Friday, October 14, 1977

Lettre à MM. Fauvet et Lauzanne, du journal "Le Monde"


Malgré le ton extrêmement désagréable de ses lettres, j’ai honnêtement essayé de m’expliquer et de m’entendre avec M. Viansson-Ponté. En pure perte. Il est impossible de discuter avec quelqu’un qui a manifestement l’habitude des lectures hâtives. De plus M. Viansson-Ponté porte des coups, puis il se dérobe. En 1974, il m’a avec cet article de Mme Charlotte Delbo, porté un terrible coup dont j’ai essayé, à nouveau le 11 août 1977, de lui montrer toutes les conséquences, sur le plan professionnel, syndical, familial. Une seule de ces conséquences, si quelqu’un d’autre qu’un « nazi » avait eu à les subir, aurait dû susciter article et débat dans les colonnes de votre journal. M. Viansson, lui, se moque de ce qu’il ose appeler mes « démêlés » et il en décline la responsabilité. Il va jusqu’à dire que, dans l’article de 1974, je n’ai été « ni nommé, ni désigné ». Or, cet article, qui s’inscrivait dans une campagne de presse, commençait par une longue citation. Cette citation, on avait pu la lire dans Yedioth Aharonoth (26 mai 1974), dans Tribune juive-Hebdo (14 juin), dans Le Canard enchaîné (17 juillet) : l'auteur était nommé et son adresse était donnée et même répétée. Il s’agissait de Faurisson, maître de conférences à la Sorbonne. Les mêmes journaux ou d’autres revenaient sur cette affaire.

Le 14 mai 1974, votre collaborateur m’avait demandé l’autorisation de publier ce texte. Il écrivait en propres termes : « (Je) vous demande si vous n’avez pas d’objection à formuler contre sa publication éventuelle . » Je lui répondais, par lettre R.A.R. du 21 mai, que je m’opposais à cette publication d’une lettre personnelle. Or, le 11 août, précisément en pleine campagne de presse, je voyais paraître ce texte, sous la responsabilité de M. Viansson-Ponté. J’y étais, sous la plume de Mme Delbo traité de « pauvre dément », de professeur qui s’est documenté uniquement pour avoir « des preuves contre la vérité », d’« esprit perverti » ; quant au titre de ce « témoignage », il me faisait tout simplement grief de « falsifier ». 

N’importe quel honnête homme trouvera, je pense, de tels procédés indignes d’un grand journal. J’y vois, pour ma part, une bassesse comme je n’en découvre pas dans les autres publications qui m’ont attaqué. Et c’est le Monde qui a eu cette conduite. Je ne l’admettrai jamais. Et, bien franchement, je ne crois pas que vous soyez prêts, tous deux, à lui trouver des excuses. Votre journal me doit réparation. Voilà trois ans que je la réclame. J’ai été correct avec vous. Je ne me suis laissé aller à aucun écart de langage. Rendez-moi cette justice que ma réponse de 1974 (sur « le droit au doute et à la recherche ») ainsi que ma réponse de 1977 (sur « le problème des chambres à gaz ») sont d’un tout autre ton que la publication injurieuse, insérée dans votre journal, après des mois de réflexion peut-être, par M. Viansson-Ponté.

Le 6 août 1977, ce dernier m’adressait une étrange lettre dans laquelle il me disait qu’il n’accepterait de publier mon texte sur «le problème des chambres à gaz» qu’à la condition que Mme Germaine Tillion ou Mme Olga Wormser-Migot prennent en considération mes affirmations. Bien que je ne croie pas un instant ni à l’argument d’autorité, ni à la valeur des recommandations ou patronages, j’acceptais, dans un esprit de conciliation, d’ouvrir mes dossiers devant Mme Wormser-Migot. Pour Mme Tillion, dont le crédit est grand auprès des journalistes, elle s’est discréditée à mes yeux par ses « témoignages » réitérés sur la « chambre à gaz » de Ravensbrück... qui – les instituts historiques ont fini par l’admettre – n’avait jamais eu un commencement d’existence (voyez notamment, Martin Broszat, Die Zeit, 19 août 1960). Là-dessus, en réponse à mon acceptation du 11 août 1977, votre collaborateur m’écrit qu’il a interrogé Mmes Tillion et Wormser-Migot et il ajoute : « L’une et l’autre, interrogées, me feront savoir qu’à leurs yeux votre thèse est absurde, votre obstination maniaque et qu’il n’y a aucune raison d’ouvrir un débat là où il n’y en a pas, dont la propagande [M. V.-P. dit curieusement la « contre-propagande »] pro-nazie ne manquerait pas de tirer argument. » Un peu plus loin, il écrit encore : « (...) faites-moi parvenir une caution écrite de Mme Wormser-Migot. (...) »

C’est se moquer des gens. C’est, une fois de plus, se dérober. M. Viansson-Ponté, de la même façon, écrivait sur la brochure de Richard Harwood un compte rendu insultant. Il commençait d’ailleurs par ne fournir aux lecteurs et juges aucune référence qui permette de trouver cette brochure et de s’en faire soi-même une opinion. Puis, constatant l’abondance des réactions suscitées par une affaire qu’il avait pris la responsabilité de lancer, il vous laissait croire, si j’en juge par une lettre de M. Lauzanne du 22 juillet, qu’il reviendrait sur le problème évoqué et qu’il ferait état des réactions provoquées. En fait, rien n’est venu.

Tout cela est-il net et franc ? M. Viansson-Ponté est meilleur, la plume à la main et derrière un bureau que sous les projecteurs de la télévision. En direct et en pleine lumière, il est difficile d’esquiver la réplique éventuelle à un propos excessif ou insultant. J’ai remarqué qu’à la télévision les polémistes ne sont pas reconnaissables ; ils n’assument plus la moitié de ce qu’ils ont écrit.

J’assume pleinement la responsabilité de ma «libre opinion » sur l’imposture des «chambres à gaz». Par son silence sur la question depuis trente ans, ou plutôt par un matraquage de propagande de guerre, c’est-à-dire sans possibilité de critique historique, la grande presse dans son ensemble et, malheureusement aussi le Monde en particulier, ont encouru une effroyable responsabilité. Les temps sont mûrs pour revenir sur de pareilles erreurs. Je demande qu’aux contestataires de l’histoire officielle, le Monde, sur ce point capital des «chambres à gaz», reconnaisse un autre droit que le droit au silence. Il y a la popularité de la fable, d’un côté ; et puis, de l’autre côté, il y a le devoir d’être vrai et la difficulté d’être vrai. Que le Monde, à la fin des fins, respecte sur ce chapitre la liberté d’opinion et qu’il donne à l’accusé lui-même le droit de présenter lui-même sa défense. Trêve de censure ! Le droit que je réclame est élémentaire en démocratie : le droit au doute, à la recherche, à la libre opinion : le droit de réponse.

Recevez, Messieurs, je vous prie, l’expression de ma confiance en votre discernement et en votre courage. 



[Publié dans Vérité historique ou vérité politique ?, Paris, La Vieille Taupe, 1980, p. 79-81.]