Wednesday, May 15, 1985

Encore un historien qui ne mentionne plus les chambres à gaz


Dans Le Figaro du 6 mai 1985 (p. 5), l’historien Jacques Delaunay publiait un long article intitulé : « Historique de l’univers concentrationnaire ». Il n’y faisait mention ni des chambres à gaz, ni des camions à gaz. L’article ci-dessous, intitulé « Camps de la mort » est paru dans Ouest-France le 15 mai 1985. Ouest-France est le quotidien qui connaît, je crois, la plus grande diffusion en France. Cet article est signé du professeur Michel de Boüard, ancien doyen de la faculté des lettres de l’université de Caen, ancien membre du Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale et déporté de la Résistance. Il n’y est fait mention ni des chambres à gaz, ni des camions à gaz. L’auteur, tout en insultant les révisionnistes, va jusqu’à reprendre ce que j’avais révélé il y a cinq ans dans mon Mémoire en défense (p. 198-199) sur le fait que le Comité de la DGM refusait de publier ses statistiques de la déportation « pour éviter des heurts possibles avec certaines associations de déportés » et parce que cette publication, disait-il, « risquerait de susciter des réflexions désobligeantes pour les déportés. » Ces chiffres confidentiels, je les ai publiés en 1982 [1].


Ouest-France, 15 mai 1985 

Points de vue
par Michel de Boüard, 
déporté de la Résistance

Camps de la mort
La mémoire vivante des témoins

Quarante ans sont passés depuis que s’est effondré, avec le IIIe Reich, le système concentrationnaire qu’il avait engendré. On se tromperait si l’on pensait qu’il faut attendre encore quelques décennies pour en écrire l’histoire. Quand auront disparu les survivants de la déportation, les archivistes de l’avenir tiendront peut-être en mains quelques papiers aujourd’hui cachés mais la principale source leur fera défaut : la mémoire vivante des témoins. Encore faut-il que ceux-ci connaissent les exigences de l’enquête historique.

Entre 1933 et 1945, le monde concentrationnaire a présenté divers aspects et, à une même date, il y eut entre les camps de concentration d’assez fortes dissemblances ; l’historien doit se garder de faire l’amalgame. Il faudrait aussi publier sans plus de retard les statistiques savamment et patiemment élaborées par le comité d’histoire de la Deuxième guerre mondiale. Parce qu’elles faisaient apparaître des taux de mortalité inférieurs à ce que l’on croyait, le comité en ajourna la divulgation pour le motif suivant : « Dans les conditions actuelles (1973), il n’est pas opportun d’envisager une publication ; les associations de déportés sont réticentes ». [2]

Or, faute d’avoir passé outre ces réticences, on a laissé le champ libre à la perfide propagande de ceux qui nient la réalité concentrationnaire et le génocide juif : il leur est facile de réfuter les simplifications et les généralisations systématiques auxquelles cèdent nombre d’écrivains, souvent anciens déportés. Et dans cinquante ans, que concluront les historiens lorsqu’ils auront à choisir entre les deux thèses ?

On ne peut douter aujourd’hui du caractère intrinsèquement pervers du système concentrationnaire nazi. Nombre de documents prouvent que ce caractère inhumain, que l’intention d’avilir les hommes en les provoquant à s’entre-déchirer, ont été programmés par les plus hautes autorités du IIIReich ; les subalternes n’ont fait qu’appliquer avec haine les consignes reçues. Ainsi défini et appliqué, ce système atteignit le bas-fond de l’ignominie. Il disposait de moyens techniques de contrainte dont peuvent user, aujourd’hui, s’ils le veulent, la plupart des États ; beaucoup d’entre eux, d’ailleurs, ne se privent pas d’en faire ce sale usage. Le cri des rescapés de la déportation, lancé en 1945 et souvent repris depuis lors était : « Plus jamais ça ! ». Hélas, longue est la liste des pays où « ça » s’est reproduit depuis quarante ans. C’est à coup sûr l’un des plus graves périls qui menacent l’homme.

Mais l’affreuse expérience concentrationnaire nazie nous apporte à cet égard, en même temps qu’un avertissement, un message d’espoir. Car, en définitive, dans les camps nazis, les forces du mal n’ont pas réussi à réduire l’homme à l’état de bête. Il y eut certes des défaillances mais la plupart sont demeurés fiers, fraternels, courageux et calmes devant la mort. On ne le redira jamais assez, surtout dans nos pays développés où sévit un individualisme débilitant, d’autant plus dangereux qu’il s’abrite souvent derrière le noble mot de « liberté ».

A cet égard comme à beaucoup d’autres, redoutable est l’écart qui s’accroît entre les progrès galopants des techniques et l’érosion des valeurs humaines, entre les facilités qu’offrent à beaucoup les sociétés de consommation et le sens des responsabilités. L’appel naguère lancé par Emmanuel Mounier aux valeurs personnalistes et communautaires est plus que jamais d’actualité. Si, dans les camps de concentration, l’homme, en fin de compte, a vaincu la bête, c’est qu’il a trouvé en lui les forces morales contre lesquelles ne peut prévaloir durablement aucune oppression.

Puissent en prendre conscience nos compatriotes, et particulièrement nos éducateurs et nos législateurs.

15 mai 1985



[1] R. Faurisson, Réponse à P. Vidal-Naquet, Paris, La Vieille Taupe, 1982, p. 31. 
[2] Citation inexacte édulcorante – NdA.

Wednesday, May 8, 1985

Simone Veil a peur


Voici ce qu’elle vient de déclarer à Dachau :

Le Monde, 8 mai 1985, p. 2 
"Savoir affronter le passé"

[Nous reproduisons ci-dessous la fin de l’allocution prononcée par Mme Simone Veil à Dachau, le 28 avril dernier.]

Se souvenir, c’est aussi tirer la leçon de l’histoire pour que de telles catastrophes ne puissent se reproduire. Aussi, je suis convaincue d’être fidèle à la mémoire des morts en luttant contre toute résurgence d’idéologies propres à susciter le renouvellement d’événements semblables. Cela est si vrai que les associations d’anciens déportés et de leurs familles militent au premier rang des défenseurs des droits de l’homme.

Tirer la leçon de l’histoire, c’est refuser la falsification. On connaît bien les arrière-pensées de ceux qui cherchent à nier la réalité des chambres à gaz ou à contester le nombre des victimes, se bornant à dire qu’il n’en existe aucune preuve et que d’ailleurs un massacre d’une telle importance aurait été matériellement impossible. Les preuves et les témoins existent, incontestables, si nombreux que le débat en lui-même est absurde ; nous devons catégoriquement refuser d’y participer.

Presque plus grave et plus dangereux, parce que communément répandu : certains n’hésitent pas à mettre sur le même plan Auschwitz, Dresde, Hiroshima, les disparus d’Argentine et plus récemment Sabra et Chatila.

Ces comparaisons ou ces assimilations ne sont pas neutres : si tout le monde est coupable, cela revient à dire que personne ne l’est. Si Auschwitz n’a été qu’un épisode effroyable d’une guerre qui, comme toutes les guerres, a connu ses excès et ses horreurs, Auschwitz n’est plus qu’une tragédie parmi d’autres, Auschwitz n’existe plus.

Ce n’est pas diminuer l’horreur d’Hiroshima que de refuser l’amalgame ; il faut continuer à dénoncer Auschwitz et l’extermination des juifs et des Tziganes comme une spécificité qui tient à la mise en œuvre d’une théorie politique tendent à la totale élimination des peuples en question.



Il est nécessaire donc de mettre en lumière les concepts racistes au nom desquels ces génocides ont été perpétrés, d’étudier l’enchaînement des faits, le passage de la théorie à la pratique, comment des personnes apparemment normales ont conçu de tels projets, comment d’autres ont accepté, sans protester, de les mettre en œuvre.

Disant cela, je ne parle pas dans un souci de revanche, de délectation morbide et de désespérance, je cherche seulement à contribuer à une réflexion nécessaire et salutaire.

Car ma présence ici, rescapée d’Auschwitz mais également ancien président du Parlement européen, se veut un hommage aux victimes mais aussi un geste d’espoir pour l’avenir.

Cet espoir, c’est en l’Europe que je le place, une Europe qui a surmonté la haine et la barbarie pour s’engager dans la voie de la démocratie et de la solidarité entre les peuples qui la composent.

Cette démarche commune doit se faire sans arrière-pensée mais sans arrière-pensée ne veut pas dire sans mémoire, sans esprit de revanche ne veut pas dire l’oubli, car nous pensons qu’une véritable démocratie ne peut être fondée que sur la dénonciation totale d’un système abominable. Chercher à en nier certains aspects, à excuser les responsables, à banaliser les fautes serait une erreur profonde pour l’amitié entre les peuples européens et l’avenir de l’Europe.

Le seule façon de conjurer le passé est de savoir l’affronter. L’Europe ne peut être construite sur des faux-semblants et des échappatoires. J’observe que, dans nos populations, les plus européens sont ceux qui ont le plus souffert.

La fidélité à la mémoire de ceux qui ne sont plus trouve aujourd’hui son expression dans un inlassable combat pour la liberté et la paix.



Simone Veil sait que les révisionnistes ne cessent de proposer un débat sur les chambres à gaz et les six millions. Mais ce débat jusqu’à présent a été obstinément refusé par les tenants dela légende. S. Veil dit que les témoins et les preuves sont en si grand nombre qu’il faut catégoriquement refuser de participer au débat. Quel est ce raisonnement ?

Il y a deux ans elle déclarait : 

[...] au cours d’un procès intenté à Faurisson pour avoir nié l’existence des chambres à gaz, ceux qui intentent le procès sont contraints d’apporter la preuve formelle de la réalité des chambres à gaz. Or chacun sait que les nazis ont détruit ces chambres à gaz et supprimé systématiquement tous les témoins [1] .

J’avais alors demandé où étaient les preuves que les Allemands auraient réalisé la prouesse d’effacer ainsi toute trace d’un énorme crime. Que fallait-il désormais penser des chambres à gaz présentées ici et là aux touristes et des innombrables témoins à la Filip Müller ou Rudolf Vrba ? Et s’il n’y avait ni preuves, ni témoins, devant quoi se trouvait-on ?

Additif du 12 mai 1997

Je constate que S. Veil se contredit du tout au tout en déclarant maintenant : « Les preuves et les témoins existent, incontestables, si nombreux que le débat en lui-même est absurde. » 

Il en va de même dans les procès que m'intentent notamment des organisations juives. En première instance, leurs avocats claironnent qu'il existe abondance de preuves et de témoins ; je prends alors la parole pour démontrer au tribunal qu'il n'existe en fait ni preuves ni témoins ; aussi, en appel, mes adversaires en viennent-ils à soutenir qu'il n'y a ni preuve, ni témoins parce que les Allemands ont pris la précaution de supprimer tout ce qui pouvait les charger ! Au procès suivant, même manœuvre de leur part.

Je ne crois pas qu'ils agissent ainsi par cynisme. La vérité est qu'à ces procès ils ne savent que dire ni que faire. Ils perdent pied, s'affolent, tournent à tout vent, cherchent la sortie et ne la trouvent pas. Cela se constate jusque dans leur comportement physique. C'est en ce sens que chacun des procès qu'ils m'intentent leur est un supplice, dont ils osent se plaindre. Ils ont peur. Comme S. Veil.
8 mai 1985

[1] « On risque de banaliser le génocide », France-Soir Magazine, 7 mai 1983, p. 47.