Friday, September 30, 1988

Le double jeu des persécuteurs du révisionnisme


Pierre Vidal-Naquet a dit et écrit qu’il était opposé à la persécution judiciaire des révisionnistes mais il a toujours prêté main forte aux responsables de cette persécution et il est allé jusqu’à témoigner à charge contre R. Faurisson, en 1981, dans le « procès Poliakov ».

En 1988, l’historien juif américain Raul Hilberg a déclaré qu’il préférait « et de loin », laisser les révisionnistes s’exprimer librement et il a ajouté : « Sans doute est-ce la conception américaine en matière de liberté d’opinion [1]. » Pourtant, en janvier 1985, R. Hilberg est venu à la barre d’un tribunal de Toronto charger le révisionniste Ernst Zündel, coupable d’avoir diffusé au Canada une brochure révisionniste anglaise : Did Six Million Really Die ? R. Hilberg a, pour l’occasion, été payé par le procureur de la Province d’Ontario pendant plusieurs jours à raison probablement de 150 US dollars de l’heure. 

En septembre 1988, la très puissante association juive américaine «Anti-Defamation League of B’nai B’rith’», qui se pique de respecter la liberté d’expression et s’abstient en conséquence de poursuivre ou de faire poursuivre les révisionnistes américains aux États-Unis, vient de se joindre aux associations françaises dans l’action judiciaire réclamée par le procureur d’Auch (Gers) contre les Annales d’histoire révisionniste [2].

Cette association se joint donc à une action au cours de laquelle le juge d’instruction Legname a lancé un mandat d’arrêt international contre Carlo Mattogno, citoyen italien, avec demande d’enquête sur la personne et sur les opinions politiques de ce dernier. Les trois inculpés (sans audition préalable) sont Pierre Guillaume, Robert Faurisson et Carlo Mattogno. Ils sont accusés d’apologie de crime de guerre (sans spécification dudit crime) et de propagation de fausse nouvelle (sans spécification de ladite fausse nouvelle).


Voilà les faits. Si certains prétendent les remettre en question, je suis prêt à répondre. Je préfère, et de loin, qu’on les laisse s’exprimer. Sans doute est-ce la conception américaine en matière de liberté d’opinion. Ceux qu’on essaie de contraindre au silence gagnent souterrainement une audience pernicieuse – qu’il est moins facile de combattre [3]


Resolutions 

In a resolution passed at the meeting, ADL voted to join in a criminal action instituted by the French government against Holocaust revisionists in France. The League will accept the invitation of two participants in the French suit – the International League for Human Rights and the National Federation of Deportees – to join the action against Robert Faurisson, Carlo Mattogno and Pierre Guillaume, who are associated with a new Holocaust denial publication entitled Annals of Revisionist History [4]

30 septembre 1988



Notes

[1] Propos recueillis par Luc Ferry et Sylvaine Pasquier, L’Express, 20-26 mai 1988, p. 118.
[2] ADL Bulletin (Anti-Defamation League of B’nai B’rith’), septembre 1988, p. 15.
[3] Propos de Raul Hilberg recueillis par Luc Ferry et Sylvaine Pasquier, L’Express, 20-26 mai 1988, p. 118.
[4] ADL Bulletin, op. cit., ibid.

Thursday, September 1, 1988

Raul Hilberg now explains that the genocide of the Jews was carried out by telepathy!



Raul Hilberg, the most prestigious of the authors who defend the case for the physical extermination of Jews by the Germans during the Second World War, began his investigation of the subject in 1948.

In 1961, after more than a dozen years’ labour, he published The Destruction of the European Jews. In this work, he presents “the destruction of the European Jews” as a vast undertaking ordered by Hitler in person who, he says, gave two orders to that effect; then various German administrative, police and military bodies, in abidance with those orders, coordinated their efforts duly to prepare, organise, monitor and carry out that vast criminal undertaking.

In 1976 there appeared a work by the most prestigious of the revisionist authors: The Hoax of the Twentieth Century. In it Arthur R. Butz, who teaches at Northwestern University near Chicago, shows that the alleged extermination of the Jews is a swindle.

In 1978-1979 I published two articles in the prominent daily Le Monde demonstrating that the alleged Nazi gas chambers could not have existed, and this for reasons essentially physical and chemical in nature [1]. Those pieces caused something of a stir. In France, Raymond Aron and François Furet announced that an international gathering of specialists would be held to demonstrate to the world that the extermination of Jews and the Nazi gas chambers had really existed. Amongst the specialists would be Raul Hilberg.

Shortly before the start of the conference, Guy Sitbon, permanent US correspondent for the weekly Le Nouvel Observateur, had a lengthy interview with Hilberg [2]. The latter said some astonishing things, basically amounting to an admission that, with regard to the destruction of the European Jews and the Nazi gas chambers, there were not really any documents but only testimonies that “concur, just about”. Although Hilberg, of course, maintained his general argument, his explanations were radically different from those that he had given till then. It is obvious that the revisionist argument had something to do with this change. Besides, the interviewee conceded as much, even if only reluctantly, in stating:

I will say that, in a certain way, Faurisson and others, without wanting to, have done us a favour. They have raised questions that have the effect of engaging historians in new research. They have obliged us once again to collect information, to re-examine documents and to go further into the comprehension of what took place. [3] 

The international gathering took place behind closed doors at the Sorbonne from June 29 to July 2, 1982. A press conference giving an account of the discussions and conclusions was expected. It was then that, to the general surprise, only Raymond Aron and François Furet appeared, declaring, on the one hand, that “despite the most erudite research” it had not been possible to find any order from Hitler for the extermination of the Jews, and, on the other hand, that taking the revisionists to court was like conducting a witch-hunt. NOT ONE WORD WAS UTTERED ABOUT THE GAS CHAMBERS.

Seven months later, in New York, before an audience of nearly 2,700 at Avery Fischer Hall, Hilberg summed up his new argument: the entire German policy of physical destruction of the Jews was to be explained by… thought transmission. If no document attesting to that criminal policy was to be found, this was because no such document existed. The entire German bureaucratic machinery had, for years, operated by thought transmission or telepathy. He put it in these words: 

But what began in 1941 was a process of destruction not planned in advance, not organized centrally by any agency. There was no blueprint and there was no budget for destructive measures. They [these measures] were taken step by step, one step at a time. Thus came about not so much a plan being carried out, but an incredible meeting of minds, a consensus-mind reading by a far-flung bureaucracy [4].

Let us note again those final words: “an incredible meeting of minds, a consensus-mind reading by a far-flung bureaucracy” [5].

On January 16, 1985 Hilberg confirmed those words and that explanation at Ernst Zündel’s trial in Toronto. He did so under oath during his cross-examination by Zündel’s barrister, Douglas Christie, whom I was assisting [6].

That same year the “revised and definitive” edition of his book appeared. In it, he did not use the expression “consensus-mind reading” but wrote:

In the final analysis, the destruction of the Jews was not so much a product of laws and commands as it was a matter of spirit, of shared comprehension, of consonance and synchronization [7].

He spoke of “countless decision makers in a far-flung bureaucratic machine” without “a basic plan”. He evoked “written directives not published”, “oral directives and authorisations”, and “basic understandings of officials resulting in decisions not requiring orders or explanations”. There had been “no one agency”, and “no single organisation directed or coordinated the entire process”. He concluded that the destruction of the Jews was “the work of a far-flung administrative machine” and that "no special agency was created and no special budget was devised to destroy the Jews of Europe. Each organisation was to play a specific role in the process, and each was to find the means to carry out its task”, he concluded [8].

For me, this is tantamount to explaining by the workings of the Holy Spirit something that was allegedly a formidable criminal undertaking of industrial proportions, carried out particularly with a weapon (a chemical slaughterhouse employing an insecticide for the killing of human beings) designed and created through a phenomenon of spontaneous generation.

I refuse to believe the unbelievable. I refuse to believe in what Hilberg himself calls “an incredible meeting of minds”. I refuse to believe in thought transmission or telepathy, just as I refuse to believe in the workings of the Holy Spirit and in spontaneous generation. I reject any historical argument, any system of historical explanation, that relies on such nonsense. Raul Hilberg is not a historian.

On November 23, 1978 the French historian René Rémond stated to me: “As far as the [Nazi] gas chambers are concerned, I am ready to follow you; as for the genocide, I have the deep conviction that Nazism in itself is sufficiently perverse for that genocide to have been part of its intentions and actions, but I acknowledge that I have no scientific proof of that genocide.”

That is indeed the least one may say when one cares about the historical truth.

                                                                                                    September 1, 1988
Notes
[1] “‘Le problème des chambres à gaz’ ou ‘la rumeur d’Auschwitz’”, Le Monde, December 29, 1978, and “Une lettre de M. Faurisson”, Le Monde, January 16, 1979, reprinted in R. Faurisson, Écrits Révisionnistes (1974-1998), produced in four volumes in 1999; vol. 1, p. 122-124, 131-134.
[2] “Les Archives de l'horreur”, Le Nouvel Observateur, July 3-9, 1982, p. 70-73, 75-77.
[3] Ibid., p. 71, A.
[4] Quoted in George De Wan, “The Holocaust in Perspective”, Newsday (Long Island, New York), February 23, 1983, p. II/3.
[5] In the American Heritage Dictionary of the English Language, “mind reading” is defined as “the faculty of discerning another’s thoughts through extrasensory means of communication; telepathy”.
[6] Hilberg’s testimony on January 16, 1985 (Toronto): trial transcript, p. 846-848.
[7] Raul Hilberg, The Destruction of the European Jews (New York, Holmes and Meier, 1985, 3 vols.), p. 55.
[8] Ibid., p. 53-55, 62.

Raul Hilberg explique maintenant le génocide par la télépathie !


Raul Hilberg, le plus prestigieux des auteurs qui défendent la thèse de l'extermination physique des juifs par les Allemands durant la seconde guerre mondiale, a commencé son enquête sur le sujet en 1948. 

En 1961, soit au terme d'un travail d'une douzaine d'années, il a publié The Destruction of the European Jews. Dans cet ouvrage, il présente ce qu'il appelle « la destruction des juifs d'Europe » comme une vaste entreprise ordonnée par Hitler en personne qui donna, dit-il, deux ordres en ce sens ; puis, diverses instances administratives, policières et militaires, en conformité avec ces ordres, coordonnèrent leurs efforts pour dûment préparer, organiser, contrôler et mener à bien cette vaste entreprise criminelle. 

En 1976 paraît l'ouvrage du plus prestigieux des auteurs révisionnistes : The Hoax of the Twentieth Century. Arthur Robert Butz, qui enseigne dans une université proche de Chicago, y montre que la prétendue extermination des juifs constitue la mystification du XXsiècle.

En 1978-1979, je publie dans Le Monde deux textes où je démontre que les prétendues chambres à gaz nazies n'ont pas pu exister, et cela pour des raisons essentiellement physiques et chimiques [1]. L'affaire fait quelque bruit. En France, Raymond Aron et François Furet annoncent la tenue d'un colloque international de spécialistes pour démontrer à la face du monde que l'extermination des juifs et les chambres à gaz nazies ont réellement existé. Parmi les spécialistes figurera R. Hilberg.

Peu avant le colloque, Guy Sitbon, correspondant permanent du Nouvel Observateur aux États-Unis, a un long entretien avec R. Hilberg [2]. Ce dernier tient des propos étonnants. Il en ressort essentiellement que, pour ce qui est de la destruction des juifs européens et des chambres à gaz nazies, on n'a pas vraiment de documents mais seulement des témoignages qui «concordent à peu près ». Même si R. Hilberg maintient, bien entendu, sa thèse générale, ses explications sont radicalement différentes de celles qu'on lui connaissait jusqu'ici. Il est manifeste que la thèse révisionniste n'est pas pour rien dans ce changement. D'ailleurs, l'intéressé le concède, même si c'est du bout des lèvres, lorsqu'il déclare :

Je dirai que, d'une certaine manière, Faurisson et d'autres, sans l'avoir voulu, nous ont rendu service. Ils ont soulevé des questions qui ont eu pour effet d'engager les historiens dans de nouvelles recherches. Ils nous ont obligés à rassembler davantage d'informations, à réexaminer les documents et à aller plus loin dans la compréhension de ce qui s'est passé [3].

Le colloque international prévu se tient à huis clos à la Sorbonne, du 29 juin au 2 juillet 1982. On attend la conférence de presse qui rendra compte des débats et des conclusions. C'est alors qu'à la surprise générale seuls Raymond Aron et François Furet se présentent pour déclarer, d'une part, que, « malgré les recherches les plus érudites », on n'a pu trouver aucun ordre de Hitler pour l'extermination des juifs et, d'autre part, que poursuivre les révisionnistes en justice s'apparente à la chasse aux sorcières. PAS UN MOT N'EST PRONONCÉ SUR LES CHAMBRES A GAZ.

Sept mois plus tard, à New York, devant une assistance de près de deux mille sept cents personnes à l'Avery Fischer Hall, R. Hilberg résume sa nouvelle thèse : l'entière politique allemande de destruction physique des juifs s'explique par... la transmission de pensée. Puisqu'on ne trouve aucun document attestant de cette politique criminelle, c'est qu'il n'a existé aucun document de ce genre. Toute la machinerie bureaucratique allemande a, pendant des années, fonctionné à la transmission de pensée ou télépathie. Il déclare en propres termes :

Mais ce qui commença en 1941 fut un processus de destruction non planifié à l'avance, non organisé et centralisé par une agence quelconque. Il n'y eut pas de projet et il n'y eut pas de budget pour des mesures de destruction. [Ces mesures] furent prises étape par étape, une étape à chaque fois. C'est ainsi qu'apparut moins un plan mené à bien qu'une incroyable rencontre des esprits, une transmission de pensée consensuelle au sein d'une vaste bureaucratie [4]

Notons ces derniers mots : « une incroyable rencontre des esprits, une consensuelle transmission de pensée au sein d'une vaste bureaucratie » (an incredible meeting of minds, a consensus-mind reading by a far-flung bureaucracy).

Le 16 janvier 1985, R. Hilberg a confirmé ces propos et cette explication au procès d'Ernst Zündel à Toronto. Il l'a fait sous serment lors de son contre-interrogatoire par l'avocat d'E. Zündel, Douglas Christie, que j'assistais [5]

Dans le courant de la même année 1985 paraît la nouvelle édition, « révisée et définitive», de son livre. Il n'y use pas de l'expression « consensus-mind reading » (consensuelle transmission de pensée ou télépathie) mais il écrit :

En dernière analyse, la destruction des juifs ne fut pas tant accomplie par l'exécution des lois et des ordres que par suite d'un état d'esprit, d'une compréhension tacite, d'une consonance et d'une synchronisation [6]

Il parle de « décisions prises par d'innombrables bureaucrates au sein d'une vaste machine administrative », sans « plan préétabli ». Il évoque des « directives écrites non publiées », des « directives et autorisations orales », des « accords implicites et généralisés entre fonctionnaires, aboutissant à des décisionsprises sans ordres précis ni explications ». Il dit qu'il n'y a pas eu d’« agence unique », pas d’« organisme central chargé de diriger et coordonner à lui seul l'ensemble du processus ». Il conclut que la destruction des juifs fut « l'œuvre d'une très vaste machine administrative » et que « ne fut créé ni organisme spécial, ni budget particulier. Chacune des branches devait jouer dans le processus un rôle spécifique, et chacune trouver en elle-même les moyens d'y accomplir sa tâche » [7].

Pour moi, c'est expliquer par l'opération du Saint Esprit ce qui aurait été une formidable entreprise criminelle aux proportions industrielles grâce, en particulier, à une arme (l'abattoir chimique à base d'insecticide) qui aurait été conçue et créée par un phénomène de génération spontanée. 

Je refuse de croire à l'incroyable. Je refuse de croire à ce que R. Hilberg lui-même appelle « une incroyable rencontre des esprits ». Je refuse de croire à la transmission de pensée ou télépathie de même qu'à l'opération du Saint Esprit et à la génération spontanée. Je récuse toute thèse historique, tout système d'explication historique, qui fait appel à de telles billevesées. R. Hilberg n'est pas un historien.

Le 23 novembre 1978, l'historien René Rémond me déclarait : « Pour ce qui est des chambres à gaz [nazies], je suis prêt à vous suivre ; pour ce qui est du génocide, j'ai la conviction intime que le nazisme est en soi suffisamment pervers pour que ce génocide ait été dans ses intentions et dans ses actes, mais je reconnais que je n'ai pas de preuves scientifiques de ce génocide. » 

C'est bien le moins qu'on puisse dire, quand on se soucie de la vérité historique.

1er septembre 1988


Notes

[1] Le Monde, 29 décembre 1978 et 16 janvier 1979, reproduits dans Ecrits révisionnistes (1974-1998) vol. I, p. 122-124 et 131-134. 
[2] R. Hilberg, « Les Archives de l'horreur », Le Nouvel Observateur, 3-9 juillet 1982, p. 70-73, 75-77. 
[3] Id., p. 71, A.
[4] George DeWan, « The Holocaust in Perspective », Newsday (Long Island, New York), 23 février 1983, p. II-3. 
[5] Voy. la transcription du procès, p. 846-848. 
[6] R. Hilberg, La Destruction des juifs d'Europe, Paris, Fayard, 1988, p. 53. 
[7] Id., p. 51, 53, 60.