Saturday, October 26, 1985

Michel Polac refuse d’aborder le sujet des chambres à gaz dans son émission télévisée « Droit de réponse »


Extrait d’un entretien avec Michel Polac paru dans Télé-7 Jours, semaine du 26 octobre au 1er novembre 1985, p. 126 :

Q. Y-a-il des sujets que vous vous refusez d’aborder ? 

R. J’en vois trois. La question des chambres à gaz dont certains ont scandaleusement contesté l’existence : trop douloureux (NDLR : le père de Michel Polac est mort en déportation). Le suicide : trop dangereux de donner la parole à ceux qui prônent cette "solution". Le Moyen-Orient, le Liban, les Palestiniens : trop brûlant ; il y a tant de passions, de rancœurs et de haine chez les gens concernés par le sujet qu’un débat risque de paraître dérisoire et indécent, sans compter qu’il peut se terminer par des coups de revolver !

D’une certaine manière, les trois sujets que Michel Polac refuse d’aborder pourraient bien avoir un point commun... 

Un débat sur le suicide ne pourrait s’organiser qu’autour du livre Suicide, mode d’emploi ; or, les deux auteurs de ce livre, Claude Guillon et Yves Le Bonniec, avaient favorablement parlé de R. Faurisson. Ils avaient écrit en particulier :

Après Rassinier (dont l’appréciation des chambres à gaz est plus nuancée), Faurisson présente l’intérêt d’avoir, dans le même temps où il prétend dénoncer un mensonge vieux de quarante ans, effectivement révélé de nombreux mensonges, et suscité parmi ses contradicteurs l’une des plus formidables productions de nouveaux mensonges de la décennie. Les historiens officiels reconnaissent eux-mêmes que, là où l’on fait encore visiter aujourd’hui une chambre à gaz, il n’y en eut jamais, ce qui devrait, à les suivre, entamer en rien le crédit accordé à d’autres “vérités historiques” [1].

Depuis la publication de leur livre en 1982, les deux auteurs n’ont cessé d’avoir de graves ennuis dont le point de départ se trouve dans des plaintes déposées contre eux par des parents de suicidés. Yves Le Bonniec, aux toutes dernières nouvelles, vient d’être placé sous mandat de dépôt, sur la demande d’un procureur. L’intelligentsia pétitionnaire ne s’en est pas émue.

26 octobre 1985


[1] C. Guillon et Y. Le Bonniec, Suicide, mode d’emploi, Paris, Alain Moreau, 1982, p. 204-205.


Saturday, October 5, 1985

Bilan des neuf premiers mois de 1985


Énorme travail exigé par le procès Zündel à Toronto (Canada). Très important retentissement dans la presse canadienne de langue anglaise. Déroute de Raul Hilberg (le pape de l’exterminationnisme) et de Rudolf Vrba (personnage-clé à l’origine du mythe). Plusieurs livres sont en préparationsur cette affaire. Notre Institute for Historical Review vient de publier de Michael A. Hoffman II : The Great Holocaust Trial. 

Notre Institut est parvenu à éviter le dangereux procès Mermelstein moyennant un versement de quatre-vingt-dix mille dollars et un court mot d’excuse qui est sans conséquence. L’Institute a repris force et vie. Il vient de publier une traduction en anglais de Campagne de Russie, 1941-1945 de Léon Degrelle.

Claude Lanzmann a manqué son opération Shoah, du moins en France. Nous ne sommes pas pour rien dans cet échec. 

Henri Roques a soutenu avec succès la première thèse révisionniste qu’on ait jamais présentée au sein d'une université française. La soutenance a eu lieu le 15 juin devant l’université de Nantes. Elle portait sur les «confessions» de Kurt Gerstein qui constituent la pierre angulaire de la légende de Belzec, Treblinka (et Sobibor). Nous nous apprêtons à diffuser la nouvelle dans les milieux scientifiques et journalistiques.

Depuis le 8 juillet je suis attelé à la correction d’une mauvaise traduction en français de l’admirable livre de Stäglich. Nous avons trouvé un peu d’argent. Le livre sortira en 1986. 

Une traduction en flamand de mon travail sur le journal d’Anne Frank a été diffusée en Belgique et n’est pas passée inaperçue de la presse. Cela nous a permis de publier dans la presse belge des textes en droit de réponse. Les actuels détenteurs des manuscrits Anne Frank sont en mauvaise posture. Ils remettent d’année en année la publication « authentique » qu’ils nous promettent depuis 1980.

J’ai publié des textes en droit de réponse dans Témoignage chrétien, dans Le Débat et surtout dans Ouest-France qui a le plus fort tirage de tous les journaux de France. Des gens sont intervenus dans le débat, de notre côté. Le cas du professeur de Boüard est particulièrement intéressant.

Au Sénat et à l’Assemblée Nationale, le révisionnisme a provoqué des levées de boucliers ; voy., dans Le Journal Officiel, les interventions Badinter, Lederman, Goldet, Rabineaux, Charzat. 

Dans de récents numéros du Journal of Historical Review j’ai publié des articles qui ne sont pas parus en français : « A Challenge to David Irving » et environ quarante pages intitulées « Revisionism on Trial in France, 1979-1983 ».

Éric Delcroix est parvenu à faire condamner le Dalloz-Sirey en première instance et en appel ; l’honorable revue a dû publier le jugement la condamnant. On en a parlé jusque dans Les Petites Affiches lyonnaises. Cassation ?

Éric Delcroix est parvenu aussi à faire condamner la LICRA dans l’affaire Historia.

Pour ce qui est de notre procès contre L’Humanité et de notre procès contre Pierre-Bloch (cette fois pour un article dans Le Droit de Vivre), nous avons perdu en première instance. Plaidoiries d’appel les 11 et 19 décembre. 

La grave affaire des sommes qui me sont réclamées par la LICRA est l’objet d’une série de procédures compliquées. Le Trésor Public a opéré une saisie de cinquante-huit mille francs environ sur mon salaire. La LICRA me réclame encore environ quatre-vingt mille francs.

Pierre Guillaume est poursuivi par le ministère public pour avoir eu le courage de distribuer un tract à l’entrée du cinéma du Quartier latin où était projeté Shoah. Il poursuit Le Nouvel Observateur pour refus d’insertion d’un texte en droit de réponse.

Un révisionniste italien, Carlo Mattogno, dont la qualité de travail est exceptionnelle, devrait être en mesure de publier en 1986 ses recherches sur Filip Müller, sur Nyiszli et, d’une façon générale, sur le grand mensonge. 

Henri Roques est en rapport avec un éditeur parisien qui pourrait publier un petit livre sur Gerstein mais à l'usage du grand public. La thèse elle-même va être reproduite en exemplaires photocopiés et envoyés à un certain nombre de centres de recherches historiques en France et à l’étranger.

Ma Réponse à un historien de papier va être publié dans le Journal of Historical Review

Mon interview de Storia Illustrata ainsi que d’autres textes de moi devraient paraître en flamand.

Nous publierons probablement la lettre d’un ancien déporté qui a vécu quarante-sept mois à Mauthausen et qui dénonce le mythe de la chambre à gaz de ce camp. Du point de vue de la recherche historique, l’événement le plus important de cette année sera sans doute... la dissimulation des journaux et écrits de Mengele. Nous en savons la teneur : Mengele a écrit ou déclaré que ce qu’on disait de lui ou d’Auschwitz n’était que propagande et mensonge.

5 octobre 1985