinstituut voor Oorlogsdocumentatie, De Dagboeken van Anne Frank, Uitgeverij Bert Bakker, Amsterdam, 1986, XX-716 p. + livret de 22 p.

– Niederländisches Staatliches Institut für Kriegsdokumentation, Die Tagebücher der Anne Frank, S. Fischer Verlag, Frankfurt-am-Main, 1988, X-792 p. + livret de 30 p.

– Institut national néerlandais pour la documentation de guerre, Les Journaux d'Anne Frank, Calmann-Lévy, 1989, 765 p. (livret intégré).

– The Netherlands State Institute for War Documentation, The Diary of Anne Frank. The Critical Edition, Doubleday, New York, 1989, 719 p. (livret intégré).

_______


Il s'agit d'une entreprise maladroite qui, si l'on y regarde de près, confirme que j'avais raison d'incriminer Otto Frank [1]. Par ailleurs, on ne répond pas à mes arguments physiques et matériels; d'abord on donne un résumé caricatural de ces arguments; ensuite, on ne reproduit plus aucun plan des lieux ! L'expertise d'écriture du laboratoire de Wiesbaden (traces d'une encre de stylo à bille) n'est ni clairement présentée ni clairement réfutée.

Les trois expertises sur lesquelles se fondait Otto Frank pour déclarer que le journal était authentique sont, cette fois-ci, toutes les trois déclarées sans valeur ! De même pour le livre d'Ernst Schnabel, Spur eines Kindes, publié en 1958 !

Enfin, pour en revenir à l'écriture des manuscrits, on a, depuis la publication de cette « édition critique» (en 1986 dans sa version néerlandaise), découvert des spécimens de l'écriture d'Anne Frank qui sont sans rapport avec les spécimens d'écriture présentés dans cette «édition critique».

Last, but not least, les responsables de cette «édition critique», pressentant que j'allais m'intéresser à la vie d'Otto Frank avant et après 1945, ont préféré prendre les devants et créer des contre-feux. C'est ainsi qu'ils ont été conduits à faire d'extraordinaires révélations sur les malversations financières, sinon les pures et simples escroqueries financières d'Otto Frank et de son frère (tous deux possédaient une banque bien avant la guerre en Allemagne). Après la guerre, Otto Frank a également eu des ennuis avec la justice néerlandaise pour collaboration économique de son entreprise commerciale avec l'ennemi pendant la guerre.

D'une manière générale, l'image d'Otto Frank qui se dégage de la lecture de certains chapitres initiaux de ce gros livre est plutôt celle d'un malhonnête homme sur le plan de la finance et de l'édition.

Cette « édition critique » ne présente aucun modèle de l'écriture d'Isa Cauvern qui, avant de se suicider en 1947, avait collaboré avec son mari et avec Otto Frank à la confection du Journal d'Anne Frank. Le rôle joué par Miep Gies est tout à fait trouble et celui d'Anneliese Schütz est quasiment passé sous silence.

Le Livre des Contes n'est ni présenté, ni étudié. J'en ai vu le manuscrit à Bâle en 1977. Ce manuscrit est stupéfiant par son écriture d'adulte, sa présentation et... son répertoire : le tout semble l'œuvre d'un vieux comptable et non d'une jeune fille.

Dans l'« édition critique », j'ai noté l'absence, dans les versions néerlandaise, française et anglaise, de la fameuse lettre (20 février 1944) du « tapis brossé toutes fenêtres fermées », qui est présente dans la version allemande. Il est probable qu'une comparaison attentive des quatre versions ferait apparaître d'autres anomalies.

18 mars 1995

__________
[1] Voy. leur propre « Conclusion », p. 207-208 de l'édition française.



[Publié, en espagnol, dans : Enrique Aynat, El holocausto a debate. Respuesta a César Vidal, Apartado de Correos 12.803, 46020 Valencia, Espagne, 1995, 189 p. ; voy. Apendice 4. «La edición critica del diario de Ana Frank. Un comentario de Robert Faurisson», p. 175- 176. Le texte est inédit en français.]


Friday, March 10, 1995

Un exemple de bidonnage journalistique : Rommel, Hitler et les chambres à gaz


Dans le jargon du journaliste, le bidonnage consiste à fabriquer, à partir d'un peu de vrai, du faux qui fasse sensation. Sur la seconde guerre mondiale les journalistes bidonnent considérablement. Pour peu qu'on les peigne comme tout droit venus de l'Enfer, Hitler, la croix gammée, les SS, Mengele, Auschwitz et la Gestapo font vendre du papier. Sur le terrain de cette sorte de production pornographique, c'est à qui, chez les journalistes, parviendra à battre leur confrère Christian Bernadac. En ce domaine, la presse de province rivalise avec le journal Le Monde.


Puisons un exemple dans un organe de presse de la France profonde : le quotidien La Montagne, édité à Clermont-Ferrand, et arrêtons-nous un instant sur le cas de l'un de ses journalistes : Daniel Desthomas. Depuis de longues années, avec son confrère Jean Baruch, lequel signe «J. B. », il publie dans la rubrique «On en parle» des articles où il joue à l'érudit, en particulier sur le sujet de la seconde guerre mondiale.


Il y a quelques mois, dans un article intitulé «Le Renard du désert», D. Desthomas apprenait ainsi à ses lecteurs que le maréchal Rommel, à son retour d'Afrique, avait fait à Berlin deux terribles expériences. Pour commencer, il avait tout d'un coup vu «clair» en apprenant «l'ignominie des chambres à gaz». Puis, il s'en était allé trouver Hitler, mais ici écoutons le journaliste :


Bouleversé, [Rommel] va rencontrer Hitler et dénonce l'intolérable, propose la dissolution de la Gestapo et des SS au profit des troupes régulières. Hitler l'écoute mais lui signifie qu'il ne changera pas ses méthodes.


Dans le passé, j'avais, à de nombreuses reprises, mis en garde D. Desthomas, J. Baruch et les responsables de La Montagne contre ce genre d'informations manifestement inventées de toutes pièces. Je le faisais en leurfournissant ou en leur proposant l'envoi de tous les documents désirables. En pure perte. Cette fois-ci, je décidais de procéder autrement. Je priais ma collaboratrice de bien vouloir adresser une lettre à D. Desthomas pour lui demander ses sources sur un point, un seul, et cela afin d'être plus simple : d'où venait l'information selon laquelle le maréchal Rommel avait soudainement appris l'existence des chambres à gaz ?


La réponse se fit longuement attendre. A vrai dire, le journaliste commença par ne pas répondre du tout, même après une lettre de relance. Il fallut en appeler à la direction du journal pour qu'enfin D. Desthomas fît, non sans aplomb, la réponse suivante :


Mes sources sont multiples. Il s'agit du témoignage du fils du maréchal, Manfred Rommel, actuellement maire de Stuttgart, dans l'hebdomadaire Die Woche du 25 mai au 1er juin 1994 relaté par l'Agence France-Presse ; de l'article d'Alain Decaux, dans le numéro d'Historia de mars 1978 ; du récit de la comtesse Waldeck, amie d'Erwin Rommel, récit paru dans le numéro de janvier 1949 de Sélection du Reader [sic] Digest.


Sur quoi ma collaboratrice lui fit quatre observations :


1) Ces trois prétendues sources n'étaient que des références.


2) La comtesse Waldeck avait quitté l'Allemagne en 1931 pour aller s'établir aux Etats-Unis. Elle n'était pas en Allemagne pendant la guerre. L'article en question ne mentionnait tout simplement pas les chambres à gaz [1].


3) Alain Decaux avait écrit : «[Rommel] a appris l'extermination des Juifs, l'existence des camps de concentration, des chambres à gaz. Il est atterré, bouleversé [2]. » Or, selon son habitude, A. Decaux avait écrit là un article de style plus romanesque qu'historique. Non seulement il n'indiquait aucune source mais il commettait une grave erreur. Rommel savait, en effet, depuis des lustres l'existence des camps de concentration puisque le régime hitlérien, dès 1933, se vantait de ces réalisations-là et les présentait volontiers aux visiteurs étrangers comme plus humaines que les prisons.


4) Manfred Rommel avait effectivement donné une interview à l'hebdomadaire Die Woche mais voici ce qu'on y trouvait sur le sujet : «[Manfred Rommel au sujet de son père Erwin Rommel] Vers la même époque (fin 1943, début 1944) il apprit du maire de Stuttgart que les Juifs déplacés étaient mis à mort dans des chambres à gaz. – Die Woche : Cela se savait donc ? – Manfred Rommel : Pas au point d'être généralement connu. C'était en quelque sorte un bruit [3]. »


Ma collaboratrice ajoutait :


Bien que l'affirmation plutôt vague de Manfred Rommel et sa réponse embarrassée à la question du journaliste («C'était en quelque sorte un bruit.») ne m'aient pas semblé de nature à affirmer que le maréchal Rommel tenait pour sûre l'existence des chambres à gaz, j'ai voulu vérifier ces propos à la source, c'est-à-dire en consultant le livre de Karl Strölin : Verräter oder Patrioten ? Der 20. Juli 1944 und das Recht auf Widerstand. Pas un instant Strölin, maire de Stuttgart de 1933 jusqu'à la fin de la guerre, n'y mentionnait les chambres à gaz.


D. Desthomas aurait également pu se voir rappeler qu'au procès de Nuremberg K. Strölin, entendu comme témoin, le 25 mars 1946, avait parlé du maréchal Rommel sans évoquer le moins du monde les chambres à gaz [4].


En conclusion, D. Desthomas avait bidonné deux fois : d'abord en lançant une information dénuée de fondement et, ensuite, en cherchant à se justifier, de manière tardive et laborieuse, par la production de références fallacieuses. En poussant le jeu un peu plus loin, il aurait été intéressant de le voir répondre à la question subsidiaire que nous avions décidé de lui épargner : d'où venait l'autre information, celle selon laquelle le maréchal Rommel avait dénoncé devant Hitler en personne l'emploi des chambres à gaz, lequel Hitler lui avait signifié qu'il continuerait d'employer des chambres à gaz ? Car là aussi D. Desthomas avait bidonné.


Additif


Dix mois plus tard, nullement échaudé par l'affaire, le même journaliste signait dans la même rubrique un article de plus sur le sujet des chambres à gaz [5]. Cette fois-ci, il m'obligeait à adresser personnellement une lettre au directeur de la publication où j'épinglais D. Desthomas à propos de ses bourdes et inepties : Heydrich, en personne, avait préconisé l'asphyxie par le gaz ; le bourreau des juifs s'appelait Heichmann (sic) ; il y avait eu «quelque 5.978.000 victimes juives dont 2.800.000 pour la seule Pologne», etc.


Le cas de D. Desthomas, journaliste à Clermont-Ferrand, est malheureusement typique de la profession : on fabrique une information ; on l'assène avec aplomb ; prié de citer ses sources, on fait la sourde oreille ; contraint de répondre, on répond n'importe quoi ; placé devant l'évidence d'une fabrication journalistique, on ne manque pas de récidiver avec encore plus d'aplomb dès que l'occasion s'en présente.


10 mars 1995



Notes


[1] « La Vérité sur la mort de Rommel », Sélection de Reader's Digest, janvier 1949, p. 17-21.


[2]A. Decaux, «Rommel choisit sa mort», Historia, mars 1978, p. 25-35.


[3] A. Juhnke, « Das war unsere Befreiung », Die Woche, 25 mai - 1er juin 1995.


[4] TMI, X, p. 55-81.


[5] D. Desthomas, « De l'existence des chambres à gaz », La Montagne, 12 avril 1995, p. 14.


Thursday, March 2, 1995

Les plaidoiries soumises à censure au procès de Nuremberg


Au procès de Nuremberg, les plaidoiries des avocats étaient suivies des plaidoiries du ministère public ! Autrement dit, la plaidoirie des avocats était prise en étau entre, au début, l’accusation formulée par le ministère public et, à la fin, l’accusation formulée à nouveau par le même ministère public.


(A la fin, bien entendu, les accusés eux-mêmes avaient le droit à une très courte déclaration avant la délibération des juges et le prononcé de la sentence.)


Les plaidoiries des avocats devaient être écrites et préalablement soumises aux juges qui autorisaient ou censuraient à leur discrétion la lecture de tel ou tel passage. Si bien qu’aujourd’hui, à la lecture des plaidoiries, on constate que reviennent de façon intermittente, dans la bouche des avocats s’adressant au président, des formules signifiant : «Je laisse ici de côté les pages tant à tant dont le Tribunal ne permet pas la lecture» !


2 mars 1995