Thursday, August 18, 1977

Lettre à Mme Olga Wormser-Migot et sa réponse


Chère Madame, 

Il y a aujourd’hui trois ans et une semaine qu’en ouvrant le journal Le Monde, je découvrais un « témoignage » où une ancienne déportée, sans me nommer mais en me désignant, me traitait de « falsificateur », de « pauvre dément » et d’« esprit perverti ». Et cela parce que j’osais mettre en doute l’existence des « chambres à gaz» hitlériennes. Lors d’une entrevue que vous vouliez bien m’accorder à votre domicile et qui avait lieu le 24 septembre 1974, vous me faisiez savoir que vous aviez manifesté votre réprobation à l’endroit de ce « témoignage » ; vous l’aviez même fait savoir à l’intéressée, c’est-à-dire à Charlotte Delbo. 

Ce même jour, vous me proposiez d’intervenir auprès de M. Raymond Las Vergnas pour lui dire que vous désapprouviez le texte par lequel la Sorbonne nouvelle portait condamnation de mes recherches. 

Ce même jour encore, vous me prédisiez toutes sortes d’ennuis si je persistais dans la voie où je m’étais engagé. Vous me confirmiez ce que je savais déjà au sujet des ennuis graves que vous avaient valus vos trois pages sur « le problème des chambres à gaz ». 

Vous ne vous trompiez pas. Voici une liste succincte des ennuis que j’ai rencontrés : 

Campagne de presse partie d’Israël en 1974, Tribune juive-Hebdo, Le Canard enchaîné, Le Monde, Le Droit de vivre, L’Humanité (paraît-il), le grand rabbin Kaplan à la télévision ; on me nomme ; on me désigne ; on publie mon adresse personnelle ; je reçois un flot de lettres de menaces, parfois signées de leurs auteurs et sur papier à en-tête ; inscription injurieuse à mon domicile ; injures au téléphone ; ma fille insultée ; ma femme insultée. 

La Sorbonne Nouvelle, déformant totalement l’esprit de recherches dont elle ne sait d’ailleurs rigoureusement rien, porte condamnation de Faurisson dont elle va jusqu’à dire qu’il n’appartient pas à la Sorbonne nouvelle. 

Mon UER porte également condamnation en des termes outrageants ; je ne suis ni entendu, ni informé, tout se passe dans mon dos ; je n’apprends les condamnations qu’après coup.

Tribune juive-Hebdo ayant suggéré que ma place n’est plus au SNESup (j’appartenais au SNES, où j’avais été secrétaire de section, puis au SNESup, depuis plus de vingt ans), je suis exclu de mon syndicat ; là encore je ne suis ni entendu, ni informé ; j’apprends la sanction par hasard et après coup ; je demande à être entendu. Peine perdue. J’envoie un papier à la « commission des litiges » qui expédie mon cas, sans autre forme de procès. 

Lyon-II, ma nouvelle université, prend une décision sans précédent : elle décide ne pas me proposer pour le poste de professeur sans chaire que je sollicitais. Vous savez que, lorsque une université veut bloquer la carrière d’un maître de conférences, elle n’agit pas de cette façon. Il lui suffit de classer en dernière position le nom du candidat. Agir autrement, agir comme on l’a fait dans mon cas, c’est prendre une très grave initiative qui ne peut avoir qu’un motif extrêmement grave, si grave même que le candidat devrait pour le moins être entendu, puis, la décision une fois prise, se voir notifier cette décision. Encore que sur ce point je m’avance peut-être beaucoup, étant donné que mon cas serait sans précédent. Toujours est-il que là encore je n’ai appris cette décision que par hasard et grâce à une indiscrétion. Mais voyez plutôt comment, ensuite, on a pris ses aises avec la vérité. Je suis parvenu à mettre l’autorité universitaire au pied du mur, et cela grâce au tribunal administratif de Lyon et au Conseil d’État. Dans un premier temps on m’a dit qu’on me reprochait d’être nazi ; motif : je niais l’existence des camps de concentration ou des « chambres à gaz », ad libitum. Dossier de l’accusation : coupures de presse du Canard enchaîné, du Monde, etc. Dans un deuxième temps on m’a dit qu’on me reprochait non pas d’être nazi, mais d’être fou ; motif : même motif ; dossier : même dossier. Dans un troisième temps on est allé encore plus loin. On a totalement abandonné les deux accusations précédentes pour se rabattre sur le motif suivant, un motif présenté cette fois au tribunal administratif : « M. Faurisson n’a jamais rien publié, et cela de son propre aveu. » Dossier cette fois-ci : une lettre de moi. Dans cette lettre, que j’avais adressée au président de mon université pour lui dire mon étonnement devant l’accusation de nazisme, j’avais effectivement écrit que, puisque je n’avais rien publié, je ne voyais pas sur quoi cette accusation pouvait être fondée. Il allait de soi que cette phrase signifiait que je n’avais jamais rien publié... qui puisse donner à penser que j’étais nazi. On a extrait cette phrase de ma lettre pour faire de moi un maître de conférences qui n’avait jamais publié un seul livre ou article. L’imputation était d’autant plus cynique que mon dossier de candidature contenait sur toute une page la liste de mes publications dont certaines sont passablement connues en France et à l’étranger.

Je passe sur trois ou quatre ignominies que je pourrais ajouter à cette liste, je passe sur le fait que ma vie est devenue difficile ; je passe sur le fait que, sans argent, il me faut payer des avocats ; je passe sur le fait que ma femme souffre d’une grave dépression nerveuse à laquelle tant d’ennuis, malheureusement, ne sont pas étrangers.

Mais, voyez-vous, je me sens propre et je sais que bien des gens se sont salis. Je passe pour « nazi » comme, en d’autres temps, je passais pour l’« Angliche » et comme, si Hitler avait gagné la guerre, je passerais pour faire le jeu des « judéo-marxistes ». 

Je vais droit mon chemin. Vous me disiez que je vous paraissais naïf. Entre nous, je me crois à peu près aussi naïf que Voltaire. Voltaire était naïf et, en bon Français, il était courageux par accès mais sans grande continuité. Mon travail, en fin de compte, je préfère le comparer à celui de Jean Norton Cru, qui a mené sa tâche à bien jusqu’au bout, malgré les outrages et sans désespérer des hommes.

Je suis arrivé à la conclusion que les « chambres à gaz » hitlériennes n’ont jamais existé. Mon enquête remonte à bien des années. Quand je suis allé vous trouver, j’en savais déjà très long sur la question. Parce que vous m’étiez sympathique, parce que je ne voulais pas vous froisser dans votre sensibilité et aussi – soyons franc – parce que c’est ma façon d’enquêter, je ne vous ai pas révélé, à l’époque, ce que je savais de précis sur les « documents » Höss ou Gerstein, sur les « témoignages » de Nyiszli et consorts. Je ne vous ai pas dit que je pouvais vous réciter les deux « dépositions » du Dr Bendel. Rappelez-vous ce que je vous ai, par la suite, écrit sur le « document » NO-365 : un exemple, parmi bien d’autres, de présentation malhonnête du Centre de documentation juive contemporaine.

Vous m’avez envoyé une photo de la « chambre à gaz » de Majdanek, d’autant plus précieuse, me disiez-vous, qu’elle datait d’un temps antérieur à la « frénésie muséographique qui a présidé à la transformation des lieux » (je vous cite de mémoire). Cette photo est celle d’une salle de douche. Quant aux lieux, je les ai visités en 1975 : comme supercherie grossière, on ne fait pas mieux. C’est à rire. J’ai visité Auschwitz et Birkenau en 1975 et en 1976. Je possède une abondante documentation photographique sur tout ce qui a trait aux « chambres à gaz » des deux camps. J’ai des copies de plans particulièrement intéressants et qu’on se garde bien de publier.

J’ai lu une foule de « documents », de « témoignages », d’« affidavits », de NO, de NI, de NIK, de PS, etc., à la fois de l’IMT des NMT, du « procès de Francfort » ou d’autres procès. J’ai étudié les sténogrammes du « procès de Jérusalem ». J’ai aussi lu bien des ouvrages de la tendance Hilberg-Reitlinger ou de la tendance Rassinier-Butz.

Je me demande quelle piste j’ai pu laisser inexplorée. 

Ma première visite au Centre de documentation juive contemporaine remonte à 1967. Du début de 1974 à juillet 1977, j’ai passé des centaines ou des milliers d’heures dans ce même CDJC, bien qu’on s’y soit ingénié à me rendre mes visites et mes conditions de travail de plus en plus difficiles. J’y ai exploré à fond le fichier « Extermination-gazage » et bien d’autres documents non répertoriés dans ce fichier. J’ai eu quelques entretiens avec MM. Wellers, Rutkowski et surtout avec M. Billig. Ce dernier, qui m’avait, en 1974, adressé une lettre où il se déclarait étonné qu’on puisse douter de l’existence des « chambres à gaz » parce qu’il en existait tant de preuves, a fini par reconnaître devant moi en mai 1977 qu’il n’était pas en mesure, tout compte fait, de me fournir une preuve de l’existence d’une «chambre à gaz». Et, comme j’insistais pour savoir s’il connaissait une personne capable de fournir une telle preuve, il me répondait qu’au fond il n’en connaissait pas. Il ajoutait, je dois le dire, qu’à son avis, s’il n’y avait pas eu de « chambre à gaz », il avait forcément existé un moyen industriel – il ne savait pas lequel au juste – de perpétrer un gigantesque massacre, un « génocide ».

J’aurais beaucoup à dire sur cette position de repli, mais passons. 

Lors de notre entrevue du 24 septembre 1974, vous m’aviez dit : « Il ne faut pas attaquer les déportés. Je vous demande une chose : promettez-moi de ne rien écrire. » Ma réponse avait été : « Un article de moi peut sortir. Je m’y emploie. » Vous m’avez alors dit : « Envoyez-le moi. » 

C’est ce que je fais aujourd’hui. Cet article, intitulé « Le problème des chambres à gaz », je l’ai envoyé le 26 juillet 1977 au journal Le Monde, qui hésite à le publier. Le Monde me doit réparation. Il m’a insulté le 11 août 1974 et il m’a refusé tout droit de réponse. Cette réparation, je l’obtiendrai tôt ou tard, d’une façon ou d’une autre. P. Viansson-Ponté me prend, figurez-vous, pour un sympathisant des nazis. Il se plaint de ce que, dans mes lettres à J. Fauvet ou à d’autres de ses collègues, je l’insulte. Il voit là probablement le signe de je ne sais quelle frénésie. Il a oublié le mal qu’il m’a fait le 11 août 1974. Je lui ai dit qu’il avait, de plus, gravement dénaturé le contenu de la brochure de R. Harwood dans son article du 17-18 juillet 1977. Je disais que je ne voulais pas, à mon tour, subir le même traitement (être l’objet de dénaturations, falsifications, adultérations, etc.). Je lui ai dit que dans le texte d’Harwood il y avait du très bon et du très mauvais, etc., etc. Il m’a écrit une lettre furibonde. Il m’a dit qu’il était prêt à m’entendre à condition que Germaine Tillion ou – à défaut – Mme Olga Wormser-Migot, lui dise ou lui écrive que je n’ai pas tort dans ma thèse sur les «chambres à gaz». Je lui ai répondu que je ne pouvais avoir confiance en G. Tillion étant donné ses témoignages sur la prétendue « chambre à gaz » de Ravensbrück. J’ai ajouté : « D’accord pour Mme Olga Wormser-Migot. Ayons, vous, elle et moi une entrevue ensemble. Elle m’a aimablement reçu chez elle en 1974. Elle ne connaît pas mes dossiers. Mais en vingt minutes elle verrait bien ce qu’ils valent. » 

A mon collègue Delpech – que je connais assez mal et surtout pour l’avoir rencontré au CDJC – vous auriez dit : « Attention ! Faurisson n’est pas un nazi. Il ne faut pas lui faire d’ennuis. » Je me demande au fond si ce soupçon de nazisme n’est pas également chez P. Viansson-Ponté la vraie pierre d’achoppement.Voyez si, à défaut d’autre chose, vous ne pourriez pas le rassurer là-dessus. 

Mon article est-il nazi ? violent ? agressif ?

Je vous dis que, s’il faut désamorcer toute cette affaire de « chambres à gaz » et de « génocide », cet article peut y parvenir. Les choses en ce moment évoluent vite, très vite. 

Et puis tout cela est bien simple. Qu’on réponde à ma question : « Si les "chambres à gaz" n’ont pas existé, faut-il le dire ou le taire ? »

Je vous ai parlé sans détours. Répondez-moi de même.


La réponse d’Olga Wormser-Migot 

                                                                    7 novembre 1977 

« [...] Je ne veux pas vous écrire un volume, mais seulement vous préciser ma position.

1) Votre visite m’avait beaucoup émue à tous points de vue. Je pensais surtout à cette persécution ininterrompue contre un homme de bonne foi ; 
2) la première différence entre mes positions et les vôtres, et vous le savez, c’est que je crois à l’existence de chambres à gaz à Auschwitz et à Majdanek, ainsi qu’à la « chambre expérimentale » (1 m sur 2 sur 3) du Struthof ;
3) dernière et principale différence : étant donné les sentiments des déportés, profondément traumatisés par les souffrances subies, il est évident que votre attitude ne peut que les heurter. Il est des cas où l’Histoire se doit d’attendre que le Temps permette une étude sans agressivité de certains problèmes d’horreur.

Écoutez-moi – et vous savez que je crois votre recherche pure de tout autre motivation que la vérité historique – votre attitude d’obstination à partir du moment où votre thèse a été contestée et où votre défense elle-même vous portait à vous opposer de plus en plus aux déportés, prêtait à confusion.

En effet, plus vous apportiez d’arguments au renforcement de votre propos, plus vous affirmiez sa vérité, plus vous sembliez aux yeux de certains laver Hitler d’une des accusations portées contre lui et ses camps.

Pour moi, cher Monsieur, un tel problème ne peut être traité que dans le contexte général du nazisme. Tortures, expériences, génocide, fours crématoires et charniers, horreurs portées à l’extrême, dites-moi si dans tout cela l’existence ou la non-existence de chambres à gaz présente aux yeux de l’histoire infâme de ces années une importance « de surcroît » assez capitale pour continuer sur ce point à meurtrir encore les déportés et à mettre votre propre existence en malheur ?...

Je vous rappelle que, dans une occasion semblable – il s’agit de ma thèse Le Système concentrationnaire nazi où, comme vous le savez, j’ai mis en doute et davantage l’existence de chambres à gaz à Ravensbrück et Mauthausen – et après des obstinations d’historiens qui ne servaient qu’à envenimer les choses, j’ai simplement introduit un rectificatif expliquant la position des déportés à ce sujet. Car pour moi les déportés comptent toujours d’abord.

Sachez que je suis prête, cher Monsieur, à vous aider dans toute la mesure de mes possibilités afin d’effacer de votre vie des accusations aussi nocives pour vous, votre travail et votre famille. Mais je vous prie de tout faire pour comprendre l’esprit de cette lettre.

C’est la raison pour laquelle je ne puis accéder à votre désir de rencontrer M. Viansson-Ponté en ma présence : il ne faut pas continuer de controverses sur un tel sujet. Je lui écris par contre par le même courrier.

J’insiste encore sur la nécessité d’un état d’esprit réaliste de votre part. Je suis prête à écrire à qui vous voudrez pour qu’il soit tenu compte de l’inanité des accusations qui vous atteignent. Mais dans l’esprit de cette lettre exclusivement. »


[Publié dans Vérité historique ou vérité politique ?, Paris, La Vieille Taupe, 1980, p. 74-79.]

Monday, August 1, 1977

Lettre à "Historia" (extraits)


J’ai l’honneur d’élever une protestation contre la nature de ce numéro spécial d’Historia, consacré aux « Médecins SS ». [...]

Comment pouvez-vous croire un instant à l’authenticité de la « chambre à gaz » du Struthof... que vous ne pouvez d’ailleurs montrer en photographie ? Vous êtes-vous demandé pourquoi aucun livre sur le Struthof, y compris le roman d’Allainmat, ne reproduit la photographie de cette « chambre à gaz » pourtant visitable et montrée telle qu’en son « état d’origine », dit l’inscription que vous trouverez sur place ? Comment avez-vous pu reproduire cette photographie de l’extérieur avec une cheminée de ce genre ? [...]

Saviez-vous que Kramer [commandant du Struthof, puis de Bergen-Belsen, N.D.L.R.] est l’auteur d’une confession sur la « chambre à gaz » dont le vague et l’absurdité dépasse tout ce qu’on a pu « confesser » dans les procès de Moscou, de Cracovie (Höss) ou de Prague il n’y a guère ?

Comment avez-vous pu reproduire la photographie de la p. 45 ? N’avez-vous pas lu le livre de Harwood, Did Six Million Really Die? et surtout l’ouvrage d’Udo Walendy, Bild “Dokumente” für Geschichtsschreibung, où cette photographie est étudiée aux pages 74 et 75 ? 

Je vous signale, en passant, que votre photographie est un montage de montage. Voyez la façon dont est posée sur « ses » épaules la tête du premier personnage de gauche. [...]

Et la photographie de la p. 93 : la femme aux seins nus ! Comment n’avez-vous pas discerné que, là encore, il y avait montage ? Regardez la tête de « Photomaton » [1] !

[...] Comment pouvez-vous cautionner ainsi une propagande qui est celle qui a préparé le procès de Nuremberg ? Ne vous rappelez-vous pas le stupéfiant article 19 des statuts du tribunal : « Le Tribunal ne sera pas lié par les règles techniques relatives à l’administration des preuves » ? N’est-ce pas d’un effroyable cynisme ? Ne devrait-il pas donner l’éveil à tout honnête homme ?

J’ai été férocement antinazi. Je ne peux supporter le fascisme sous aucune forme. Mais [...] je vous adjure de garder constamment présents à la mémoire les procès de sorcellerie. Rappelez-vous les « aveux », les « preuves », les « témoignages ». Une sorcière n’allait pas dire à un tribunal : « Vous savez bien que tout cela est faux, que le sabbat est une invention et les rencontres avec le diable une autre invention. » Elle aurait rencontré une incrédulité totale. Et pourtant elle aurait dit la vérité. Pour se défendre, il lui fallait, selon la vieille loi encore en vigueur, plaider le vraisemblable et non le vrai.

J’ai eu l’occasion de vous le dire et je le répète ici, je suis prêt à ouvrir devant vous tel de mes dossiers qu’il vous plaira sur cette imposture du génocide. Il paraît bien des livres sur la question. Les temps sont mûrs.

[1] Voy. Walendy, op. cit., p. 23.

 
[Publié dans Historia, août 1977, p. 132 et cité dans Vérité historique ou vérité politique ?, Paris, La Vieille Taupe, 1980, p. 82.]