Wednesday, May 20, 2015

Nochmals zu Ursula Haverbeck


Meine Leser werden sich erinnern, daß ich Ende letzten Jahres die Gelegenheit hatte über Ursula Haverbeck zu sprechen, eine Deutsche, 87 Jahre alt (Ursula Haverbeck, eine große deutsche Dame, öffnet die schwarze Box des Holocaust, 16. Dezember 2014).

         Sie ist eine unnachgiebige Revisionistin.

         Sie beeindruckt durch ihren Mut und sogar durch ihren Heroismus.

        Sie bringt den Gerichtsapparat ihres Landes durcheinander, der sie vielleicht eines baldigen Tages zu einer schweren Gefängnisstrafe wegen ihrer revisionistischen Aktivitäten verurteilen wird, weshalb sie bisher nur finanzielle Strafen erhalten hat. Ihre Überzeugungskraft, ihr Freimut, ihr Wissen über die Holocaust-Akte und, zuallererst, ihre persönliche Kriegs- und Nachkriegserfahrung, aber auch der Ton, die Worte, die Akzente, die sie findet, um die Folgen für ihr Volk durch die Indoktrination zu beschreiben, die es auf ewig erniedrigen will, sind bewegend. Jeglicher Haß gegenüber anderen ist ihr fremd.

        Ich lade meine Leser ein, sich die beiden Videos anzusehen, in denen sie zu Wort kommt. Das erste, mit einer Dauer von 19 Minuten und 5 Sekunden, ist ihre eigene Herstellung vom vergangenen Dezember mit dem Titel „Das größte Problem unserer Zeit; das zweite, das 49 Minuten dauert, ist ein Gespräch, das am 23. März 2015 veröffentlicht wurde, mit einem Journalisten der öffentlich-rechtlichen ARD! Es handelt sich hier um einen außerordentlichen Vorgang, sogar ohne Vorläufer in den Massenmedien.


Beide Videos sind auf Deutsch mit englischen Untertiteln. Hoffen wird, das es bald eine Version mit französischen Untertiteln geben wird.

20. Mai 2015

Ursula Haverbeck again


My readers will recall that towards the end of last year I had occasion to speak of Ursula Haverbeck, a German lady aged 87 (“A Great German Lady opens the Black Box of ‘the Holocaust’”, December 16, 2014).

        She is a revisionist without concessions.

        She is impressive by her courage and even by her heroism.

        She disconcerts her country’s judiciary, which will perhaps sentence her before long to a heavy prison term for her revisionist activities which, thus far, have only earned her fines. Her strength of conviction, her candour, her knowledge of the holocaustic dossier and, to begin with, her personal experience of the war and the times just afterwards, but also the tone, words, accents she finds to evoke the consequences that an indoctrination for permanent humiliation has had on her people, are deeply moving. She manifests no hatred towards anyone.

      I urge my readers to become acquainted with two videos in which she expresses herself. The first, which runs for 19 min. 5 sec., is her own production of last December entitled “The Greatest Problem of our Time”; the second, 49 minutes in length, is an interview, broadcast on March 23, 2015, with a journalist of the leading German public television channel, Das Erste! It constitutes an extraordinary, indeed unprecedented event in the mainstream media.

      Both videos are in German with English subtitles. Let’s hope that French-subtitled versions will soon be available.

May 20, 2015

Retour sur Ursula Haverbeck


Mes lecteurs se souviendront que, vers la fin de l’an dernier, j’ai eu l’occasion de parler d’Ursula Haverbeck, une Allemande de 87 ans (« Une grande dame allemande ouvre la boîte noire de “l’Holocauste” », 16 décembre 2014).

    Elle est une révisionniste sans concession.

    Elle est impressionnante par son courage et même par son héroïsme.

    Elle déconcerte l’appareil judiciaire de son pays, qui va peut-être la condamner un jour prochain à une lourde peine de prison pour ses activités révisionnistes qui, jusqu’à présent, ne lui ont valu que des peines financières. Sa force de conviction, sa franchise, sa connaissance du dossier holocaustique et, pour commencer, son expérience personnelle de la guerre et de l’après-guerre mais aussi le ton, les mots, les accents qu’elle trouve pour évoquer les conséquences sur son peuple d’un endoctrinement visant à l’humilier pour toujours sont bouleversants. Elle ne manifeste aucune haine envers quiconque. 

    J’invite mes lecteurs à prendre connaissance de deux vidéos où elle s’exprime. La première, qui est d’une durée de 19 min. 5 sec., est sa propre production de décembre dernier et s’intitule « Le plus grand problème de notre époque » ; la seconde, qui est d’une durée de 49 minutes, est un entretien, diffusé le 23 mars 2015, avec un journaliste de la première chaîne de télévision publique allemande (Das Erste) ! Il s’agit là d’un événement extraordinaire, voire sans précédent dans les grands médias.

    Ces deux vidéos sont en allemand et sous-titrées en anglais. Espérons que paraîtront bientôt des versions en allemand et sous-titrées en français.
20 mai 2015

Tuesday, April 28, 2015

Bibi Netanyahu takes up my challenge!

For nearly 55 years I have been repeating: “Show me or draw me a Nazi gas chamber.”
   The first time must have been in about 1961, during my first visit, in Paris, to the Centre de documentation juive contemporaine (“centre of contemporary Jewish documentation” – CDJC). I insisted. I wanted to obtain a physical and technical representation of that chamber of magical powers, that is, a photo or a technical drawing of the prodigious weapon of mass destruction that had come out of who knows where?, since no document attested to its creation or functioning.
   In the course of preparing or holding a hundred or a thousand trials of “Nazis” or “collaborators” accused of having directly or indirectly “sent the Jews to the gas chambers”, the justice officials have been satisfied with testimony regarding those chambers and, in utter contempt of judicial standards and practices, have ordered no forensic investigations to enable a study of 1) the scene of the crime, 2) the weapon par excellence of that exceptional crime, 3) the functioning of the weapon, 4) the victims’ bodies. Only one exception to this general absence of forensic investigation is known, but it proved totally negative and its example appears to have deterred any authority from having the technical and forensic police services do what they are necessarily ordered to do in a case of murder or even suicide. This exception is that of Struthof, with which I have dealt so often, and the forensic examination by Professor René Fabre, a toxicologist and dean of the pharmacy faculty of the University of Paris. Dated December 1, 1945, his study, which has vanished but to whose findings I discovered, in 1980, an official reference, is unequivocal in its conclusion: not a trace of HCN (hydrogen cyanide) was detected either in the alleged homicidal gas chamber left intact by the Germans, or in the exhaust stack, or in the blood or viscera of the purported “gassing” victims, remains which had been carefully stored and left, as well, by the Germans, who took their time in leaving the Struthof camp in 1944.
   A minor point: never has any of the specialists whom I question on the subject told me: “But it’s very simple: go see the Struthof gas chamber or the Auschwitz-I gas chamber [which millions of pilgrims converted to the new religion, willingly or not, have visited] or the one(s) at Majdanek!”. The sceptic is not advised to go see up close something that risks producing an untoward strengthening of his scepticism. Sometimes my insistence on getting an answer has earned me threats of blows, or a ban on returning to the place of my inquiry.

   But all sorts of things happen. A great figure of Jewish humanism, Bibi Netanyahu in person, has finally answered me (see the photo below). Don’t get the idea that the insolent montage’s creator has overdone it. His Bibi is only using an old recipe here: armed with chutzpah and threats in his mouth, he’s compelling you, on pain of reprisals, to believe a big lie. Remember the solemn declaration that, in 1979, 34 French historians, including the prestigious Fernand Braudel, made to me: “One must not ask oneself how, technically, such a mass-murder was possible. It was technically possible, since it happened” (Le Monde, oblique daily, February 21, 1979, p. 23).
April 28, 2015


Bibi Netanyahou relève mon défi !

Pendant près de 55 ans je n’ai cessé de répéter : « Montrez-moi ou dessinez-moi une chambre à gaz nazie ».
   La première fois a dû se situer vers 1961, lors de ma première visite, à Paris, du Centre de documentation juive contemporaine (CDJC). J’insistais. Je voulais obtenir une représentation physique et technique de cette chambre aux pouvoirs magiques, c’est-à-dire une photo ou un dessin technique de cette prodigieuse arme de destruction massive sortie on ne sait d’où puisque aucun document n’atteste de sa création ou de son fonctionnement.
  Au cours de la préparation ou du déroulement de cent ou de mille procès engagés contre des « nazis » ou des « collabos » accusés d’avoir directement ou indirectement « envoyé les juifs aux chambres à gaz », les magistrats se sont contentés de témoignages au sujet de ces chambres et, au mépris de toutes les normes et de tous les usages, n’ont pas requis d’enquête médico-légale permettant d’étudier 1) la scène de crime, 2) l’arme par excellence de ce crime exceptionnel, 3) le fonctionnement de cette arme, 4) les cadavres des victimes. On ne connaît qu’une exception à cette absence générale d’enquête médico-légale mais cette exception s’est révélée totalement négative au point que, par la suite, elle semble avoir dissuadé quiconque de réclamer à la police technique et à la police scientifique ce qu’on leur réclame de toute nécessité en cas d’assassinat ou même de suicide. Cette exception est celle du Struthof, dont j’ai si souvent traité, et de l’expertise du professeur René Fabre, doyen de la Faculté de pharmacie de Paris et toxicologue. Son expertise, qui a disparu mais dont, en 1980, j’ai retrouvé les conclusions, est datée du 1er décembre 1945 ; elle est formelle : aucune trace de HCN (acide cyanhydrique) n’a été trouvée dans la prétendue chambre à gaz homicide laissée intacte par les Allemands, ni dans la cheminée d’évacuation, ni dans le sang ou les viscères de prétendus « gazés » soigneusement entreposés et laissés, eux aussi, par les Allemands, lesquels ont pris leur temps pour quitter le camp même du Struthof en 1944. 
   Un point de détail : jamais les spécialistes que j’ai interrogés ne m’ont dit : « Mais, c’est bien simple : allez voir la chambre à gaz du Struthof ou bien celle d’Auschwitz I (que visitent des millions de pèlerins convertis de gré ou de force à la nouvelle religion) ou encore celle(s) de Majdanek ! ». On ne conseille pas à un sceptique d’aller voir de près ce qui risque malencontreusement de renforcer son scepticisme. Parfois mon insistance à obtenir une réponse me valait des menaces de coups ou une interdiction de revenir sur les lieux.
   Mais tout arrive. Une grande figure de l’humanisme juif vient enfin de me répondre : Bibi Netanyahou en personne (voyez sa photo ci-dessous). N’allez pas croire que l’auteur de l’insolent montage a forcé le trait. Son Bibi ne fait ici que reprendre une antique recette : armé de chutzpah et menace à la bouche, il vous impose sous peine de représailles, de croire à un gros mensonge. Rappelez-vous la solennelle déclaration que m’ont faite, en 1979, 34 historiens français, dont le prestigieux Fernand Braudel : « Il ne faut pas se demander comment, techniquement, un tel meurtre de masse a été possible. Il a été possible techniquement puisqu’il a eu lieu » (Le Monde, journal oblique, 21 février 1979, p. 23).
28 avril 2015


Ceci est la photo d’une réelle
chambre à gaz homicide allemande.

Si vous ne pouvez la voir, c’est que vous êtes un antisémite.

Thursday, April 16, 2015

Faurisson vu par André Breton et vu par Jean d'Ormesson


Hier dans le blog des amis de Paul-Eric Blanrue (blanrue.blogspot.fr) est paru le bref article D'Ormesson en Pléiade. Bientôt Faurisson ?

Avant de m'engager, à la fin des années 1970, dans la publication d'ouvrages relevant du  révisionnisme historique, j'avais, dans le domaine du révisionnisme littéraire, notamment publié A-t-on lu Rimbaud ? (Jean-Jacques Pauvert 1961, 1962) et A-t-on lu Lautréamont ? (Gallimard, 1972).

Le premier de ces deux ouvrages avait provoqué une retentissante « Affaire Rimbaud » tandis que le second avait agité surtout certains milieux universitaires.
André Breton, parmi bien d'autres, avait traité du premier ouvrage et Jean d'Ormesson avait rendu compte du second.

Deux citations pour vous mettre la puce à l'oreille :

1) Une citation de Rimbaud : « On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans ».
2) Une citation de Lautréamont tout à la fin des Chants de Maldoror :  « [Quand je serai mort,] je veux que le lecteur en deuil puisse se dire : "Il faut lui rendre justice. Il m'a beaucoup crétinisé. Que n'aurait-il pas fait, s'il eût pu vivre davantage ! c'est le meilleur professeur d'hypnotisme que je connaisse !" » 

J'avais discrètement commencé mes recherches sur la magique chambre à gaz au début des années 1960.

En 1972, dans ma thèse sur Lautréamont, j'avais glissé les mots suivants à propos des mystifications, particulièrement en temps de guerre : « La Seconde guerre mondiale a suscité des mythes encore plus extravagants [que la première guerre mondiale] mais il ne fait pas bon s'y attaquer. Une entreprise comme celle de Norton Cru, si on l'appliquait à la dernière guerre, serait encore prématurée, semble-t-il. Certains mythes sont sacrés. Même en littérature ou en histoire, on court quelque risque à vouloir démystifier » (p. 338).  


PS : Dans le cas de Rimbaud, le mieux est de lire l'ouvrage publié en 1991, soit trente après l'édition originale de 1961 : Robert Faurisson, A-t-on lu  Rimbaud ? Suivi de L'Affaire Rimbaud, La Vieille Taupe, 1991, 205 pages ; il  s'agit là de la troisième édition. 
16 avril 2015